TRAGICOMEDIA DE CALISTO Y MELEBEA [La Celestina]
La Célestine, tragi-comédie de Calixte et Mélibée
Traduction par A. Germond de Lavigne.

ACTO I

PREMIER ACTE

Sumario: Entrando CALISTO una huerta empos de un falcon suyo, hallo alli a MELIBEA, de cuyo amor preso, comenzole de hablar; de la cual rigurosamente despedido, fue para su casa muy angustiado. Hablo con un criado suyo llamado SEMPRONIO, el cual, despues de muchas razones, le enderezo a una vieja llamada Celestina, en cuya casa tenia el mismo criado una enamorada llamada ELICIA, la cual, viniendo SEMPRONIO a casa de CELESTINA con el negocio de su amo, tenia a otro consigo llamado CRITO, al qual escondieron. Entretanto que SEMPRONIO estaba negociando con CELESTINA, CALISTO estaba razonando con otro criado suyo, por nombre PARMENO; el qual razonamiento dura hasta que llega SEMPRONIO y CELESTINA a casa de CALISTO. PARMENO fue conocido de CELESTINA, la cual mucho le dice de los hechos y conocimiento de su madre, induciendole a amor y concordia de SEMPRONIO. ARGUMENT : Calixte, entrant dans un verger à la recherche d’un faucon, y rencontre Mélibée, de laquelle il est amoureux, et lui fait l’aveu de sa passion. Cruellement repoussé par elle, il rentre chez lui désespéré et se confie à l’un de ses serviteurs nommé Sempronio. Celui-ci lui donne quelques conseils et l’engage à s’adresser à une vieille femme qu’on appelle Célestine, et chez laquelle habite une maîtresse de Sempronio nommée Élicie. Sempronio se rend à la maison de Célestine pour traiter les intérêts de son maître ; Élicie en ce moment est en tête à tête avec un de ses amants nommé Criton, qu’elle fait cacher. Sempronio tient conseil avec Célestine, et pendant ce temps Calixte devise avec un autre serviteur appelé Parmeno. Ces causeries durent jusqu’à l’arrivée de Sempronio et de Célestine chez Calixte, Célestine reconnaît Parmeno, lui rappelle son enfance, lui parle de sa mère et l’engage à se lier avec Sempronio.
CALIXTE, MÉLIBÉE, SEMPRONIO, CÉLESTINE, ÉLICIE, CRITON, PARMENO.
CALISTO. __ En esto veo, Melibea, la grandeza de Dios. CALIXTE. Ici, Mélibée, je reconnais la grandeur de Dieu.
MELIBEA. __ ¿:En qué, Calisto? MELIBEE. Pourquoi cela ?
CAL. __ En dar poder a natura que de tan perfeta hermosura te dotasse y facer a mi inmérito. Tanta merced que verte alcançasse, y en tan conueniente lugar, que mi secreto dolor manifestarte pudiesse. Sin dubda encomparablemente es mayor tal galardón, que el seruicio, sacrificio, deuoción y obras pías, que por este lugar alcançar tengo yo a Dios offrescido, ni otro poder mi voluntad humana puede conplir.

¿:Quién vido en esta vida cuerpo glorificado de ningún hombre, como agora el mío? Por cierto los gloriosos sanctos, que se deleytan en la visión diuina, no gozan más que yo agora en el acatamiento tuyo. Mas ¡O triste! Que en esto diferimos: que ellos puramente se glorifican sin temor de caer de tal bienauenturança y yo misto me alegro con recelo del esquiuo tormento, que tu absencia me ha de causar.
CALIXTE. Parce qu’il a permis à la nature de vous douer d’une beauté aussi parfaite, parce qu’il m’a fait la grâce de vous voir dans un lieu aussi favorable, et parce que je puis enfin vous dépeindre la douleur secrète que j’endure. Le bienfait que je reçois est bien plus grand, sans contredit, que ne le méritaient les prières, les sollicitations que je ne cessais d’adresser à la divinité pour l’obtenir.

Qui a jamais vu un homme heureux comme je le suis en ce moment ? Sans aucun doute les glorieux saints, qui jouissent de la vue de Dieu, n’éprouvent pas plus de bonheur que je n’en ressens maintenant en votre présence. Mais, hélas ! quelle différence ! Ils jouissent sans crainte de déchoir d’une telle félicité, et moi, malheureux, je n’ose penser au cruel tourment auquel va me livrer votre absence.
MELIB. __ ¿:Por grand premio tienes esto, Calisto? MELIBEE. Est-ce donc pour vous, Calixte, chose si précieuse ?
CAL. __ Téngolo por tanto en verdad que, si Dios me diesse en el cielo la silla sobre sus sanctos, no lo ternía por tanta felicidad. CALIXTE. À un tel point que si Dieu m’offrait le plus grand bien de la terre, je l’estimerais moins qu’un si grand bonheur.
MELIB. __ Pues avn más ygual galardón te daré yo, si perseueras. MELIBEE. Je vous réserve une récompense plus conforme à votre mérite si vous persistez.
CAL. __ ¡O bienauenturadas orejas mias, que indignamente tan gran palabra haueys oydo! CALIXTE. Oh ! bienheureuses soient mes oreilles, indignes d’écouter si douce parole.
MELIB. __ Mas desauenturadas de que me acabes de oyr. Porque la paga será tan fiera, qual la meresce tu loco atreuimiento y el intento de tus palabras, Calisto. Ha seydo de ingenio de tal hombre como tú, hauer de salir para se perder en la virtud de tal muger como yo. !Vete! ¡Vete de ay, torpe! Que no puede mi paciencia tollerar que aya subido en coraçón humano comigo el ylícito amor comunicar su deleyte. MELIBEE. Puissent-elles être maudites pour ce qu’elles ont encore à entendre ! Votre récompense sera telle que le mérite votre folle audace. Le but des paroles, des pensées des hommes tels que vous est de lutter contre la vertu des femmes comme moi. Éloignez-vous, sortez d’ici, infâme ; ma patience ne peut supporter l’idée qu’il soit né dans le cœur d’un homme la pensée de partager avec moi son amour illicite.
CAL. __ Yré como aquél contra quien solamente la aduersa fortuna pone su estudio con odio cruel. CALIXTE. Je m’éloigne, semblable à celui contre lequel la fortune adverse s’exerce avec un continuel acharnement.
CAL. __ ¡Sempronio, Sempronio, Sempronio! ¿:Dónde está este maldito? CALIXTE. Sempronio, Sempronio ! où es-tu, maudit ?
SEMP. __ Estoy aquí señor, curando destos cauallos. SEMPRONIO. Je suis ici, seigneur, je panse vos chevaux.
CAL. __ Pues, ¿:cómo sales de la sala? CALIXTE. Que veux-tu dire ? Pourquoi sors-tu de cette salle ?
SEMP. __ Abatióse el girifalte y vínele endereçar en el alcándara. SEMPRONIO. Votre faucon était descendu, je suis venu le remettre sur le perchoir.
CAL. __ ¡Assí los diablos te ganen! ¡Assí por infortunio arrebatado perezcas o perpetuo intollerable tormento consigas, el qual en grado incomparable a la penosa y desastrada muerte, que espero, traspassa ! ¡Anda, anda, maluado! Abre la cámara y endereça la cama. CALIXTE. Le diable t’emporte ! puisses-tu périr de misère ou souffrir un tourment éternel égal à celui que j’endure et dont la mort me délivrera, j’espère. Avance, maudit, ouvre ma chambre et dispose mon lit.
SEMP. __ Señor, luego hecho es. SEMPRONIO. Tout cela est fait, seigneur.
CAL. __ Cierra la ventana y dexa la tiniebla acompañar al triste y al desdichado la ceguedad. Mis pensamientos tristes no son dignos de luz. !O bienauenturada muerte aquella, que desseada a los afligidos viene! ¡O si viniéssedes agora, Eras y Crato, médicos ! ¿:Sentiríades mi mal? ¡O piedad de silencio, inspira en el Plebérico coraçón, porque sin esperança de salud no embíe el espíritu perdido con el desastrado Píramo y de la desdichada Tisbe! CALIXTE. Ferme la fenêtre et cette porte, laisse les ténèbres près de l’affligé et l’isolement près du malheureux. Mes tristes pensées ne sont pas dignes de la lumière. Bienvenue est la mort quand elle visite les affligés qui l’implorent ! Si vous veniez maintenant, Hippocrate< ! inspire la fille de Plebère, qu’elle ne m’abandonne pas sans espoir de salut au sort désastreux de Pyrame et de la malheureuse Tisbé.
SEMP. __ ¿:Qué cosa es? SEMPRONIO. Que veut dire tout cela ?
CAL. __ ¡Vete de ay! No me fables; sinó, quiçá ante del tiempo de mi rabiosa muerte, mis manos causarán tu arrebatado fin. CALIXTE. Va-t’en, ne me parle pas, sinon mes mains furieuses hâteraient l’instant de ta mort.
SEMP. __ Yré, pues solo quieres padecer tu mal. SEMPRONIO. Je m’en vais, puisque vous voulez souffrir seul.
CAL. __ ¡Ve con el diablo! CALIXTE. Va-t’en au diable !
SEMP. __ No creo, según pienso, yr comigo el que contigo queda. !O desuentura! ¡O súbito mal! ¿:Quál fue tan contrario acontescimiento, que assí tan presto robó el alegría deste hombre y, lo que peor es, junto con ella el seso? ¿:Dexarle he solo o entraré allá? Si le dexo, matarse ha; si entro allá, matarme ha. Quédese; no me curo. Más vale que muera aquél, a quien es enojosa la vida, que no yo, que huelgo con ella Avnque por al no desseasse viuir, sino por ver mi Elicia, me deuría guardar de peligros. Pero, si se mata sin otro testigo, yo quedo obligado a dar cuenta de su vida. Quiero entrar. Mas, puesto que entre, no quiere consolación ni consejo. Asaz es señal mortal no querer sanar. Con todo, quiérole dexar vn poco desbraue, madure: que oydo he dezir que es peligro abrir o apremiar las postemas duras, porque más se enconan. Esté vn poco. Dexemos llorar al que dolor tiene. Que las lágrimas y sospiros mucho desenconan el coraçón dolorido. Y avn, si delante me tiene, más comigo se encenderá. Que el sol más arde donde puede reuerberar. La vista, a quien objeto no se antepone, cansa. Y quando aquél es cerca, agúzase. Por esso quiérome sofrir vn poco. Si entretanto se matare, muera. Quiçá con algo me quedaré que otro no lo sabe, con que mude el pelo malo. Avnque malo es esperar salud en muerte agena. Y quiçá me engaña el diablo. Y si muere, matarme han y yrán allá la soga y el calderón. Por otra parte dizen los sabios que es grande descanso a los affligidos tener con quien puedan sus cuytas llorar y que la llaga interior más empece. Pues en estos estremos, en que estoy perplexo, lo más sano es entrar y sofrirle y consolarle. Porque, si possible es sanar sin arte ni aparejo, más ligero es guarescer por arte y por cura. SEMPRONIO. Je ne pense pas qu’il veuille, venir avec moi s’il reste près de vous… Le malheureux ! quel mal subit ! quel fâcheux événement a détruit si rapidement la joie de cet homme et a pu, chose plus grave encore, lui enlever la raison ? Vais-je le laisser seul ou resterai-je avec lui ? Si je le quitte, il va se tuer ; si je reste, il me tuera. Qu’il reste seul, peu m’importe, après tout ; mieux vaut qu’il meure, lui, puisque la vie lui est à charge, que moi, qui suis bien aise de vivre. Lors même que je n’aurais pas d’autre motif de tenir à la vie que de voir mon Élicie, cela doit suffire pour me mettre en garde contre tous dangers. Mais s’il se tue sans témoins, je serai obligé de rendre compte de lui. Je demeure ; mais à quoi bon, s’il ne veut ni consolations ni conseils ? C’est un symptôme mortel que ne vouloir pas guérir. Au reste, je vais le laisser un peu s’apaiser, se calmer. J’ai ouï dire qu’il est dangereux d’ouvrir ou de comprimer les apothèmes à peine mûrs, car ils s’en irritent davantage. Attendons un peu, laissons pleurer celui que la douleur oppresse ; les larmes et les soupirs soulagent le cœur endolori. D’ailleurs, s’il me voit, si je me place devant lui, il se mettra en colère ; le soleil est bien plus ardent quand sa chaleur est répercutée. La vue se fatigue quand elle ne rencontre rien, elle reprend sa force quand elle trouve un aliment. Je vais me tenir tranquille un instant, et s’il veut se tuer, qu’il meure. Peut-être, qui sait, en résultera-t-il pour moi quelque bien qui me permettra de changer ma triste condition. Il est bien mal cependant d’attendre son salut de la mort d’autrui. — Je crains que le diable ne veuille me tenter. Si Calixte meurt, on me voudra tuer, et il faudra que la corde suive le seau. D’un autre côté, les sages disent que c’est un grand soulagement pour les affligés que d’avoir à qui conter leurs peines ; les maladies concentrées sont les plus dangereuses. Ainsi donc, au lieu d’hésiter et de douter, je ferai bien mieux d’entrer, de supporter sa mauvaise humeur et de chercher à le consoler ; car, bien qu’il soit possible de guérir sans médecin et sans appareil, encore vaut-il mieux se tirer d’affaire avec l’art et de bons soins. et qu’excite l’aiguillon
CAL. __ Sempronio. CALIXTE. Sempronio !
SEMP. __ Señor. SEMPRONIO. Seigneur ?
CAL. __ Dame acá el laúd. CALIXTE. Donne-moi mon luth.
SEMP. __ Señor, vesle aquí. SEMPRONIO. Le voici.
CAL. __ ¿:Qual dolor puede ser tal, que se yguale con mi mal? CALIXTE. Hélas ! quelle douleur affreuse peut, ici-bas, se comparer à la mienne ?
SEMP. __ Destemplado está esse laúd. SEMPRONIO. Ce luth n’est pas d’accord.
CAL. __ ¿:Cómo templará el destemplado? ¿:Cómo sentirá el armonía aquél, que consigo está tan discorde? ¿:Aquél en quien la voluntad a la razón no obedece? ¿:Quien tiene dentro del pecho aguijones, paz, guerra, tregua, amor, enemistad, injurias, pecados, sospechas, todo a vna causa? Pero tañe y canta la más triste canción, que sepas. CALIXTE. Et comment l’accorderai-je, désaccordé que je suis ? Peut-il comprendre l’harmonie, celui qui est si peu d’accord avec lui-même, celui dont la volonté n’obéit plus à la raison, celui qui ressent dans son cœur des aiguillons, la paix, la guerre, la trêve, l’amour, la haine, l’injure, la crainte, l’inquiétude, tout à la fois ? Prends ce luth et chante-moi la chanson la plus triste que ta saches.
SEMP.
__ Mira Nero de Tarpeya
a Roma cómo se ardía:
gritos dan niños y viejos
y él de nada se dolía.
SEMPRONIO.
Du sommet du rocher Tarpéien,
Néron voit à ses pieds Rome en flammes,
Enfants, vieillards poussent des cris affreux,
Mais Néron ne s’émeut de rien
CAL. __ Mayor es mi fuego y menor la piedad de quien agora digo. CALIXTE. Le feu qui me dévore est encore plus grand, il y a moins de pitié dans le cœur qui me persécute.
SEMP. __ No me engaño yo, que loco está este mi amo. SEMPRONIO, à part. Je ne me trompe pas, mon maître est fou.
CAL. __ ¿:Qué estás murmurando, Sempronio? CALIXTE. Que murmures-tu là, Sempronio ?
SEMP. __ No digo nada. SEMPRONIO. Je ne dis rien.
CAL. __ Di lo que dizes, no temas. CALIXTE. Répète ce que tu disais, ne crains rien.
SEMP. __ Digo que ¿:Cómo puede ser mayor el fuego, que atormenta vn viuo, que el que quemó tal cibdad y tanta multitud de gente? SEMPRONIO. Je me demande comment le feu qui tourmente un vivant peut être plus grand que celui qui brûla une telle ville et une telle multitude.
CAL. __ ¿:Cómo? Yo te lo diré. Mayor es la llama que dura ochenta años, que la que en vn día passa, y mayor la que mata vn anima, que la que quema cient mill cuerpos. Como de la aparencia y la existencia, como de lo viuo a lo pintado, como de la sombra a lo real, tanta diferencia ay del fuego, que dizes, al que me quema. Por cierto, si el del purgatorio es tal, más querría que mi spíritu fuesse con los de los brutos (;) animales, que por medio de aquel yr a la gloria de los sanctos. CALIXTE. Comment ? Je vais te le dire : la flamme qui dure quatre-vingts ans est plus grande que celle qui passe en un jour ; celle qui consume une âme est plus ardente que celle qui brûla cent mille corps. Il y a autant de différence du feu dont tu parles à celui que je ressens, qu’il y en a de l’apparence à la réalité, de la nature à l’art qui la représente, de l’ombre à l’objet qui la produit. En vérité, si la flamme du purgatoire est semblable, j’aime mieux que mon âme s’en aille avec celle des brutes, que de gagner la gloire des saints en passant par de pareilles souffrances.
SEMP. __ ¡Algo es lo que digo! ¡A más ha de yr este hecho! No basta loco, sino ereje. SEMPRONIO, à part. Je disais vrai, de telles paroles le prouvent encore plus : ce n’était pas assez d’être fou, le voilà hérétique.
CAL. __ ¿:No te digo que fables alto, quando fablares? ¿:Qué dizes? CALIXTE. Ne t’ai-je pas dit de parler haut ! que dis-tu ?
SEMP. __ Digo que nunca Dios quiera tal; que es especie de heregía lo que agora dixiste. SEMPRONIO. Je dis que Dieu veuille ne pas vous entendre, ce que vous venez de dire sent l’hérésie.
CAL. __ ¿:Por qué? CALIXTE. Pourquoi ?
SEMP. __ Porque lo que dizes contradize la cristiana religión. SEMPRONIO. Parce que c’est contraire à la religion chrétienne.
CAL. __ ¿:Qué a mi? CALIXTE. Eh ! que m’importe ?
SEMP. __ ¿:Tú no eres cristiano? SEMPRONIO. N’êtes-vous pas chrétien ?
CAL. __ ¿:Yo? Melibeo só y a Melibea adoro y en Melibea creo y a Melibea amo. CALIXTE. Moi ! je suis mélibéen, j’adore Mélibée, je crois en Mélibée, j’aime Mélibée.
SEMP. __ Tú te lo dirás. Como Melibea es grande, no cabe en el coraçón de mi amo, que por la boca le sale a borbollones. No es más menester. Bien sé de qué pie coxqueas. Yo te sanaré. SEMPRONIO. Pouvez-vous parler ainsi ! Mélibée est si grande qu’elle ne peut tenir dans le cœur de mon maître, elle lui sort par la bouche à gros bouillons. Je n’ai pas besoin d’en savoir davantage, je vois de quel pied vous clochez, je vous guérirai.
CAL. __ Increyble cosa prometes. CALIXTE. Tu me promets une chose incroyable.
SEMP. __ Antes fácil. Que el comienço de la salud es conoscer hombre la dolencia del enfermo. SEMPRONIO. Elle est facile : connaître le mal est le commencement de la guérison.
CAL. __ ¿:Quál consejo puede regir lo que en si no tiene orden ni consejo? CALIXTE. Quel conseil peut régir celui qui n’a en lui ni ordre ni conseil ?
SEMP. __ ¡Ha! ¡Ha! ¡Ha! ¿:Esto es el fuego de Calisto? ¿:Estas son sus congoxas? ¡Como si solamente el amor contra él asestara sus tiros! ¡O soberano Dios, quán altos son tus misterios! ¡Quánta premia pusiste en el amor, que es necessaria turbación en el amante! Su límite posiste por marauilla. Paresce al amante que atrás queda. Todos passan, todos rompen, pungidos y esgarrochados como ligeros toros. Sin freno saltan por las barreras. Mandaste al hombre por la muger dexar el padre y la madre; agora no no sólo aquello, mas a ti y a tu ley desamparan, como agora Calisto. Del qual no me marauillo, pues los sabios, los santos, los profetas por él te oluidaron. SEMPRONIO, à part. Ha, ha, ha ! Est-ce là la flamme qui brûle Calixte ? Sont-ce là ses angoisses ? Comme si c’était contre lui seul que l’amour dirige ses traits ! Ô Dieu puissant, que tes mystères sont impénétrables ! Quelle malédiction as-tu donc imposée à l’amour, pour que l’inquiétude et l’angoisse soient ainsi nécessaires aux amants ! Tu ne lui a pas fixé de limites. Les amants se figurent que rien ne va jamais assez promptement au gré de leurs désirs ; aussi, tous courent, s’ouvrent un chemin ; semblables à de jeunes taureaux que blesse et qu’excite l’aiguillon, ils s’élancent à travers les barrières sans que rien les retienne. Tu as commandé à l’homme d’abandonner son père et sa mère pour suivre la femme, et maintenant ils font plus, toi aussi ils t’abandonnent, ils renient ta loi comme fait Calixte. Je n’en suis pas surpris, mon Dieu, car pour la femme, les sages, les saints, les prophètes t’ont oublié.
CAL. __ Sempronio. CALIXTE. Sempronio !
SEMP. __ Señor. SEMPRONIO. Seigneur ?
CAL. __ No me dexes. CALIXTE. Ne me quitte pas.
SEMP. __ De otro temple está esta gayta. SEMPRONIO. Voici une autre chanson
CAL. __ ¿:Qué te paresce de mi mal? CALIXTE. Que penses-tu de mon mal ?
SEMP. __ Que amas a Melibea. SEMPRONIO. Que vous aimez Mélibée.
CAL. __ ¿:Y no otra cosa? CALIXTE. Et pas autre chose ?
SEMP. __ Harto mal es tener la voluntad en vn solo lugar catiua. SEMPRONIO. C’est assez mal déjà de captiver ainsi sa volonté.
CAL. __ Poco sabes de firmeza. CALIXTE. Tu ne te connais pas en fermeté.
SEMP. __ La perseuerancia en el mal no es constancia; mas dureza o pertinacia la llaman en mi tierra. Vosotros los filósofos de Cupido llamalda como quisierdes. \ SEMPRONIO. La persévérance dans le mal n’est pas de la constance, nous l’appelons dans mon pays résistance ou entêtement. Vous autres philosophes de Cupidon, nommez-la comme vous voudrez.
CAL. __ Torpe cosa es mentir el que enseña a otro, pues que tú te precias de loar a tu amiga Elicia. CALIXTE. Le mensonge est chose honteuse dans la bouche de celui qui professe ; ne vantes-tu pas sans cesse ton amie Élicie ?
SEMP. __ Haz tú lo que bien digo y no lo que mal hago. SEMPRONIO. Faites le bien que je vous dis et non le mal que je fais.
CAL. __ ¿:Qué me reprobas? CALIXTE. Que me reproches-tu ?
SEMP. __ Que sometes la dignidad del hombre a la imperfección de la flaca muger. SEMPRONIO. De soumettre la dignité de l’homme à l’imperfection de la faible femme.
CAL. __ ¿:Muger? ¡O grossero ! ¡Dios, Dios! CALIXTE. Femme ! homme grossier ! c’est un dieu plutôt !
SEMP. __ ¿:Y assí lo crees? ¿:O burlas? SEMPRONIO. Le croyez-vous ainsi, ou bien vous riez-vous de moi ?
CAL. __ ¿:Que burlo? Por Dios la creo, por Dios la confiesso y no creo que ay otro soberano en el cielo; avnque entre nosotros mora. CALIXTE. Si je ris ? Je la crois dieu, je la reconnais pour dieu, et je ne crois pas qu’il y ait une autre puissance dans le ciel, bien qu’elle demeure parmi nous.
SEMP. __ ¡Ha! ¡ha! ¡ha! ¿:Oystes qué blasfemia? ¿:Vistes qué ceguedad? SEMPRONIO. Ha, ha, ha ! (À part) Entendez-vous comme il blasphème ! Voyez-vous quel aveuglement !
CAL. __ ¿:De qué te ríes? CALIXTE. De quoi ris-tu ?
SEMP. __ Ríome, que no pensaua que hauía peor inuención de pecado que en Sodoma. SEMPRONIO. Je ris parce que je n’eusse pas cru qu’on pût inventer un péché pire que celui de Sodome.
CAL. __ ¿:Cómo? CALIXTE. Comment ?
SEMP. __ Porque aquéllos procuraron abominable vso con los ángeles no conocidos y tú con el que confiessas ser Dios. SEMPRONIO. Parce que les habitants de Sodome ont commis une abominable faute avec des anges inconnus ; mais vous, vous aspirez à un être que vous croyez dieu.
CAL. __ ¡Maldito seas! Que fecho me has reyr, lo que no pensé ogaño. CALIXTE. Maudit sois-tu pour m’avoir fait rire, ce que je ne pensais faire de l’année !
SEMP. __ ¿:Pues qué? ¿:Toda tu vida auías de llorar? SEMPRONIO. Mais voulez-vous pleurer toute votre vie ?
CAL. __ Sí. CALIXTE. Oui.
SEMP. __ ¿:Por qué? SEMPRONIO. Pourquoi ?
CAL. __ Porque amo a aquélla, ante quien tan indigno me hallo, que no la espero alcançar. CALIXTE. Parce que j’aime une femme près de laquelle je me trouve si indigne que je n’espère pouvoir jamais l’obtenir.
SEMP. __ ¡O pusilánimo! ¡O fideputa! ¡Qué Nembrot, qué magno Alexandre, los quales no sólo del señorío del mundo, mas del cielo se juzgaron ser dignos! SEMPRONIO, à part. Oh ! le poltron ! l’animal ! (Haut.) Quoi donc ! Nembrod, Alexandre le Grand, n’aspirèrent pas seulement à l’empire du monde, ils se crurent dignes aussi de celui du ciel.
CAL. __ No te oy bien esso que dixiste. Torna, dilo, no procedas. CALIXTE. Je n’ai pas bien entendu ce que tu viens de dire ; recommence, ne te hâte point.
SEMP. __ Dixe que tú, que tienes más coraçón que Nembrot ni Alexandre, desesperas de alcançar vna muger, muchas de las quales en grandes estados constituydas se sometieron a los pechos y resollos de viles azemileros y otras a Brutos animales. ?No has leydo de Pasifé con el toro, de Minerua con el can? SEMPRONIO. Je m’étonne que vous, qui avez plus de cœur que Nembrod et Alexandre, désespériez de parvenir jusqu’à une femme, tandis que beaucoup d’entre ses semblables, qui étaient de grandes dames, se soumirent aux embrassements de vils muletiers, d’autres même à d’ignobles animaux. N’avez-vous pas lu l’histoire du Taureau de Pasiphaé et celle du Chien de Minerve ?
CAL. __ No lo creo; hablillas son. CALIXTE. Je n’en crois rien, ce sont des fables.
SEMP. __ Lo de tu abuela con el ximio. ?Hablilla fué? Testigo es el cuchillo de tu abuelo. SEMPRONIO. Ce qu’on a dit de votre aïeule et de son singe, était-ce un conte ? Le couteau de votre grand-père peut porter témoignage.
CAL. __ ¡Maldito sea este necio! ¡Y qué porradas dize! CALIXTE. Maudits soient l’imbécile et ses impertinences !
SEMP. __ ¿:Escocióte? Lee los ystoriales, estudia los filósofos, mira los poetas. Llenos están los libros de sus viles y malos exemplos y de las caydas que leuaron los que en algo, como tú, las reputaron. Oye a Salomón do dize que las mugeres y el vino hazen a los hombres renegar. Conséjate con Séneca y verás en qué las tiene. Escucha al Aristóteles, mira a Bernardo. Gentiles, judíos, cristianos y moros, todos en esta concordia están. Pero lo dicho y lo que dellas dixere no te contezca error de tomarlo en común. Que muchas houo y ay sanctas y virtuosas y notables, cuya resplandesciente corona quita el general vituperio. Pero destas otras, ¿:Quién te contaría sus mentiras, sus tráfagos, sus cambios, su liuiandad, sus lagrimillas, sus alteraciones, sus osadías?

Que todo lo que piensan, Osan sin deliberar. ?Sus disimulaciones, su lengua, su engaño, su oluido, su desamor, su ingratitud, su inconstancia, su testimoniar, su negar, su reboluer, su presunción, su vanagloria, su abatimiento, su locura, su desdén, su soberuia, su subjeción, su parlería, su golosina, su luxuria y suziedad, su miedo, su atreuemiento, sus hechizerías, sus embaymientos, sus escarnios, su deslenguamiento, su desvergüença, su alcahuetería? Considera, ¡Qué sesito está debaxo de aquellas grandes y delgadas tocas !

¡Qué pensamientos so aquellas gorgueras, so aquel fausto, so aquellas largas y autorizantes ropas! ¡Qué imperfición, qué aluañares debaxo de templos pintados! Por ellas es dicho: arma del diablo, cabeça de pecado, destruyción de parayso. ?No has rezado en la festiuidad de Sant Juan, do dize: las mugeres y el vino hazen los hombres renegar; do dize: Esta es la muger, antigua malicia que a Adán echó de los deleytes de parayso; ésta el linaje humano metió en el infierno; a ésta menospreció Helías propheta &c?
SEMPRONIO. Vous ai-je fâché ? Lisez les historiens, étudiez les philosophes, les poëtes : leurs ouvrages sont remplis de ces honteux exemples et des malheureuses fins de ceux qui, comme vous, firent trop de cas des femmes. Lisez Salomon, il dit que les femmes et le vin font apostasier les hommes. Prenez conseil de Sénèque, et vous verrez à quel point il les estime. Écoutez Aristote, consultez saint Bernard : gentils, juifs, chrétiens et maures, tous s’accordent à ce sujet. Mais malgré ce que j’ai dit et ce que je pourrai dire d’elles, ne croyez pas qu’il faille en faire une généralité ; il y en a et il y en a eu beaucoup de saintes, de vertueuses et de nobles, dont l’éclatante couronne rachète le blâme acquis par les autres. Mais quant à ces dernières, qui suffirait à citer leurs mensonges, leurs intrigues, leur versatilité, leur impudeur, leurs pleurnicheries, leur fausseté, leur audace ?

Qui saurait dire tout ce qu’elles pensent, tout ce qu’elles font sans hésiter ? Qui définirait leur dissimulation, leur bavardage, leur fourberie, leur infidélité, leur ingratitude, leur inconstance, leur effronterie, leur présomption, leur vanité, leur folie, leur bassesse, leur gourmandise, leur saleté, leur pusillanimité, leur subtilité, leurs moqueries, leur honteuse complaisance ? Voyez quelle petite cervelle se cache sous ces toques riches et élevées ! quelles pensées s’agitent sous ces fraises empesées, sous ces vêtements fastueux, sous ces robes amples et imposantes !

Qu’on rencontre de honte et d’imperfection sous ces temples brillants de couleurs ! C’est d’elles qu’on a dit : « Armes du diable, tête de péché, destruction du paradis. » N’avez-vous pas lu au livre de la Fête de saint Jean : « Voici la femme, l’antique malice, qui a chassé Adam des délices du paradis ; c’est elle qui a voué la race humaine aux flammes de l’enfer ; c’est elle que le prophète Élie a maudite, etc… »
CAL. __ Di pues, esse Adán, esse Salomón, esse Dauid, esse Aristóteles. Esse Vergilio, essos que dizes, ¿:Cómo se sometieron a ellas? ¿:Soy más que ellos? CALIXTE. Dis-moi pourquoi Adam, Salomon, David, Aristote, Virgile, ceux dont tu parles enfin, se sont-ils soumis aux femmes ? Suis-je plus qu’eux ?
SEMP. __ A los que las vencieron querría que remedasses, que no a los que dellas fueron vencidos. Huye de sus engaños. ?Sabes qué facen? Cosa, que es difícil entenderlas. No tienen modo, no razón, no intención. Por rigor comiençan el ofrescimiento, que de sí quieren hazer. A los que meten por los agujeros denuestan en la calle. Combidan, despiden, llaman, niegan, señalan amor, pronuncian enemiga, ensáñanse presto, apacíguanse luego. Quieren que adeuinen lo que quieren. !O qué plaga! ¡O qué enojo! ¡O qué fastío es conferir con ellas, más de aquel breue tiempo, que son aparejadas a deleyte! SEMPRONIO. Imitez ceux qui les ont vaincues et non ceux qu’elles ont dominés. Fuyez leurs ruses ; sachez qu’elles font des choses qu’on ne peut comprendre ; elles n’ont ni mode, ni raison, ni intention ; elles refusent avec rigueur ce qu’elles meurent d’envie d’offrir ; elles insultent dans la rue ceux qu’elles attirent ensuite dans leurs taudis ; elles invitent et éconduisent ; elles appellent et repoussent ; elles parlent d’amour et expriment de la haine ; elles s’irritent pour un rien et s’apaisent en un instant ; elles veulent qu’on devine tous leurs désirs. Oh ! quelle plaie, quel ennui, quel dégoût d’avoir affaire à elles plus longtemps que les courts instants pendant lesquels elles sont bonnes au plaisir !
CAL. __ ¡Ve! Mientra más me dizes y más inconuenientes me pones, más la quiero. No sé que es es. CALIXTE. Écoute, plus tu m’en dis, plus tu me démontres d’inconvéniens, et plus je sens que je l’aime ; je ne sais ce que c’est.
SEMP. __ No es este juyzio para moços, según veo, que no se saben a razón someter, no se saben administrar. Miserable cosa es pensar ser maestro el que nunca fue discípulo. SEMPRONIO. Ce que je dis est trop sage pour des enfants qui ne savent pas se soumettre à la raison et qui ne veulent pas se laisser diriger. C’est chose misérable que de voir un homme qui n’a jamais été disciple se donner des airs de maître.
CAL. __ ¿:Y tú qué sabes? ¿:Quién te mostró esto? CALIXTE. Mais toi qui sais tout cela, qui te l’a appris ?
SEMP. __ ¿:Quién? Ellas. Que, desque se descubren, assí pierden la vergüença , que todo esto y avn más a los hombres manifiestan. Ponte pues en la medida de honrra, piensa ser más digno de lo que te reputas. Que cierto, peor estremo es dexarse hombre caer de su merescimiento, que ponerse en más alto lugar que deue. SEMPRONIO. Qui ? Elles. Dès qu’elles se découvrent, elles perdent toute honte : elles apprennent tout cela aux hommes et plus encore. Gardez avec elles la mesure de votre honneur ; pensez que vous êtes plus encore que ce que vous estimez ; c’est sans contredit une pire extrémité de tomber de la place qu’on occupe que de se placer plus haut qu’on ne doit.
CAL. __ Pues, ¿:quién yo para esso? CALIXTE. Mais moi, que suis-je pour cela ?
SEMP. __ ¿:Quién? Lo primero eres hombre y de claro ingenio. Y más, a quien la natura dotó de los mejores bienes que tuuo, conuiene a saber, fermosura, gracia, grandeza de miembros, fuerça, ligereza. Y allende desto, fortuna medianamente partió contigo lo suyo en tal quantidad, que los bienes, que tienes de dentro, con los de fuera resplandescen. Porque sin los bienes de fuera, de los quales la fortuna es señora, a ninguno acaece en esta vida ser bienauenturado. Y más, a constelación de todos eres amado. SEMPRONIO. Ce que vous êtes ? Homme d’abord et homme d’esprit ; bien plus, la nature vous a doué de ses meilleurs biens : la beauté, la grâce, une noble taille, la force, la légèreté. Outre tout cela, la fortune a partagé avec vous de telle manière, que vos biens intérieurs vont au mieux avec ceux du dehors ; car sans les biens temporels, dont la fortune est maîtresse, il n’est permis à personne d’être heureux en cette vie. J’ajouterai, ce que personne n’ignore, que vous êtes aimé de tous.
CAL. __ Pero no de Melibea. Y en todo lo que me as gloriado, Sempronio, sin proporción ni comparación se auentaja Melibea. Mira la nobleza y antigüedad de su linaje, el grandíssimo patrimonio, el excelentíssimo ingenio, las resplandescientes virtudes, la altitud y enefable gracia, la soberana hermosura, de la qual te ruego me dexes hablar vn poco, porque aya algún refrigerio. Y lo que te dixere será de lo descubierto; que, si de lo occulto yo hablarte supiera, no nos fuera necessario altercar tan miserablemente estas razones. CALIXTE. Mais non de Mélibée, et elle l’emporte, sans qu’aucune comparaison soit possible, sur tout ce que tu vantes en moi. Vois la noblesse et l’ancienneté de sa famille, son immense patrimoine, son excellent esprit, ses vertus éclatantes, sa grâce ineffable, sa beauté souveraine, de laquelle je te prie de me laisser parler un instant pour que j’aie du moins quelque consolation. Je ne te décrirai que ce que nous pouvons voir, car si je pouvais citer ce qui est caché à nos yeux, il ne nous serait plus nécessaire de discuter d’une manière aussi misérable.
SEMP. __ ¡Qué mentiras y qué locuras dirá agora este cautiuo de mi amo! SEMPRONIO, à part. Que de mensonges, que de folies va dire mon pauvre maître !
CAL. __ ¿:Cómo es eso? CALIXTE. Que dis-tu ?
SEMP. __ Dixe que digas, que muy gran plazer hauré de lo oyr. !Assí te medre Dios, como me será agradable esse sermón! SEMPRONIO. Je dis que j’aurai grand plaisir à vous entendre. (À part.) Dieu te tienne compte de l’agrément que va me donner ce sermon !
CAL. __ ¿:Qué? CALIXTE. Quoi ?
SEMP. __ Que ¡Assí me medre Dios, como me será gracioso de oyr! SEMPRONIO. Dieu m’est témoin de tout le bonheur que j’éprouve à vous écouter.
CAL. __ Pues porque ayas plazer, yo lo figuraré por partes mucho por estenso. CALIXTE. Eh bien ! pour qu’il dure plus longtemps, je te vais faire ce portrait fort en détail.
SEMP. __ ¡Duelos tenemos¡ esto es tras lo que yo andaua. De passarse haurá ya esta importunidad. SEMPRONIO, à part. Me voilà bien, c’est tout le contraire que je cherchais. Cette ennuyeuse corvée va-t-elle durer longtemps ?
CAL. __ Comienço por los cabellos. ?Vees tú las madexas del oro delgado, que hilan en Arabia? Más lindos son y no resplandescen menos. Su longura hasta el postrero assiento de sus pies; después crinados y atados con la delgada cuerda, como ella se los pone, no ha más menester para conuertir los hombres en piedras. CALIXTE. Je commence par les cheveux. As-tu vu ces tresses d’or fin qu’on file en Arabie ? Ils sont plus beaux et ne brillent pas moins. Ils tombent jusque sous ses talons. Quand elle les déroule, quand elle les réunit avec un léger cordon, quand elle les arrange sur sa tête, il n’en faut pas davantage pour changer les hommes en pierres.
SEMP. __ ¡Mas en asnos! SEMPRONIO, à part. Plutôt en ânes.
CAL. __ ¿:Qué dizes? CALIXTE.. Que dis-tu ?
SEMP. __ Dixe que essos tales no serían cerdas de asno. SEMPRONIO. Je dis que de tels crins ne sont pas faits pour des ânes.
CAL. __ ¡Veed qué torpe y qué comparación! CALIXTE. La brute ! quelle comparaison !
SEMP. __ ¿:Tú cuerdo? SEMPRONIO, à part. Êtes-vous sage vous-même ?
CAL. __ Los ojos verdes, rasgados; las pestañas luengas; las cejas delgadas y alçadas; la nariz mediana; la boca pequeña; los dientes menudos y blancos; los labrios colorados y grosezuelos; el torno del rostro poco más luengo que redondo; el pecho alto; la redondez y forma de las pequeñas tetas, ¿:Quién te la podría figurar? ¡Que se despereza el hombre quando las mira ! La tez lisa, lustrosa; el cuero suyo escurece la nieue; la color mezclada, qual ella la escogió para sí. CALIXTE. Ses yeux verts bien fendus, ses longs cils, ses sourcils fins et arqués, son nez moyen, sa bouche petite, ses dents serrées et blanches, ses lèvres colorées et rondelettes, l’ovale parfait de son visage, sa gorge relevée, la rondeur et la forme de ses jolis petits seins ... qui pourrait te peindre tout cela ? L’homme se perd en regardant ces charmes ! Vois sa peau lisse et lustrée, dont la blancheur ternit la blancheur de la neige, ce teint si gracieusement nuancé qu’elle semble l’avoir choisi elle-même.
SEMP. __ ¡En sus treze está este necio! SEMPRONIO, à part. Le niais n’en démordra pas.
CAL. __ Las manos pequeñas en mediana manera, de dulce carne acompañadas; los dedos luengos; las vñas en ellos largas y coloradas, que parescen rubíes entre perlas. Aquella proporción, que veer yo no pude, no sin duda por el bulto de fuera juzgo incomparablemente ser mejor, que la que Paris juzgó entre las tres Deesas. CALIXTE. Ses mains moyennement petites, douces et potelées, ses doigts effilés, ses ongles allongés et colorés qui ressemblent à des rubis entourés de perles Et cette taille que je ne puis voir ; si j’en juge par l’apparence, elle est mieux encore que celle qui reçut la pomme de Pâris, l’arbitre des trois déesses.
SEMP. __ ¿:Has dicho? SEMPRONIO. Avez-vous tout dit ?
CAL. __ Quan breuemente pude. CALIXTE. Aussi brièvement que j’ai pu.
SEMP. __ Puesto que sea todo esso verdad, por ser tú hombre eres más digno. SEMPRONIO. En supposant que tout cela soit la vérité, vous êtes homme et vous êtes plus digne encore.
CAL. __ ¿:En qué? CALIXTE. En quoi ?
SEMP. __ En que ella es imperfecta, por el qual defeto desea y apetece a ti y a otro menor que tú. ?No as leydo el filósofo do dize: assí como la materia apetece a la forma, así la muger al varón? SEMPRONIO. En ce que la femme est imparfaite, et c’est pour ce défaut qu’elle vous désire, vous et tout autre moindre que vous. N’avez-vous pas lu le philosophe qui dit : « De même que la matière convoite la forme, de même la femme convoite l’homme. »
CAL. __ ¡O triste, y quándo veré yo esso entre mí y Melibea! CALIXTE. Hélas ! quand verrai-je cela entre moi et Mélibée ?
SEMP. __ Possible es. Y avnque la aborrezcas, cuanto agora la amas, podrá ser alcançándola y viéndola con otros ojos, libres del engaño en que agora estás. SEMPRONIO. Bientôt peut-être, et lors même que vous la haïriez autant que vous l’aimez, vous pourrez l’obtenir. Considérez-la avec d’autres yeux, libres du prestige qui vous fascine maintenant.
CAL. __ ¿:Con qué ojos? CALIXTE. Avec quels yeux?
SEMP. __ Con ojos claros. SEMPRONIO. Avec des yeux clairvoyants.
CAL. __ Y agora, ¿:Con qué la veo? CALIXTE. Et maintenant comment donc la considéré-je ?
SEMP. __ Con ojos de alinde, con que lo poco parece mucho y lo pequeño grande. Y porque no te desesperes, yo quiero tomar esta empresa de complir tu desseo. SEMPRONIO. Avec des yeux grossissants, à l'aide desquels le peu semble beaucoup et le petit paraît grand. De peur que vous ne vous désespériez, je veux entreprendre d’accomplir votre désir.
CAL. __ ¡O! ¡Dios te dé lo que desseas! ¡Qué glorioso me es oyrte; avnque no espero que lo has de hazer! CALIXTE. Oh ! Dieu te donne ce que tu souhaites ! Que je suis heureux de t’entendre, bien que je n’espère rien de ce que tu veux faire !
SEMP. __ Antes lo haré cierto. SEMPRONIO. Je réussirai avant peu.
CAL. __ Dios te consuele. El jubón de brocado, que ayer vestí, Sempronio, vistétele tú. CALIXTE. Dieu t’exauce ! Le pourpoint de brocart que je portais hier, Sempronio, je te le donne.
SEMP. __ Prospérete Dios por este y por muchos más, que me darás. De la burla yo me lleuo lo mejor. Con todo, si destos aguijones me da, traérgela he hasta la cama. !Bueno ando¡ Házelo esto, que me dio mi amo; que, sin merced, impossible es obrarse bien ninguna cosa. SEMPRONIO. Dieu vous récompense pour ce don et pour tous ceux que vous me ferez. (À part.) J’ai les meilleurs bénéfices de la plaisanterie ; s’il me stimule avec de tels aiguillons, je la lui amènerai jusque dans son lit. Bon courage ! ce sera là le résultat des cadeaux de mon maître ; sans récompense, rien n’arrive à bonne fin.
CAL. __ No seas agora negligente. CALIXTE. Ne néglige rien.
SEMP. __ No lo seas tú, que impossible es fazer sieruo diligente el amo perezoso. SEMPRONIO. Et faites de même, jamais maître négligent ne rendit valet diligent.
CAL. __ ¿:Cómo has pensado de fazer esta piedad? CALIXTE. Comment penses-tu parvenir à me rendre service ?
SEMP. __ Yo te lo diré. Días ha grandes que conosco en fin desta vezindad vna vieja barbuda, que se dize Celestina, hechicera, astuta, sagaz en quantas maldades ay. Entiendo que passan de cinco mill virgos los que se han hecho y deshecho por su autoridad en esta cibdad. A las duras peñas promouerá y prouocará a luxuria, si quiere. SEMPRONIO. Je vais vous le dire. Il y a longtemps que je connais dans le voisinage une vieille barbue qui se fait appeler Célestine : c’est une rusée sorcière, habile à toute espèce de méchanceté. Je crois qu’on peut élever à cinq mille le nombre de virginités qui ont été faites et défaites par son autorité dans cette ville. Si elle le voulait, elle exciterait à la luxure et pousserait l’une vers l’autre les pierres les plus dures.
CAL. __ ¿:Podríala yo fablar? CALIXTE. Pourrai-je lui parler ?
SEMP. __ Yo te la traeré hasta acá. Por esso, aparéjate, seyle gracioso, seyle franco. Estudia, mientra vo yo, de le dezir tu pena tan bien como ella te dará el remedio. SEMPRONIO. Je vous l’amènerai ici. Préparez-vous à sa visite ; soyez avec elle gracieux et généreux surtout, et, pendant que je vais la chercher, disposez-vous à lui dire votre peine aussi clairement qu’elle vous en indiquera le remède.
CAL. __ ¿:Y tardas? CALIXTE. Ne tarde pas.
SEMP. __ Ya voy. Quede Dios contigo. SEMPRONIO. Je pars, Dieu vous garde !
CAL. __ Y contigo vaya. CALIXTE. Qu’il t’accompagne !
¡O todopoderoso, perdurable Dios! Tú, que guías los perdidos y los reyes orientales por el estrella precedente a Belén truxiste y en su patria los reduxiste, humilmente te ruego que guíes a mi Sempronio, en manera que conuierta mi pena y tristeza en gozo y yo indigno merezca venir en el deseado fin. CALIXTE. seul. Ô Dieu tout-puissant et éternel ! toi qui guides les hommes égarés, toi qui envoyas une étoile pour amener à Bethléem les rois de l’Orient et les reconduire dans leur patrie ! je te conjure humblement de guider mon Sempronio de telle manière qu’il puisse changer en joie ma peine et ma tristesse, et me conduire, moi indigne, au but que je désire tant !
CELESTINA. __ ¡Albricias! ¡Albricias! Elicia. !Sempronio! ¡Sempronio! CELESTINE. Bonne nouvellevoici Sempronio.
ELICIA. __ ¡Ce! ¡Ce! ¡Ce! ÉLICIE. Chut, chut, silence !
CEL. __ ¿:Por qué? CELESTINE. Pourquoi ?
ELIC. __ Porque está aquí Crito. ÉLICIE. Criton est ici.
CEL. __ ¡Mételo en la camarilla de las escobas! ¡ Presto ! Dile que viene tu primo y mi familiar. CELESTINE. Cache-le dans la chambre aux balais, vite. Dis-lui que c’est ton cousin, un de mes habitués qui vient.
ELIC. __ Crito, retráete ay. Mi primo viene. !Perdida soy! ÉLICIE. Criton, cache-toi ici. Voici mon cousin, je suis perdue.
CRITO. __ Plázeme. No te congoxes. CRITON. Volontiers, ne t’inquiète pas.
SEMP. __ ¡Madre bendita! ¡Qué desseo traygo! ¡Gracias a Dios, que te me dexó ver! SEMPRONIO. Bonne mère ! que je désirais te voir ! Grâces à Dieu, qui me conduit vers toi.
1. CEL. __ ¡Fijo mio! ¡Rey mio! Turbado me has. No te puedo fablar. Torna y dame otro abraço. ?Y tres días podiste estar sin vernos? ¡ Elicia! ¡Elicia! ¡Cátale aquí! CELESTINE. Mon fils, mon roi, tu m’as effrayée, je ne puis parler. Viens, embrasse-moi de nouveau. Comment as-tu pu passer trois jours sans nous voir ? Élicie, Élicie, le voilà.
ELIC. __ ¿:A quién, madre? ÉLICIE. Qui, mère ?
CEL. __ A Sempronio. CELESTINE. Sempronio.
ELIC. __ ¡Ay triste ! ¡Qué saltos me da el coraçón ! ¿:Y qué es dél? ÉLICIE. Ah ! mon Dieu ! le cœur me bat ! Où est-il ?
CEL. __ Vesle aquí, vesle. Yo me le abraçaré; que no tú. CELESTINE. Il est ici, je l’embrasse sans toi.
ELIC. __ ¡Ay ! ¡ Maldito seas, traydor ! Postema y landre te mate y a manos de tus enemigos mueras y por crímenes dignos de cruel muerte en poder de rigurosa justicia te veas. !Ay, ay! ÉLICIE. Ah ! maudit traître ! la fièvre te tue, puisses-tu mourir entre les mains de tes ennemis puisses-tu te trouver au pouvoir de la justice pour des crimes dignes de mort ! Ah !
SEMP. __ ¡Hy! ¡hy! ¡ Hy! ¿:Qué has, mi Elicia? ¿:De qué te congoxas? SEMPRONIO. Ha, ha, ha ! Qu’est-ce, mon Élicie ? De quoi te tourmentes-tu ?
ELIC. __ Tres días ha que no me ves. !Nunca Dios te vea, nunca Dios te consuele ni visite! ¡Guay de la triste, que en ti tiene su esperança y el fin de todo su bien! ÉLICIE. Il y a trois jours que tu n’es venu me voir. Que jamais Dieu ne te regarde, que jamais Dieu ne te console et ne te visite ! Malheur à la femme qui met en toi son espérance et tout son bien !
SEMP. __ ¡Calla, señora mia ! ¿:Tú piensas que la distancia del lugar es poderosa de apartar el entrañable amor, el fuego, que está en mi coraçón? Do yo vo, comigo vas, comigo estás. No te aflijas ni me atormentes más de lo que yo he padecido. Mas di, ¿:Qué passos suenan arriba? SEMPRONIO. Tais-toi, ma reine, crois-tu que la distance qui nous sépare soit assez grande pour éteindre mon violent amour et le feu qui brûle dans mon cœur ? Où je vais, tu viens avec moi, tu es avec moi ; ne t’afflige pas, ne cherche pas à souffrir plus que je ne souffre. Mais, dis-moi, quels sont ces pas que j’entends là-haut ?
ELIC. __ ¿:Quién? Vn mi enamorado. ÉLICIE. Qui marche là-haut ? Un mien amoureux.
SEMP. __ Pues créolo. SEMPRONIO. Oui, je le crois.
ELIC. __ ¡Alahé! Verdad es. Sube allá y verle has. ÉLICIE. En vérité, monte, tu verras.
SEMP. __ Voy. SEMPRONIO. J’y vais.
CEL. __ ¡Anda acá! Dexa essa loca, que ella es liuiana y, turbada de tu absencia, sácasla agora de seso. Dirá mill locuras. Ven y fablemos. No dexemos passar el tiempo en balde. CELESTINE. Veux-tu bien rester ! laisse là cette folle, que ton absence a étourdie et qui perd la tête. Elle va te dire mille sottises. Viens près de moi, nous causerons. Ne laissons pas ainsi passer le temps inutilement.
SEMP. __ ¿:Pues, Quién está arriba? SEMPRONIO. Mais qui est en haut ?
CEL. __ ¿:Quiéreslo saber? CELESTINE. Tu veux le savoir ?
SEMP. __ Quiero. SEMPRONIO. Oui.
CEL. __ Vna moça, que me encomendó vn frayle. CELESTINE. Une jeune fille qu’un moine m’a donnée à garder !
SEMP. __ ¿:Qué frayle? SEMPRONIO. Quel moine ?
CEL. __ No lo procures. CELESTINE. Peu t’importe.
SEMP. __ Por mi vida, madre, ¿:qué frayle? SEMPRONIO. Sur ma vie, mère, quel moine ?
CEL. __ ¿:Porfías? El ministro el gordo. CELESTINE. Entêté ! le prêtre, le gros
SEMP. __ ¡O desauenturada y qué carga espera! SEMPRONIO. La malheureuse, quelle charge l’attend !
CEL. __ Todo lo leuamos. Pocas mataduras as tú visto en la barriga. CELESTINE. Nous portons chacune la nôtre. As-tu remarqué, malgré cela, beaucoup d’écorchures sur le ventre des femmes ?
SEMP. __ Mataduras no; mas petreras sí. SEMPRONIO. Des écorchures, non, mais des meurtrissures, oui.
CEL. __ ¡ Ay burlador! CELESTINE. Ah ! farceur !
SEMP. __ Dexa, si soy burlador; muéstramela. SEMPRONIO. Écoute, si je suis farceur, laisse-la moi voir.
ELIC. __ ¡ Ha don maluado! Verla quieres? ¡Los ojos se te salten! que no basta a ti vna ni otra. !Anda! véela y dexa a mi para siempre. ÉLICIE. Ah ! don maudit ! tu veux la voir ? Les yeux te démangent, une seule ne te suffit pas. Marche et laisse-moi pour toujours.
SEMP. __ ¡ Calla, Dios mio ! ¿:Y enójaste? Que ni la quiero ver a ella ni a muger nascida. A mi madre quiero fablar y quédate adiós. SEMPRONIO. Tais-toi, ma vie, ne te fâche pas ; je ne veux voir ni elle ni aucune autre femme au monde. Je veux parler à la mère. Adieu !
ELIC. __ ¡Anda, anda! ¡Vete, desconoscido y está otros tres años, que no me bueluas a ver! ÉLICIE. Adieu ; va, indigne, reste encore trois autres années sans revenir.
SEMP. __ Madre mia, bien ternás confiança y creerás que no te burlo. Toma el manto y vamos, que por el camino sabrás lo que, si aquí me tardasse en dezirte impediría tu prouecho y el mio. SEMPRONIO. Mère, aie confiance en moi et sois persuadée que je ne veux pas me jouer de toi. Prends ta mante et partons ; en chemin je te dirai une chose qui est telle que si je m’arrêtais ici pour te l’apprendre, c’en serait fait de ton profit et du mien.
CEL. __ Vamos. Elicia, quédate adiós, cierra la puerta. !Adiós paredes! CELESTINE. Partons. Élicie, Dieu te garde, ferme la porte. Adieu, maison
SEMP. __ ¡ O madre mia! Todas cosas dexadas aparte, solamente sey atenta y ymagina en lo que te dixere y no derrames tu pensamiento en muchas partes. Que quien junto en diuersos lugares le pone, en ninguno le tiene; sino por caso determina lo cierto. Y quiero que sepas de mí lo que no has oydo y es que jamás pude, después que mi fe contigo puse, desear bien de que no te cupiesse parte. SEMPRONIO. Ô ma mère ! laissons là toute autre question ; écoute-moi attentivement et réfléchis à ce que je vais te dire ; ne laisse pas aller ton imagination à droite et à gauche, car celui qui pense à plusieurs choses à la fois ne pense bien à aucune. Je veux que tu saches de moi chose que tu n’as jamais entendue, et chose telle que, depuis que j’ai foi en toi, je n’ai rien pu désirer de mieux pour t’en faire part.
CEL. __ Parta Dios, hijo, de lo suyo contigo, que no sin causa lo hará, siquiera porque has piedad desta pecadora de vieja. Pero di, no te detengas. Que la amistad, que entre ti y mí se affirma, no ha menester preámbulos ni correlarios ni aparejos para ganar voluntad. Abreuia y ven al fecho, que vanamente se dize por muchas palabras lo que por pocas se puede entender. CELESTINE. Que Dieu partage ses biens avec toi, mon fils, il ne le fera pas sans raison, puisque tu as pitié de cette pauvre vieille pécheresse. Mais parle, ne t’arrête pas, l’amitié qui existe entre nous deux n’a besoin ni de préambules ni de précautions pour captiver la bonne volonté. Abrège et va au fait, il est inutile d’employer beaucoup de paroles quand il ne faut qu’un mot.
SEMP. __ Assí es. Calisto arde en amores de Melibea. De ti y de mí tiene necessidad. Pues juntos nos ha menester, juntos nos aprouechemos. Que conoscer el tiempo y vsar el hombre de la oportunidad hace los hombres prósperos. SEMPRONIO. Tu as raison. Calixte est éperdument amoureux de Mélibée, il a besoin de toi et de moi. Puisque nous lui sommes tous deux nécessaires, profitons-en tous deux ; connaître le temps et saisir l’occasion, c’est ce qui fait prospérer les hommes.
CEL. __ Bien has dicho, al cabo estoy. Basta para mí mescer el ojo. Digo que me alegro destas nuevas, como los cirujanos de los descalabrados. Y como aquéllos dañan en los principios las llagas y encarecen el prometimiento de la salud, assí entiendo yo facer a Calisto. Alargarle he la certenidad del remedio, porque, como dizen, el esperança luenga aflige el coraçón y, quanto él la perdiere, tanto gela promete. !Bien me entiendes! CELESTINE. Tu as bien dit, je suis au fait, un clin d’œil me suffit. Je me réjouis de cette nouvelle tout autant que les chirurgiens des blessures. Et de même que ceux-ci irritent toujours le mal dans le principe et ne donnent pas grand espoir de guérison, de même j’agirai avec Calixte. J’éloignerai de lui toute espérance de salut, parce que longue attente afflige le cœur ; et plus je lui ferai de peine en lui ôtant l’espoir, plus je lui ferai de plaisir en le lui rendant. Tu m’entends ?
177. SEMP. __ Callemos, que a la puerta estamos y, como dizen, las paredes han oydos. SEMPRONIO. Taisons-nous, nous voici à la porte, et, comme on dit, les murs ont des oreilles.
178. CEL. __ Llama. CELESTINE. Frappe.
179. SEMP. __ Tha, tha, tha. SEMPRONIO. Tac, tac, tac.
180. CAL. __ Pármeno. CALIXTE, dans l’intérieur. Parmeno !
181. PARM. __ Señor. PARMENO. Seigneur ?
182. CAL. __ ¿:No oyes, maldito sordo? CALIXTE. N’entends-tu pas, maudit sourd ?
183. PARM. __ ¿:Qué es, señor? PARMENO. Qu’est-ce, seigneur ?
184. CAL. __ A la puerta llaman; corre. CALIXTE. On frappe à la porte, cours.
185. PARM. __ ¿:Quién es? PARMENO. Qui est là ?
186. SEMP. __ Abre a mí y a esta dueña. SEMPRONIO. Ouvre à moi et à cette vieille dame.
187. PARM. __ Señor, Sempronio y vna puta vieja alcoholada dauan aquellas porradas. PARMENO. Seigneur, ce sont Sempronio et une vieille putain toute fardée.
188. CAL. __ Calla, calla, maluado, que es mi tía. Corre, corre, abre. Siempre lo vi, que por huyr hombre de vn peligro, cae en otro mayor. Por encubrir yo este fecho de Pármeno, a quien amor o fidelidad o temor pusieran freno, cay en indignación desta, que no tiene menor poderío en mi vida que Dios. CALIXTE. Silence, tais-toi, maudit, c’est ma tante, cours et va ouvrir. (À part.) J’ai toujours vu que lorsque l’homme veut fuir un danger, il tombe dans un danger plus grand. En cachant cette affaire à Parmeno, que je pouvais maintenir par attachement, par fidélité ou par crainte, j’ai encouru la colère de cette femme qui a un si grand pouvoir sur ma vie.
189. PARM. __ ¿:Por qué, señor, te matas? ¿:Por qué, señor, te congoxas? ¿:Y tú piensas que es vituperio en las orejas desta el nombre que la llamé? No Lo creas; que assí se glorifica en le oyr, como tú, quando dizen: ¡Diestro cauallero es Calisto! y demás desto, es nombrada y por tal título conocida. Si entre cient mugeres va y alguno dize: ¡Puta vieja!, sin ningún empacho luego buelue la cabeça y responde con alegre cara. En los conbites, en las fiestas, en las bodas, en las cofadrías, en los mortuorios, en todos los ayuntamientos de gentes, con ella passan tiempo. Si passa por los perros, aquello suena su ladrido; si está cerca las aues, otra cosa no cantan; si cerca los ganados, balando lo pregonan; si cerca las bestias, rebuznando dizen: ¡Puta vieja! las ranas de los charcos otra cosa no suelen mentar. Si va entre los herreros, aquello dizen sus martillos. Carpinteros y armeros, herradores, caldereros, arcadores, todo oficio de instrumento forma en el ayre su nombre. Cántanla los carpinteros, péynanla los peynadores, texedores. Ladradores en las huertas, en las aradas, en las viñas, en las segadas con ella passan el afán cotidiano. Al perder en los tableros, luego suenan sus loores. Todas cosas, que son hazen, a do quiera que ella está, el tal nombre representan. ¡O qué comedor de hueuos asados era su marido! ¿:Qué quieres más, sino, si una piedra toca con otra, luego suena ¡Puta vieja! PARMENO. Pourquoi, seigneur, vous adressez-vous des reproches ? pourquoi vous tourmentez-vous ? Pensez-vous que le nom que j’ai donné à cette vieille ait quelque chose de choquant pour ses oreilles ? Ne le croyez pas ; elle se fait autant de gloire de l’entendre que vous lorsqu’on dit : « Calixte est un habile cavalier. » C’est ainsi qu’on la nomme, c’est sous ce titre qu’elle est connue. Si elle se trouve au milieu de cent femmes et que quelqu’un, en passant, dise : « Vieille putain, » sans aucun doute elle tourne à l’instant la tête et répond en souriant. Dans les réunions, dans les fêtes, dans les noces, dans les festins, dans les enterrements, dans toutes les assemblées on la rencontre. Si elle passe près des chiens, ils aboient son nom ; si elle se trouve près des oiseaux, ils ne chantent pas autre chose ; si les moutons l’aperçoivent, ils la nomment en bêlant ; si les bestiaux la rencontrent, ils disent en beuglant : « Vieille putain ! » les grenouilles des marais ne prononcent pas d’autre mot ; si elle va près des forgerons, leurs marteaux l’appellent ; ainsi font les charpentiers, les armuriers, les serruriers, les chaudronniers, toute espèce de métier lance son nom dans les airs. Les charpentiers la chantent, les matelassiers la cardent, les tisserands l’ourdissent. Les laboureurs dans les vergers, dans les vignes, dans les blés, passent avec elle leur travail de chaque jour ; les joueurs, quand ils perdent, chantent ses louanges. Tout ce qui a un son, partout où elle se trouve, reproduit son nom. Que voulez-vous de plus ? Si une pierre heurte contre une autre pierre, elle dit à l’instant : « Vieille putain ! »
CAL. __ Y tú ¿:Cómo lo sabes y la conosces? CALIXTE. Comment sais-tu cela ? comment la connais-tu ?
PARM. __ Saberlo has. Días grandes son passados que mi madre, muger pobre, moraua en su vezindad, la qual rogada por esta Celestina, me dio a ella por siruiente; avnque ella no me conoçe, por lo poco que la seruí y por la mudança, que la edad ha hecho.
PARMENO. Je vais vous le dire. Il y a longtemps que ma mère, pauvre femme, demeurait dans son voisinage ; à la prière de Célestine, elle me donna à elle pour la servir. La sorcière ne me connaît guère cependant, car je l’ai servie peu de temps, et l’âge m’a changé depuis.
CAL. __ ¿:De qué la seruías? CALIXTE. Et à quoi lui servais-tu ?
PARM. __ Señor, yua a la plaça y trayale de comer y acompañáuala; suplía en aquellos menesteres, que mi tierna fuerça bastaua. Pero de aquel poco tiempo que la seruí, recogía la nueua memoria lo que la vejez no ha podido quitar. Tiene esta buena dueña al cabo de la ciudad, allá cerca de las tenerías, en la cuesta del río, vna casa apartada, medio cayda, poco compuesta y menos abastada. Ella tenía seys oficios, conuiene sauer: labrandera, perfumera, maestra de fazer afeytes y de fazer virgos, alcahueta y vn poquito hechizera. Era el primer oficio cobertura de los otros, so color del qual muchas moças destas siruientes entrauan en su casa a labrarse y a labrar camisas y gorgueras y otras muchas cosas. Ninguna venía sin torrezno, trigo, harina o jarro de vino y de las otras prouisiones, que podían a sus amas furtar : Y avn otros furtillos de más qualidad allí se encubrían. Asaz era amiga de estudiantes y despenseros y moços de abades.. A estos vendía ella aquella sangre innocente de las cuytadillas, la qual ligeramente auenturauan en esfuerço de la restitución que ella les prometía. Subió su fecho a más: que por medio de aquéllas comunicaua con las más encerradas, hasta traer a execución su propósito. Y aquéstas en tiempo onesto, como estaciones, processiones de noche, missas del gallo, missas del alua y otras secretas deuociones. Muchas encubiertas vi entrar en su casa. Tras ellas hombres descalços, contritos y reboçados, desatacados, que entrauan allí a llorar sus pecados. ! Qué tráfagos, si piensas, traya¡ Hazíase física de niños, tomaua estambre de vnas casas, dáualo a filar en otras, por achaque de entrar en todas. Las vnas: ¡Madre acá! las otras: ¡Madre acullá!; ¡Cata la vieja!; ¡Ya viene el ama!: de todos muy conocida. Con todos estos afanes, nunca passaua sin missa ni bísperas ni dexaua monesterios de frayles ni de monjas. Esto porque allí fazía ella sus aleluyas y conciertos.

Y en su casa fazía perfumes, falsaua estoraques, menjuy, animes, á ámbar, algalia, poluillos, almizcles, mosquetes. Tenía vna cámara llena de alambiques, de redomillas, de barrilejos de barro, de vidrio, de arambre, de estaño, hechos de mill faziones. Hazía solimán, afeyte cozido, argentadas, bujelladas, cerillas, llanillas, vnturillas, lustres, luzentores, clarimientes, alualinos y otras aguas de rostro, de rasuras de gamones, de cortezas de spantalobos, de taraguntia, de hieles, de agra, de mosto, destiladas y açucaradas. Adelgazaua los cueros con çumos de limones, con turuino, con tuétano de corço y de garça, y otras confaciones. Sacaua agua para oler, de rosas, de azahar, de jasmín, de trébol, de madreselua y clauellinas, mosquetas y almizcladas, poluorizadas, con vino. Hazía lexías para enrubiar, de sarmientos, de carrasca, de centeno, de marrubios, con salitre, con alumbrey millifolia y otras diuersas cosas. Y los vntos y mantecas, que
tenia, es hasto de dezir: de vaca, de osso, de cauallos y decamellos, de culebra y de conejo, de vallena, de garça y dealcarauán y de gamo y de gato montés y de texón, de harda, deherizo, de nutria. Aparejos para baños, esto es vna marauilla, delas yeruas y rayzes, que tenía en el techo de su casa colgadas:manzanilla y romero, maluauiscos, culantrillo, coronillas, flor desauco y de mostaza, espliego y laurel blanco, tortarosa ygramonilla, flor saltuaje y higueruela, pico de oro y hoja tinta. Los azeytes que sacaua para el rostro no es cosa de creer: de estoraque y de jazmín, de limón, de pepitas, de violetas, de menjuy, de alfócigos, de piñones, de granillo, de açofeyfas, de neguilla, de altramuzes, de aruejas y de carillas y de yerua paxarera. Y vn poquillo de bálsamo tenía ella en vna redomilla, que guardaua para aquel rascuño, que tiene por las narizes. Esto de los virgos, vnos facía de bexiga y otros curaua de punto. Tenía en vn tabladillo, en vna caxuela pintada, vnas agujas delgadas de pellejeros y hilos de seda encerados y colgadas allí rayzes de hojaplasma y fuste sanguino, cebolla albarrana y cepacauallo. Hazía con esto marauillas: que, quando vino por aquí el embaxador francés, tres vezes vendió por virgen vna criada, que tenía.
PARMENO. Seigneur, j’allais au marché, je lui apportais ses provisions et je l’accompagnais. J’accomplissais près d’elle les devoirs auxquels suffisaient mes petites forces. Dans ce peu de temps que je l’ai servie, j’ai garni ma mémoire de bien des choses que quelques années n’en ont pu arracher. Cette bonne vieille possède au bout de la ville, près des tanneries, sur le bord de la rivière, une maison isolée, à moitié détruite, peu meublée et encore moins abondamment pourvue. Elle y faisait une demi-douzaine de métiers : elle était lingère, parfumeuse, maîtresse passée dans l’art de fabriquer du fard et de restaurer les virginités, maquerelle et quelque peu sorcière. Le premier métier servait de couverture pour les autres ; à l’ombre de cette profession, bien des servantes entraient dans sa maison pour faire métier d’elles-mêmes23, puis pour faire des chemises, des gorgerettes et bien d’autres ouvrages. Pas une ne venait sans provisions : du jambon, un peu de blé, de la farine, du vin et choses semblables qu’elle dérobait à ses maîtres ; là se recelaient bien des vols de toute qualité. La vieille connaissait bon nombre d’étudiants, d’économes et de novices de couvents ; elle leur vendait le sang innocent de ces pauvres filles, qui l’aventuraient hardiment, confiantes en la restitution qu’elle leur promettait. Elle alla plus loin : à l’aide de ses élèves, elle communiquait avec les filles les mieux surveillées, et venait toujours à bout de ses projets. J’ai vu entrer bon nombre de ces dernières en temps de prières, à l’aide des stations, des processions de nuit, des messes de Noël, des messes de l’aube et de mille prétextes de dévotion ; derrière elles venaient des hommes déchaussés, à l’air contrit, à demi vêtus, semblables à des pénitents, et qui se rendaient chez la vieille pour pleurer leurs péchés. Pensez quel trafic c’était ! Elle faisait profession de soigner les petits enfants, elle prenait du lin dans une maison et le donnait à filer dans l’autre, tout cela pour avoir moyen d’entrer partout. Partout on la connaissait : « Mère par ci, mère par là, voilà la vieille, voici la matrone. » Malgré tant d’affaires, elle ne négligeait ni messe ni vêpres ; elle ne manquait aucun couvent de moines ou de religieuses : c’est là qu’elle disait ses dévotions et ses intrigues.

Dans sa maison, elle faisait des parfums, falsifiait des essences, du benjoin, de l’ambre, du musc, des poudres, des odeurs. Elle avait une chambre pleine d’alambics, de fioles, de petits barils de terre, de verre, de cuivre et d’étain, faits de mille façons ; elle fabriquait du sublimé, des fards, des fausses broderies, des petites bougies, de la laine, des pommades, de l’eau lustrale, des eaux pour le teint, du blanc et autres drogues pour le visage, avec de la lie de vin, avec de l’asphodèle, avec de l’écorce de baguenaudier, de la serpentaire, du fiel, du verjus. Elle distillait des sirops et des choses sucrées. Elle adoucissait la peau avec du jus de limon, du turbith, de la moelle de chevreuil et de héron et autres matières. Elle fabriquait des eaux de senteurs, de roses, d’oranges, de citrons, de jasmins, de chèvrefeuille, d’œillets sauvages musqués, pulvérisés avec du vin. Elle faisait une lessive pour teindre les cheveux en blond avec des sarments, du chêne vert, du seigle, des marrubes, du salpêtre, de l’alun et diverses autres choses. Il serait fastidieux de dire les graisses, les beurres, les suifs qu’elle possédait. Elle en avait de vache, d’ourse, de jument, de chamelle, de couleuvre, de lapin, de baleine, de héron, de butor, de daim, de chat sauvage, de blaireau, de hérisson, de loutre ; des essences pour bains, en quantité. Rien n’est merveilleux comme le nombre d’herbes et de racines qui étaient suspendues au toit de sa maison. De la camomille, du romarin, de la guimauve, de la capillaire, du mélilot, de la fleur de sureau et de moutarde, du nard, du laurier blanc, de la fleur sauvage, du figuier, du bec d’or, de la feuille noire. Elle composait pour le visage un nombre incroyable d’huiles, d’alibousier, de jasmin, de limon, de pépins, de violettes, de benjoin, de pistachier, de pignons, de jujubier, de lupin, de pois chiches, d’herbe aux oiseaux. Elle conservait précieusement dans une armoire un petit pot de baume pour cette balafre qu’elle a au travers du nez. Quant aux virginités endommagées, elle refaisait les unes avec de petites vessies, elle réparait les autres avec un point de couture. Elle a sur une tablette, dans une petite armoire peinte, quelques aiguilles très-fines de pelletier et des fils de soie cirée, des racines de fustet, d’ognon sauvage et de poireau ; avec cela elle faisait des merveilles. Quand l’ambassadeur français vint ici, elle lui vendit trois fois pour vierge une servante qu’elle avait.
CAL. __ ¡ Así pudiera ciento! CALIXTE. Elle eût pu le faire pour cent autres.
PARM. __ ¡Sí, santo Dios! Y remediaua por caridad muchas huérfanas y cerradas, que se encomendauan a ella. Y en otro apartado tenía para remediar amores y para se querer bien. Tenía huessos de coraçón de cieruo, lengua de bíuora, cabeças de codornizes, sesos de asno, tela de cauallo, mantillo de niño, haua morisca, guija marina, soga de ahorcado, flor de yedra, espina de erizo, pie de texó, granos de helecho, la piedra del nido del á águila y otras mill cosas. Venían a ella muchos hombres y mugeres y a vnos demandaua el pan do mordían; a otros, de su ropa; a otros, de sus cabellos; a otros, pintaua en la palma letras con açafrán; a otros, con bermellón; a otros, daua vnos coraçones de cera, llenos de agujas quebradas y otras cosas en barro y en plomo hechas, muy espantables al ver. Pintaua figuras, dezía palabras en tierra. ?Quién te podrá dezir lo que esta vieja fazía? Y todo era burla y mentira. PARMENO. Ah ! Dieu puissant ! elle restaurait par charité un grand nombre d’orphelines et de pauvres égarées qui s’adressaient à elle. Dans une pièce éloignée, elle avait mille remèdes pour les amours malheureux et des philtres pour se faire aimer. Elle avait des morceaux de cœur de cerf, de langue de vipère, des têtes de cailles, des cervelles d’ânes, des excréments de cheval et de petit enfant, des fèves mauresques, des aiguilles aimantées, des cordes de pendus, de la fleur de lierre, des pointes de hérisson, des pieds de blaireau, des graines de fougère, la pierre du nid de l’aigle et mille autres choses. Bien des hommes et des femmes venaient la consulter : aux uns elle demandait le pain dans lequel ils mordaient, aux autres un morceau de leur robe, à d’autres des mèches de leurs cheveux ; à ceux-ci elle peignait des caractères avec du safran dans la paume de la main, à ceux-là des signes avec du vermillon ; à quelques-uns elle donnait des cœurs de cire pleins d’aiguilles brisées et d’autres choses faites de glaise et de plomb et fort hideuses à voir. Elle traçait des figures, marmottait des paroles près de terre… Qui pourrait vous dire ce que faisait cette vieille sorcière ? tout était mensonge et moquerie.
CAL. __ Bien está, Pármeno. Déxalo para más oportunidad. Asaz soy de ti auisado. Téngotelo en gracia No nos detengamos, que la necessidad desecha la tardança. Oye. Aquélla viene rogada. Espera más que deue. Vamos, no se indigne. Yo temo y el temor reduze la memoria y a la prouidencia despierta. !Sus! Vamos, proueamos. Pero ruégote, Pármeno, la embidia de Sempronio, que en esto me sirue y complaze no ponga impedimiento en el remedio de mi vida. Que, si para él houo jubón, para ti no faltará sayo. Ni pienses que tengo en menos tu consejo y auiso, que su trabajo y obra: como lo espiritual sepa yo que precede a lo corporal y que, puesto que las bestias corporalmente trabajen más que los hombres, por esso son pensadas y curadas; pero no amigas dellos. En la tal diferencia seras comigo en respeto de Sempronio. Y so secreto sello, pospuesto el dominio, por tal amigo a ti me concedo. CALIXTE. Tout cela est bien, Parmeno ; nous y reviendrons en temps opportun. Je te sais bon gré de ces avis et t’en remercie. Ne perdons plus de temps, car la nécessité n’aime pas les retards. Cette vieille vient ici à ma demande ; elle attend plus qu’elle ne devrait le faire ; il ne faut pas qu’elle s’impatiente. Je crains, et la crainte éveille la mémoire et force à chercher des ressources. Allons, hâtons-nous, avisons. Mais, je t’en conjure, Parmeno, que la jalousie qui règne entre toi et Sempronio, qui me sert à cette occasion, ne mette pas obstacle au remède de ma vie ; si pour lui j’ai trouvé un pourpoint, la casaque ne te manquera point. Ne pense pas que je fasse moins de cas de tes conseils et de tes avis, que de ses démarches et de ses peines. Je sais que les droits de l’esprit passent avant les droits du corps. Les animaux travaillent plus de corps que les hommes ; c’est pour cela qu’on les soigne, qu’on les panse ; mais on ne les prend pas en amitié. C’est là la différence que je veux établir entre Sempronio et toi, je te le dis sous le sceau du secret. À part mes droits de maître, c’est toi que je choisirai pour ami.
PARM. __ Quéxome, señor, de la dubda de mi fidelidad y seruicio, por los prometimientos y amonestaciones tuyas. ?Quándo me viste, señor, embidiar o por ningún interesse ni resabio tu prouecho estorcer? PARMENO. J’ai le droit de me plaindre, seigneur, si j’en juge par vos promesses et vos protestations, de ce que vous semblez mettre en doute mon zèle et ma fidélité. Quand m’avez-vous vu, seigneur, agir avec envie ou négliger vos intérêts pour quelque profit personnel ?
CAL. __ No te escandalizes. Que sin dubda tus costumbres y gentil criança en mis ojos ante todos los que me siruen están. Mas como en caso tan árduo, do todo mi bien y vida pende, es necessario proueer, proueo a los contescimientos. Como quiera que creo que tus buenas costumbres sobre buen natural florescen, como el buen natural sea principio del artificio. Y no más; sino vamos a ver la salud. CALIXTE. Ne te fâche pas, car de tous mes serviteurs tu es celui dont la conduite et la tenue me sont les plus agréables. Mais dans cette occasion importante de laquelle dépendent mon bonheur et ma vie, il faut agir de prévoyance, et j’avise aux événements. Je sais qu’une bonne conduite comme la tienne vaut mieux qu’un bon naturel, mais je sais aussi que le bon naturel est le principe de la ruse. N’en parlons pas davantage et courons à mon salut.
CEL. __ Pasos oygo. Acá descienden. Haz, Sempronio, que no lo oyes. Escucha y déxame hablar lo que a ti y a mí me conuiene. CELESTINE, à la porte. J’entends marcher, on descend. Sempronio, fais semblant de ne pas les entendre, écoute et laisse-moi dire ce qui convient à nos intérêts à tous deux.
SEMP. __ Habla. SEMPRONIO. Parle.
CEL. __ No me congoxes ni me importunes, que sobrecargar el cuydado es aguijar al animal congoxoso. Assí sientes la pena de tu amo Calisto, que parece que tú eres él y él tú y que los tormentos son en vn mismo subjecto. Pues cree que yo no vine acá por dexar este pleyto indeciso o morir en la demanda. CELESTINE. Ne me tourmente pas et ne m’importune pas : surcharger le malheureux, c’est aiguillonner l’animal fatigué. Tu comprends tellement la peine de ton maître Calixte, qu’il semble que toi et lui ne fassiez qu’un et que vous supportiez tous deux les mêmes tourments. Sois persuadé que je ne suis pas venue ici pour laisser cette affaire sans solution ; Calixte parviendra à son but, ou bien je périrai à la tâche.
CAL. __ Pármeno, detente. !Ce! Escucha que hablan éstos. Veamos en qué viuimos. !O notable muger! ¡O bienes mundanos, indignos de ser poseydos de tan alto coraçón! ¡O fiel y verdadero Sempronio! ¿:Has visto, mi Pármeno? ¿:Oyste? ¿:Tengo razón? ¿:Qué me dizes, rincón de mi secreto y consejo y alma mia? CALIXTE. dans l’intérieur. Parmeno, arrête-toi, écoute, ils parlent tous deux, voyons de quoi il est question. Ô l’excellente femme ! ô biens de ce monde indignes d’être possédés par un si noble cœur ! ô fidèle et sincère Sempronio ! Vois-tu, mon cher Parmeno ? Entends-tu ? Ai-je raison ? Que penses-tu, dépositaire de mes secrets
PARM. __ Protestando mi innocencia en la primera sospecha y cumpliendo con la fidelidad, porque te me concediste, hablaré. Oyeme y el afecto no te ensorde ni la esperança del deleyte te ciegue. Tiémplate y no te apresures: que muchos con codicia de dar en el fiel, yerran el blanco. Avnque soy moço, cosas he visto asaz y el seso y la vista de las muchas cosas demuestran la experiencia. De verte o de oyrte descender por la escalera, parlan lo que éstos fingidamente han dicho, en cuyas falsas palabras pones el fin de tu deseo. PARMENO. Je dois protester de mon innocence au moindre soupçon et vous conserver jusqu’au bout ma fidélité ; je parlerai, puisque vous m’y autorisez. Écoutez-moi, que la prévention ne vous rende pas sourd, que l’espérance d’un bonheur à venir ne vous aveugle pas. Soyez calme et ne vous hasardez pas, car bien des gens s’efforcent de toucher au but qui se perdent dans le blanc. Quoique jeune ; j’ai vu bon nombre de choses ; la mémoire et la réflexion forment l’expérience. En vous voyant ou en vous entendant descendre, Sempronio et la vieille ont dit à dessein ce que vous venez d’entendre ; et c’est sur ces fausses paroles que vous fondez tout votre succès.
SEMP. __ Celestina, ruynmente suena lo que Pármeno dize. SEMPRONIO, à la porte. Célestine, ce que dit Parmeno ne sonne pas bien.
CEL. __ Calla, que para la mi santiguada do vino el asno verná el albarda. Déxame tú a Pármeno, que yo te le haré vno de nos, y de lo que houiéremos, démosle parte: que los bienes, si no son conmunicados, no son bienes. Ganemos todos, partamos todos, holguemos todos. Yo te le traeré manso y benigno a picar el pan en el puño y seremos dos a dos y, como dizen, tres al mohino. CELESTINE. Tais-toi, par ma patronne, où est venu l’âne viendra aussi le bât. Laisse-moi là Parmeno, je le gagnerai à notre cause ; de ce que nous aurons nous lui donnerons sa part ; les biens ne sont des biens que s’ils sont partagés. Gagnons tous, partageons tous, jouissons tous ; je te l’amènerai doux et humble à manger dans la main ; nous serons deux à deux ou, comme on dit, trois contre un.
CAL. __ Sempronio CALIXTE. dans l’intérieur. Sempronio !
SEMP. __ Señor. SEMPRONIO. Seigneur ?
CAL. __ ¿:Qué hazes, llaue de mi vida? Abre. !O Pármeno! Ya la veo: ¡Sano soy, viuo só! ¿:Miras qué reuerenda persona, qué acatamiento? Por la mayor parte, por la philosomía es conocida la virtud interior ¡O vejez virtuosa! ¡O virtud enuejecida! ¡O gloriosa esperança de mi desseado fin! ¡O fin de mi deleytosa esperança ! ¡O salud de mi passión, reparo de mi tormento, regeneración mia, viuificación de mi vida, resurreción de mi muerte¡ Deseo llegar a ti, cobdicio besar essas manos llenas de remedio. La indignidad de mi persona lo embarga. Dende aquí adoro la tierra que huellas y en reuerencia tuya beso. CALIXTE. Que fais-tu, clef de ma vie ? Ouvre. — Ô Parmeno, je la vois, je suis sauvé, je renais. Vois, quelle révérende personne, quelle tenue ! Qu’il est facile, en mainte occasion, de juger par la physionomie des qualités intérieures ! Ô vertueuse vieillesse ! Ô vertu sur le retour ! ô glorieuse espérance d’un heureux succès ! ô succès de ma douce espérance ! ô salut de ma passion, terme de mon tourment, régénération inespérée, vivification de ma vie, résurrection de ma mort ! Je brûle d’être près de toi, je suis impatient de baiser ces mains pleines de salut. L’indignité de ma personne m’en empêche. D’ici j’adore la terre que tu foules et je la baise en ton honneur.
CEL. __ Sempronio, ¡De aquéllas viuo yo! ¡Los huessos, que yo roy, piensa este necio de tu amo de darme a comer¡ Pues al le sueño. Al freyr lo verá. Dile que cierre la boca y comience abrir la bolsa: que de las obras dudo, quanto más de las palabras. Xo que te estriego, asna coxa. Más hauías de madrugar. CELESTINE, à part. Sempronio, ce n’est pas de cela que je vis. Ton imbécile de maître pense-t-il me nourrir des os que j’ai rongés ? J’attends autre chose de lui, nous le verrons à l’œuvre. Dis-lui de fermer la bouche et de commencer à ouvrir la bourse ; je doute des œuvres et encore plus des paroles. Attends que je te gratte, ânesse paresseuse
PARM. __ ¡ Guay de orejas, que tal oyen! Perdido es quien tras perdido anda. ¡O Calisto deauenturado, abatido, ciego! ¡Y en tierra está adorando a la más antigua y puta tierra, que fregaron sus espaldas en todos los burdeles! Deshecho es, vencido es, caydo es: no es capaz de ninguna redención ni consejo ni esfuerço. PARMENO, à part. Malheur aux oreilles qui entendent de pareilles choses ! Il est perdu celui qui hante les gens perdus. Ô malheureux Calixte, homme aveugle et démoralisé ! Le voilà, la face contre terre, adorant la plus vieille carogne que la terre ait portée et qui ait jamais frotté ses épaules dans les bordels. Il est perdu, il est vaincu, il est terrassé, incapable de la moindre réflexion, du moindre effort.
CAL. __ ¿:Qué dezía la madre? Parésceme que pensaua que le ofrescía palabras por escusar galardón. CALIXTE. Que disait la vieille ? Il me semble qu’elle pensait que je voulais la payer en paroles.
SEMP. __ Assí lo sentí. SEMPRONIO. C’est ce que j’ai compris.
CAL. __ Pues ven comigo: trae las llaues, que yo sanaré su duda. CALIXTE. Viens avec moi, apporte les clefs, je suis certain de ma guérison.
SEMP. __ Bien farás y luego vamos. Que no se deue dexar crescer la yerua entre los panes ni la sospecha en los coraçones de los amigos; sino alimpiarla luego con el escardilla de las buenas obras. SEMPRONIO. Vous faites bien, hâtons-nous, il ne faut pas laisser croître la mauvaise herbe parmi le bon grain ni le soupçon dans le cœur de nos amis ; il faut les en chasser avec le sarcloir des bonnes œuvres.
CAL. __ Astuto hablas. Vamos y no tardemos. CALIXTE. Tu raisonnes sagement, marchons et ne tardons pas. (Ils sortent.)
CEL. __ Plázeme, Pármeno, que hauemos auido oportunidad para que conozcas el amor mio contigo y la parte que en mí immérito tienes. Y digo immérito, por lo que te he oydo dezir, de que no hago caso. Porque virtud nos amonesta sufrir las tentaciones y no dar mal por mal; y especial, quando somos tentados por moços y no bien instrutos en lo mundano, en que con necia lealtad pierdan a sí y a sus amos, como agora tú a Calisto. Bien te oy y no pienses que el oyr con los otros exteriores sesos mi vejez aya perdido. Que no sólo lo que veo, oyo y conozco; mas avn lo intrínseco con los intellectuales ojos penetro.

Has de saber, Pármeno, que Calisto anda de amor quexoso. Y no lo juzgues por eso por flaco, que el amor imperuio todas las cosas vence. Y sabe, si no sabes, que dos conclusiones son verdaderas. La primera, que es forçoso el hombre amar a la muger y la muger al hombre. La segunda, que el que verdaderamente ama es necessario que se turbe con la dulçura del soberano deleyte, que por el hazedor de las cosas fue puesto, porque el linaje de los hombres perpetuase, sin lo qual perescería. Y no sólo en la humana especie; mas en los pesces, en las bestias, en las aues, en las reptilias y en lo vegetatiuo algunas plantas han este respeto, si sin interposición de otra cosa en poca distancia de tierra están puestas, en que ay determinación de heruolarios y agricultores, ser machos y hembras. ?Qué dirás a esto, Pármeno? ¡Neciuelo, loquito, angelico, perlica, simplezico! ¿:Lobitos en tal gestico? Llegate aca, putico, que no sabes nada del mundo ni de sus deleytes. ¿:Mas rauia mala me mate, si te llego a mi, avnque vieja? Que la voz tienes ronca, las barbas te apuntan, Mal sosegadilla deues tener la punta de la barriga.
CELESTINE. Je suis ravie, Parmeno, que nous puissions trouver un moment pour que tu connaisses l’amour que je te porte et la part qui te revient dans mon indigne affection. Je dis indigne, en raison de ce que je t’ai entendu dire tout à l’heure et dont je fais peu de cas. La vertu nous apprend à supporter les tentations et à ne pas rendre mal pour mal, surtout quand nous sommes molestés par des enfants, peu savants en matières de ce monde, qui, avec une fidélité irréfléchie, perdent leurs maîtres et eux-mêmes, comme tu le fais pour Calixte et pour toi. Je t’ai fort bien entendu ; ne crois pas que ma vieillesse ait perdu l’ouïe ainsi que les autres sens ; non-seulement je comprends ce que je vois, ce que j’entends, ce que je connais, mais encore je devine et j’analyse avec les yeux de l’esprit.

Tu dois savoir, Parmeno, que Calixte est victime d’un amour malheureux ; ne crois pas pour cela qu’il soit sans force ; l’amour sait venir à bout de tout26. Apprends, si tu l’ignores, qu’il y a deux maximes d’une vérité incontestable : la première, que l’homme est obligé d’aimer la femme, que la femme doit aimer l’homme ; la seconde, que celui qui aime véritablement doit être poussé par le désir des souveraines jouissances créées par le père de toutes choses ; il faut que l’espèce se perpétue, sans cette loi elle s’anéantirait. Il n’en est pas ainsi seulement des hommes, mais des poissons, des bêtes, des oiseaux, des reptiles. Dans le règne végétal, quelques plantes obéissent à la règle commune, si elles ont crû à peu de distance l’une de l’autre et sans interposition de choses étrangères ; de là les horticulteurs et les agriculteurs ont dit qu’il y avait des plantes mâles et des plantes femelles. Que peux-tu répondre à cela, Parmeno ? Enfant, petit fou, petit ange, petite perle, louveteau ! Approche, innocent, tu ne sais rien de ce monde ni de ses jouissances. Mais la male rage me tue, si je te tiens près de moi, toute vieille que je suis… Tu as la voix rauque, ta barbe perce à peine ; tu dois avoir la pointe de la bedaine un peu inquiète.
PARM. __ ¡ Como cola de alacrán! PARMENO. Comme la queue du scorpion.
CEL. __ Y avn peor: que la otra muerde sin hinchar y la tuya hincha por nueue meses. CELESTINE. Plus encore, je pense, car l’une pique sans enfler, la tienne fait enfler pour neuf mois.
PARM. __ ¡ Hy! ¡hy! ¡hy! PARMENO. Hi, hi, hi !
CEL. __ ¿:Ríeste, landrezilla, fijo? CELESTINE. Ris, petit truand.
PARM. __ Calla, madre, no me culpes ni me tengas, avnque moço, por insipiente. Amo a Calisto, porque le deuo fidelidad, por criança, por beneficios, por ser dél honrrado y bientratado, que es la mayor cadena, que el amor del seruidor al seruicio del señor prende, quanto lo contrario aparta. Véole perdido y no ay cosa peor que yr tras desseo sin esperança de buen fin y especial, pensando remediar su hecho tan árduo y difícil con vanos consejos y necias razones de aquel bruto Sempronio, que es pensar sacar aradores a pala y açadón. No lo puedo sufrir. ! Dígolo y lloro! PARMENO. Tais-toi, mère, ne me fais pas de reproches, ne me prends pas pour un ignorant, bien que je sois jeune. J’aime Calixte, parce que je lui dois fidélité, parce que je lui appartiens, parce que je suis à ses gages, parce qu’il me traite bien et me considère ; c’est là la meilleure chaîne qui puisse attacher le serviteur à son maître ; le contraire les éloigne l’un de l’autre. Je vois qu’il est perdu, car je ne connais pas de position plus triste que de désirer une chose dont on n’espère pas le succès, et surtout de vouloir remédier à un mal aussi instant et aussi intraitable avec les vains conseils et les sottes raisons d’une brute comme Sempronio. C’est faire la chasse aux fourmis à coups de pelle et de pioche. Je ne puis supporter cela, je le dis et je m’en afflige.
CEL. __ ¿:Pármeno, tú no vees que es necedad o simpleza llorar por lo que con llorar no se puede remediar? CELESTINE. Tu ne vois pas, Parmeno, que c’est le comble de la simplicité et de l’enfantillage que de s’affliger pour une chose à laquelle les larmes ne peuvent apporter aucun remède.
PARM. __ Por esso lloro. Que, si con llorar fuesse possible traer a mi amo el remedio, tan grande sería el plazer de la tal esperança, que de gozo no podría llorar; pero assí, perdida ya toda la esperança, pierdo el alegría y lloro. PARMENO. Et c’est cela qui me désole, car si en pleurant je pouvais soulager mon maître, cette espérance me donnerait un plaisir tel que la joie m’empêcherait de pleurer ; or, je perds l’espérance, je perds la joie, et je pleure.
CEL. __ Llorarás sin prouecho por lo que llorando estoruar no podrás ni sanarlo presumas. ?A otros no ha contecido esto, Pármeno? CELESTINE. Les larmes sont sans pouvoir pour ce qu’elles veulent empêcher : tu ne parviendras pas à le guérir. Cela n’est-il pas arrivé à d’autres, Parmeno ?
PARM. __ Si; pero a mi amo no le querría doliente. PARMENO. Si fait, mais je ne voudrais pas voir mon maître souffrant.
CEL. __ No lo es; mas avnque fuesse doliente, podría sanar. CELESTINE. Il ne l’est pas ; mais lors même qu’il le serait, il pourrait guérir.
PARM. __ No curo de lo que dizes, porque en los bienes mejor es el acto que la potencia y en los males mejor la potencia que el acto. Assí que mejor es ser sano que poderlo ser, y mejor es poder ser doliente que ser enfermo por acto y, por tanto, es mejor tener la potencia en el mal que el acto. PARMENO. Je fais peu de cas de ce que tu dis, car dans le bien, mieux vaut le fait que l’intention ; dans le mal, mieux vaut l’intention que le fait. Ainsi il vaut mieux se bien porter que le pouvoir, il vaut mieux pouvoir être malade qu’être malade en effet. Or donc, il vaut mieux avoir la possibilité dans le mal que le mal lui-même.
CEL. __ ¡O maluado! ¡Cómo, que no se te entiende! ¿:Tú no sientes su enfermedad? ¿:Qué has dicho hasta agora? ¿:De qué te quexas? Pues burla o di por verdad lo falso y cree lo que quisieres: que él es enfermo por acto y el poder ser sano es en mano desta flaca vieja. CELESTINE. Oh, maudit ! qu’on ne te comprend guère ! Tu ne connais pas son mal ? Qu’as-tu dit jusqu’à présent ? De quoi te plains-tu ? Te moques-tu de moi ou mens-tu à plaisir ? Crois-en ce que tu voudras, ton maître est malade en effet, la possibilité de le guérir est entre les mains de cette pauvre vieille.
PARM. __ ¡ Más, desta flaca puta vieja! PARMENO. Ou plutôt de cette pauvre vieille gueuse.
CEL. __ ¡ Putos días biuas, vellaquillo! Y ¡Cómo te atreues. . . ! CELESTINE. Puisses-tu vivre avec autant de gueuserie qu’elle
PARM. __ ¡Como te conozco. . . ! PARMENO. De ce que je te connais.
CEL. __ ¿:Quién eres tú? CELESTINE. Qui es-tu donc ?
PARM. __ ¿:Quién? Pármeno, hijo de Alberto tu compadre, que estuue contigo vn mes, que te me dio mi madre, quando morauas a la cuesta del río, cerca de las tenerías. PARMENO. Qui je suis ? Parmeno, le fils d’Albert, ton compère ; j’ai vécu quelque temps chez toi ; ma mère me mit sous ta garde lorsque tu demeurais au bord de la rivière, près des tanneries.
CEL. __ ¡ Jesú, Jesú, Jesú! ¿:Y tú eres Pármeno, hijo de la Claudina? CELESTINE. Jésus, Jésus, Jésus ! tu es Parmeno, le fils de la Claudine ?
PARM. __ ¡ Alahé, yo ! PARMENO. En vérité.
CEL. __ ¡ Pues fuego malo te queme, que tan puta vieja era tu madre como yo! ¿:Por qué me persigues, Pármeno? ¡El es, él es, por los sanctos de Dios! Allégate a mi, ven acá, que mill açotes y puñadas te di en este mundo y otros tantos besos. Acuérdaste, quando dormías a mis pies, loquito? CELESTINE. Le feu du ciel te brûle ! ta mère était une aussi vieille gueuse que moi. Pourquoi m’attaques-tu ainsi, Parmeno, mon fils ? Est-ce bien lui ? C’est lui, par tous les saints ! Approche-toi, viens ici. Je t’ai donné dans ce monde bien des soufflets, bien des coups de poing et tout autant de baisers. Te souviens-tu quand tu dormais à mes pieds, petit fou ?
PARM. __ Si, en buena fe. Y algunas vezes, avnque era niño, me subías a la cabeçera y me apretauas contigo y, porque olías a vieja, me fuya de ti. PARMENO. Ah ! je m’en souviens bien, et quelquefois, bien que je fusse tout petit, tu m’attirais à ton chevet, tu me pressais contre toi, et je me sauvais parce que tu sentais la vieille.
CEL. __ ¡Mala landre te mate! ¡Y cómo lo dize el desuergonçado! Dexadas burlas y pasatiempos, oye agora, mi fijo, y escucha. Que, avnque a vn fin soy llamada, a otro só venida y maguera que contigo me aya fecho de nueuas, tú eres la causa. Mijo, bien sabes cómo tu madre, que Dios aya, te me dio viuiendo tu padre. El qual, como de mí te fueste, con otra ansia no murió, sino con la incertedumbre de tu vida y persona. Por la qual absencia algunos años de su vejez sufrió angustiosa y cuydosa vida. Y al tiempo que della passó, embió por mi y en su secreto te me encargó y me dixo sin otro testigo, sino aquél que es testigo de todas las obras y pensamientos y los coraçones y entrañas escudriña, al qual puso entre él y mí, que te buscasse y allegasse y abrigasse y, quando de complida edad fueses, tal que en tu viuir supiesses tener manera y forma, te descubriesse adonde dexó encerrada tal copia de oro y plata, que basta más que la renta de tu amo Calisto. E porque gelo prometí e con mi promessa lleuó descanso e la fe es de guardar, más que a los viuos, a los muertos, que no pueden hazer por sí, en pesquisa e seguimiento tuyo yo he gastado asaz tiempo e quantías, hasta agora, que ha plazido aquel, que todos los cuydados tiene e remedia las justas peticiones e las piadosas obras endereça, que te hallase aquí, donde solos ha tres días que sé que moras. Sin duda dolor he sentido, porque has por tantas partes vagado, e peregrinado, que ni has hauido prouecho ni ganado debdo ni amistad. CELESTINE. La fièvre te brûle ! n’as-tu pas honte de parler ainsi ! Laisse là ces folies et ces passe-temps ; écoute, mon fils, et sois attentif, car bien que j’aie été appelée dans un but, je suis venue pour un autre ; j’ai conçu de nouvelles idées en te voyant, et je ne suis ici maintenant que pour toi. Tu sais, mon cher fils, comment ta mère (que Dieu garde !) te confia à moi du vivant de ton père. Au moment de sa mort, déjà tu m’avais quittée, elle n’avait d’autre inquiétude que toi et ton avenir ; ton absence lui rendît cruelles les dernières années de sa vieillesse ; au moment de sa mort, dis-je, elle m’envoya chercher, et, en secret, me chargea de toi ; puis, sans autre témoin que celui qui peut témoigner de toutes actions et de toutes pensées, qui connaît les secrets de nos cœurs et de nos entrailles, et qui se plaça entre elle et moi, elle me dit de te chercher, de t’amener chez moi et de te donner asile. Lorsque tu aurais atteint un âge raisonnable, je devais, pour qu’en vivant tu pusses tenir une position, te découvrir un lieu où elle avait caché une quantité d’or et d’argent qui vaut bien mieux que tous les revenus de ton maître Calixte. Je le lui promis, et ma promesse la laissa plus tranquille ; il est mieux de tenir parole aux morts qu’aux vivants, car les premiers ne peuvent plus agir par eux-mêmes. J’ai perdu beaucoup de temps et beaucoup dépensé à ta recherche jusqu’à ce jour, où il a plu à celui qui a soin de tout, qui accueille toutes les prières et exauce les pieuses demandes, de me faire te rencontrer ici, où je sais depuis trois jours seulement que tu demeures. J’ai été bien vivement affligée, car tu as voyagé et couru de tant de côtés, que tu n’as pu faire aucun profit ni aucun ami.
Que, como Séneca nos dize, los peregrinos tienen muchas posadas y pocas amistades, porque en breue tiempo con ninguno no pueden firmar amistad. Y el que está en muchos cabos, está en ninguno. Ni puede aprouechar el manjar a los cuerpos, que en comiendo se lança, ni ay cosa que más la sanidad impida, que la diuersidad y mudança y variación de los manjares. Y nunca la llaga viene a cicatrizar, en la qual muchas melezinas se tientan. Ni conualesce la planta, que muchas vezes es traspuesta. Ni ay cosa tan prouechosa, que en llegando aproueche. Por tanto, mi hijo, dexa los ímpetus de la juventud y tórnate con la doctrina de tus mayores a la razón. Reposa en alguna parte. ¿:Y dónde mejor, que en mi voluntad, en mi ánimo, en mi consejo, a quien tus padres te remetieron? y yo, assí como verdadera madre tuya, te digo, so las malediciones, que tus padres te pusieron, si me fuesses inobediente, que por el presente sufras y siruas a este tu amo, que procuraste, hasta en ello hauer otro consejo mio. Pero no con necia lealtad, proponiendo firmeza sobre lo mouible, como son estos señores deste tiempo. E tú gana amigos, que es cosa durable. Ten con ellos constancia. No viuas en flores . Dexa los vanos prometimientos de los señores, los cuales deshechan la substancia de sus siruientes con huecos e vanos prometimientos. Como la sanguijuela saca la sangre, desagradescen, injurian, oluidan seruicios, niegan galardón. ¡Guay de quien en palacio enuejece! Como se escriue de la probática piscina, que de ciento que entrauan, sanaua vno. Estos señores deste tiempo más aman a sí, que a los suyos. Y no yerran. Los suyos ygualmente lo deuen hazer. Perdidas son las mercedes, las magnificencias, los actos nobles. Cada vno destos catiua y mezquinamente procuran su interesse con los suyos. Pues aquéllos no deuen menos hazer, como sean en facultades menores, sino viuir a su ley. Dígolo, fijo Pármeno, porque este tu amo, como dizen, me parece rompenecios: de todos se quiere seruir sin merced. Mira bien, créeme. En su casa cobra amigos, que es el mayor precio mundano. Que con él no pienses tener amistad, como por la diferencia de los estados o condiciones pocas vezes contezca. Caso es ofrecido, como sabes, en que todos medremos y tú por el presente te remedies. Que lo al, que te he dicho, guardado te está a su tiempo. E mucho te aprouecharás siendo amigo de Sempronio. Sénèque l’a dit : « Les voyageurs ont beaucoup d’auberges et peu d’amis, » parce que ce n’est pas en quelques jours que se forment les intimités. Celui qui traite plusieurs affaires à la fois ne s’occupe bien d’aucune ; la nourriture ne peut profiter à celui qui mange en courant ; rien n’est plus nuisible à la santé que la diversité des mets ; jamais une blessure ne se cicatrise si on y applique sans cesse des traitements différents ; l’arbre qu’on transplante trop souvent ne peut prendre racine ; il n’y a pas une chose, quelque profitable qu’elle puisse être, qui soit avantageuse au premier moment29. Enfin, mon fils, renonce aux folies de la jeunesse, suis les principes de tes pères, reviens à la raison, fixe-toi quelque part. Où seras-tu mieux qu’avec ma volonté, ma pensée, mes conseils, à moi qui t’ai reçu de tes parents ? Et je te parle comme si j’étais ta véritable mère, sous peine de la malédiction qu’elle a prononcée contre toi si tu me désobéis. Reste maintenant près de ce maître que tu as choisi, jusqu’à ce que je te conseille autre chose ; mais ne va pas le servir avec cette inconséquente fidélité, ne va pas combattre en lui la mobilité, qui est le caractère essentiel des seigneurs de ce temps. Fais-toi des amis, c’est chose durable ; sois-leur constant, ne vis pas en fleur30 ; laisse là les vaines promesses des seigneurs, qui sucent la substance de leurs serviteurs comme la sangsue suce le sang, qui ensuite les maltraitent, les injurient, oublient leurs services et leur refusent toute récompense. Malheur à qui vieillit dans un palais ! c’est ce qu’on écrit de la piscine Probatique : pour cent malades qui y entraient, il en guérissait un. Les seigneurs de ce temps s’aiment plus eux-mêmes que leurs serviteurset ils n’ont pas tort ; ceux qui leur appartiennent doivent agir de même avec eux. La bonne conduite, les actions nobles et généreuses sont choses perdues, chacun d’eux en profite et préfère mesquinement son intérêt à celui des autres. Or les autres, qui ne sont pas en majorité, ne doivent pas faire autre chose que suivre la même loi. Je te dis tout cela, mon fils Parmeno, parce que ton maître (comme on l’appelle) me semble un attrape-nigauds, il veut se servir de tous sans salaire. Penses-y bien, crois-moi, fais-toi des amis dans sa maison, c’est le bien le plus précieux de ce monde ; mais ne compte pas sur son amitié, la différence des états et des conditions le permet rarement. L’occasion se présente, comme tu sais, pour que nous profitions tous ; pense à toi pour le moment ; ce dont je t’ai parlé, je te le garde pour un autre temps, il est d’un grand avantage pour toi d’être l’ami de Sempronio.
PARM. __ Celestina, todo tremo en oyrte. No sé qué haga, perplexo estó. Por vna parte téngote por madre; por otra a Calisto por amo. Riqueza desseo; pero quien torpemente sube a lo alto, más ayna cae que subió. No quería bienes malganados. PARMENO. Célestine, je suis tout tremblant de t’entendre, je ne sais que faire, je suis indécis. D’un côté je te vois, toi, qui es ma mère ; de l’autre Calixte, qui est mon maître. Je désire la richesse, mais celui qui s’élève honteusement retombe plus vite qu’il n’était monté. Je ne voudrais pas de biens mal acquis.
CEL. __ Yo si. A tuerto o a derecho, nuestra casa hasta el techo. CELESTINE. Et je veux, moi, soit à tort, soit à bon droit, maison pleine jusqu’au toit.
PARM. __ Pues yo con ellos no viuiría contento y tengo por onesta cosa la pobreza alegre. Y avn más te digo, que no los que poco tienen son pobres; mas los que mucho dessean. Y por esto, avnque más digas, no te creo en esta parte. Querría passar la vida sin embidia, los yermos y aspereza sin temor, el sueño sin sobresalto, las injurias con respuesta, las fuerças sin denuesto, las premias con resistencia. PARMENO. Je ne vivrais pas content avec de tels biens ; une honnête pauvreté est une noble chose ; je te dirai même que n’est pas pauvre qui a peu, mais qui désire beaucoup ; sur ce point, quoi que tu dises, je ne te crois pas. Je voudrais passer la vie sans envie, le désert et la solitude sans crainte, le sommeil sans sursaut, supporter les injures sans colère, la force sans rébellion, et résister à l’oppression.
CEL. __ ¡O hijo! Bien dizen que la prudencia no puede ser sino en los viejos y tú mucho eres moço. CELESTINE. Ô fils, on a bien raison de dire que la prudence ne peut exister que chez les vieillards. Tu es bien enfant.
PARM. __ Mucho segura es la mansa pobreza. PARMENO. Une douce pauvreté est le bien le plus précieux.
CEL. __ Mas di, como mayor, que la fortuna ayuda a los osados. Y demás desto, ¿:Quién es, que tenga bienes en la república, que escoja viuir sin amigos? Pues, loado Dios, bienes tienes. ?Y no sabes que has menester amigos para los conseruar? y no pienses que tu priuança con este señor te haze seguro; que quanto mayor es la fortuna, tanto es menos segura. Y por tanto, en los infortunios el remedio es a los amigos. ?Y a dónde puedes ganar mejor este debdo, que donde las tres maneras de amistad concurren, conuiene a saber, por bien y prouecho y deleyte? Por bien: mira la voluntad de Sempronio conforme a la tuya y la gran similitud, que tú y él en la virtud teneys. Por prouecho: en la mano está, si soys concordes. Por deleyte: semejable es, como seays en edad dispuestos para todo linaje de plazer, en que más los moços que los viejos se juntan, assí como para jugar, para vestir, para burlar, para comer e beuer, para negociar amores, juntos de compañía. !O si quisiesses, Pármeno, qué vida gozaríamos! Sempronio ama a Elicia, prima de Areusa. CELESTINE. Mais dis plutôt comme Maro, la fortune favorise l’audace. Enfin, quel est l’homme riche dans la république qui veuille vivre sans amis ? Dieu soit loué, tu possèdes quelque bien ; ne sais-tu pas que tu as besoin d’amis pour le conserver ? Ne pense pas que ton intimité avec ce seigneur te fasse grand profit ; plus la fortune est grande, moins elle est solide ; dans toutes les infortunes, le remède le plus sûr, ce sont les amis. Où trouveras-tu plus facilement cet avantage, que là où se réunissent les trois genres d’amitié ? Je veux dire ceux qui procurent le bien, le profit et le plaisir. Pour le bien, considère la volonté de Sempronio unie à la tienne, et la grande similitude de caractère qui existe entre vous deux. Pour le profit, il est entre vos mains si vous êtes d’accord. Il en est de même pour le plaisir : vous êtes d’âge à goûter toute espèce de jouissances, c’est pour cela que les jeunes gens se réunissent plus volontiers que les vieillards ; pour jouer, pour s’habiller, pour rire, pour manger et boire, pour traiter les affaires d’amour, ils font tout de compagnie. Oh ! si tu voulais, Parmeno, quelle heureuse vie nous mènerions ! Sempronio aime Élicie, la cousine d’Areusa.
PARM. __ ¿:De Areusa? PARMENO. D’Areusa !
CEL. __ De Areusa. CELESTINE. D’Areusa.
PARM. __ ¿:De Areusa, hija de Eliso? PARMENO. D’Areusa, la fille d’Élisée ?
CEL. __ De Areusa, hija de Eliso. CELESTINE. D’Areusa, la fille d’Élisée.
PARM. __ ¿:Cierto? PARMENO. Est-il possible
CEL. __ Cierto. CELESTINE. En vérité.
PARM. __ Marauillosa cosa es. PARMENO. C’est une chose merveilleuse.
CEL. __ ¿:Pero bien te paresce? CELESTINE. Cela te semble bien ?
PARM. __ No cosa mejor. PARMENO. Je ne connais rien de mieux.
CEL. __ Pues tu buena dicha quiere, aquí está quien te la dará. CELESTINE. Puisque ta bonne étoile le veut, il y a ici quelqu’un qui te la donnera.
PARM. __ Mi fe, madre, no creo a nadie. PARMENO. Ma foi, mère, je ne crois plus personne.
CEL. __ Estremo es creer a todos y yerro no creer a ninguno. CELESTINE. C’est un excès de croire tout le monde ; ne croire personne est un tort.
PARM. __ Digo que te creo; pero no me atreuo: déxame. PARMENO. Eh bien, je te crois ; mais je ne veux pas ; laisse-moi.
CEL. __ ¡O mezquino! De enfermo coraçón es no poder sufrir el bien. Da Dios hauas a quien no tiene quixadas. !O simple! ¡Dirás que a donde ay mayor entendimiento ay menor fortuna y donde más discreción allí es menor la fortuna! Dichos son. CELESTINE. Oh ! le niais ! ne pouvoir supporter le bien, c’est l’acte d’un cœur malade. Dieu donne des fèves à qui n’a pas de mâchoires. Ô innocent ! On peut bien dire que là où se trouve le moins de bon sens se rencontre le plus de fortune ; plus il y a d’esprit, moins il y a de fortune ; c’est fort heureux.
PARM. __ ¡Celestina! Oydo he a mis mayores que vn exemplo de luxuria o auaricia mucho malhaze y que con aquéllos deue hombre conuersar, que le fagan mejor y aquéllos dexar, a quien él mejores piensa hazer. Y Sempronio, en su enxemplo, no me hará mejor ni yo a él sanaré su vicio. Y puesto que yo a lo que dizes me incline, sólo yo querría saberlo: porque a lo menos por el exemplo fuese oculto el pecado. Y, si hombre vencido del deleyte va contra la virtud, no se atreua a la honestad. PARMENO. Ô Célestine, j’ai entendu dire à mes parents qu’un exemple de luxure et d’avarice fait beaucoup de mal, et que l’homme doit rechercher ceux qui peuvent le rendre meilleur et fuir ceux qui sont moins bons que lui. Sempronio ne me rendra pas meilleur par ses exemples, et moi, je ne guérirai pas ses vices. Pour que je me rende à ce que tu me dis, il faudrait que je fusse seul à le savoir, afin au moins que le péché fût caché pour l’exemple. Si l’homme vaincu par le plaisir agit contre la vertu, que du moins il n’attente pas à l’honnêteté.
CEL. __ Sin prudencia hablas, que de ninguna cosa es alegre possessión sin compañía. No te retrayas ni amargues, que la natura huye lo triste y apetece lo delectable. El deleyte es con los amigos en las cosas sensuales y especial en recontar las cosas de amores y comunicarlas: esto hize, esto otro me dixo, tal donayre passamos, de tal manera la tomé, assí la besé, assí me mordió, assí la abracé, assí se allegó. !O qué fabla! ¡O qué gracia! ¡O qué juegos! ¡O qué besos! Vamos allá, boluamos acá, ande la música, pintemos los motes, cantemos canciones, inuenciones, justemos, qué cimera sacaremos o qué letra. Ya va a la missa, mañana saldrá, rondemos su calle, mira su carta, vamos de noche, tenme el escala, aguarda a la puerta. ?Cómo te fue? Cata el cornudo: sola la dexa. Dale otra buelta, tornemos allá. E para esto, Pármeno, ¿:ay deleyte sin compañía? Alahé, alahé: la que las sabe las tañe . Este es el deleyte; que lo al, mejor lo fazen los asnos en el prado. CELESTINE. Tu parles sans réflexion ; la possession d’aucune chose n’est agréable sans compagnie. Ne recherche pas l’isolement et l’amertume, car la nature fuit ce qui est triste et désire ce qui est joyeux. Le bonheur est d’être avec ses amis pour les plaisirs sensuels, et surtout pour se souvenir de ses amours et les raconter. J’ai fait ceci, elle m’a répondu cela, nous avons dit telle et telle plaisanterie, je l’ai prise de telle manière, je l’ai embrassée ainsi, elle m’a mordu, je l’ai embrassée, elle s’est placée de la sorte. Ô quelles douces paroles ! quelle grâce ! quels jeux ! quels baisers ! allons là, retournons là-bas, vive la musique, écrivons-lui des vers, chantons ses louanges, inventons mille choses galantes, joutons. Quelle devise prendrons-nous ? Elle va à la messe ; elle sortira demain ; rôdons dans sa rue ; vois cette lettre qu’elle m’a écrite ; allons-y cette nuit ; tiens-moi l’échelle, garde la porte. Comment t’en es-tu tiré ? Voilà le cornard, il l’a laissée seule, amuse-le, j’y retourne. Et pour tout cela, Parmeno, y a-t-il plaisir sans compagnie ? En vérité, en vérité, que chacun parle de ce qu’il connaît ; c’est là le vrai bonheur ; les ânes en font au moins autant dans la prairie.
PARM. __ No querría, madre, me combidasses a consejo con amonestación de deleyte, como hizieron los que, caresciendo de razonable fundamiento, opinando hizieron sectas embueltas en dulce veneno para captar y tomar las voluntades de los flacos y con poluos de sabroso afeto cegaron los ojos de la razón. PARMENO. Je ne voudrais pas, mère, que tu me donnasses des conseils sous promesse de plaisir, comme font ceux qui manquent de raisons valables, qui environnent leurs paroles d’un doux venin, pour chasser ou captiver la volonté de leurs dupes, et qui aveuglent les yeux de la raison avec des semblants de douce affection.
CEL. __ ¿:Qué es razón, loco? ¿:Qué es afeto, asnillo? La discreción, que no tienes, lo determina y de la discreción mayor es la prudencia y la prudencia no puede ser sin esperimiento y la esperiencia no puede ser más que en los viejos y los ancianos somos llamados padres y los buenos padres bien aconsejan a sus hijos y especial yo a ti, cuya vida y honrra más que la mía deseo. ?Y quándo me pagarás tú esto? Nunca, pues a los padres y a los maestros no puede ser hecho seruicio ygualmente. CELESTINE. Quelle raison, fou ? Quelle affection, âne ? C’est le bon sens qui te manque, la prudence vaut mieux que le bon sens, et la prudence ne peut exister sans expérience, l’expérience ne se trouve que chez les vieillards ; nous autres anciens, on nous appelle pères, et les bons pères conseillent bien leurs enfants ; moi, surtout, je te donne des conseils à toi dont je désire le bonheur et l’honneur plus que les miens. Quand me payeras-tu de tout cela ? On ne peut rendre aux parents et aux maîtres le bien qu’on en a reçu.
PARM. __ Todo me recelo, madre, de recebir dudoso consejo. PARMENO. J’hésite, mère, à suivre un conseil qui me semble douteux.
CEL. __ ¿:No quieres? Pues dezirte he lo que dize el sabio: Al varón, que con dura ceruiz al que le castiga menosprecia, arrebatado quebrantamiento le verná y sanidad ninguna le consiguirá. Y assí, Pármeno, me despido de ti y deste negocio. CELESTINE. Tu ne veux pas ? Je te dirai ce que dit le Sage : le découragement le plus prompt, la misère et tous les maux attendent l’homme qui se révolte contre la main qui le châtie. Parmeno, je te laisse, c’en est assez sur ce point.
PARM. __ Ensañada está mi madre: duda tengo en su consejo. Yerro es no creer y culpa creerlo todo. Mas humano es confiar, mayormente en ésta que interesse promete, a do prouecho nos puede allende de amor conseguir. Oydo he que deue hombre a sus mayores creer. Esta ¿:Qué me aconseja? Paz con Sempronio. La paz no se deue negar: que bienauenturados son los pacíficos, que fijos de Dios serán llamados. Amor no se deue rehuyr. Caridad a los hermanos, interesse pocos le apartan. Pues quiérola complazer y oyr. Madre, no se deue ensañar el maestro de la ignorancia del discípulo, sino raras vezes por la sciencia, que es de su natural comunicable y en pocos lugares se podría infundir. Por eso perdóname, háblame, que no sólo quiero oyrte y creerte; mas en singular merced recibir tu consejo. E no me lo agradescas, pues el loor e las gracias de la ación, más al dante, que no al recibiente se deuen dar. Por esso, manda, que a tu mandado mi consentimiento se humilia. PARMENO. Ma mère est fort irritée, je doute de ses conseils ; ne pas croire est une faute, c’en est une autre que de tout croire. C’est chose humaine que d’avoir confiance, surtout lorsqu’on promet avantages et lorsqu’il y a au delà bénéfices d’amour. J’ai ouï dire que l’homme doit croire ses aînés. Or, que me conseille la vieille ? La paix avec Sempronio ; la paix ne doit jamais se refuser : bienheureux sont les gens pacifiques, on les appellera fils de Dieu. On ne doit refuser à son prochain ni amour ni charité, chacun y trouve son intérêt ; je veux lui plaire et l’écouter. — Mère, le maître ne doit pas s’irriter de l’ignorance du disciple, sinon la science (qui de sa nature est communicable) ne pourrait pénétrer qu’en peu d’endroits. Pardonne-moi et parle-moi, je veux non-seulement t’écouter et te croire, mais encore recevoir tes conseils avec grande reconnaissance. Ne m’en remercie pas, car la gloire et l’honneur de l’action reviennent plutôt à celui qui donne qu’à celui qui reçoit. Ordonne donc, ma volonté se soumet à tes ordres.
CEL. __ De los hombres es errar y bestial es la porfía. Por ende gózome, Pármeno, que ayas limpiado las turbias telas de tus ojos y respondido al reconoscimiento, discreción y engenio sotil de tu padre, cuya persona, agora representada en mi memoria, enternece los ojos piadosos, por do tan abundantes lágrimas vees derramar. Algunas vezes duros propósitos, como tú, defendía; pero luego tornaua a lo cierto. En Dios y en mi ánima, que en veer agora lo que has porfiado y cómo a la verdad eres reduzido, no paresce sino que viuo le tengo delante. !O qué persona! ¡O qué hartura! ¡O qué cara tan venerable¡ Pero callemos, que se acerca Calisto y tu nueuo amigo Sempronio, con quien tu conformidad para mas oportunidad dexo. Que dos en vn coraçón viuiendo son más poderosos de hazer e de entender. CELESTINE. L’erreur est le fait des hommes, l’opiniâtreté le fait des bêtes. Je me réjouis, Parmeno, que tu aies déchiré le voile qui te couvrait les yeux et que tu fasses honneur aux connaissances, au savoir et à l’esprit de ton père. Son souvenir, présent à ma mémoire, m’attendrit et fait verser à mes yeux les larmes que tu leur vois répandre. Souvent comme toi il s’obstinait à d’étranges choses, mais bientôt il revenait à la raison. Sur Dieu et sur mon âme, à penser comment tout à l’heure tu t’opiniâtrais et comme tu es revenu à la vérité, je crois le voir encore devant moi. Quel homme c’était, quelle bonté, quelle figure vénérable ! Taisons-nous, car Calixte approche ainsi que ton nouvel ami Sempronio. La grande conformité qui existe entre vous deux vous sera bientôt profitable ; vivre deux dans un seul cœur, c’est être bien puissants pour agir et pour penser.
CALISTO. __ Dubda traygo, madre, según mis infortunios, de hallarte viua. Pero más es marauilla, según el deseo, de cómo llego viuo. Recibe la dádiua pobre de aquél, que con ella la vida te ofrece. CALIXTE. Je doutais, mère, tant je suis malheureux, de te trouver encore vivante ; mais ce qui est plus merveilleux encore, c’est que je sois de ce monde. Reçois ce faible don et ma vie avec lui.
CEL. __ Como en el oro muy fino labrado por la mano del sotil artífice la obra sobrepuja a la materia, así se auentaja a tu magnífico dar la gracia y forma de tu dulce liberalidad. Y sin duda la presta dádiua su efeto ha doblado, porque la que tarda, el prometimiento muestra negar y arrepentirse del don prometido. CELESTINE. De même que dans l’or fin travaillé par la main de l’habile ouvrier, l’œuvre l’emporte sur la matière, de même ce don magnifique surpasse tous les autres par la grâce et le ton de votre libéralité. C’est donner deux fois que de donner promptement ; quiconque fait attendre le résultat de ses promesses semble regretter ce qu’il a offert
PARMENO. __ ¿:Qué le dio, Sempronio? PARMENO. Que lui a-t-il donné, Sempronio ?
SEMP. __ Cient monedas en oro. SEMPRONIO. Cent pièces d’or.
PARM. __ ¡Hy! ¡hy! ¡hy! PARMENO. Hi, hi, hi !
SEMP. __ ¿:Habló contigo la madre? SEMPRONIO. La mère t’a parlé ?
PARM. __ Calla, que sí. PARMENO. Oui, silence.
SEMP. __ ¿:Pues cómo estamos? SEMPRONIO. Eh bien, en quels termes sommes-nous ?
PARM. __ Como quisieres; avnque estoy espantado. PARMENO. Comme tu voudras ; j’en suis encore tout étourdi.
SEMP. __ Pues calla, que yo te haré espantar dos tanto. SEMPRONIO. Ce n’est rien, je t’étourdirai bien autrement.
PARM. __ ¡ O Dios! No ay pestilencia más eficaz, que el enemigo de casa para empecer. PARMENO, à part. Ô mon Dieu ! il n’y a pas de pire ennemi que l’ennemi de la maison.
CALISTO. __ Ve agora, madre, y consuela tu casa y después ven y consuela la mía, y luego. CALIXTE. Va donc, mère, revoir ta demeure, puis reviens m’apporter tes consolations.
CEL. __ Quede Dios contigo. CELESTINE. Dieu soit avec vous, seigneur !
CAL. __ Y él te me guarde. CALIXTE. Dieu t’accompagne !






ACTO II

ACTE DEUXIÈME

Sumario:./B. Partida CELESTINA de CALISTO para su casa, queda CALISTO hablando con SEMPRONIO, criado suyo, al cual, como quien en alguna esperenza puesto esta, todo aguijar le parece tardanza. Envia de si a SEMPRONIO a solicitar a CELESTINA para el concebido negocio. Quedan entretanto CALISTO y PARMENO juntos razonando. Argument : Calixte, après le départ de Célestine, s’entretient avec Sempronio. Impatient comme le malheureux auquel on a rendu l’espérance, chaque instant lui paraît un siècle. Il envoie Sempronio presser Célestine de s’occuper du projet qu’elle a conçu. Parmeno reste auprès de Calixte et tient conversation avec lui.

CALIXTE, SEMPRONIO, PARMENO.
CAL. __ Hermanos mios, cient monedas di a la madre ¿:Fize bien? CALISTE. J’ai donné cent pièces d’or à la vieille ; ai-je bien fait, amis ?
SEMP. __ ¡Hay¡Si fiziste bien¡ Allende de remediar tu vida, ganaste muy gran honrra. ¿:Y para qué es la fortuna fauorable y próspera sino para seruir a la honrra, que es el mayor de los mundanos bienes? Que esto es premio y galardón de la virtud. Y por esso la damos a Dios, porque no tenemos mayor cosa que le dar. La mayor parte de la qual consiste en la liberalidad y franqueza. A ésta los duros tesoros comunicables la escurecen y pierden y la magnificencia y liberalidad la ganan y subliman. ¿:Qué aprouecha tener lo que se niega aprouechar? Sin dubda te digo que mejor es el vso de las riquezas, que la possesión dellas. ¡O qué glorioso es el dar¡ ¡O qué miserable es el recebir¡ quanto es mejor el acto que la possesión, tanto es más noble el dante que el recibiente. Entre los elementos, el fuego, por ser más actiuo, es más noble y en las esperas puesto en más noble lugar. Y dizen algunos que la nobleza es vna alabanza, que prouiene de los merecimientos y antigüedad de los padres; yo digo que la agena luz nunca te hará claro, si la propia no tienes. Y por tanto, no te estimes en la claridad de tu padre, que tan magnífico fue; sino en la tuya. y assí se gana la honrra, que es el mayor bien de los que son fuera de hombre. De lo qual no el malo, mas el bueno, como tú , es digno que tenga perfeta virtud. Y avn te digo que la virtud perfecta no pone que sea fecha con digno honor. Por ende goza de hauer seydo assí magnífico y liberal. Y de mi consejo, tórnate a la cámara y reposa, pues que tu negocio en tales manos está depositado. De donde ten por cierto, pues el comienço lleuó bueno, el fin será muy mejor. Y vamos luego, porque sobre este negocio quiero hablar contigo más largo. SEMPRONIO. Parbleu ! si vous avec bien fait ! Outre que vous avez porté remède à vos maux, vous avez fait une chose méritoire. À quoi est utile la fortune si ce n’est à l’honneur, le premier des biens de ce monde ? L’honneur est la récompense de la vertu ; nous l’adressons à Dieu parce que nous n’avons rien de plus précieux à lui offrir ; la générosité et la libéralité sont ses plus nobles attributs. L’honneur est terni par l’avarice, la magnificence le rehausse et l’accroît. À quoi bon avoir des choses dont on ne veut tirer aucun profit ? Je vous le dis sans hésiter, l’emploi des richesses vaut mieux que leur possession. Qu’il est glorieux de donner ! qu’il est misérable de recevoir ! Autant le don est préférable à la possession, autant celui qui donne est plus noble que celui qui reçoit.

Le feu, le plus actif des éléments, est aussi le plus noble ; il occupe dans l’immensité la place la plus digne. Il est des gens qui prétendent que la noblesse est une gloire qui provient du mérite et de l’ancienneté des ancêtres ; je dis, moi, que la lumière d’autrui ne vous éclaire pas, si vous ne vous éclairer vous-même. Ainsi donc ne soyez pas vain autant de la gloire de votre père, quelque haute qu’elle ait été, que de celle que vous aurez acquise. C’est ainsi que se gagne l’honneur, le plus grand des biens qui soient en dehors de l’homme ; c’est par lui que, non pas le méchant, mais l’homme de bien, comme vous, peut jouir d’une vertu parfaite, et encore la vertu parfaite n’admet pas seulement qu’on agisse avec honneur, il faut y joindre la satisfaction d’être magnifique et libéral. Si vous voulez croire mes conseils, rentrez dans votre chambre et reposez-vous. Votre affaire est en bonnes mains ; le commencement est à souhait ; la fin sera meilleure encore. Hâtons-nous, je veux causer plus longuement avec vous sur toute cette affaire.
CAL. __ Sempronio, no me parece buen consejo quedar yo acompañado y que vaya sola aquélla, que busca el remedio de mi mal; mejor será que vayas con ella y la aquexes, pues sabes que de su diligencia pende mi salud, de su tardança mi pena, de su oluido mi desesperança. Sabido eres, fiel te siento, por buen criado te tengo. Faz de manera que en sólo verte ella a ti, juzgue la pena, que a mí queda y fuego, que me atormenta. Cuyo ardor me causó no poder mostrarle la tercia parte desta mi secreta enfermedad, segú n tiene mi lengua y sentido ocupados y consumidos. Tú , como hombre libre de tal passión hablarla has a rienda suelta. CALISTE. Sempronio, il ne me paraît pas bien que tu sois avec moi et que nous laissions aller seule celle qui cherche remède à mes maux. Il sera mieux que tu ailles avec elle et que tu la tourmentes un peu ; tu sais que de son activité dépend mon salut ; que sa lenteur peut augmenter ma peine, son oubli causer mon désespoir. Tu es intelligent, je te sais fidèle, je te tiens pour bon serviteur : fais en sorte que rien qu’en te voyant elle comprenne la peine que me cause ce feu qui me brûle, et dont l’ardeur m’a empêché de lui dépeindre le tiers de ce que je souffre, tant il retient et paralyse ma langue et ma pensée ! Toi qui es libre de semblable passion, tu pourras lui parler tout à ton aise.
SEMP. __ Señor, querría yr por complir tu mandado; querría quedar por aliuiar tu cuydado. Tu temor me aquexa; tu soledad me detiene. Quiero tomar consejo con la ovediencia, que es yr y dar priessa a la vieja. ?Mas cómo yré? Que, en viéndote solo, dizes desuaríos de hombre sin seso, sospirando, gimiendo, maltrobando, holgando con lo escuro, deseando soledad, buscando nueuos modos de pensatiuo tormento. Donde, si perseueras, o de muerto o loco no podrás escapar, si siempre no te acompaña quien te allegue plazeres, diga donayres, tanga cançiones alegres, cante romances, cuente ystorias, pinte motes, finja cuentos, juegue a naypes, arme mates, finalmente que sepa buscar todo género de dulce passatiempo para no dexar trasponer tu pensamiento en aquellos crueles desuíos, que rescebiste de aquella señora en el primer trance de tus amores. SEMPRONIO. Seigneur, je voudrais partir pour obéir à vos ordres, je voudrais rester pour adoucir vos peines : votre crainte me chagrine, votre solitude me retient. Je veux prendre conseil de l’obéissance, je pars et je vais presser la vieille. Mais comment m’en irai-je ? car lorsque vous êtes seul, vous parlez à tort et à travers, comme un homme qui a perdu l’esprit : vous soupirez, vous gémissez, vous faites de mauvais vers, vous désirez la solitude et l’obscurité, vous cherchez mille manières de penser à vos tourments. Si vous continuez, vous ne pourrez éviter la mort ou la folie, à moins que vous n’ayez près de vous quelqu’un qui vous égaye, qui vous dise des choses agréables, qui vous chante de joyeuses chansons, des romances, qui vous raconte des histoires, qui écrive des vers, qui imagine des contes, qui joue aux cartes, enfin qui sache chercher quelque genre de doux passe-temps, pour ne pas laisser vos pensées s’arrêter sur le cruel traitement que vous a fait supporter cette dame au premier aveu de vos amours.
CAL. __ ¿:Cómo? , simple. ¿:No sabes que aliuia la pena llorar la causa? ¿:Quanto es dulce a los tristes quexar su passión? ¿:Quanto descanso traen consigo los quebrantados sospiros? ¿:Quánto relieuan y disminuyen los lagrimosos gemidos el dolor? Quantos escriuieron consuelos no dizen otra cosa. CALISTE. Homme simple, ne sais-tu pas que les larmes adoucissent la peine ? combien il est doux aux affligés de se plaindre de leur tourment ? quel soulagement procurent les soupirs les plus déchirants ? combien les larmes et les gémissements diminuent la douleur ? Tous ceux qui ont écrit sur les consolations ne disent pas autre chose.
SEMP. __ Lee más adelante, buelue la hoja: fallarás que dizen que fiar en lo temporal y buscar materia de tristeza, que es ygual género de locura. Y aquel Macías, ydolo de los amantes del oluido porque le oluidaua, se quexava. En el contemplar está la pena de amor, en el oluidar el descanso. Huye de tirar cozes al aguijón. Finge alegría y consuelo y serlo ha. Que muchas vezes la opinión trae las cosas donde quiere, no para que mude la verdad; pero para moderar nuestro sentido y regir nuestro juyzio. SEMPRONIO. Lisez plus avant, tournez la feuille, vous y verrez qu’ils disent que se fier au temps et chercher matière à la tristesse, c’est un même genre de folie. Macias, l’idole des amants, se plaignait de l’oubli parce qu’il n’oubliait pas. La peine d’amour est dans la méditation, le repos se trouve dans l’oubli. Évitez de regimber contre l’éperon, feignez la joie et le calme, vous serez calme et joyeux. Toujours l’imagination rend les choses ce qu’on veut qu’elles soient ; ce n’est pas qu’elle change la vérité, mais elle calme nos pensées et redresse notre jugement.
CAL. __ Sempronio amigo, pues tanto sientes mi soledad, llama a Pármeno y quedará comigo y de aquí adelante sey, como sueles, leal, que en el seruicio del criado está el galardón del señor. CALISTE. Sempronio, mon ami, puisque tu ne veux pas que je sois seul, appelle Parmeno, il restera avec moi. Sois à l’avenir fidèle comme tu l’es maintenant : c’est dans les bons soins du serviteur que le maître trouve sa récompense… Parmeno ?
PARM. __ Aquí estoy, señor. PARMENO. Je suis ici, seigneur.
CAL. __ Yo no, pues no te veya. No te partas della, Sempronio, ni me oluides a mí y ve con Dios. Tú, Pármeno, ¿:Qué te parece de lo que oy ha pasado? Mi pena es grande, Melibea alta, Celestina sabia y buena maestra destos negocios. No podemos errar. Tú me la has aprouado con toda tu enemistad. Yo te creo. Que tanta es la fuerça de la verdad, que las lenguas de los enemigos trae a sí. Assí que, pues ella es tal, más quiero dar a ésta cient monedas, que a otra cinco. CALISTE. Ah ! bien ! je ne te voyais pas. Ne la quitte pas, Sempronio, et ne m’oublie pas ; va, Dieu te conduise ! — Toi, Parmeno, que te semble de ce qui s’est passé aujourd’hui ? Ma peine est grande. Mélibée est fière, Célestine est habile et s’entend à de pareilles affaires. Le succès ne peut nous manquer, tu me l’as prouvé avec toute ton inimitié. Je te crois ; la vérité est si puissante qu’elle oblige ses ennemis eux-mêmes à la proclamer. Puisque Célestine est telle que tu l’as dit, j’aime mieux lui avoir donné cent écus que cinq à un autre.
PARM. __ ¿:Ya lloras? ¡Duelos tenemos ! ¡En casa se haurán de ayunar estas franquezas¡ PARMENO. Les regrettez-vous déjà ? (À part.) Ça va mal ; de semblables générosités nous feront jeûner au logis.
CAL. __ Pues pido tu parecer, seyme agradable, Pármeno. No abaxes la cabeça al responder. Mas como la embidia es triste, la tristeza sin lengua, puede más contigo su voluntad, que mi temor. ¿:Qué dixiste, enojoso? CALISTE. Puisque je te demande ton avis, sois-moi agréable, Parmeno. Ne baisse pas la tête en me répondant : l’envie est triste, la tristesse est muette ; le découragement me reviendrait bien vite avec toi, malgré mes craintes et ma volonté. Que disais-tu, fâcheux ?
PARM. __ Digo, señor, que yrían mejor empleadas tus franquezas en presentes y seruicios a Melibea, que no dar dineros aquélla, que yo me conozco y, lo que peor es, fazerte su catiuo. PARMENO. Je dis, seigneur, que votre générosité serait mieux employée à faire des présents à Mélibée, qu’à donner de l’argent à cette vieille, que je connais, et, ce qui est pis, à vous faire son esclave.
CAL. __ ¿:Cómo, loco, su catiuo? CALISTE. Comment, fou, son esclave ?
PARM. __ Porque a quien dizes el secreto, das tu libertad. PARMENO. Celui à qui vous confiez votre secret est maître de votre liberté.
CAL. __ Algo dize el necio; pero quiero que sepas que, quando ay mucha distancia del que ruega al rogado o por grauedad de obediencia o por señorío de estado o esquiuidad de género, como entre ésta mi señora y mí, es necessario intercessor o medianero, que suba de mano en mano mi mensaje hasta los oydos de aquélla a quien yo segunda vez hablar tengo por impossible. Y pues que así es, dime si lo fecho aprueuas. CALISTE. Ce que dit l’imbécile vaut bien quelque chose. — Je veux que tu saches que quand il y a une immense distance de celui qui demande à celui qu’il implore, soit par vénération, soit par supériorité de position, soit par la différence des naissances, comme il existe entre cette dame et moi, il faut un médiateur. Il me faut quelqu’un qui se charge de transmettre mon message aux mains de celle à laquelle je crois impossible de parler une seconde fois. Puisqu’il en est ainsi, dis-moi si tu m’approuves.
PARM. __ ¡Apruéuelo el diablo¡ PARMENO. Le diable le fasse !
CAL. __ ¿:Qué dizes? CALISTE. Que dis-tu ?
PARM. __ Digo, señor, que nunca yerro vino desacompañado y que vn inconueniente es causa y puerta de muchos. PARMENO. Je dis, seigneur, que jamais une faute ne va seule, qu’une imprudence en amène toujours d’autres.
CAL. __ El dicho yo le aprueuo; el propósito no entiendo. CALISTE. Cette remarque est vraie, mais je n’en comprends pas le motif.
PARM. __ Señor, porque perderse el otro día el neblí fue causa de tu entrada en la huerta de Melibea a le buscar, la entrada causa de la ver y hablar, la habla engendró amor, el amor parió tu pena, la pena causará perder tu cuerpo y alma y hazienda. Y lo que más dello siento es venir a manos de aquella trotaconuentos, después de tres vezes emplumada. PARMENO. Seigneur, la perte de votre faucon l’autre jour vous a conduit dans le verger de Mélibée ; cette recherche vous a donné occasion de la voir et de lui parler ; la conversation a amené l’amour, l’amour a engendré votre peine, la peine causera la perte de votre corps, de votre âme et de votre fortune, et ce qui m’afflige le plus dans tout cela, c’est que vous soyez la victime de cette trotteuse de couvents, qui a déjà été emplumée trois fois39.
CAL. __ ¡Assí, Pármeno, di más deso, que me agrada¡ Pues mejor me parece, cuanto quanto más la desalabas. Cumpla comigo y empl menla la quarta. Desentido eres, sin pena hablas: no te duele donde a mi, Pármeno. CALISTE. Parle hardiment, j’en suis bien aise ; mais plus tu m’en dis du mal, plus elle me plaît. Qu’elle en finisse avec moi, et qu’on l’emplume une quatrième fois. Tu parles à ton aise, tu juges sans passion, mais tu ne souffres pas comme moi, Parmeno.
PARM. __ Señor, más quiero que ayrado me reprehendas, porque te do enojo, que arrepentido me condenes, porque no te di consejo, pues perdiste el nombre de libre, quando cautiuaste tu voluntad. PARMENO. Seigneur, j’aime mieux que vous me repreniez avec colère pour vous avoir fâché, que vous entendre me condamner plus tard pour ne vous avoir pas donné de conseil. Vous avez perdu le nom d’homme libre en engageant ainsi votre volonté.
CAL. __ ¡Palos querrá este vellaco¡ Di, malcriado, ¿:Por qué dizes mal de lo que yo adoro? y t ¿:Qué sabes de honrra? Dime ¿:Qué es amor? ¿:En qué consiste buena criança, que te me vendes por discreto? ¿:No sabes que el primer escalón de locura es creerse ser sciente? Si t sintiesses mi dolor, con otra agua rociarías aquella ardiente llaga, que la cruel frecha de Cupido me ha causado. Quanto remedio Sempronio acarrea con sus pies, tanto apartas t con tu lengua, con tus vanas palabras. Fingiéndote fiel, eres un terrón de lisonja, bote de malicias, el mismo mesón y aposentamiento de la embidia. Que por disfamar la vieja, a tuerto o a derecho, pones en mis amores desconfiança. Pues sabe que esta mi pena y flutuoso dolor no se rige por razón, no quiere auisos, carece de consejo y, si alguno se le diere, tal que no aparte ni desgozne lo que sin las entrañas no podrá despegarse. Sempronio temió su yda y tu quedada. Yo quíselo todo y assí me padezco su absencia y tu presencia. Valiera más solo , que malacompañado. CALISTE. Ce traître veut des coups de bâton. Dis-moi, mauvais serviteur, pourquoi dis-tu du mal de ce que j’adore ? Te connais tu en honneur ? Sais-tu ce que c’est que l’amour ? Sais-tu en quoi consistent les bons services, toi qui te donnes pour sensé ? Ignores-tu que le premier degré de folie est de se croire savant ? Si tu comprenais ma douleur, tu emploierais un autre moyen pour calmer cette ardente blessure que m’a faite la flèche de Cupidon. Autant Sempronio m’est secourable avec ses pieds, autant tu m’es fastidieux avec ta langue et tes vaines paroles. Tu feins d’être fidèle, et tu es un amas de tromperies, une confusion de malices, la demeure même de l’envie ; pour diffamer la vieille à tort et à raison, tu cherches à décourager mon amour ; tu sais cependant que ma peine et ma douleur ne peuvent être traitées par la raison, ne veulent pas d’avis, ne peuvent être conseillées. On aura beau faire, on ne pourra les chasser ni les enlever sans m’arracher les entrailles. Sempronio ne savait s’il partirait ou s’il resterait ; je voulais ce qu’il voulait, et maintenant je souffre de son absence et de ta présence. Mieux vaut être seul que mal accompagné.
PARM. __ Señor, flaca es la fidelidad, que temor de pena la conuierte en lisonja, mayormente con señor, a quien dolor o afición priua y tiene ageno de su natural juyzio. Quitarse ha el velo de la ceguedad, passarán estos momentáneos fuegos: conoscerás mis agras palabras ser mejores para matar este fuerte cancre, que las blandas de Sempronio, que lo atizan tu fuego, abiuan tu amor, encienden tu llama, añaden astillas, que tenga que gastar fasta ponerte en la sepultura. Parmemo. Seigneur, la fidélité est faible, la crainte d’affliger la change en flatterie, surtout avec un maître que la douleur et la passion privent de son jugement. Le voile qui vous aveugle disparaîtra, ce feu momentané passera ; vous reconnaîtrez que mes rudes paroles valent mieux pour détruire ce cruel cancer que les cajoleries de Sempronio, qui le nourrissent, qui attisent votre feu, animent votre amour, excitent votre flamme, l’irritent, l’alimentent et finiront par vous conduire au tombeau.
CAL. __ ¡Calla, calla, perdido¡ Estó yo penado y t filosofando. No te espero más. Saquen vn cauallo. Límpienle mucho. Aprieten bien la cincha, por si passare por casa de mi señora y mi Dios. CALISTE. Tais-toi, homme perdu ; je souffre, et tu philosophes. Je ne t’écoute plus. Qu’on dispose un cheval, qu’on l’étrille bien, qu’il soit bien sellé, je veux passer devant la demeure de celle qui est ma maîtresse et mon dieu.
PARM. __ ¡Moços¡? No ay moço en casa? Yo me lo hauré de hazer, que a peor vernemos desta vez que ser moços de espuelas. ¡Andar¡, passe¡ Mal me quieren mis comadres, etc. ¿:Rehinchays, don cauallo? ¿:No basta vn celoso en casa? . . . ?O barruntás a Melibea? PARMENO, dans la cour. Garçons ! Il n’y en a pas un à la maison, il faut que j’y aille moi-même ; je ne m’attendais guère à faire l’office de palefrenier. Allons, bon, mes commères ne m’aiment pas parce que je dis la vérité… Tu hennis, don cheval ? N’est-ce pas assez d’un amoureux dans la maison ? Penses-tu aussi à Mélibée ?
CAL. __ ¡Viene esse cauallo? ¿:Qué hazes, Pármeno? CALISTE. Ce cheval arrive-t-il ? Que fais-tu, Parmeno ?
PARM. __ Señor, vesle aquí, que no está Sosia en casa. PARMENO. Seigneur, le voici ; Sosie n’était pas là.
CAL. __ Pues ten esse estribo, abre más essa puerta. Y si viniere Sempronio con aquella señora, di que esperen, que presto será mi buelta. CALISTE. Alors tiens-moi l’étrier, ouvre davantage cette porte, et si Sempronio vient avec cette vieille, dis-leur d’attendre, je serai bientôt de retour.
PARM. __ ¡Más, nunca sea¡! Allá yrás con el diablo¡ A estos locos dezildes lo que les cumple; no os podrán ver. Por mi ánima, que si agora le diessen vna lançada en el calcañar, que saliessen más sesos que de la cabeça¡ Pues anda, que a mi cargo ¡Que Celestina y Sempronio te espulguen¡. ¡O desdichado de mí¡ Por ser leal padezco mal. Otros se ganan por malos; yo me pierdo por bueno. ¡El mundo es tal¡ Quiero yrme al hilo de la gente, pues a los traydores llaman discretos, a los fieles nescios. Si creyera Celestina con sus seys dozenas de años a cuestas, no me maltratara Calisto. Mas esto me porná escarmiento de aquí adelante con él. Que si dixiere comamos, yo también; si quisiere derrocar la casa, aprouarlo; si quemar su hazienda, yr por fuego. ¡Destruya, rompa, quiebre, dañe, dé a alcahuetas lo suyo, que mi parte me cabrá, pues dizen: a río buelto ganancia de pescadores. ¡Nunca más perro a molino! PARMENO, seul. Plutôt jamais. Va-t’en au diable ! Dites à ces fous ce qui est dans leur intérêt, ils ne voudront pas vous voir. Sur mon âme ! si on lui donnait maintenant un coup de lance dans le talon, il en sortirait plus de cervelle que de la tête. Va ! Célestine et Sempronio sauront t’éplucher, je t’en réponds. Ô malheureux que je suis ! je suis fidèle et maltraité. D’autres gagnent à être méchants ; moi, je perds à être bon ; ainsi va le monde. Je veux suivre les traces des autres, puisqu’on appelle sensés les traîtres, et imbéciles ceux qui sont fidèles. Si j’avais cru Célestine avec ses six douzaines d’années sur les épaules, Calixte ne me maltraiterait pas. Ceci me servira de leçon pour ma manière d’agir avec lui à l’avenir. S’il dit : « Mangeons », je dirai comme lui, s’il veut abattre la maison, je l’approuverai ; s’il veut brûler ses domaines, j’irai lui chercher du feu. Qu’il détruise, qu’il rompe, qu’il brise, qu’il gaspille, qu’il donne son bien aux entremetteuses, j’en aurai ma part, car on dit : « Il n’est rien comme de pêcher en eau trouble ; » et encore : « Jamais le chien n’est mieux qu’au moulin. »






ACTO III

ACTE TROISIÈME

Sumario: SEMPRONIO vase a casa de CELESTINA, a la cual reprende por la MELIBEA. En fin sobreviene ELICIA. Vase CELESTINA a casa de PLEBERIO. Queda SEMPRONIO y ELICIA en casa. ARGUMENT : Sempronio va chez Célestine et lui reproche sa lenteur ; tous deux se concertent sur le moyen de bien conduire l’affaire de Calixte et de Mélibée. Survient Élicie. Célestine s’en va chez Plebère. Élicie et Sempronio restent ensemble au logis.
SEMPRONIO, CÉLESTINE, ÉLICIE.
SEMP. __ ¡Qué espacio lleua la barvuda¡ ¡Menos sosiego trayan sus pies a la venida¡ A dineros pagados, braços quebrados. ¡Ce¡Señora Celestina: poco as aguijado. SEMPRONIO. Elle y met le temps, la vieille barbue ! Ses pieds allaient moins tranquillement lorsqu’elle venait. Deniers comptés, bras rompus. Eh ! mère Célestine, tu ne te hâtes guère.
CEL. __ ¿:A qué vienes, hijo? CELESTINE. Pourquoi viens-tu, mon garçon ?
SEMP. __ Este nuestro enfermo no sabe qué pedir. De sus manos no se contenta. No se le cueze el pan. Teme tu negligencia. Maldize su auaricia y cortedad, porque te dio tan poco dinero. SEMPRONIO. Notre malade ne sait que demander ; il ne sait que faire de ses mains ; on ne peut lui cuire de pain à son appétit, il craint ta négligence, il maudit son avarice et sa petitesse ; il pense t’avoir donné trop peu d’argent.
CEL. __ No es cosa más propia del que ama que la impaciencia. Toda tardança les es tormento. Ninguna dilación les agrada. En vn momento querrían poner en efeto sus cogitaciones. Antes las querrían ver concluydas, que empeçadas. Mayormente estos nouicios amantes, que contra cualquiera señuelo buelan sin deliberación, sin pensar el daño, que el ceuo de su desseo trae mezclado en su exercicio y negociación para sus personas y siruientes. CELESTINE. Rien n’est plus naturel à ceux qui aiment que l’impatience, tout retard est un tourment pour eux, aucun délai ne leur plaît ; ils voudraient réaliser leurs projets en un instant ; ils voudraient en voir la fin avant d’en avoir commencé l’exécution, surtout ces amants novices qui s’élancent sans réflexion sur le moindre appât, sans penser au tort que leur passion inquiète et toujours agitée apporte aux négociations de leurs serviteurs.
SEMP. __ ¿:Qué dizes de siruientes? ¿:Paresce por tu razón que nos puede venir a nosotros daño deste negocio y quemarnos con las centellas que resultan deste fuego de Calisto? ¡Aun al diablo daría yo sus amores! Al primer desconcierto, que vea en este negocio, no como más su pan. Más vale perder lo seruido, que la vida por cobrallo. El tiempo me dirá qué faga. Que primero, que cayga del todo, dará señal, como casa, que se acuesta. Si te pareçe, madre, guardemos nuestras personas de peligro. Fágase lo que se hiziere. Si la ouiere ogaño; si no, a otro: si no, nunca. Que no ay cosa tan difícile de çofrir en sus principios, que el tiempo no la ablande y faga comportable. Ninguna llaga tanto se sintió, que por luengo tiempo no afloxase su tormento, ni plazer tan alegre fue, que no le amengüe su antigüedad. El mal y el bien, la prosperidad y aduersidad, la gloria y pena, todo pierde con el tiempo la fuerça de su acelerado principio. Pues los casos de admiración y venidos con gran desseo, tan presto como passados, oluidados. Cada día vemos nouedades y las oymos y las passamos y dexamos atrás. Diminúyelas el tiempo, házelas contingibles. SEMPRONIO. Que dis-tu des serviteurs ? Il semblerait, à t’entendre, que cette affaire peut nous porter préjudice et que nous pouvons nous brûler aux étincelles qui jaillissent du feu de Calixte. Je donnerais plutôt ses amours à tous les diables. Au premier désordre que j’apercevrai dans tout cela, je cesserai de manger de son pain. Mieux vaut perdre sa place que la vie en la voulant conserver. Le temps me portera conseil avant que tout aille en déroute. ; il m’avertira, j’espère, comme fait une maison qui va s’écrouler. Si tel est ton avis, mère, gardons-nous de tout danger ; qu’il en soit comme il plaira à Dieu ; si Calixte ne réussit pas cette année, ce sera l’année prochaine, sinon plus tard ; il n’y a au monde chose si difficile dans le principe, que le temps ne la rende possible et praticable. Quelque cuisante que soit une plaie, avec le temps elle devient moins douloureuse ; quelque grand que soit un plaisir, l’ancienneté le rend beaucoup moins vif. Le mal et le bien, la prospérité et l’adversité, la gloire et la peine, tout perd à la longue sa force primitive. Les choses qu’on admire, celles qu’on désire ardemment, sont oubliées dès qu’elles ont passé. Chaque jour nous voyons, nous entendons choses nouvelles, nous avançons et les laissons derrière nous, le temps en diminue la valeur et les rend fort ordinaire.
¿:Qué tanto te marauillarías si dixesen: la tierra tembló o otra semejante cosa, que no oluidases luego? Assí como: elado está el río, el ciego vee ya, muerto es tu padre, vn rayo cayó, ganada es Granada, el Rey entra oy, el turco es vencido, eclipse ay mañana, la puente es lleuada, aquél es ya obispo, a Pedro robaron, Ynés se ahorcó. ?Qué me dirás, sino que a tres días passados o a la segunda vista, no ay quien dello se marauille? Todo es assí, todo passa desta manera, todo se oluida, todo queda atrás. Pues assí será este amor de mi amo: quanto más fuere andando, tanto más disminuyendo. `Que la costumbre luenga amansa los dolores, afloxa y deshaze los deleytes, demengua las marauillas. Procuremos prouecho, mientra pendiere la contienda. Y si a pie enxuto le pudiéremos remediar, lo mejor mejor es; y sinó, poco a poco le soldaremos el reproche o menosprecio de Melibea contra él. Donde no, más vale que pene el amo, que no que peligre el moço. Si on te disait : La terre a tremblé, ou quelque autre événement semblable, tu en serais fort étonnée, puis tu l’oublierais aussitôt. Qu’on te dise : — La rivière est gelée, cet aveugle a recouvré la vue, ton père est mort, la foudre est tombée, Grenade est priseTout est de même, tout passe de semblable manière, tout s’oublie, tout s’en va. Il en sera ainsi de l’amour de mon maître ; plus il ira, plus il diminuera ; la longue habitude apaise la douleur, détruit le plaisir, familiarise avec les merveilles. Hâtons-nous donc, profitons pendant qu’il en est question, et si nous pouvons agir pour Calixte à pied sec, il n’en sera que mieux ; sinon, nous laisserons s’apaiser peu à peu la haine et la colère de Mélibée contre lui. En tout cas, mieux vaut la peine pour le maître, que le danger pour le serviteur.
CEL. __ Bien as dicho. Contigo estoy, agradado me has. No podemos errar. Pero todavía, hijo, es necessario que el buen procurador ponga de su casa algún trabajo, algunas fingidas razones, algunos sofísticos actos: yr y venir a juyzio, avnque reciba malas palabras del juez. Siquiera por los presentes, que lo vieren; no digan que se gana holgando el salario. Y assí verná cada vno a él con su pleyto y a Celestina con sus amores. CELESTINE. Tu as bien dit, je suis de ton avis, tes pensées me plaisent, nous ne pouvons nous tromper. Mais il faut, mon fils, que tout bon procureur se crée des affaires, des raisons imaginaires, des actes sophistiques ; il faut qu’il aille maintes fois au tribunal, dût-il y être mal reçu du juge, afin que ceux qui le verront ne puissent pas dire qu’il gagne ses honoraires en s’amusant ; de la sorte chacun lui confiera son procès ; de même que chacun confiera ses amours à Célestine.
SEMP. __ Haz a tu voluntad, que no será éste el primer negocio, que has tomado a cargo. SEMPRONIO. Fais comme tu voudras ! ce ne sera pas la première affaire dont tu te seras chargée.
CEL. __ ¿:El primero, hijo? Pocas vírgines, a Dios gracias, has tú visto en esta cibdad, que hayan abierto tienda a vender, de quien yo no aya sido corredora de su primer hilado. En nasciendo la mochacha, la hago escriuir en mi registro, para saber quántas se me salen de la red. ¿:Qué pensauas?? Auíame de mantener del viento? ¿:Heredé otra herencia?? tengo otra casa o viña? ¿:Conócesme otra hazienda, más deste oficio? ¿:De qué como y beuo? ¿:De qué visto y calço? En esta cibdad nascida, en ella criada, manteniendo honrra, como todo el mundo sabe ¿:Conoscida pues, no soy? Quien no supiere mi nombre y mi casa tenle por estranjero. CELESTINE. La première, ami ? Grâce à Dieu, parmi les vierges de notre ville qui ont ouvert boutique, il en est bien peu dont je n’aie fait le courtage des premières œuvres. La jeune fille qui naît est à l’instant même inscrite sur mon registre, car je tiens à savoir combien il m’en échappe. Que pensais-tu donc, Sempronio ? Puis-je me nourrir de l’air du temps ? Ai-je fait quelque héritage ? Ai-je une autre maison ou une autre vigne ? Me connais-tu d’autre revenu que le métier que je fais ? Qui me donne à boire et à manger ? Qui m’habille et me chausse ? Je suis née dans cette ville, j’y ai été élevée, j’y ai vécu honorablement, tout le monde le sait. Je n’y suis certes pas inconnue ; quiconque ignore mon nom ou ma demeure, tu peux le tenir pour étranger.
SEMP. __ Dime madre, ¿:Qué passaste con mi compañero Pármeno, quando subí con Calisto por el dinero? SEMPRONIO. Dis-moi, mère, que s’est-il passé entre toi et mon camarade Parmeno, quand je suis monté avec Calixte pour chercher de l’argent ?
CEL. __ Díxele el sueño y la soltura, y cómo ganaría más con nuestra compañía, que con las lisonjas que dize a su amo; cómo viuiría siempre pobre y baldonado, si no mudaua el consejo; que no se hiziesse sancto a tal perra vieja como yo; acordéle quién era su madre, porque no menospreciase mi oficio; porque queriendo de mí dezir mal, tropeçasse primero en ella. CELESTINE. Je lui ai dit le commencement et la finje lui ai fait comprendre qu’il gagnerait plus avec nous, qu’avec les flatteries qu’il dit à son maître ; qu’il vivrait toujours pauvre et honteux s’il ne changeait pas de manière d’agir ; qu’il avait tort de faire le saint avec une vieille chienne comme moi ; je lui rappelai ce qu’était sa mère, afin qu’il ne méprisât pas mon métier et qu’il sût, lorsqu’il voudrait dire du mal de moi, que ce serait aussi bien à elle qu’il s’attaquerait.
SEMP. __ ¿:Tantos días ha que le conosces, madre? SEMPRONIO. Il y a donc bien longtemps que tu le connais, mère ?
CEL. __ Aquí está Celestina, que le vido nascer y le ayudó a criar. Su madre y yo, vña y carne. Della aprendí todo lo mejor que sé de mi oficio. Juntas comíamos, juntas dormíamos, juntas auíamos nuestros solazes, nuestros plazeres, nuestros consejos y conciertos. En casa y fuera, como dos hermanas. Nunca blanca gané en que no touiesse su meytad. Pero no viuía yo engañada, si mi fortuna quisiera que ella me durara. ¡O muerte, muerte! ¡A quántos priuas de agradable compañía¡ ¡A quántos desconsuela tu enojosa visitación¡ Por vno, que comes con tiempo, cortas mil en agraz. Que siendo ella viua, no fueran estos mis passos desacompañados. ¡Buen siglo aya, que leal amiga y buena compañera me fue! Que jamás me dexó hazer cosa en mi cabo, estando ella presente. Si yo traya el pan, ella la carne. Si yo ponía la mesa, ella los manteles. No loca, no fantástica ni presumptuosa, como las de agora En mi anima, descubierta se yua hasta el cabo de la ciudad con su jarro en la mano, que en todo el camino no oya peor de: señora Claudina. Y aosadas que otra conoscía peor el vino y qualquier mercaduría. Quando pensaua que no era llegada, era de buelta. Allí la combidauan, según el amor todos le tenían. Que jamás boluía sin ocho o diez gostaduras, vn açumbre en el jarro y otro en el cuerpo. Ansí le fiauan dos o tres arrobas en vezes, como sobre vna taça de plata. Su palabra era prenda de oro en quantos bodegones auía. Si yuamos por la calle, donde quiera que ouiessemos sed, entráuamos en la primera tauerna y luego mandaua echar medio açumbre para mojar la boca. Mas a mi cargo que no le quitaron la toca por ello, sino quanto la rayauan en su taja, y andar adelante. Si tal fuesse agora su hijo, a mi cargo que tu amo quedasse sin pluma y nosotros sin quexa. Pero yo lo haré de mi fierro, si viuo; yo le contaré en el número de los mios. CELESTINE. Voici Célestine qui l’a vu naître, qui l’a aidé à venir au monde ; sa mère et moi, nous étions comme chair et ongles. J’appris d’elle le meilleur de mon métier, nous vivions ensemble, nous dormions ensemble, ensemble nous prenions nos ébats, nos plaisirs, nos décisions et nos résolutions. Dans la maison et hors de la maison nous étions comme deux sœurs, je n’ai pas gagné un blanc44 qu’elle n’en ait eu la moitié ; je serais moins malheureuse si la fortune eût voulu me la conserver. Ô mort ! ô mort ! quelles douces compagnies tu nous enlèves ! Combien de gens tes disgracieuses visites rendent inconsolables ! Pour une victime que tu entraînes quand son temps est venu, il en est mille que tu renverses avant l’heure ! Si elle vivait, je ne serais pas ainsi seule et sans compagne. Que la terre lui soit légère ! c’était une amie fidèle et dévouée. Jamais, elle présente, je ne fis la plus petite chose qu’elle n’y mît la main. Si j’apportais le pain, elle apportait la viande ; si je dressais la table, elle mettait la nappe ; elle n’était ni folle, ni fantasque, ni présomptueuse comme les femmes d’aujourd’hui. Sur mon âme, elle pouvait aller visage découvert jusqu’au bout de la ville, sa cruche à la main, sans que sur son chemin on lui dît autre chose que : « Dame Claudine. » Quand je la croyais bien loin, elle était de retour. Aucune femme mieux qu’elle ne se connaissait en vin ou en toute autre marchandise. Partout on la conviait, tant elle était aimée, et jamais elle ne revenait sans avoir goûté huit ou dix bonnes choses et sans rapporter une mesure de vin dans sa cruche et une autre dans le corps. On lui confiait ainsi deux ou trois arrobes45 à la fois aussi facilement que si elle eût laissé en gage une tasse d’argent. Sa parole valait de l’or dans toutes les tavernes ; si nous allions dans la rue, quand nous avions soif, nous entrions dans le premier cabaret, et à l’instant elle faisait tirer une demi-mesure pour nous mouiller la bouche ; jamais, sur ma parole, on ne lui retint son bonnet en gage pour cela : on faisait un cran sur sa taille et nous partions. Si son fils lui ressemblait, je te réponds que ton maître n’aurait pas une plume et nous pas un désir. Mais je me charge de le dresser, si je vis, et j’en ferai un des miens.
SEMP. __ ¿:Cómo has pensado hazerlo, que es un traydor? SEMPRONIO. Comment penses-tu y parvenir ? C’est un traître !
CEL. __ A esse tal dos aleuosos. Haréle auer a Areusa. Será de los nuestros. Darnos ha lugar a tender las redes sin embaraço por aquellas doblas de Calisto. CELESTINE. Nous serons deux contre lui, je lui ferai avoir Areusa, et il sera à nous. Il nous aidera à tendre sans embarras de bons piéges aux doublons de Calixte.
SEMP. __ ¿:Pues crees que podrás alcançar algo de Melibea? ¿:Ay algún buen ramo? SEMPRONIO. Crois-tu que tu pourras obtenir quelque chose de Mélibée ? As-tu quelque bon moyen de ce côté ?
CEL. __ No ay çurujano, que a la primera cura juzgue la herida. Lo que yo al presente veo te diré. Melibea es hermosa, Calisto loco y franco. Ni a él penará gastar ni a mi andar. ¡Bulla moneda y dure el pleyto lo que durare¡ todo lo puede el dinero: las peñas quebranta, los ríos passa en seco. No ay lugar tan alto, que vn asno cargado de oro no le suba. Su desatino y ardor basta para perder a si y ganar a nosotros. Esto he sentido, esto he calado, esto sé dél y della, esto es lo que nos ha de aprouechar. A casa voy de Pleberio. Quédate Adiós. Que, avnque esté braua Melibea, no es ésta, si a Dios ha plazido, la primera a quien yo he hecho perder el cacarear. Cozquillosicas son todas; mas, después que vna vez consienten la silla en el enués del lomo, nunca querrían folgar. Por ellas queda el campo. Muertas sí; cansadas no. Si de noche caminan, nunca querrían que amaneciesse: maldizen los gallos porque anuncian el día y el relox porque da tan apriessa. Requieren las cabrillas y el norte, haziéndose estrelleras. Ya quando veen salir el luzero del alua, quiéreseles salir el alma: su claridad les escuresce el coraçón. Camino es, hijo, que nunca me harté de andar. Nunca me vi cansada. Y avn assí, vieja como soy, sabe Dios mi buen desseo. ¡Quanto más éstas que hieruen sin fuego¡ Catíuanse del primer abraço, ruegan a quien rogó, penan por el penado, házense sieruas de quien eran señoras, dexan el mando y son mandadas, rompen paredes, abren ventanas, fingen enfermedades, a los cherriadores quicios de las puertas hazen con azeytes vsar su oficio sin ruydo. No te sabré dezir lo mucho que obra en ellas aquel dulçor, que les queda de los primeros besos de quien aman. Son enemigas del medio; contino están posadas en los estremos. CELESTINE. Il n’y a pas de chirurgien qui ne juge une plaie dès le premier appareil ; je puis te dire ce que je vois dès à présent. Mélibée est belle, Calixte est fou et généreux. La dépense ne lui coûtera rien, ni à moi la peine. Vienne l’argent, et le procès durera ce qu’il pourra. L’argent peut tout, il brise les roches, dessèche les rivières ; il n’y a lieu si haut qu’un âne chargé d’or n’y parvienne. L’extravagance et l’ardeur de Calixte suffisent pour le perdre et nous enrichir. Voilà ce que j’ai vu, voilà ce que j’ai deviné, voilà ce que je sais d’elle et de lui, voilà ce qui nous sera profitable. Je vais aller chez Plebère, et, sois tranquille, bien que Mélibée soit fière, elle n’est pas la première, grâce à Dieu, dont j’aie arrêté le caquet. Toutes sont chatouilleuses, mais quand une fois elles ont enduré la selle sur l’échine, elles ne veulent plus qu’on l’enlève. Le champ de bataille leur reste toujours, elles meurent, mais ne se fatiguent jamais ; si elles voyagent de nuit, elles ne voudraient jamais voir venir le jour ; elles maudissent les coqs parce qu’ils annoncent l’aurore, et l’horloge parce qu’elle va trop vite ; elles aiment les Pléiades et le Nord, elles se piquent d’astrologie. Quand elles voient poindre l’aube, elles aimeraient mieux qu’on leur arrachât l’âme : sa clarté leur obscurcit le cœur. C’est là, mon fils, un chemin que j’ai toujours eu plaisir à suivre ; jamais je ne m’y suis trouvée fatiguée, et vieille comme je le suis. Dieu sait ma bonne volonté ; à plus forte raison, doivent-elles désirer bien autre chose, celles-là qui bouillent sans feu. Le premier embrassement les captive, elles implorent celui qui les implorait, elles se passionnent pour celui qui était passionné pour elles, elles se font esclaves de ceux dont elles étaient les maîtresses, elles renoncent à donner des ordres et en reçoivent, elles démolissent les murailles, forcent les fenêtres, feignent des maladies, mettent de l’huile sur les gonds des portes pour les faire tourner sans bruit. Je ne saurais te dire le puissant effet que produit sur elles le doux souvenir qui leur reste des premiers baisers de celui qu’elles aiment. Elles sont ennemies d’un juste milieu et sont toujours lancées dans les extrêmes.
SEMP. __ No te entiendo essos términos, madre. SEMPRONIO. Je ne comprends pas cette expression.
CEL. __ Digo que la muger o ama mucho aquél de quien es requerida o le tiene grande odio. Assí que, si al querer, despiden, no pueden tener las riendas al desamor. Y con esto, que sé cierto, voy más consolada a casa de Melibea, que si en la mano la touiesse. Porque sé que, avnque al presente la ruegue, al fin me ha de rogar; avnque al principio me amenaze, al cabo me ha de halagar. Aquí lleuo vn poco de hilado en esta mi faltriquera, con otros aparejos, que comigo siempre traygo, para tener causa de entrar, donde mucho no soy conocida, la primera vez: assí como gorgueras, garuines, franjas, rodeos, tenazuelas, alcohol, aluayalde y solimán, hasta agujas y alfileres. Que tal ay, que tal quiere. Porque donde me tomare la boz, me halle apercebida para les echar ceuo o requerir de la primera vista. CELESTINE. Ou bien la femme aime passionnément celui qui la recherche, ou bien elle lui porte une grande haine. Ainsi, si elles cessent d’aimer, elles ne peuvent contenir leur désaffection. Avec ce que je sais, je vais avec plus de confiance chez Mélibée que si je l’avais sous la main, parce que je n’ignore pas que, bien que j’aille maintenant pour la solliciter, elle sollicitera à son tour plus tard ; bien qu’elle me menace d’abord, elle me recherchera à la fin. J’emporte dans ma poche un peu de fil et quelques bagatelles qui ne me quittent jamais ; cela me donne accès, la première fois, dans les maisons où je ne suis pas très-connue ; ce sont des gorgerettes, des voiles, des franges, des tours, des pinces à épiler, de l’alcool, de la céruse, du fard, des aiguilles et des épingles. On choisit ce qu’on veut ; pendant ce temps je prends langue, je me dispose à jeter mes appâts ou bien à lancer ma requête à première vue.
SEMP. __ Madre, mira bien lo que hazes. Porque, cuando el principio se yerra, no puede seguirse buen fin. Piensa en su padre, que es noble y esforçado, su madre celosa y braua, tú la misma sospecha. Melibea es vnica a ellos: faltándoles ella, fáltales todo el bien. En pensallo tiemblo, no vayas por lana y vengas sin pluma. SEMPRONIO. Mère, pense bien à ce que tu fais : quand on se trompe dès le principe, on n’arrive pas à bonne fin. Songe à son père, qui est noble et brave, à sa mère, qui est vertueuse et vigilante ; tu es le soupçon même. Mélibée est leur fille unique ; s’ils la perdent, ils perdent tout leur bien ; je tremble en y pensant. Tu vas pour tondre, prends garde de revenir plumée
CEL. __ ¿:Sin pluma, fijo? CELESTINE. Plumée, mon fils ?
SEMP. __ O emplumada, madre, que es peor. SEMPRONIO. Ou emplumée.
CEL. __ ¡Alahé, en malora a ti he yo menester para compañero¡ ¡Avn si quisieses auisar a Celestina en su oficio¡ Pues quando tú nasciste ya comía yo pan con corteza. ¡Para adalid eres bueno, cargado de agüeros y recelo! CELESTINE. Au diable ! je n’ai pas besoin de toi pour compagnon ; as-tu envie d’apprendre son métier à Célestine ? Quand tu es né, je mangeais déjà le pain avec sa croûte. Tu serais un bien mauvais capitaine d’armes, avec tes craintes et tes inquietudes
SEMP. __ No te marauilles, madre, de mi temor, pues es común condición humana que lo que mucho se dessea jamás se piensa ver concluydo. Mayormente que en este caso temo tu pena y mía. Desseo prouecho: querría que este negocio houiesse buen fin. No porque saliesse mi amo de pena, mas por salir yo de lazeria. Y assí miro más inconuenientes con mi poca esperiencia, que no tú como maestra vieja. SEMPRONIO. Ne t’étonne pas de mes craintes, mère, il est dans la nature de l’homme de redouter une mauvaise issue pour ce qu’il désire beaucoup, et c’est surtout dans un cas comme celui-ci que je crains ta peine et la mienne. Je souhaite que nous profitions, je voudrais voir cette affaire arriver à bonne fin, non pour que mon maître fût hors d’inquiétude, mais pour que je fusse, moi, hors de misère. Aussi, avec mon peu d’expérience, je vois plus d’inconvénients que toi, qui es maîtresse passée en semblable matière.
ELICIA. __ ¡Santiguarme quiero, Sempronio! ¡ quiero hazer vna raya en el agua! ¿:Qué nouedad es esta, venir oy acá dos vezes? ÉLICIE. Sempronio ! Je vais me signer, je vais faire une raie dans l’eau. Qu’y a-t-il donc de nouveau ? venir ici deux fois aujourd’hui.
CEL. __ Calla, boua, déxale, que otro pensamiento traemos en que más nos va. Dime, ¿:Está desocupada la casa?? Fuese la moça que esperaua al ministro? CELESTINE. Tais-toi, sotte ; laisse-le, nous avons choses plus importantes à penser. Dis-moi, la chambre est-elle vide ? Est-elle partie cette jeune fille qui attendait le prêtre ?
ELIC. __ Y avn después vino otra y se fue. ÉLICIE. Il en est venu après elle une autre, qui est aussi partie.
CEL. __ Sí, que no en balde? CELESTINE. Non pas sans rien faire ?
ELIC. __ No, en buena fe, ni Dios lo quiera. Que avnque vino tarde, más vale a quien Dios ayuda, etc. ÉLICIE. Non, certes. Dieu ne l’aurait pas voulu ; elle est venue tard ; mais celui que Dieu aide est plus avancé que celui qui se lève matin.
CEL. __ Pues sube presto al sobrado alto de la solana y baxa acá el bote del azeyte serpentino, que hallarás colgado del pedaço de la soga, que traxe del campo la otra noche, quando llouía y hazía escuro. Y abre el arca de los lizos y hazia la mano derecha hallarás vn papel escrito con sangre de morciégalo, debaxo de aquel ala de drago, a que sacamos ayer las vñas. Mira, no derrames el agua de Mayo, que me traxeron a confecionar. CELESTINE. Monte vite au grenier au-dessus de la galerie et descends cette fiole d’huile de serpent, que tu trouveras attachée avec ce morceau de corde que j’apportai de la campagne l’autre nuit, quand il pleuvait et faisait si obscur. Ouvre le coffre au linge, et à ta main droite tu trouveras un papier écrit avec du sang de chauve-souris, sous cette aile de dragon dont nous avons arraché les griffes hier. Prends garde de renverser l’eau de mai qu’on m’a donnée à faire.
ELIC. __ Madre, no está donde dizes; jamás te acuerdas cosa que guardas. ÉLICIE. Mère, ce papier n’est pas où tu dis ; tu ne sais jamais où tu serres tout cela.
CEL. __ No me castigues, por Dios, a mi vejez; no me maltrates, Elicia. No infinjas, porque está aquí Sempronio, ni te ensoberuezcas, que más me quiere a mí por consejera, que a ti por amiga, avnque tú le ames mucho. Entra en la cámara de los vngüentos y en la pelleja del gato negro, donde te mandé meter los ojos de la loba, le fallarás. Y baxa la sangre del cabrón y vnas poquitas de las baruas, que tú le cortaste. CELESTINE. Au nom de Dieu et de ma vieillesse, Élicie, ne me gronde pas et ne me maltraite pas ainsi ; ne t’impatiente pas et ne fais pas la fière ; Sempronio est là, et il aime mieux m’avoir pour conseillère que toi pour amoureuse, bien que tu l’aimes beaucoup. Entre dans la chambre aux ongents, tu le trouveras dans cette peau de chat noir où je t’ai fait mettre les yeux de la louve. Descends aussi le sang du bouc et un peu de la barbe que tu lui as coupée.
ELIC. __ Toma, madre, veslo aquí; yo me subo y Sempronio arriba. ÉLICIE. Tiens, mère, voilà tout. Je remonte ; Sempronio, viens avec moi.
CEL. __ Conjúrote, triste Plutón, señor de la profundidad infernal, emperador de la Corte dañada, capitán soberuio de los condenados ángeles, señor de los sulfúreos fuegos, que los heruientes étnicos montes manan, gouernador y veedor de los tormentos y atormentadores de las pecadoras ánimas, regidor de las tres furias, Tessífone, Megera y Aleto, administrador de todas las cosas negras del reyno de Stigie y Dite, con todas sus lagunas y sombras infernales, y litigioso caos, mantenedor de las bolantes harpías, con toda la otra compañía de espantables y pauorosas ydras; yo, Celestina, tu más conocida cliéntula, te conjuro por la virtud y fuerça destas vermejas letras; por la sangre de aquella noturna aue con que están escriptas; por la grauedad de aquestos nombres y signos, que en este papel se contienen; por la áspera ponçoña de las bíuoras, de que este azeyte fue hecho, con el qual vnto este hilado: vengas sin tardança obedescer mi voluntad y en ello te embueluas y con ello estés sin vn momento te partir, hasta que Melibea con aparejada oportunidad que aya, lo compre y con ello de tal manera quede enredada que, quanto más lo mirare, tanto más su coraçón se ablande a conceder mi petición, y se le abras y lastimes de crudo y fuerte amor de Calisto, tanto que, despedida toda honestidad, se descubra a mí y me galardone mis passos y mensaje. Y esto hecho, pide y demanda de mí a tu voluntad. Si no lo hazes con presto mouimiento, ternásme por capital enemiga; heriré con luz tus cárceles tristes y escuras ; acusaré cruelmente tus continuas mentiras; apremiaré con mis ásperas palabras tu horrible nombre. Y otra y otra vez te conjuro. Y assí confiando en mi mucho poder, me parto para allá con mi hilado, donde creo te lleuo ya embuelto. CELESTINE. Je te conjure, triste Pluton, seigneur des infernales profondeurs, empereur de la cour damnée, orgueilleux capitaine des anges déchus, maître des flammes sulfuriques qui s’échappent des gouffres de l’Etna, gouverneur et inspecteur des tourments, bourreau des âmes pécheresses, directeur des trois Furies, Tisiphone, Mégère et Alecto, administrateur de toutes les noirceurs du royaume du Styx, des lagunes infernales et de l’inextricable Chaos, chef des Harpies ailées et de toute la compagnie des Hydres hideuses et effroyables ; moi, Célestine, ta cliente la plus connue, je te conjure par la vertu et la force de ces lettres vermeilles, par le sang de cet oiseau nocturne avec lequel elles sont tracées, par la gravité des mots et des signes écrits sur ce papier, par le venin de vipère qui compose cette huile et dont ce fil est enduit, viens sans retard, obéis à ma volonté, enveloppe-toi de ce fil, ne t’en sépare pas un moment, jusqu’à ce que Mélibée l’achète lorsque l’occasion sera favorable. Qu’elle soit tellement fascinée par sa puissance, que plus ses yeux le verront, plus son cœur soit disposé à se rendre à ma demande. Pénètre-la du violent amour que ressent Calixte, de telle sorte que, dépouillant toute pudeur, elle s’abandonne à moi et me récompense de mes peines et de mes démarches. Cela fait, parle, ordonne, et je t’obéirai. Si tu ne te rends promptement à ma demande, je me déclarerai ton ennemie mortelle, je frapperai de lumière tes prisons tristes et obscures, je proclamerai hautement tes continuels mensonges, je poursuivrai partout ton horrible nom ; une fois encore je t’adjure et te conjure. J’ai confiance en mon immense pouvoir ; je pars avec ce fil, persuadée que je te porte avec lui.






ACTO IV

ACTE QUATRIÈME

Sumario: CELESTINA, andando por el camino, habla consigo misma hasta llegar a la puerta de PLEBERIO, donde hallo a LUCRECIA, criada de PLEBERIO. Ponese con ella en razones. Sentidas por ALISA, madre de MELIBEA, y sabido que es CELESTINA, hacela entrar en casa. Viene un mensajero a llamar a ALISA. Vase. Queda CELESTINA en casa con MELIBEA y le descubre la causa de su venida. ARGUMENT : Célestine cause toute seule le long du chemin, jusqu’à son arrivée à la porte de Plebère, où elle trouve Lucrèce, la servante. Elle se met à discourir avec elle ; Alisa, mère de Mélibée, les entend. En apprenant que Célestine est là, elle la fait entrer dans la maison. Un messager vient demander Alisa ; elle sort ; Célestine reste avec Mélibée et lui découvre le motif de sa venue.
CÉLESTINE, LUCRÈCE, ALISA, MÉLIBÉE.
CEL. __ Agora, que voy sola, quiero mirar bien lo que Sempronio ha temido deste mi camino. Porque aquellas cosas, que bien no son pensadas, avnque algunas vezes ayan buen fin, comúnmente crían dessuariados efetos. Assí que la mucha especulación nunca carece de buen fruto. Que, avnque yo he dissimulado con él, podría ser que, si me sintiessen en estos passos de parte de Melibea, que no pagasse con pena, que menor fuesse que la vida, o muy amenguada quedasse, quando matar no me quisiessen, manteándome o açotándome cruelmente. Pues amargas cient monedas serían estas. !Ay cuytada de mí! ¡En qué lazo me he metido! ¡Que por me mostrar solícita y esforçada pongo mi persona al tablero! ¿:Qué faré, cuytada, mezquina de mí, que ni el salir afuera es prouechoso ni la perseuerancia carece de peligro? ¿:Pues yré o tornarme he? ¡O dubdosa y dura perplejidad! ¡No sé quál escoja por más sano! ¡En el osar, manifiesto peligro; en la couardía, denostada pérdida! ¿:A donde yrá el buey que no are? Cada camino descubre sus dañosos y hondos barrancos. Si con el furto soy tomada, nunca de muerta o encoroçada falto, a bien librar. Si no voy, ¿:qué dirá Sempronio? Que todas estas eran mis fuerças, saber y esfuerço, ardid y ofrecinmento, astucia y solicitud. Y su amo Calisto ¿:qué dirá? ¿:Qué hará? ¿:Qué pensará; sino que ay nueuo engaño en mis pisadas y que yo he descubierto la celada, por hauer más prouecho desta otra parte, como sofística preuaricadora? O si no se le ofrece pensamiento tan odioso, dará bozes como loco. Diráme en mi cara denuestos rabiosos. Proporná mill inconuenientes, que mi deliberación presta le puso, diziendo: Tú, puta vieja, ¿:Por qué acrescentaste mis pasiones con tus promessas? Alcahueta falsa, para todo el mundo tienes pies, para mí lengua; para todos obra, para mi palabra; para todos remedio, para mí pena; para todos esfuerço, para mí te faltó; para todos luz, para mí tiniebla. Pues, vieja traydora, ¿:por qué te me ofreciste? Que tu ofrecimiento me puso esperança; la esperança dilató mi muerte, sostuuo mi viuir, púsome título de hombre alegre. Pues no hauiendo efeto, ni tú carecerás de pena ni yo de triste desesperación. !Pues triste yo! ¡Mal acá, mal acullá: pena en ambas partes! CELESTINE. Maintenant que je suis seule, je veux penser longuement à ce que Sempronio craignait de ma démarche : les choses qu’on n’examine pas suffisamment, bien qu’elles arrivent quelquefois à bonne fin, ont plus souvent de mauvais résultats ; c’est ainsi que le succès manque rarement à une spéculation bien dirigée. Je n’en ai pas parlé à Sempronio, mais il se pourrait bien que si on connaissait le but de ma visite à Mélibée, on me la fît payer d’une peine qui ne me coûterait pas moins que la vie, et si on voulait bien ne pas me tuer, on ne me ferait toujours pas grâce de quelque traitement ignominieux, tel que le fouet ou un voyage sur la couverture. Si je n’y vais pas, que dira Sempronio ? Que là sans doute se bornaient toutes mes forces, mon savoir et mon courage, ma ruse et mes promesses, mon astuce et ma sollicitude. Et son maître Calixte, que dira-t-il ? que fera-t-il ? que pensera-t-il ? Qu’il n’y a que fausseté dans mes engagements, que j’ai découvert le complot pour avoir plus de profit de l’autre côté, que je ne suis que ruse et malice. Ou bien, s’il ne lui vient pas une pensée aussi odieuse, il criera comme un fou, il me jettera au visage de violentes injures, il me reprochera tous les embarras dans lesquels l’aura mis mon indécision ; il me dira : « Pourquoi, vieille putain, as-tu excité ma passion avec tes promesses ? Fausse maquerelle, tu as des pieds pour tout le monde, tu n’as pour moi qu’une langue ; pour tous tu as des œuvres, pour moi tu n’as que des paroles ; pour tous le remède, pour moi seul la peine ; pour tous du zèle, pour moi seul de la nonchalance : tu trouves pour tous la lumière, il n’y a pour moi que ténèbres. Pourquoi, vieille traîtresse, es-tu venue t’offrir à moi ? Tes offres m’ont donné de l’espoir, l’espoir a retardé ma mort, soutenu mon existence ; je suis devenu heureux et gai ; tes offres sont restées sans effet ; la peine ne te manquera pas, ni à moi le sombre désespoir. » Hélas ! hélas ! le mal d’une part, le mal d’autre part, des deux côtés la désolation.
Quando a los estremos falta el medio, arrimarse el hombre al más sano, es discreción. Más quiero offender a Pleberio, que enojar a Calisto. Yr quiero. Que mayor es la vergüença de quedar por couarde, que la pena, cumpliendo como osada lo que prometí, pues jamás al esfuerço desayudó la fortuna. Ya veo su puerta. En mayores afrentas me he visto. !Esfuerça, esfuerça, Celestina! ¡No desmayes! Que nunca faltan rogadores para mitigar las penas. Todos los agüeros se adereçan fauorables o yo no sé nada desta arte. Quatro hombres, que he topado, a los tres llaman juanes y los dos son cornudos. La primera palabra, que oy por la calle, fue de achaque de amores. Nunca he tropeçado como otras vezes. Las piedras parece que se apartan y me fazen lugar que passe. Ni me estoruan las haldas ni siento cansancio en andar. Todos me saludan. Ni perro me ha ladrado ni aue negra he visto, tordo ni cueruo ni otras noturnas. E lo mejor de todo es que veo a Lucrecia a la puerta de Melibea. Prima es de Elicia: no me será contraria. Lorsqu’entre deux extrêmes il n’y a pas de milieu, il est du devoir de l’homme de choisir le plus sage. J’aime mieux offenser Plebère que fâcher Calixte. J’irai donc. Il y aurait pour moi plus de honte à passer pour lâche qu’il n’y aura de peine à accomplir avec audace ce que j’ai promis : jamais la fortune n’abandonne le courage. Je vois déjà sa porte ; je me suis vue en de plus grands dangers. Du cœur, du cœur, Célestine, ne faiblis pas ; il y a toujours des gens disposés à intercéder en faveur des patients. Tous les augures se montrent favorables, ou je ne m’y connais pas. Sur quatre hommes que j’ai rencontrés, trois se nomment Jean, et deux sont cornards. La première parole que j’ai entendue dans la rue était une parole d’amour. Je n’ai pas fait un faux pas comme les autres fois. Il semble que les pierres s’écartent et me livrent passage ; mes jupes ne m’arrêtent pas, je ne me sens pas de fatigue en marchant. Tout le monde me salue ; pas un chien n’a aboyé après moi ; je n’ai vu ni un oiseau noir, ni une grive, ni un corbeau, ni d’autres oiseaux sinistres ; et le mieux de tout cela, c’est que j’aperçois Lucrèce, la cousine d’Élicie, sur la porte de Mélibée. Elle ne me sera pas contraire.
LUCR. __ ¿:Quién es esta vieja, que viene haldeando? LUCRECE. Quelle est cette vieille qui vient en tortillant ?
CEL. __ Paz sea en esta casa. CELESTINE. La paix soit dans cette maison !
LUCR. __ Celestina, madre, seas bienvenida. ?Qual Dios te traxo por estos barrios no acostumbrados? LUCRECE. Célestine, la mère, sois la bienvenue ! Quel dieu t’amène dans ce quartier, que tu parcours si rarement ?
CEL. __ Hija, mi amor, desseo de todos vosotros, traerte encomiendas de Elicia y avn ver a tus señoras, vieja y moça. Que después que me mudé al otro barrio, no han sido de mí visitadas. CELESTINE. Ma fille, mon amour, c’est le désir de vous voir toutes ; je t’apporte des complimens d’Élicie, et je viens voir tes deux maîtresses, jeune et vieille, que je n’ai pas visitées depuis que j’ai changé de quartier.
LUCR. __ ¿:A eso sólo saliste de tu casa? Marauíllome de ti, que no es essa tu costumbre ni sueles dar passo sin prouecho. LUCRECE. C’est pour cela seulement que tu es sortie de chez toi ? J’en suis surprise, ce n’est pas là ton habitude ; tu n’as pas coutume de faire un pas sans qu’il doive te profiter.
CEL. __ ¿:Más prouecho quieres, boua, que complir hombre sus desseos? Y también como a las viejas nunca nos fallecen necessidades, mayormente a mí, que tengo que mantener hijas agenas, ando a vender vn poco de hilado. CELESTINE. Quel profit vaut mieux, folle, qu’accomplir ses désirs ? Après cela, comme nous autres vieilles nous ne manquons jamais de besoins, moi surtout qui dois soutenir les filles d’autrui, je viens vendre un peu de fil.
LUCR. __ ¡Algo es lo que yo digo! En mi seso estoy, que nunca metes aguja sin sacar reja. Pero mi señora la vieja vrdió vna tela: tiene necessidad dello y tú de venderlo. Entra y espera aquí, que no os desauenirés. LUCRECE. Ce que je dis vaut bien quelque chose ; je suis dans mon bon sens, tu n’es pas femme à donner un œuf sans retirer un bœuf
ALISA. __ ¿:Con quién hablas, Lucrecia? ALISA, survenant. Avec qui parles-tu, Lucrèce ?
LUCR. __ Señora, con aquella vieja de la cuchillada, que solía viuir en las tenerías, a la cuesta del río. LUCRECE. Madame, avec cette vieille à la balafre, qui demeurait ici à la Tannerie, sur la côte, près du fleuve.
ALI. __ Agora la conozco menos. Si tú me das a entender lo incógnito por lo menos conocido, es coger agua en cesto. ALISA. Je ne la connais pas ; si tu veux m’apprendre ce que j’ignore à l’aide de ce que je sais encore moins, c’est comme si tu prenais de l’eau avec un panier.
LUCR. __ ¡Jesú, señora! Más conoscida es esta vieja que la ruda. No sé cómo no tienes memoria de la que empicotaron por hechizera, que vendía las moças a los abades y descasaua mill casados. LUCRECE. Jésus ! madame, cette vieille est plus connue que la rue< et démariait les gens mariés.
ALI. __ ¿:Qué oficio tiene? Quiçá por aquí la conoceré mejor. ALISA. Quel métier fait-elle ? Peut-être ainsi m’en souviendrai-je mieux.
LUCR. __ Señora, perfuma tocas, haze solimán y otros treynta officios. Conoce mucho en yeruas, cura niños y avn algunos la llaman la vieja lapidaria. LUCRECE. Madame, elle parfume des coiffes, fait du sublimé et compte une trentaine de métiers ; elle se connaît beaucoup en herbes ; elle soigne les petits enfants, et enfin on la nomme la vieille lapidaire.
ALI. __ Todo esso dicho no me la da a conocer; dime su nombre, si le sabes. ALISA. Tout cela ne me la fait pas connaître. Dis-moi son nom si tu le sais.
LUCR. __ ¿:Si le sé, señora? No ay niño ni viejo en toda la cibdad, que no lo sepa: ¿:Hauíale yo de ignorar? LUCRECE. Si je le sais, madame ! Il n’y a enfant ni vieillard dans la ville entière qui ne le sache ; pourrais-je l’ignorer ?
ALI. __ ¿:Pues por qué no le dizes? ALISA. Alors pourquoi ne le dis-tu pas ?
LUCR. __ ¡He vergüença! LUCRECE. J’ai honte.
ALI. __ Anda, boua, dile. No me indignes con tu tardança. ALISA. Allons donc, sotte, dis-le, ne m’impatiente pas par ces retards.
LUCR. __ Celestina, hablando con reuerencia, es su nombre. LUCRECE. Sauf votre respect, madame, son nom est Célestine.
ALI. __ ¡Hy! ¡hy! ¡hy! ¡mala landre te mate, si de risa puedo estar, viendo el desamor que deues de tener a essa vieja, que su nombre has vergüença nombrar! Ya me voy recordando della. !Vna buena pieça! No me digas más. Algo me verná a pedir. Di que suba. ALISA. Hi, hi, hi ! la fièvre te tue si je puis m’empêcher de rire, en pensant à la haine que tu dois porter à cette vieille, puisque tu as honte de prononcer son nom ! Maintenant je me souviens d’elle !… Une bonne pièce ! Ne m’en dis pas davantage. Elle vient sans doute me demander quelque chose ; dis-lui de monter.
LUCR. __ Sube, tía. LUCRECE. Monte, tante.
CEL. __ Señora buena, la gracia de Dios sea contigo y con la noble hija. Mis passiones y enfermedades han impedido mi visitar tu casa, como era razón; mas Dios conoce mis limpias entrañas, mi verdadero amor, que la distancia de las moradas no despega el querer de los coraçones. Assí que lo que mucho desseé, la necessidad me lo ha hecho complir. Con mis fortunas aduersas otras, me sobreuino mengua de dinero. No supe mejor remedio que vender vn poco de hilado, que para vnas toquillas tenía allegado. Supe de tu criada que tenías dello necessidad. Avnque pobre y no de la merced de Dios, veslo aquí, si dello y de mí te quieres seruir. CELESTINE. Bonne dame, la paix de Dieu soit avec vous et avec votre noble fille ! Mes occupations et mes infirmités m’ont empêchée de visiter votre maison comme je l’aurais dû ; mais Dieu connaît la pureté de mes entrailles, mon véritable amour ; il sait que la distance des demeures ne chasse pas l’amour des cœurs. Ce que je désirais beaucoup, la nécessité me l’a fait faire. Avec mes chagrins et mes malheurs, il m’est survenu pénurie d’argent ; je n’ai pas trouvé de meilleur remède que de vendre un peu de fil que j’avais préparé pour faire quelque tissu ; j’ai su de votre servante que vous en aviez besoin. Bien que je sois pauvre (et non grâces à Dieu), le voici, disposez de lui et de moi.
ALI. __ Vezina honrrada, tu razón y ofrecimiento me mueuen a compassión y tanto, que quisiera cierto más hallarme en tiempo de poder complir tu falta, que menguar tu tela. Lo dicho te agradezco. Si el hilado es tal, serte ha bien pagado. ALISA. Honorable voisine, tes raisonnements et ton offre me donnent compassion ; j’aimerais mieux pouvoir satisfaire à tes besoins que te priver de ta toile. J’accepte ce que tu me proposes ; si ce fil est bon, il te sera bien payé.
CEL. __ ¿:Tal señora? Tal sea mi vida y mi vejez y la de quien parte quisiere de mi jura. Delgado como el pelo de la cabeça, ygual, rezio como cuerdas de vihuela, blanco como el copo de la nieue, hilado todo por estos pulgares, aspado y adreçado. Veslo aquí en madexitas. Tres monedas me dauan ayer por la onça, assí goze desta alma pecadora. CELESTINE. Bon, madame ! Telles soient ma vie et ma vieillesse, telles soient la vie et la vieillesse de quiconque voudra bien me croire ! il est fin comme le poil de la tête, fort comme une corde de guitare, blanc comme un flocon de neige. Ces doigts l’ont dévidé et arrangé tout entier. Le voici en petits écheveaux, et aussi bien cette âme pécheresse puisse-t-elle être reçue en grâce, comme on m’en donnait hier trois écus de l’once !
ALI. __ Hija Melibea, quédese esta muger honrrada contigo, que ya me parece que es tarde para yr a visitar a mi hermana, su muger de Cremes, que desde ayer no la he visto, y también que viene su paje a llamarme, que se le arrezió desde vn rato acá el mal. ALISA. Mélibée, ma fille, retiens cette brave femme avec toi ; il est grand temps que j’aille visiter ma sœur, la femme de Cremès, que je n’ai pas vue depuis hier soir ; son page est venu me chercher ; son mal s’est accru depuis un instant.
CEL. __ Por aquí anda el diablo aparejando oportunidad, arreziando el mal a la otra. !Ea! ¡Buen amigo, ¡ tener rezio! Agora es mi tiempo o nunca. No la dexes, lléuamela de aquí a quien digo. CELESTINE, à part. Voilà le diable qui prend le bon moment et qui augmente le mal de l’autre. Allons, brave ami, tiens bon, il est temps ; courage, ne la quitte pas, emporte-la-moi où je voudrais bien.
ALI. __ ¿:Qué dizes, amiga? ALISA. Que dis-tu, amie ?
CEL. __ Señora, que maldito sea el diablo y mi pecado, porque en tal tiempo houo de crescer el mal de tu hermana, que no haurá para nuestro negocio oportunidad. ¿:Y qué mal es el suyo? CELESTINE. Madame, maudit soit le diable et mon péché de ce que le mal de votre sœur augmente dans un tel moment ! Le temps va nous manquer pour traiter notre affaire. Quel est donc ce mal ?
ALI. __ Dolor de costado y tal que, según del moço supe que quedaua, temo no sea mortal. Ruega tú, vezina, por amor mio, en tus deuociones por su salud a Dios. ALISA. Une douleur au côté, telle que, selon ce que dit le garçon qui était là, je crains qu’elle ne soit mortelle. Prie Dieu, ma voisine, par amour pour moi, pense à elle dans tes prières.
CEL. __ Yo te prometo, señora, en yendo de aquí, me vaya por essos monesterios, donde tengo frayles deuotos mios, y les dé el mismo cargo, que tú me das. Y demás desto, ante que me desayune, dé quatro bueltas a mis cuentas. CELESTINE. Je vous le promets, madame. En sortant d’ici, je vais aller dans les monastères où j’ai des moines à ma dévotion et je les chargerai de la mission que vous me donnez. De plus, avant mon déjeuner, je ferai quatre fois le tour de mon chapelet.
ALI. __ Pues, Melibea, contenta a la vezina en todo lo que razón fuere darle por el hilado. Y tú, madre, perdóname, que otro día se verná en que más nos veamos. ALISA. Vois, Mélibée ; contente la voisine pour ce qu’il sera raisonnable de lui donner de son fil. Et toi, mère, pardonne-moi ; un autre jour nous nous verrons plus longtemps. (Elle sort.)
CEL. __ Señora, el perdón sobraría donde el yerro falta. De Dios seas perdonada, que buena compañía me queda. Dios la dexe gozar su noble juuentud y florida mocedad, que es el tiempo en que más plazeres y mayores deleytes se alcançarán. Que, a la mi fe, la vejez no es sino mesón de enfermedades, posada de pensamientos, amiga de renzillas, congoxa continua, llaga incurable, manzilla de lo passado, pena de lo presente, cuydado triste de lo porvenir, vezina de la muerte, choça sin rama, que se llueue por cada parte, cayado de mimbre, que con poca carga se doblega. CELESTINE. Madame, où il n’y a pas d’offense, il n’est pas besoin de pardon. Dieu vous soit favorable, car vous me laissez en bonne compagnie. Que le Seigneur lui conserve longtemps sa noble jeunesse et sa gracieuse beauté, c’est le temps des plaisirs et des jouissances, et en vérité la vieillesse n’est que l’hôtellerie des infirmités, l’auberge des soucis, l’amie des querelles, une continuelle angoisse, une plaie incurable, une tache pour le passé, une peine pour le présent, une triste inquiétude pour l’avenir, elle est voisine de la mort, c’est une baraque mal couverte dans laquelle il pleut de toutes parts, une baguette d’osier qui se courbe sous le moindre poids.
MELIB. __ ¿:Por qué dizes, madre, tanto mal de lo que todo el mundo con tan eficacia gozar y ver dessean? MELIBEE. Pourquoi dis-tu, mère, tant de mal de ce que tout le monde désire ou recherche avec tant d’impatience ?
CEL. __ Dessean harto mal para sí, dessean harto trabajo. Dessean llegar allá, porque llegando viuen y el viuir es dulce y viuiendo enuejescen. Assí que el niño dessea ser moço y el moço viejo y el viejo, más; avnque con dolor. Todo por viuir. Porque como dizen, biua la gallina con su pepita. Pero ¿:Quién te podría contar, señora, sus daños, sus inconvenientes, sus fatigas, sus cuydados, sus enfermedades, su frío, su calor, su descontentamiento, su renzilla, su pesadumbre, aquel arrugar de cara, aquel mudar de cabellos su primera y fresca color, aquel poco oyr, aquel debilitado ver, puestos los ojos a la sombra, aquel hundimiento de boca, aquel caer de dientes, aquel carecer de fuerça, aquel flaco andar, aquel espacioso comer? Pues ¡Ay, ay! ¡Señora!, si lo dicho viene acompañado de pobreza, allí verás callar todos los otros trabajos, quando sobra la gana y falta la prouisión; ¡Que jamás sentí peor ahíto, que de hambre! CELESTINE. Ceux-là désirent le mal, ceux-là recherchent la peine ; ils veulent arriver à la vieillesse parce qu’on vit en y arrivant ; vivre est une douce chose et on vieillit en vivant. C’est ainsi que l’enfant désire être jeune homme, que le jeune homme veut être vieux, et que le vieillard veut vieillir encore plus, bien qu’avec douleur. Tout pour vivre, car on dit : « La poule ne demande qu’à vivre avec sa pépie. » Mais qui pourra vous conter, madame, les inconvénients de la vieillesse, ses malheurs, ses fatigues, ses inquiétudes, ses infirmités, son froid, sa chaleur, son mécontentement, ses soucis ? Puis les rides du visage, la chute des cheveux et leur changement de couleur, la faiblesse de l’ouïe et de la vue, les yeux qui se renfoncent, la bouche qui se resserre, les dents qui tombent, les forces qui s’en vont, cette démarche hésitante, cette lenteur pour manger ? Hélas ! hélas ! madame, si avec cela vient la pauvreté, vous verrez se taire toutes les autres peines. Quand il y a beaucoup d’appétit, il n’y a pas de provisions ; je n’ai jamais ressenti pire indigestion que celle que cause la faim
MELIB. __ Bien conozco que dize cada uno de la feria, segund le va en ella: assí que otra canción cantarán los ricos. MELIBEE. Je vois bien que tu parles de la foire selon que tu t’y trouves, mais probablement les riches diront une autre chanson.
CEL. __ Señora, hija, a cada cabo ay tres leguas de mal quebranto. A los ricos se les va la bienaventurança, la gloria y descanso por otros alvañares de asechanças, que no se parescen, ladrillados por encima con lisonjas. Aquél es rico que está bien con Dios. Más segura cosa es ser menospreciado que temido. Mejor sueño duerme el pobre, que no el que tiene de guardar con solicitud lo que con trabajo ganó y con dolor ha de dexar. Mi amigo no será simulado y el del rico sí. Yo soy querida por mi persona; el rico por su hazienda. Nunca oye verdad, todos le hablan lisonjas a sabor de su paladar, todos le han enbidia. Apenas hallarás vn rico, que no confiese que le sería mejor estar en mediano estado o en honesta pobreza. Las riquezas no hazen rico, mas ocupado; no hazen señor, mas mayordomo. Más son los posseydos de las riquezas que no los que las posseen. A muchos traxo la muerte, a todos quita el plazer y a las buenas costumbres ningunas cosa es más contraria. ¿: No oyste dezir: dormieron su sueño los varones de las riquezas e ninguna cosa hallaron en sus manos. Cada rico tiene vna dozena de hijos e nietos, que no rezan otra oración, no otra petición; sino rogar a Dios que le saque de en medio dellos; no veen la hora que tener a él so la tierra e lo suyo entre sus manos e darle a poca costa su morada para siempre. CELESTINE. Madame ma fille, à chaque bout de champ, il y a trois lieues de cruelle lassitude. Les riches voient s’en aller la joie et le repos par d’autres conduits souterrains que personne ne devine, car la maçonnerie qui les recouvre est une masse de flatteries et de faussetés. Celui-là est riche qui est bien avec Dieu ; c’est une chose plus sûre d’être déprécié que craint ; le pauvre dort d’un meilleur sommeil que celui qui doit garder avec une continuelle inquiétude ce qu’il a gagné par son travail, ce qu’il perdrait avec douleur. Mon ami ne sera pas dissimulé, celui du riche le sera. Je suis aimée pour moi, le riche pour ses biens ; jamais il n’entend la vérité, tous lui disent des flatteries selon sa fantaisie, tous lui portent envie. Vous trouverez à peine un riche qui n’avoue qu’il se trouverait mieux dans la médiocrité ou dans une honnête pauvreté
MELIB. __ Madre, pues que assí es, gran pena ternás por la edad que perdiste. ¿:Querrías boluer a la primera? MELIBEE. Mère, tu sembles bien regretter l’âge que tu as perdu ; voudrais-tu donc recommencer ?
__ Loco es, señora, el caminante que, enojado del trabajo del día, quisiesse boluer comienço la jornada para tornar otra vez aquel lugar. Que todas aquellas cosas, cuya possessión no es agradable, más vale poseellas, que esperallas. Porque más cerca está el fin de ellas, quanto más andado del comienço. No ay cosa más dulce ni graciosa al muy cansado que el mesón. Assí que, avnque la moçedad sea alegre, el verdadero viejo no la dessea. Porque el que de razón y seso carece, quasi otra cosa no ama, sino lo que perdió. CELESTINE. Il serait bien fou le voyageur qui, fatigué de son chemin, voudrait recommencer la journée pour revenir au lieu où il se trouve. Toutes les choses dont la possession n’est pas agréable, il vaut mieux les tenir que les attendre, car plus la fin s’approche, plus on s’éloigne du commencement. Il n’est rien de plus agréable que l’hôtellerie à l’homme bien fatigué ; aussi, quoique la jeunesse soit un joyeux temps, le véritable vieillard ne la désire pas ; celui qui manque de raison et de tête n’aime jamais autre chose que ce qu’il a perdu.
MELIB. __ Siquiera por viuir más, es bueno dessear lo que digo. MELIBEE. Quand ce ne serait que pour vivre plus longtemps, il est bon de désirer ce que je dis.
CEL. __ Tan presto, señora, se va el cordero como el carnero. Ninguno es tan viejo, que no pueda viuir vn año ni tan moço, que oy no pudiesse morir. Assí que en esto poca avantaja nos leuays. CELESTINE. L’agneau s’en va aussi vite que le mouton. Nul n’est si vieux qu’il ne puisse vivre encore une année, nul n’est si jeune qu’il ne puisse mourir aujourd’hui. En cela, vous avez peu d’avantages sur nous.
MELIB. __ Espantada me tienes con lo que has hablado. Indicio me dan tus razones que te aya visto otro tiempo. ¿:Dime, madre, eres tú Celestina, la que solía morar a las tenerías, cabe el río? MELIBEE. Tu me surprends avec tout ce que tu m’as dit ; tes raisonnements me font penser que j’ai dû te voir en d’autres temps. Dis-moi, mère, es-tu cette Célestine qui demeurait aux Tanneries, près de la rivière ?
CEL. __ Hasta que Dios quiera. CELESTINE. Tant qu’il plaira à Dieu.
MELIB. __ Vieja te has parado. Bien dizen que los días no se van en balde. Assí goze de mí, no te conociera, sino por essa señaleja de la cara. Figúraseme que eras hermosa. Otra pareces, muy mudada estás. MELIBEE. Tu es devenue vieille ; on a bien raison de dire que les jours ne s’en vont pas en vain. En vérité, je ne t’aurais pas reconnue sans ce petit signe que tu as sur la figure. Je m’imaginais que tu étais belle ; tu es tout autre, tu es bien changée.
LUCR. __ ¡Hy! ¡Hy! ¡Hy! ¡Mudada está el diablo! ¡Hermosa era con aquel su Dios os salue, que trauiessa la media cara! LUCRECE. Hi, hi, hi ! Il est bien changé, le diable ; elle était belle, oui, avec ce Dieu vous garde
MELIB. __ ¿:Qué hablas, loca? ¿:Qué es lo que dizes? ¿:De qué te ríes? MELIBEE. Que dis-tu, folle ? De qui parles-tu ? De quoi ris-tu ?
LUCR. __ De cómo no conocías a la madre en tan poco tiempo en la filosomía de la cara. LUCRECE. De ce que vous ne reconnaissiez pas la mère Célestine.
MELIB. __ No es tan poco tiempo dos años; y más que la tiene arrugada.
CEL. __ Señora, ten tú el tiempo que no ande; terné yo mi forma, que no se mude. ¿:No has leydo que dizen: verná el día que en el espejo no te conozcas? Pero también yo encanecí temprano y parezco de doblada edad. Que assí goze desta alma pecadora y tú desse cuerpo gracioso, que de quatro hijas, que parió mi madre, yo fui la menor. Mira cómo no soy vieja, como me juzgan. CELESTINE. Madame, empêchez le temps de marcher et je saurai bien m’empêcher de changer. N’avez-vous pas lu cette sentence : « Le jour viendra où tu ne te reconnaîtras plus dans ton miroir ? » Mais aussi j’ai grisonné avant l’heure et je parais le double de mon âge ; aussi vrai que je suis pécheresse et que votre corps est gracieux, je suis la plus jeune de quatre filles que ma mère mit au monde. Voyez que je ne suis pas aussi vieille qu’on le croit.
MELIB. __ Celestina, amiga, yo he holgado mucho en verte y conocerte. También hasme dado plazer con tus razones. Toma tu dinero y vete con Dios, que me paresce que no deues hauer comido. MELIBEE. Amie Célestine, je me réjouis beaucoup de t’avoir vue et d’avoir fait connaissance avec toi ; tes raisonnements m’ont fait grand plaisir. Prends ton argent et va avec Dieu ; il me semble que tu ne dois pas encore avoir mangé.
CEL. __ ¡O angélica ymagen! ¡O perla preciosa, y cómo te lo dizes¡ Gozo me toma en verte fablar. ¿:Y no sabes que por la diuina boca fué dicho contra aquel infernal tentador, que no de solo pan viuiremos? Pues assí es, que no el solo comer mantiene. Mayormente a mí, que me suelo estar vno y dos días negociando encomiendas agenas ayuna, saluo hazer por los buenos, morir por ellos. Esto tuue siempre, querer más trabajar siruiendo a otros, que holgar contentando a mí. Pues, si tú me das licencia, diréte la necessitada causa de mi venida, que es otra que la que fasta agora as oydo y tal, que todos perderíamos en me tornar en balde sin que la sepas. CELESTINE. Ô image angélique, ô perle précieuse, comme vous parlez ! Je me sens toute joyeuse de vous entendre. Ne savez-vous pas que la bouche de Dieu a dit au tentateur infernal : « Nous ne vivrons pas que de pain ? » En vérité, ce n’est pas seulement la nourriture qui soutient, moi, surtout, qui passe quelquefois un et deux jours à jeun, à négocier les affaires des autres ; je ne sais pas autre chose que faire mon salut à l’aide des gens de bien et mourir pour eux. J’ai toujours mieux aimé travailler en servant les autres que jouir en ne contentant que moi. Or, si vous me le permettez, je vous dirai la cause et le but de ma venue, qui sont autres que ce que vous avez entendu jusqu’à ce moment, et tels que nous y perdrions tous si je m’en allais sans vous les faire connaître.
MELIB. __ Di, madre, todas tus necessidades, que, si yo las pudiere remediar, de muy buen grado lo haré por el passado conoscimiento y vezindad, que pone obligación a los buenos. MELIBEE. Parle, mère, dis-moi tous tes besoins ; si je puis y remédier, je le ferai de bon gré en souvenir de notre vieille connaissance et de notre voisinage. Le voisinage oblige aux bons services.
CEL. __ ¿:Mías, señora? Antes agenas, como tengo dicho; que las mías de mi puerta adentro me las passo, sin que las sienta la tierra, comiendo quando puedo, beuiendo quando lo tengo. Que con mi pobreza jamás me faltó, a Dios gracias, vna blanca para pan y vn quarto para vino, después que embiudé; que antes no tenía yo cuydado de lo buscar, que sobrado estaua vn cuero en mi casa y vno lleno y otro vazío. Jamás me acosté sin comer vna tostada en vino y dos dozenas de soruos, por amor de la madre, tras cada sopa. Agora, como todo cuelga de mí, en vn jarrillo malpegado me lo traen, que no cabe dos açumbres. Seys vezes al día tengo de salir por mi pecado, con mis canas a cuestas, a le henchir a la tauerna. Mas no muera yo muerte, hasta que me vea con vn cuero o tinagica de mis puertas adentro. Que en mi ánima no ay otra prouisión, que como dizen: pan y vino anda camino, que no moço garrido. Assí que donde no ay varón, todo todo bien fallesce: con mal está el huso, quando la barua no anda de suso . Ha venido esto, señora, por lo que dezía de las agenas necessidades e no mías. CELESTINE. Mes besoins, madame ? Ce sont plutôt ceux des autres, comme je vous l’ai dit. Les miens restent en dedans de ma porte sans que la terre les sente. Je mange quand je puis, je bois quand j’ai de quoi ; avec ma pauvreté, jamais, grâce à Dieu, il ne m’a manqué un blanc pour du pain et quatre pour du vin, depuis que je suis veuve ; car avant je ne me donnais pas la peine de le chercher ; il y avait toujours un sac à vin au logis, toujours une outre pleine et une autre vide. Jamais je ne me suis couchée sans prendre une rôtie dans du vin et deux douzaines de gorgées après chaque bouchée pour calmer mes douleurs d’entrailles. À présent, comme je suis seule maîtresse, on me l’apporte (mauvais sort) dans un petit pot qui ne tient pas deux mesures; six fois le jour, pour mon malheur, je suis obligée d’aller, avec mes cheveux blancs sur les épaules, le remplir à la taverne. Mais que je ne meure pas de ma belle mort avant d’avoir vu une outre ou une belle et bonne cruche en dedans de ma porte ; sur mon âme, il n’y a pas de meilleure provision, et, comme on dit, bon vin et bon pain entretiennent le chemin. Où il n’y a pas d’homme, on manque de tout ce qui est bien ; malade est le fuseau s’il n’y a pas de barbe en haut. Tout cela m’est venu, madame, à propos de ce que je disais des besoins des autres et non des miens.
MELIB. __ Pide lo que querrás, sea para quien fuere. MELIBEE. Demande ce que tu voudras et pour qui que ce soit.
CEL. __ ¡Donzella graciosa y de alto linaje! Tu suaue fabla y alegre gesto, junto con el aparejo de liberalidad, que muestras con esta pobre vieja, me dan osadía a te lo dezir. Yo dexo vn enfermo a la muerte, que con sola una palabra de tu noble boca salida, que le lleue metida en mi seno, tiene por fe que sanará, según la mucha deuoción tiene en tu gentileza. CELESTINE. Gracieuse et noble demoiselle, votre douce parole et votre riante figure, jointes à la bienveillante libéralité que vous témoignez à cette pauvre vieille, lui donnent le courage de tout vous dire. Je quitte un malade qui est à deux doigts de la mort ; il est persuadé qu’une seule parole sortie de votre noble bouche et que j’emporterai dans mon sein pourra le guérir, tant il a de dévotion en votre bonté.
MELIB. __ Vieja honrrada, no te entiendo, si más no declaras tu demanda. Por vna parte me alteras y prouocas a enojo; por otra me mueues compasión. No te sabría boluer respuesta conueniente, según lo poco que he sentido de tu habla. Que yo soy dichosa, si de mi palabra ay necessidad para salud de algún cristiano. Porque hazer beneficio es semejar a Dios, y el que le da le recibe, quando a persona digna dél le hace. Y demás desto, dizen que el que puede sanar al que padece, no lo faziendo, le mata. Assí que no cesses tu petición por empacho ni temor. MELIBEE. Honorable vieille, je ne puis te comprendre, si tu ne m’expliques pas mieux ta demande. D’un côté tu me fatigues et m’ennuies, de l’autre tu excites ma compassion. Je ne puis te donner une réponse convenable, car j’ai à peine compris ce que tu m’as dit. Je m’estime heureuse si ma parole peut être utile à la santé de quelque chrétien. Faire le bien, c’est ressembler à Dieu ; bien plus, le bienfait revient à son auteur quand il s’adresse à une personne qui le mérite. Quiconque peut guérir celui qui souffre est coupable de sa mort s’il ne le tente pas. Continue donc, et parle sans embarras ni crainte.
CEL. __ El temor perdí mirando, señora, tu beldad. Que no puedo creer que en balde pintasse Dios vnos gestos más perfetos que otros, más dotados de gracias, más hermosas faciones; sino para fazerlos almazén de virtudes, de misericordia, de compassión, ministros de sus mercedes y dádiuas, como a ti. Y pues como todos seamos humanos, nascidos para morir, sea cierto que no se puede dezir nacido el que para sí nasció. Porque sería semejante a los brutos animales, en los quales avn ay algunos piadosos, como se dize del vnicornio, que se humilla a qualquiera donzella. El perro con todo su ímpetu y braueza, quando viene a morder, si se echan en el suelo, no haze mal: esto de piedad. ¿:Pues las aues? Ninguna cosa el gallo come, que no participe y llame las gallinas a comer dello. El pelicano rompe el pecho por dar a sus hijos a comer de sus entrañas. Las cigüeñas mantienen otro tanto tiempo a sus padres viejos en el nido, quanto ellos le dieron ceuo siendo pollitos. Pues tal conoscimiento dio la natura a los animales y aues? ¿:Por qué los hombres hauemos de ser mas crueles? ¿:Por qué no daremos parte de nuestras gracias e personas a los próximos, mayormente, quando están embueltos en secretas enfermedades e tales que, donde está la melezina, salió la causa de la enfermedad? CELESTINE. J’ai perdu toute crainte, madame, en voyant votre beauté, et je ne puis croire que Dieu ait fait des traits plus parfaits, plus beaux et plus gracieux que d’autres, si ce n’est pour y réunir toutes les vertus, la miséricorde et la compassion, pour en faire les ministres de ses faveurs et de ses bienfaits, et tout cela se trouve en vous. Or, comme nous sommes tous nés pour mourir, on ne peut pas dire qu’il jouit de la vie celui-là qui est né pour lui seul, car c’est être semblable aux brutes. Parmi les brutes, cependant, il en est qui ont bon cœur, comme la licorne, qui, dit-on, se prosterne devant les damoiselles. Voyez le chien avec toute son impétuosité et sa bravoure ; quand il veut mordre, si on se jette à terre devant lui, il ne fait point de mal par pitié. Parmi les oiseaux : le coq ne mange rien sans appeler les poules et sans partager avec elles ; le pélican déchire sa poitrine pour nourrir ses enfants avec ses entrailles ; les cigognes soignent leurs pères dans leur nid aussi longtemps que ceux-ci les y ont nourries quand elles étaient petites. Puisque la nature a donné tant d’intelligence aux animaux et aux oiseaux, pourquoi nous autres hommes serions-nous plus cruels ? Pourquoi ne prêterions-nous pas secours à notre prochain par nous-mêmes ou par les biens dont nous pouvons disposer, surtout quand il est affecté d’infirmités secrètes, telles que la cause du mal est venue du lieu où se trouve le remède ?
MELIB. __ Por Dios, sin más dilatar, me digas quién es esse doliente, que de mal tan perplexo se siente, que su passión y remedio salen de vna misma fuente. MELIBEE. Pour Dieu, sans plus tarder, dis-moi quel est ce malade qui souffrre un mal si cruel que maladie et remède proviennent d’une même source.
CEL. __ Bien ternás, señora, noticia en esta cibdad de vn cauallero mancebo, gentil hombre de clara sangre, que llaman Calisto. CELESTINE. Vous devez avoir entendu parler, madame, d’un jeu ne cavalier de cette ville, gentilhomme, de noble naissance, qu’on appelle Calixte ?
MELIB. __ ¡Ya, ya, ya! Buena vieja no me digas más, no pases adelante. ¿:Esse es el doliente por quien has fecho tantas premissas en tu demanda? ¿:Por quién has venido a buscar la muerte para ti? ¿:Por quién has dado tan dañosos passos, desuergonçada barvuda? ¿:Qué siente esse perdido, que con tanta passión vienes? De locura será su mal. ¿:Qué te parece? ¡Si me fallaras sin sospecha desse loco, con qué palabras me entrauas! No se dize en vano que el más empezible miembro del mal hombre o muger es la lengua. !Quemada seas, alcahueta falsa, hechizera, enemiga de onestad, causadora de secretos yerros! ¡Jesú, Jesú¡ !Quítamela, Lucrecia, de delante, que me fino, que no me ha dexado gota de sangre en el cuerpo! Bien se lo mereçe esto y más, quien a estas tales da oydos. Por cierto, si no mirasse a mi honestidad y por no publicar su osadía desse atreuido, yo te fiziera, maluada, que tu razón y vida acabaran en vn tiempo. MELIBEE. Bien, bien, bien. Bonne vieille, ne m’en dis pas davantage, ne va pas plus loin. Est-ce là le malade pour lequel tu fais tant de détours ? Est-ce à cause de lui que tu viens ici au-devant de ta mort ? Est-ce pour lui que tu as fait tant de pas damnables, honteuse femme, vieille barbue ? Voyons, qu’éprouve donc ce perdu pour que tu sois venue si à la hâte ? Il est fou, sans doute ! En vérité, si je n’eusse été prévenue sur le compte de cet extravagant, avec quelles paroles tu pénétrais jusqu’à moi ! On n’a pas tort de dire que le membre le plus nuisible d’un méchant homme ou d’une femme, c’est la langue. Puisses-tu être brûlée vive, entremetteuse, traîtresse, sorcière, ennemie de l’honnêteté, cause de mille fautes secrètes ! Jésus ! Jésus ! Lucrèce, emmène-la de devant moi ; je me meurs ; il ne me reste pas une goutte de sang dans les veines. Quiconque écoute de semblables femmes mérite bien ce qui m’arrive et plus encore. En vérité, si je ne craignais pour mon honneur, si je n’avais pitié de rendre publique l’effronterie de cette audacieuse, je ferais en sorte, maudite, que tes discours et ta vie finissent en même temps.
CEL. __ ¡En hora mala acá vine, si me falta mi conjuro! ¡Ea pues: bien sé a quién digo.! Ce, hermano, que se va todo a perder! CELESTINE, à part. Mon malheur m’a conduite ici si ma conjuration ne réussit pas. Hélas ! il n’est que trop vrai, frère diable, tout est perdu.
MELIB. __ ¿:Avn hablas entre dientes delante mí, para acrecentar mi enojo y doblar tu pena? ¿:Querrías condenar mi onestidad por dar vida a vn loco? ¿:Dexar a mi triste por alegrar a él y lleuar tú el prouecho de mi perdición, el galardón de mi yerro? ¿:Perder y destruyr la casa y la honrra de mi padre por ganar la de vna vieja maldita como tú? ¿:Piensas que no tengo sentidas tus pisadas y entendido tu dañado mensaje? Pues yo te certifico que las albricias, que de aquí saques, no sean sino estoruarte de más ofender a Dios, dando fin a tus días. Respóndeme, traydora, ¿:Cómo osaste tanto fazer? MELIBEE. Parles-tu encore entre tes dents devant moi pour accroître ma colère et doubler ta peine ? Voudrais-tu sacrifier mon honneur pour donner la vie à un fou ; me laisser triste pour lui porter la joie ? Veux-tu donc tirer profit de ma perte et demander récompense pour ma faute ; perdre et détruire la maison et l’honneur de mon père pour enrichir une vieille damnée comme toi ? Penses-tu que je n’aie pas compris ton but et deviné ton maudit message ? Mais je te certifie que les étrennes que tu trouveras ici t’empêcheront de plus offenser Dieu, car elles mettront fin à tes jours. Réponds, traîtresse, comment as-tu osé tant faire ?
CEL. __ Tu temor, señora, tiene ocupada mi desculpa. Mi inocencia me da osadía, tu presencia me turba en verla yrada y lo que más siento y me pena es recibir enojo sin razón ninguna. Por Dios, señora, que me dexes concluyr mi dicho, que ni él quedará culpado ni yo condenada. Y verás cómo es todo más seruicio de Dios, que passos deshonestos; más para dar salud al enfermo, que para dañar la fama al médico. Si pensara, señora, que tan de ligero hauías de conjecturar de lo passado nocibles sospechas, no bastara tu licencia para me dar osadía a hablar en cosa, que a Calisto ni a otro hombre tocasse. CELESTINE. La crainte que vous m’inspirez, madame, empêche ma justification. Mon innocence me donne du courage, mais je suis troublée de vous voir irritée, et ce dont je souffre le plus, ce qui me fait le plus de peine, c’est de recevoir votre colère sans qu’il y ait aucun motif. Pour Dieu ! madame, laissez-moi terminer ce que j’ai commencé à vous dire, il me sera facile de justifier mes paroles et de m’épargner toute accusation de votre part. Vous verrez que tout ce que j’ai fait était pour le service de Dieu, plutôt que pour une démarche déshonnête ; plutôt pour donner la santé au malade, que pour perdre la réputation du médecin. Si j’avais cru, madame, que vous dussiez concevoir aussi légèrement, d’après ce qui s’est passé, de pernicieux soupçons, votre permission n’eût pas suffi pour me donner l’audace de parler de quelque chose qui eût trait à Calixte ou à un autre homme.
MELIB. __ ¡Jesú! No oyga yo mentar más esse loco, saltaparedes, fantasma de noche, luengo como cigüeña, figura de paramento malpintado; sinó, aquí me caeré muerta. !Este es el que el otro día me vido y començó a desuariar comigo en razones, haziendo mucho del galán! Dirásle, buena vieja, que, si pensó que ya era todo suyo y quedaua por él el campo, porque holgué más de consentir sus necedades, que castigar su yerro, quise más dexarle por loco, que publicar su grande atreuimiento. Pues auísale que se aparte deste propósito y serle ha sano; sinó, podrá ser que no aya comprado tan cara habla en su vida. Pues sabe que no es vencido, sino el que se cree serlo, y yo quedé bien segura y él vfano. De los locos es estimar a todos los otros de su calidad. Y tú tórnate con su mesma razón; que respuesta de mí otra no haurás ni la esperes. Que por demás es ruego a quien no puede hauer misericordia. Y dá gracias a Dios, pues tan libre vas desta vas desta feria. Bien me hauían dicho quien tu eras e auisado de tus propriedades, avnque agora no te conocía. MELIBEE. Jésus ! que je n’entende pas davantage le nom de ce fou, de ce sauteur de murailles, de ce fantôme de nuit, long comme une cigogne, de cette figure de paravent mal peinte, sinon je tombe morte à l’instant. C’est lui qui me rencontra l’autre jour et se mit à me dire des sornettes en se donnant des airs de galant. Tu lui diras, bonne vieille, qu’il a eu un grand tort s’il s’est cru maître du champ de bataille, parce que je me suis amusée à écouter ses sottises plutôt que de le faire repentir de sa faute ; j’ai mieux aimé le tenir pour fou que publier son audace. Conseille-lui de renoncer à ses projets, ce sera acte de prudence, sinon il se pourrait qu’il n’eût pas acheté parole si chère en sa vie. Sache qu’il n’y a de vaincu que celui qui croit l’être. Il ne perdit pas son arrogance, mais je conservai ma fierté. C’est le propre des fous que de juger les autres d’après eux-mêmes. Va, retourne-t’en avec la mission qu’il t’a donnée, tu n’auras de moi aucune réponse, ne l’attends pas ; il est inutile de prier qui ne peut avoir de miséricorde. Et remercie Dieu si tu sors d’ici aussi libre. On m’avait bien dit qui tu étais, on m’avait avertie de tes qualités, mais je ne te connaissais pas encore.
CEL. __ ¡Más fuerte estaua Troya y avn otras más brauas he yo amansado! ninguna tempestad mucho dura. CELESTINE, à part. Troie était plus forte ; j’en ai apprivoisé de plus sauvages ; aucune tempête ne dure longtemps.
MELIB. __ ¿:Qué dizes, enemiga? Fabla, que te pueda oyr. ?Tienes desculpa alguna para satisfazer mi enojo y escusar tu yerro y osadía? MELIBEE. Que dis-tu, ennemie ? Parle de manière que je puisse t’entendre. As-tu quelque excuse à donner à ma colère ? Peux-tu justifier ta faute et ton audace ?
CEL. __ Mientras viuiere tu yra, más dañará mi descargo. Que estás muy rigurosa y no me marauillo: que la sangre nueua poca calor ha menester para heruir. CELESTINE. Tant que durera votre colère, ma justification sera impossible ; vous êtes bien rigoureuse ; mais je n’en suis pas étonnée, il faut au jeune sang peu de chaleur pour bouillir.
MELIB. __ ¿:Poca calor? ¿:Poco lo puedes llamar, pues quedaste tú viua y yo quexosa sobre tan gran atreuimiento? ¿:Qué palabra podías tú querer para esse tal hombre, que a mí bien me estuuiesse? Responde, pues dizes que no has concluydo: ¡Quiçá pagarás lo passado! MELIBEE. Peu de chaleur ! Tu peux bien dire peu, puisque tu vis et puisque j’en suis encore à me plaindre de ton effronterie ! Quelle parole pouvais-tu me demander en faveur de cet homme, dont mon honneur ne fût point blessé ? Réponds, puisque tu dis que tu n’as point fini, et peut-être payeras-tu encore le passé.
CEL. __ Vna oración, señora, que le dixeron que sabías de sancta Polonia para el dolor de las muelas. Assí mismo tu cordón, que es fama que ha tocado todas las reliquias, que ay en Roma y Jerusalem. Aquel cauallero, que dixe, pena y muere dellas. Esta fué mi venida. Pero, pues en mi dicha estaua tu ayrada respuesta, padézcase él su dolor, en pago de buscar tan desdichada mensajera. Que, pues en tu mucha virtud me faltó piedad, también me faltará agua, si a la mar me embiara. Pero ya sabes que el deleyte de la vengança dura un momento y el de la misericordia para siempre. CELESTINE. Madame, cette parole était une prière à sainte Apolline, fort efficace pour le mal de dents, et qu’on lui a dit que vous saviez; le secours que j’implorais de vous, c’était votre ceinture, qui a touché, dit-on, les reliques qui sont à Rome et à Jérusalem. Le cavalier dont je vous parle souffre bien vivement de ce mal. C’est pour cela que je suis venue ; mais puisque ce que je vous ai dit a donné lieu à la cruelle réponse que vous m’avez faite, qu’il supporte sa douleur en punition d’avoir choisi une messagère aussi malheureuse ; et s’il me faut perdre confiance en votre grande bonté, je ne trouverai plus d’eau si j’en vais chercher à la mer. Mais vous savez, madame, que le plaisir de la vengeance ne dure qu’un instant, et la satisfaction que procure un bienfait dure toujours.
MELIB. __ Si esso querías, ¿:por qué luego no me lo espresaste? ¿:Por qué me lo dixiste en tan pocas palabras? MELIBEE. Si tu ne voulais que cela, pourquoi ne me l’as-tu pas dit de suite ? Pourquoi donc avoir employé tant de paroles et tant de détours ?
CEL. __ Señora, porque mi limpio motiuo me hizo creer que, avnque en menos lo propusiera, no se hauía de sospechar mal. Que, si faltó el deuido preámbulo, fué porque la verdad no es necessario abundar de muchas colores. Compassión de su dolor, confiança de tu magnificencia ahogaron en mi boca al principio la espresión de la causa. Y pues conosces, señora, que el dolor turba, la turbación desmanda y altera la lengua, la qual hauía de estar siempre atada con el seso, ¡Por Dios¡Que no me culpes. Y si el otro yerro ha fecho, no redunde en mi daño, pues no tengo otra culpa, sino ser mensajera del culpado. No quiebre la soga por lo más delgado. No seas la telaraña, que no muestra su fuerça sino contra los flacos animales. No paguen justos por peccadores. Imita la diuina justicia, que dixo: El ánima que pecare, aquella misma muera; a la humana, que jamás condena al padre por el delicto del hijo ni al hijo por el del padre. Ni es, señora, razón que su atreuimiento acarree mi perdición. Avnque, según su merecimiento, no ternía en mucho que fuese él el delinquente e yo la condemnada. Que no es otro mi oficio, sino seruir a los semejantes: desto biuo e desto me arreo. Nunca fue mi voluntad enojar a vnos por agradar a otros, avnque ayan dicho a tu merced en mí absencia otra cosa. Al fin, señora, a la firme verdad el viento del vulgo, no la empece. Vna sola soy en este limpio trato. En toda la ciudad pocos tengo descontentos. Con todos cumplo, los que algo me mandan, como si touiesse veynte pies e otras tantas manos. CELESTINE. Madame, parce que l’innocence du motif qui me conduisait me fit croire que, quelle que fût ma manière de l’exposer, on ne pourrait pas en penser mal ; si j’ai manqué au préambule nécessaire, c’est parce que la vérité n’a pas besoin d’employer beaucoup de couleurs. La compassion que m’inspirait sa douleur, la confiance que j’avais en votre bonté, arrêtèrent dans ma bouche, dès le principe, l’expression de la cause ; et comme vous savez, madame, que la douleur trouble, que le trouble fait hésiter la langue, que la langue obéit toujours à la pensée, pour Dieu ! ne me faites pas de reproches. Si ce cavalier a commis une faute, qu’elle ne me soit pas imputée, car je n’ai pas d’autre tort que d’être la messagère du coupable. Ne brisez pas la corde par son point le plus fin, ne faites pas comme l’araignée, qui n’emploie sa force que contre les faibles insectes ; que les justes ne payent pas pour les pécheurs. Imitez la divine justice, qui dit : « Le châtiment pour l’âme qui a péché ; » imitez la justice humaine, qui ne condamne jamais le père pour le délit du fils, ni le fils pour la faute du père. Il n’est pas raisonnable, madame, que l’audace de ce seigneur soit cause de ma perte ; bien qu’en raison de ses mérites, il m’importerait peu qu’il fût le coupable et moi la condamnée. Ma mission ici-bas n’est autre que de servir mes semblables : c’est de cela que je vis, c’est cela qui me soutient. Ma volonté n’a jamais été d’irriter les uns pour plaire aux autres, bien qu’en mon absence on vous ait dit tout autre chose de moi. Enfin, madame, le souffle du vulgaire ne peut ternir la vérité. Je suis seule pour l’honorable métier que je fais ; il est dans toute la ville peu de personnes que j’aie mécontentées ; ceux qui me demandent quelque chose sont toujours satisfaits ; je suis active autant que si j’avais vingt pieds et autant de mains.
MEL. __ No me marauillo, que vn solo maestro de vicios dizen que basta para corromper vn gran pueblo. Por cierto, tantos y tales loores me han dicho de tus falsas mañas, que no sé si crea que pedías oración. MELIBEE. Je ne m’étonne pas si on dit qu’un seul maître en vices suffit pour corrompre un grand peuple. En vérité, on m’a fait de toi et de tes fausses ruses tant et de telles louanges, que je ne sais si je dois croire que tu me demandes réellement cette prière.
CEL. __ Nunca yo la reze y si la rezare no sea oyda, si otra cosa de mí se saque, avnque mill tormentos me diessen. CELESTINE. Puissé-je ne jamais la réciter ! Dieu veuille ne jamais m’exaucer si tous les tourments du monde me font avouer un autre motif !
MELIB. __ Mi passada alteración me impide a reyr de tu desculpa. Que bien sé que ni juramento ni tormento te torcerá a dezir verdad, que no es en tu mano. MELIBEE. Ma colère de tout à l’heure m’empêche de rire de cette manière de te justifier ; je sais bien que ni promesses ni tourments ne te feront dire la vérité, tu ne le peux pas.
CEL. __ Eres mi señora. Téngote de callar, hete yo de seruir, hasme tú de mandar. Tu mala palabra será víspera de vna saya. CELESTINE. Vous êtes maîtresse de moi, je dois me taire, je dois vous servir ; faites de moi ce que vous voudrez, vos méchantes paroles me seront la vigile d’une robe.
MELIB. __ Bien la has merescido. MELIBEE. Tu l’as bien méritée !
CEL. __ Si no la he ganado con la lengua, no la he perdido con la intención. CELESTINE. Si je ne l’ai pas gagnée avec la langue, je ne l’ai pas perdue par l’intention.
MELIB. __ Tanto afirmas tu ignorancia, que me hazes creer lo que puede ser. Quiero pues en tu dubdosa desculpa tener la sentencia en peso y no disponer de tu demanda al sabor de ligera interpretación. No tengas en mucho ni te marauilles de mi passado sentimiento, porque concurrieron dos cosas en tu habla, que qualquiera dellas era bastante para me sacar de seso: nombrarme esse tu cauallero, que comigo se atreuió a hablar, y también pedirme palabra sin más causa, que no se podía sospechar sino daño para mi honrra. Pero pues todo viene de buena parte, de lo passado aya perdón. Que en alguna manera es aliuiado mi coraçón, viendo que es obra pía y santa sanar los passionados y enfermos. MELIBEE. Tu protestes tant de ton ignorance, que je finirai par y croire. Je veux donc suspendre ma sentence sur ta douteuse justification et ne pas juger ta demande d’après une interprétation peut-être hasardée. Ne t’étonne pas de la colère que j’éprouvais tout à l’heure, car de deux circonstances qui se sont rencontrées dans ce que tu m’as dit, une seule suffisait pour m’ôter le bon sens. Tu me nommes ce cavalier qui eut l’audace de m’adresser la parole, tu me demandes un mot en sa faveur sans me donner d’autre raison ; que pouvais-je penser, sinon que c’était une attaque faite à mon honneur ? Mais puisqu’un bon motif a causé tout cela, je te pardonne ce qui s’est passé ; mon cœur est en quelque sorte soulagé de voir que ce qu’on réclame de lui est œuvre pie et sainte, car c’en est une que de guérir les gens malades et souffrants.
CEL. __ ¡Y tal enfermo, señora! Por Dios, si bien le conosciesses, no le juzgasses por el que has dicho y mostrado con tu yra. En Dios y en mi alma, no tiene hiel; gracias, dos mill: en franqueza, Alexandre; en esfuerço, Etor; gesto, de vn rey; gracioso, alegre; jamás reyna en él tristeza. De noble sangre, como sabes. Gran justador, pues verlo armado, vn Sant George. Fuerça y esfuerço, no tuuo Ercules tanta. La presencia y faciones, dispusición, desemboltura, otra lengua hauía menester para las contar. Todo junto semeja ángel del cielo. Por fe tengo que no era tan hermoso aquel gentil Narciso, que se enamoró de su propia figura, quando se vido en las aguas de la fuente. Agora, señora, tiénele derribado vna sola muela que jamás cessa de quexar. CELESTINE. Et un tel malade, madame. Pour Dieu ! si vous le connaissiez bien, vous ne le jugeriez pas comme vous me l’avez montré dans votre colère. Sur Dieu et sur mon âme, il n’a pas de fiel, mais bien deux mille qualités ; généreux comme Alexandre, brave comme Hector, majestueux comme un roi ; gracieux, gai ; jamais il n’engendre de tristesse ; il est de noble sang, comme vous savez ; grand jouteur ; armé, on le prendrait pour un saint Georges ; Hercule n’avait pas plus de force et de courage ; il faudrait une autre langue pour dépeindre sa tenue, son visage, sa grâce, sa tournure ; tout cela réuni le fait ressembler à un ange du ciel. Je suis persuadée que le beau Narcisse, qui devint amoureux de lui-même quand il se vit dans l’eau de la fontaine, n’était pas aussi bien. Maintenant, madame, il souffre d’affreux tourments pour une seule dent de laquelle il se plaint sans cesse.
MELIB. __ ¿:Y qué tanto tiempo ha? MELIBEE. Et combien y a-t-il… ?
CEL. __ Podrá ser, señora, de veynte y tres años: que aquí está Celestina, que le vido nascer y le tomó a los pies de su madre. CELESTINE. Il peut avoir, madame, vingt-trois ans ; devant vous est Célestine, qui l’a vu naître et le reçut aux pieds de sa mère.
MELIB. __ Ni te pregunto esso ni tengo necessidad de saber su edad; sino qué tanto ha que tiene el mal. MELIBEE. Je ne te demande pas cela, je n’ai pas besoin de savoir son âge, mais combien il y a de temps qu’il souffre de ce mal ?
CEL. __ Señora, ocho días. Que parece que ha vn año en su flaqueza. Y el mayor remedio que tiene es tomar vna vihuela y tañe tantas canciones y tan lastimeras, que no creo que fueron otras las que compuso aquel Emperador y gran músico Adriano, de la partida del ánima, por sofrir sin desmayo la ya vezina muerte. Que avnque yo sé poco de música, parece que faze aquella vihuela fablar. Pues, si acaso canta, de mejor gana se paran las aues a le oyr, que no aquel antico, de quien se dize que mouía los árboles y piedras con su canto. Siendo este nascido no alabaran a Orfeo. Mirá, señora, si vna pobre vieja, como yo, si se fallará dichosa en dar la vida a quien tales gracias tiene. Ninguna muger le vee, que no alabe a Dios, que assí le pintó. Pues, si le habla acaso, no es más señora de sí, de lo que él ordena. Y pues tanta razón tengo, juzgá, señora, por bueno mi propósito, mis passos saludables y vazíos de sospecha. CELESTINE. Madame, il y a huit jours, autant que j’ai pu le savoir ; on croirait qu’il y a un an, tant il est changé. Le plus grand remède qu’il emploie est de prendre une guitare et de chanter des romances tellement pitoyables que je ne crois pas qu’elles soient autres que celles que composa Adrien, cet empereur grand musicien, sur le départ de l’âme et sur la fermeté à l’approche de la mort. Quoique je me connaisse peu en musique, il semble qu’il fasse parler cette guitare. S’il se met à chanter, les oiseaux éprouvent à l’entendre plus de plaisir que n’en a jamais produit cet Amphion, duquel on disait que ses chants faisaient mouvoir les pierres et les arbres. On n’aurait pas fait de tels éloges d’Orphée, si le cavalier dont je vous parle eût vécu dans le même temps. Voyez, madame, si une pauvre vieille comme moi serait heureuse de rendre la vie à un homme qui réunit tant de qualités. Aucune femme ne le voit qu’elle ne loue Dieu de l’avoir fait ainsi ; et s’il lui parle, elle n’est plus maîtresse d’elle-même, c’est lui qui ordonne. Et puisque je conserve tant de raison, jugez, madame, que mon but était bon, que mes démarches étaient pures, louables et à l’abri de tout soupçon.
MELIB. __ ¡O quánto me pesa con la falta de mi paciencia! Porque siendo él ignorante y tú ynocente, haués padescido las alteraciones de mi ayrada lengua. Pero la mucha razón me relieua de culpa, la qual tu habla sospechosa causó. En pago de tu buen sofrimiento, quiero complir tu demanda y darte luego mi cordón. Yporque para escriuir la oración no haurá tiempo sin que venga mi madre, si esto no bastare, ven mañana por ella muy secretamente. MELIBEE. Que je suis peinée de mon peu de patience ! Il n’avait aucune mauvaise intention, tu étais innocente, et vous avez souffert tous deux des ridicules fureurs de ma langue irritée. Mais je trouve l’excuse de ma faute dans tes longs discours, qui avaient excité mes soupçons. En payement de ce que tu as souffert, je veux t’accorder ta demande et te donner dès à présent ma ceinture, et comme je n’aurai pas le temps d’écrire la prière avant l’arrivée de ma mère, si la ceinture ne suffit pas, tu reviendras demain la chercher secrètement.
LUCR. __ ¡Ya, ya, perdida es mi ama! ¿:Secretamente quiere que venga Celestina? ¡Fraude ay! ¡Más le querrá dar, que lo dicho! LUCRECE Mon Dieu ! ma maîtresse est perdue. Elle veut que Célestine vienne en secret. Il y a fraude, elle veut lui donner plus qu’elle ne dit.
MELIB. __ ¿:Qué dizes, Lucrecia? MELIBEE. Que dis-tu, Lucrèce ?
LUCR. __ Señora, que baste lo dicho; que es tarde. LUCRECE. Madame, je vous dis que vous avez assez causé, il est tard.
MELIB. __ Pues, madre, no le des parte de lo que passó a esse cauallero, porque no me tenga por cruel o arrebatada o deshonesta. MELIBEE. Eh bien ! mère, ne dis pas à ce cavalier ce qui s’est passé, afin qu’il ne me tienne pas pour cruelle, violente et malhonnête.
LUCR. __ No miento yo; qué mal va este fecho! LUCRECE, à part. Je ne mens pas, cela va mal.
CEL. __ Mucho me marauillo, señora Melibea, de la dubda que tienes de mi secreto. No temas, que todo lo sé sofrir y encubrir. Que bien veo que tu mucha sospecha echó, como suele, mis razones a la más triste parte. Yo voy con tu cordón tan alegre, que se me figura que está diziéndole allá su coraçón la merced, que nos hiziste y que lo tengo de hallar aliuiado. CELESTINE. Je suis surprise, dame Mélibée, que vous doutiez de ma discrétion. Ne craignez pas, je sais tout souffrir et tout cacher ; mais je vois bien que votre esprit soupçonneux n’a fait que très-peu de cas de mes paroles. Je m’en vais avec votre ceinture, et si joyeuse, que je me figure que son cœur lui dit déjà la grâce que vous nous faites, et que je vais le trouver soulagé.
MELIB. __ Más haré por tu doliente, si menester fuere, en pago de lo sofrido. MELIBEE. Je ferai davantage pour ton malade, s’il est nécessaire, en retour de ce que je t’ai fait souffrir.
CEL. __ Más será menester y más harás y avnque no se te agradezca. CELESTINE, à part. Il en faudra bien plus, tu le feras, et nous ne t’en saurons pas gré.
MELIB. __ ¿:Qué dizes, madre, de agradescer? MELIBEE. Que parles-tu, mère, de savoir gré ?
CEL. __ Digo, señora, que todos lo agradescemos y seruirémos y todos quedamos obligados. Que la paga más cierta es, quando más la tienen de complir. CELESTINE. Je dis, madame, que nous vous en saurons gré, que nous sommes à vos ordres, que nous vous sommes tous obligés, que plus le payement est certain, plus on tient à le faire.
LUCR. __ ¡Trastrócame essas palabras! LUCRECE. Explique-moi ces paroles.
CEL. __ ¡Hija Lucrecia! ¡Ce! Yrás a casa y darte he vna lexía, con que pares essos cavellos más que el oro. No lo digas a tu señora. Y avn darte he vnos poluos para quitarte esse olor de la boca, que te huele vn poco, que en el reyno no lo sabe fazer otra sino yo y no ay cosa que peor en la muger parezca. CELESTINE. Ma fille Lucrèce, voici : tu viendras chez moi et je te donnerai une lessive avec laquelle tu rendras ces cheveux plus blonds que l’or. Ne le dis pas à ta maîtresse. Je te donnerai de plus une poudre pour te chasser cette odeur de la bouche qui se fait sentir un peu ; dans tout le royaume il n’y en a pas un autre que moi qui sache la faire : il n’y a rien de plus désagréable que ce défaut chez les femmes.
LUCR. __¡O! Dios te dé buena vejez, que más necessidad tenía de todo esso que de comer. LUCRECE. Oh ! Dieu te donne une bonne vieillesse ! j’avais plus grand besoin de tout cela que de manger.
CEL. __ ¿:Pues, porqué murmuras contra mí, loquilla? Calla, que no sabes si me aurás menester en cosa de más importancia. No prouoques a yra a tu señora, más de lo que ella ha estado. Déxame yr en paz. CELESTINE. Alors pourquoi murmures-tu contre moi, petite folle ? Tais-toi, tu ne sais pas si tu n’auras pas besoin de moi pour quelque chose de plus important. N’excite pas la colère de ta maîtresse plus qu’elle ne l’a été, laisse-moi aller en paix.
MELIB. __ ¿:Qué le dizes, madre? MELIBEE.. Que lui dis-tu, mère ?
CEL. __ Señora acá nos entendemos. CELESTINE. Madame, nous nous entendons.
MELIB. __ Dímelo que me enojo quando yo presente se habla cosa de que no aya parte. MELIBEE. Dis-le-moi, car je me fâche quand on dit devant moi quelque chose que je ne puis entendre.
CEL. __ Señora, que te acuerde la oración, para que la mandes escriuir y que aprenda de mí a tener mesura en el tiempo de tu yra, en la qual yo vsé lo que se dize: que del ayrado es de apartar por poco tiempo, del enemigo por mucho. Pues tú, señora, tenías yra con lo que sospechaste de mis palabras, no enemistad. Porque, avnque fueran las que tú pensauas, en sí no eran malas: que cada día hay hombres penados por mugeres y mugeres por hombres, y esto obra la natura y la natura ordenóla Dios y Dios no hizo cosa mala. Y assí quedaua mi demanda, como quiera que fuesse, en sí loable, pues de tal tronco procede, y yo libre de pena. Más razones destas te diría, si no porque la prolixidad es enojosa al que oye y dañosa al que habla. CELESTINE. Je lui dis, madame, de vous faire ressouvenir de la prière pour que vous la lui fassiez écrire, et de prendre modèle sur moi pour supporter votre colère ; je me suis conformée à ce qu’on dit : « Il faut s’éloigner pour un instant de l’homme irrité, pour toujours de l’ennemi. » Vous, madame, vous aviez de la colère parce que vous doutiez de mes paroles, mais non pas de l’inimitié ; et lors même qu’elles eussent été ce que vous pensiez, elles n’eussent pas pour cela été blâmables ; chaque jour il y a des hommes affligés par des femmes et des femmes affligées par des hommes. C’est l’œuvre de la nature, Dieu commande à la nature, or Dieu n’a jamais fait de mal. Ainsi ma demande, quelle qu’elle fût, était louable en elle-même, puisqu’elle procédait de cette source ; je n’ai donc aucun reproche à me faire. Je vous dirais bien d’autres raisons là-dessus, mais la prolixité fatigue celui qui écoute et fait tort à celui qui parle.
MELIB. __ En todo has tenido buen tiento, assí en el poco hablar en mi enojo, como con el mucho sofrir. MELIBEE. Tu as agi avec tact en toutes choses, aussi bien en parlant peu quand j’étais fâchée, qu’en prenant patience.
CEL. __ Señora, sofrite con temor, porque te ayraste con razón. Porque con la yra morando poder, no es sino rayo. Y por esto passé tu rigurosa habla hasta que tu almazén houiesse gastado. CELESTINE. Madame, je vous ai soufferte avec crainte, parce que vous vous fâchiez avec raison. La colère est comme la foudre et ne dure pas davantage ; c’est pour cela que j’ai courbé la tête devant vos cruelles paroles, jusqu’à ce que la provision en fût épuisée.
MELIB. __ En cargo te es esse cauallero. MELIBEE. Ce cavalier te doit être bien reconnaissant.
CEL. __ Señora, más merece. Y si algo con mi ruego para él he alcançado, con la tardança lo he dañado. Yo me parto para él, si licencia me das. CELESTINE. Madame, il mérite plus encore ; et si j’ai obtenu quelque chose pour lui par mes prières, je le rends malheureux par mon retard. Je vais vers lui, si vous le permettez.
MELIB. __ Mientra más ayna la houieras pedido, más de grado la houieras recabdado. Ve con Dios, que ni tu menssaje me ha traydo prouecho ni tu yda me puede venir daño. MELIBEE. Si tu me l’avais demandé plus tôt, tu l’aurais obtenu plus facilement. Va, avec Dieu ! ton message ne m’a apporté aucun profit, ton départ ne peut me causer aucun tort.








ACTO V

ACTE CINQUIÈME

Sumario. Despedida Celestina de Melibea, va por la calle hablando consigo misma entre dientes. Llegada a su casa, halló a Sempronio que le aguardaba. Ambos van hablando hasta llegar a casa de Calisto y, vistos por Pármeno, cuéntalo a Calisto su amo, el cual le mandó abrir la puerta. ARGUMENT : Célestine, après avoir quitté Mélibée, s’en retourne en parlant seule entre ses dents. Arrivée chez elle, elle y trouve Sempronio, qui l’attendait. Tous deux s’en vont en causant jusqu’à la maison de Calixte ; Parmeno les aperçoit, en avertit son maître, qui lui ordonne de leur ouvrir la porte.
CÉLESTINE, SEMPRONIO, PARMENO, CALIXTE.
CEL. __ ¡O rigurosos trances! ¡O cruda osadía! ¡O gran sufrimiento! ¡Y qué tan cercana estuue de la muerte, si mi mucha astucia no rigera con el tiempo las velas de la petición¡ ¡O amenazas de donzella braua! ¡O ayrada doncella! ¡O diablo a quien yo conjuré! ¿:Cómo compliste tu palabra en todo lo que te pedí? En cargo te soy. Assí amansaste la cruel hembra con tu poder y diste tan oportuno lugar a mi habla quanto quise, con la absencia de su madre. !O vieja Celestina! ¿:Vas alegre? Sábete que la meytad está hecha, quando tienen buen principio las cosas. !O serpentino azeyte! ¡O blanco filado! ¡Cómo os aparejastes todos en mi favor! ¡O! ¡Yo rompiera todos mis atamientos hechos y por fazer ni creyera en yeruas ni piedras ni en palabras! Pues alégrate, vieja, que más sacarás deste pleyto, que de quinze virgos, que renouaras. !O malditas haldas, prolixas y largas, cómo me estoruays de llegar adonde han de reposar mis nueuas! ¡O buena fortuna, cómo ayudas a los osados , e a los tímidos eres contraria! Nunca huyendo huye la muerte al couarde . !O quantas erraran en lo que yo he acertado! ¿:Qué fizieran en tan fuerte estrecho estas nueuas maestras de mi oficio, sino responder algo a Melibea, por donde se perdiera quanto yo con buen callar he ganado? Por esto dizen quien las sabe las tañe e que es más cierto -médico el esperimentado que el letrado e la esperiencia e escarmiento haze los hombres arteros e la vieja, como yo, que alce sus haldas al passar del vado , como maestra. !Ay cordón, cordón! Yo te faré traer por fuerça, si viuo, a la que no quiso darme su buena habla de grado. CELESTINE. Ô cruelle Inquiétude ! ô sage audace ! ô merveilleuse patience ! combien j’étais près de la mort si mon adresse extrême n’avait prudemment dirigé ma demande ! Ô menaces de la vertueuse damoiselle ! ô jeune fille colère ! ô démon que j’ai conjuré ! comme tu m’as bien tenu parole pour tout ce que je t’ai demandé ! je te sais reconnaissante. Tu as su apprivoiser cette cruelle femme, tu as su éloigner sa mère et me donner ainsi tout le temps nécessaire pour m’expliquer. Ô vieille Célestine ! es-tu contente ? Heureux commencement est la moitié de l’œuvre ! Divine huile de serpent ! bienheureux fil blanc ! comme vous avez bien agi en ma faveur ! Oh ! j’aurais brisé tous mes charmes faits et à faire, je n’aurais jamais voulu croire ni aux herbes, ni aux pierres, ni aux paroles. Réjouis-toi, vieille ! tu gagneras plus à cette affaire qu’en restaurant quinze virginités. Ô maudits jupons ! que vous êtes longs et gênants ! comme vous m’empêchez d’arriver aussitôt que je voudrais au lieu où je dois déposer mes nouvelles ! Ô fortune ! combien tu es favorable aux audacieux et contraire aux gens timides ! Le lâche qui s’enfuit n’évite pas la mort. Oh ! combien de femmes auraient failli dans l’entreprise qui vient de me réussir ! Qu’auraient fait dans une semblable position toutes ces nouvelles adeptes de mon métier ? Rien autre chose que de répondre quelque sottise qui aurait perdu tout ce que j’ai gagné à me taire à propos. C’est pour cela qu’on dit : « Chacun son métier. » L’homme qui a de l’expérience est meilleur médecin que celui qui a étudié : l’expérience et la pratique rendent les hommes adroits ; elles ont fait de moi, de cette vieille qui traverse maintenant le ruisseau en retroussant ses jupes, une praticienne qui ne craint personne. Ah ! ceinture bénite ! si je vis, je te ferai remettre par force à celle qui ne voulut pas m’écouter de bon gré.
SEMP. __ O yo no veo bien o aquélla es Celestina. !Válala el diablo, haldear que trae! Parlando viene entre dientes. SEMPRONIO. Ou j’y vois trouble, ou cette femme est Célestine ! Le diable soit d’elle ! comme elle marche en tortillant ! Que marmotte-t-elle entre ses dents ?
CEL. __ ¿:De qué te santiguas, Sempronio? Creo que en verme. CELESTINE. De quoi t’étonnes-tu, Sempronio ? il semble que ce soit de me voir.
SEMP. __ Yo te lo diré. La raleza de las cosas es madre de la admiración; la admiración concebida en los ojos deciende al ánimo por ellos; el ánimo es forçado descubrillo por estas esteriores señales. ?Quién jamás te vido por la calle, abaxada la cabeça, puestos los ojos en el suelo, y no mirar a ninguno como agora? ¿:Quién te vido hablar entre dientes por las calles y venir aguijando, como quien va a ganar beneficio? Cata que todo esto nouedad es para se marauillar quien te conoce. Pero esto dexado, dime, por Dios, con qué vienes. Dime si tenemos hijo o hija. Que desde que dio la vna te espero aquí y no he sentido mejor señal que tu tardança. SEMPRONIO. Je vais te le dire : la rareté des choses engendre l’admiration ; l’admiration conçue par les yeux descend de là dans l’esprit ; l’esprit la témoigne par des signes extérieurs. Qui t’a jamais vue dans la rue la tête basse, les yeux fixés sur le sol, ne regardant personne, comme tu faisais tout à l’heure ? Qui t’a jamais vue parlant entre tes dents et marchant avec rapidité comme quelqu’un qui va chercher un bénéfice ? Tout cela est nouveau et doit surprendre quiconque te connaît. Mais laissons cela et dis-moi, au nom de Dieu, quelle nouvelle tu apportes. Avons-nous une fille ou un garçon ? Je t’attends ici depuis qu’une heure est sonnée, et je n’ai pas vu de meilleur augure que ton retard.
CEL. __ Mijo, essa regla de bouos no es siempre cierta, que otra hora me pudiera más tardar y dexar allá las narizes; y otras dos, narizes y lengua: y assí que, mientras más tardasse, más caro me costasse. CELESTINE. Mon fils, cette règle des sots n’est pas toujours sûre ; j’aurais bien pu tarder encore et laisser là mon nez et peut-être plus, mon nez et ma langue : ainsi, plus j’aurais attendu, plus il aurait pu m’en coûter.
SEMP. __ Por amor mio, madre, no passes de aquí sin me lo contar. SEMPRONIO. Par amour pour moi, mère, ne t’en va pas d’ici sans me le conter.
CEL. __ Sempronio amigo, ni yo me podría parar ni el lugar es aparejado. Vente comigo. Delante Calisto oyrás marauillas. Que será desflorar mi embaxada comunicándola con muchos. De mi boca quiero que sepa lo que se ha hecho. Que, avnque ayas de hauer alguna partizilla quiero yo todas las gracias del trabajo. CELESTINE. Sempronio, mon ami, je ne puis m’arrêter, et le lieu est mal choisi. Viens avec moi chez Calixte, tu entendras des merveilles ; ce serait déflorer mon ambassade que d’en rendre compte à un trop grand nombre de personnes. Je veux que Calixte sache de moi-même ce qui s’est passé ; car bien qu’il te revienne une petite part du profit, je veux tout l’honneur du travail.
SEMP. __ ¿:Partezilla, Celestina? Mal me parece eso que dizes. SEMPRONIO. Une petite part, Célestine ? Ce que tu dis ne me semble pas bien.
CEL. __ Calla, loquillo, que parte o partezilla, quanto tú quisieres te daré. Todo lo mio es tuyo. Gozémonos y aprouechémonos, que sobre el partir nunca reñiremos. Y también sabes tú quánta más necessidad tienen los viejos que los moços, mayormente tú que vas a mesa puesta. CELESTINE. Tais-toi, fou, part ou petite part, tu auras autant que tu voudras. Tout ce que j’ai est à toi ; jouissons et profitons, nous ne nous querellerons pas quand il faudra partager. Tu sais bien aussi que les vieux ont beaucoup plus de besoins que les jeunes, que toi surtout qui as ta table mise.
SEMP. __ Otras cosas he menester más de comer. SEMPRONIO. J’ai besoin d’autre chose que de manger.
CEL. __ ¿:Qué, hijo? ¡Una dozena de agujetas y vn torce para el bonete y vn arco para andarte de casa en casa tirando a páxaros y aojando páxaras a las ventanas! Mochachas digo, bouo, de las que no saben bolar, que bien me entiendes Que no ay mejor alcahuete para ellas que vn arco, que se puede entrar cada vno hecho moxtrenco, como dizen: en achaque de trama etc. !Mas ay, Sempronio, de quien tiene de mantener honrra y se va haziendo vieja como yo! CELESTINE. De quoi, mon fils ? d’une douzaine d’aiguillettes, d’un cordon pour ton chapeau, d’un arc pour aller de maison en maison tirer des moineaux et faire les yeux doux aux linottes qui sont aux fenêtres, aux jeunes filles, je veux dire, innocent, à celles qui ne savent pas voler, tu m’entends bien. Il n’y a pas avec elles de meilleur entremetteur qu’un arc ; il donne entrée partout, sous quelque prétexte que ce soit. Bien malheureuse, ami Sempronio, est celle qui veut vivre honorablement et qui devient vieille, comme je le fais.
SEMP. __ ¡O lisonjera vieja! ¡O vieja llena de mal! ¡O cobdiciosa y auarienta garganta! También quiere a mi engañar como a mi amo, por ser rica. ¡Pues mala medra tiene! ¡No le arriendo la ganancia! Que quien con modo torpe sube en lo alto, más presto cae, que sube. !O qué mala cosa es de conocer el hombre! Bien dizen que ninguna mercaduría ni animal es tan difícil! ¡Mala vieja, falsa, es ésta! ¡El diablo me metió con ella! Más seguro me fuera huyr desta venenosa bíuora, que tomalla. Mía fue la culpa. Pero gane harto, que por bien o mal no negará la promessa. SEMPRONIO, à part. Ô vieille rusée ! ô vieille pleine de malice ! ô gorge avide et avare ! elle veut pour s’enrichir me tromper comme elle trompe mon maître ! Elle ne fera pas bon profit ; je ne lui envie pas ce qu’elle gagnera : quiconque s’élève d’une manière honteuse tombe plus rapidement qu’il n’est monté. Oh ! qu’il est malaisé de connaître l’homme ! on a bien raison de dire qu’il n’y a ni marchandise ni animal aussi difficile. Cette vieille est fausse et mauvaise, le diable m’a poussé vers elle ; j’aurais mieux fait d’éviter cette venimeuse vipère que de m’en approcher : c’est ma faute ; mais qu’elle fasse sa provision d’une manière ou de l’autre, elle ne pourra nier sa promesse.
CEL. __ ¿:Qué dizes, Sempronio? ¿:Con quién hablas? ¿:Viénesme royendo las haldas? ¿:Por qué no aguijas? CELESTINE. Que dis-tu, Sempronio ? Avec qui parles-tu ? Tu viens là en me frottant les jupons ; pourquoi ne vas-tu pas plus vite ?
SEMP. __ Lo que vengo diziendo, madre mia, es que no me marauillo que seas mudable, que sigues el camino de las muchas. Dicho me auías que diferirías este negocio. Agora vas sin seso por dezir a Calisto quanto passa. ?No sabes que aquello es en algo tenido, que es por tiempo desseado, y que cada día que él penasse era doblarnos el prouecho? SEMPRONIO. Je dis, Célestine, que je ne m’étonne pas que tu sois si changeante et que tu suives les traces de la plupart des femmes. Je pense que tu devrais différer ton projet. Tu vas maintenant à l’étourdie dire à Calixte ce qui s’est passé ; ne sais-tu pas qu’on ne fait grand cas que de ce qu’on désire beaucoup ? Ignores-tu que plus mon maître souffre, plus notre profit s’augmente ?
CEL. __ El propósito muda el sabio; el nescio perseuera. A nueuo negocio, nueuo consejo se requiere. No pensé yo, hijo Sempronio, que assí me respondiera mi buena fortuna. De los discretos mensajeros es hazer lo que el tiempo quiere. Assí que la qualidad de lo fecho no puede encubrir tiempo dissimulado. Y más que yo sé que tu amo, según lo que dél sentí, es liberal y algo antojadizo. Mas dará en vn día de buenas nueuas, que en ciento, que ande penado y yo yendo y viniendo. Que los acelerados y súpitos plazeres crían alteración, la mucha alteración estorua el deliberar. Pues ¿:en qué podrá parar el bien, sino en bien y el alto mensaje, sino en luengas albricias? Calla, bouo, dexa fazer a tu vieja. CELESTINE. Le sage change selon les circonstances ; l’ignorant seul ne change pas. À nouvelle affaire il faut un nouveau système. Je ne pensais pas, Sempronio, mon fils, que la fortune me servirait ainsi. Le talent des messagers adroits est de prendre conseil du moment ; quelque bien que soit ce que l’on fait, il ne peut réparer le temps perdu. Je sais (et j’en ai fait l’épreuve) que ton maître est libéral et quelque peu capricieux ; il donnera plus en un jour pour une bonne nouvelle, qu’en cent jours passés par lui à souffrir et par moi à courir. Les plaisirs auxquels on n’est pas préparé jettent le trouble dans l’esprit, et le trouble empêche la réflexion. Et d’ailleurs que peut-il résulter du bien, si ce n’est le bien ? Comment peut agir la noblesse, si ce n’est en belles étrennes ? Tais-toi, niais, laisse faire la vieille.
SEMP. __ Pues dime lo que passó con aquella gentil donzella. Dime alguna palabra de su boca. Que, por Dios, assí peno por sabella, como mi amo penaría. SEMPRONIO. Mais dis-moi ce qui s’est passé entre toi et cette gente damoiselle ; cite-moi quelque parole de sa bouche, car en vérité j’ai aussi grand désir de le savoir que mon maître.
CEL. __ ¡Calla, loco! Altérasete la complesión. Ya lo veo en ti, que querrías más estar al sabor, que al olor deste negocio. Andemos presto, que estará loco tu amo con mi mucha tardança. CELESTINE. Tais-toi, fou, tu te tourmentes inutilement ; je devine que tu aimerais mieux goûter de ce rôti que manger ton pain à la fumée. Hâtons-nous, ton maître deviendra fou si je tarde trop.
SEMP. __ Y avn sin ella se lo está. SEMPRONIO. Il l’est déjà sans cela.
PARM. __ ¡Señor, señor! PARMENO. Seigneur, seigneur !
CAL. __ ¿:Qué quieres, loco? CALIXTE. Que veux-tu, fou ?
PARM: __ A Sempronio y a Celestina veo venir cerca de casa, haziendo paradillas de rato en rato y, quando están quedos, hazen rayas en el suelo con el espada. No sé que sea. PARMENO. J’aperçois Sempronio et Célestine qui viennent ici ; ils s’arrêtent de temps en temps, et quand ils sont arrêtés, Sempronio fait des lignes sur la terre avec son épée ; je ne sais ce que c’est.
CAL. __ ¡O desuariado, negligente! Veslos venir: ¿:No puedes decir corriendo a abrir la puerta? ¡O alto Dios! ¡O soberana deydad! ¿:Con qué vienen? ¿:Qué nueuas traen? Qué tan grande ha sido su tardança, que ya más esperaua su venida, que el fin de mi remedio. !O mis tristes oydos! Aparejaos a lo que os viniere, que en su boca de Celestina está agora aposentado el aliuio o pena de mi coraçón. ¡O! ¡Si en sueño se pasasse este poco tiempo, hasta ver el principio y fin de su habla! Agora tengo por cierto que es más penoso al delinquente esperar la cruda y capital sentencia, que el acto de la ya sabida muerte. !O espacioso Pármeno, manos de muerto! Quita ya essa enojosa aldaua: entrará essa honrrada dueña, en cuya lengua está mi vida. CALIXTE. Ô étourdi, négligent ! tu les vois venir et tu ne cours pas ouvrir la porte ! Ô grand Dieu ! puissance souveraine ! quelle pensée les accompagne ? quelle nouvelle m’apportent-ils ? Ils ont tant tardé, qu’en ce moment je désire plutôt leur venue que la fin de mon tourment. Ô mes tristes oreilles ! soyez disposées à ce que vous allez entendre ; le soulagement ou la souffrance de mon cœur est maintenant sur la langue de Célestine ! Oh ! si je pouvais passer en dormant le temps qui va s’écouler entre le commencement et la fin de son récit ! Je suis persuadé maintenant qu’il est plus pénible au coupable d’attendre la lecture de sa sentence, que le coup de la mort quand il sait quel sort l’attend. Ô Parmeno ! que tu es lent ! que tes mains sont faibles ! Enlève donc cette ennuyeuse barre afin que puisse entrer l’honorable femme qui tient ma vie sur sa langue.
CEL. __ ¿:Oyes, Sempronio? De otro temple anda nuestro amo. Bien difieren estas razones a las que oymos a Pármeno y a él la primera venida. De mal en bien me parece que va. No ay palabra de las que dize, que no vale a la vieja Celestina más que vna saya. CELESTINE. Entends-tu, Sempronio ? notre maître a changé de ton. Ce qu’il dit là est bien différent de ce qui se passa entre Parmeno et lui à notre première venue. Cela va, il me semble, de mieux en mieux. Il n’y a pas une seule de ses paroles qui ne vaille plus d’une jupe pour la vieille Célestine.
SEMP. __ Pues mira que entrando hagas que no ves a Calisto y hables algo bueno. SEMPRONIO. Fais attention en entrant de feindre de ne pas voir Calixte et dis quelque chose de bon.
CEL. __ Calla, Sempronio, que avnque aya auenturado mi vida, más merece Calisto y su ruego y tuyo y más mercedes espero yo dél. CELESTINE. Tais-toi, Sempronio, car bien que j’aie aventuré ma vie, Calixte mérite plus encore, ainsi que ses prières et les tiennes ; aussi j’attends de sa libéralité une digne récompense.






ACTO VI

ACTE SIXIÈME

Sumario: Entrada CELESTINA en casa de CALISTO con grande aficion y desseo, CALISTO le pregunta de lo que le ha acontescido con MELIBEA. Mientras ellos estan hablando, PARMENO, oyendo fablar a CELESTINA de su parte contra SEMPRONIO, a cada razon le pone un mote reprendiendolo SEMPRONIO. En fin la vieja CELESTINA le descubre todo lo negociado y un cordon de MELIBEA. Y despedida de CALISTO, vase para su casa y con ella PARMENO. ARGUMENT : Célestine entre chez Calixte. Celui-ci lui demande avec empressement ce qui s’est passé entre elle et Mélibée. Pendant ce temps, Parmeno, écoutant ce que dit Célestine, répond par une plaisanterie à chacune de ses phrases en s’adressant à Sempronio. Sempronio le réprimande. Enfin la vieille Célestine découvre à Calixte ce qu’elle a négocié et lui donne la ceinture de Mélibée ; elle prend congé de lui, rentre chez elle, Parmeno l’accompagne.
CALIXTE, CÉLESTINE, PARMENO, SEMPRONIO.
CAL. __ ¿:Qué dizes, señora y madre mia? CALIXTE. Que dis-tu, ma dame et ma mère ?
CEL. __ ¡O mi señor Calisto! ¿:Y aquí estás? ¡O mi nueuo amador de la muy hermosa Melibea y con mucha razón! ¿:Con qué pagarás a la vieja, que oy ha puesto su vida al tablero por tu seruicio? ¿:Quál muger jamás se vido en tan estrecha afrenta como yo, que en tornallo a pensar se me menguan y vazían todas las venas de mi cuerpo, de sangre? Mi vida diera por menor precio, que agora daría este manto raydo y viejo. CELESTINE. Ô monseigneur Calixte, vous êtes là ? Ô nouvel amant de la belle Mélibée ! De quelle manière payerez-vous la vieille qui a risqué aujourd’hui sa vie pour votre service ? Quelle femme s’est jamais vue dans une position aussi critique que la mienne ? Quand j’y pense, le sang abandonne mes veines. J’aurais donné ma vie pour moins que je ne céderais maintenant cette mante vieille et usée.
PARM. __ Tú dirás lo tuyo: entre col y col lechuga. Sobido has vn escalón; más adelante te espero a la saya. Todo para ti y no nada de que puedas dar parte. Pelechar quiere la vieja. Tú me sacarás a mí verdadero y a mi amo loco. No le pierdas palabra, Sempronio, y verás cómo no quiere pedir dinero, porque es diuisible. PARMENO, à part. Tu prêches pour toi, tu trouves toujours moyen de glisser tes intérêts au milieu de ceux des autres. Tu as monté un échelon, tout à l’heure je t’attends à la robe. Tout pour toi et rien de ce qui peut se partager. Elle veut faire son paquet, la vieille. Tu me forceras à être franc, et tu rendras mon maître fou. Laisse-la dire, Sempronio, et tu verras qu’elle ne demandera pas de l’argent, parce qu’il est trop facile à partager.
SEMP. __ Calla, hombre desesperado, que te matará Calisto si te oye. SEMPRONIO. Tais-toi, imprudent ; si Calixte t’entend, il te tuera.
CAL. __ Madre mia, abreuia tu razón o toma esta espada y mátame. CALIXTE. Ma mère, abrége tes discours ou bien prends cette épée et tue-moi.
PARM. __ Temblando está el diablo como azogado: no se puede tener en sus pies, su lengua le querría prestar para que fablasse presto, no es mucha su vida, luto hauremos de medrar destos amores. PARMENO, à part. Le diable tremble comme s’il avait des convulsions ; il ne peut pas tenir sur ses pieds ; il voudrait lui prêter sa langue pour qu’elle parlât plus vite. Sa vie ne sera pas longue, nous gagnerons un deuil à ces amours.
CEL. __ ¿:Espada, señor, o qué? ¡Espada mala mate a tus enemigos y a quien mal te quiere¡ que yo la vida te quiero dar con buena esperança, que traygo de aquella, que tú más amas. CELESTINE. Votre épée, seigneur, que voulez-vous dire ? Qu’une méchante épée tue vos ennemis et quiconque ne vous aime pas ; je viens vous rendre à la vie et vous faire part du bon espoir que j’ai reçu de celle que vous chérissez le plus.
CAL. __ ¿:Buena esperança, señora? CALIXTE. Bon espoir, ma mère ?
CEL. __ Buena se puede dezir, pues queda abierta puerta para mi tornada y antes me recibirá a mí con esta saya rota, que a otro con seda y brocado. CELESTINE. On peut l’appeler bon, puisque la porte reste ouverte pour mon retour ; on me recevra plutôt moi avec cette robe trouée, qu’une autre avec des vêtements de soie et de brocart.
PARM. __ Sempronio, cóseme esta boca, que no lo puedo sofrir. ¡Encaxado ha la saya! PARMENO, à part. Sempronio, couds-moi la bouche, je n’y puis tenir, voilà la robe qui y passe.
SEMP. __ ¿:Callarás, por Dios, o te echaré dende con el diablo? Que si anda rodeando su vestido, haze bien, pues tiene dello necessidad. Que el abad de do canta de allí viste. SEMPRONIO. Te tairas-tu, pour Dieu, ou je t’envoie au diable ! Elle a raison si elle passe la revue de ses vêtements, puisqu’elle en a besoin. De ce qu’il chante, le curé s’alimente.
PARM. __ Y avn viste como canta. Y esta puta vieja querría en vn día por tres pasos desechar todo el pelo malo, quanto en cincuenta años no ha podido medrar. PARMENO. Et il est nourri comme il chante ; mais cette vieille horreur voudrait changer tout son vieux poil, pour trois pas qu’elle a faits en un jour, quand en cinquante ans elle n’a rien pu gagner !
SEMP. __ ¿:Todo esso es lo que te castigó y el conoscimiento que os teníades y lo que te crió? SEMPRONIO. Est-ce là la reconnaissance que tu portes à celle qui t’a élevé ? Sont-ce là les conseils qu’elle t’a donnés ?
PARM. __ Bien sofriré más que pida y pele; pero no todo para su prouecho. PARMENO. Je permettrai bien qu’elle demande et qu’elle plume, mais non pas pour elle seule.
SEMP. __ No tiene otra tacha sino ser cobdiciosa; pero déxala, varde sus paredes, que después vardará las nuestras o en mal punto nos conoció. SEMPRONIO. Elle n’a pas d’autre défaut qu’une extrême avidité ; mais laisse-la faire, qu’elle garnisse ses murailles, il faudra bien ensuite qu’elle garnisse les nôtres, ou elle nous connaît bien mal.
CAL. __ Dime, por Dios, señora, ¿:Qué fazía? ¿:Cómo entraste? ¿:Qué tenía vestido? ¿:A qué parte de casa estaua? ¿:Qué cara te mostró al principio? CALIXTE. Dis-moi, au nom de Dieu, ma bonne, que faisait-elle ? Comment est-tu entrée ? Quel vêtement avait-elle ? Dans quelle partie de la maison l’as-tu trouvée ? Quel accueil te fit-elle dès l’abord ?
CEL. __ Aquella cara, señor, que suelen los brauos toros mostrar contra los que lançan las agudas frechas en el coso, la que los monteses puercos contra los sabuesos, que mucho los aquexan. CELESTINE. L’accueil que font les braves taureaux à ceux qui leur lancent les dards dans l’arène ; l’accueil que font les sangliers aux limiers qui les mettent aux abois.
CAL. __ ¿:Y a essas llamas señales de salud? Pues ¿:Quáles serán mortales? No por cierto la misma muerte: que aquélla aliuio sería en tal caso deste mi tormento, que es mayor y duele más. CALIXTE. Et c’est cela que tu appelles des signes de salut ? Quels autres donc seraient des signes de mort ? Ce ne serait certes pas la mort elle-même, car, dans une telle position, elle apporterait un soulagement à mon tourment, que rien n’égale.
SEMP. __ ¿:Estos son los fuegos pasados de mi amo? ¿:Qué es esto? ¿:No ternía este hombre sofrimiento para oyr lo que siempre ha deseado? SEMPRONIO. Voilà toute la bravoure de mon maître. Qu’est-ce que cela ? Cet homme ne saura-t-il donc pas attendre patiemment ce qu’il a toujours désiré ?
PARM. __ ¡Y que calle yo, Sempronio! Pues, si nuestro amo te oye, tan bien te castigará a ti como a mí. PARMENO. Je me tais, moi, Sempronio, et si notre maître t’entend, il te corrigera aussi bien que moi.
SEMP. __ ¡O mal fuego te abrase! Que tú fablas en daño de todos y yo a ninguno ofendo. !O! ¡Intolerable pestilencia y mortal te consuma, rixoso, embidioso, maldito! ¿:Toda ésta es la amistad, que con Celestina y comigo hauías concertado? ¡Vete de aquí a la mala ventura! SEMPRONIO. Le feu du ciel te brûle ! tu parles pour dire du mal de tout le monde, et moi je n’offense personne. Oh ! que la peste éternelle te consume, querelleur, envieux, maudit ! Est-ce là toute l’amitié dont tu étais convenu avec Célestine et moi ? Va-t’en au diable !
CAL. __ Si no quieres, reyna y señora mia, que desespere y vaya mi ánima condenada a perpetua pena, oyendo essas cosas, certifícame breuemente si houo buen fin tu demanda gloriosa y la cruda y rigurosa muestra de aquel gesto angélico y matador; pues todo esso más es señal de odio, que de amor. CALIXTE. Si tu ne veux pas, ma bonne mère, que je me désespère et que mon âme soit condamnée à une peine éternelle, dis-moi promptement si ta demande n’a pas eu un bon résultat, si l’accueil de la reine de ma vie a toujours été aussi cruel et aussi rigoureux. Tout ce que tu m’as dit est plutôt signe de haine que d’amour.
CEL. __ La mayor gloria, que al secreto oficio de la abeja se da, a la qual los discretos deuen imitar, es que todas las cosas por ella tocadas conuierte en mejor de lo que son. Desta manera me he hauido con las çahareñas razones y esquiuas de Melibea. Todo su rigor traygo conuertido en miel, su yra en mansedumbre, su aceleramiento en sosiego. ?Pues, a qué piensas que yua allá la vieja Celestina, a quien tú, demás de su merecimiento, magníficamente galardonaste, sino ablandar su saña, sofrir su acidente, a ser escudo de tu absencia, a recebir en mi manto los golpes, los desuíos, los menosprecios, en viendo que de alguno eran amadas? Las quales, avnque están abrasadas y encendidas de viuos fuegos de amor, por su honestidad muestran vn frío esterior vn sosegado vulto, vn aplazible desuío, vn constante ánimo y casto propósito, vnas palabras agras, que la propia lengua se marauilla del gran sofrimiento suyo, que la fazen forçosamente confessar el contrario de lo que sienten. Assí que para que tú descanses y tengas reposo, mientra te contare por estenso el processo de mi habla e la causa que tuue para entrar, sabe que el fin de su razón e habla fue muy bueno. CELESTINE. Le plus grand mérite de l’abeille, et tous les gens discrets doivent l’imiter, c’est qu’elle rend meilleures les choses qu’elle touche. C’est ainsi que j’ai agi avec les raisons cruelles et dédaigneuses de Mélibée. J’ai converti toute sa rigueur en miel, sa colère en douceur, sa vivacité en tranquillité. Que pensiez-vous donc qu’allait faire là cette vieille Célestine que vous avez traitée si magnifiquement et si au delà de ses mérites, si ce n’est calmer sa colère, supporter ses caprices, parler en votre absence, recevoir sur sa mante les coups, les affronts, le mépris, le dédain dont ces jeunes femmes sont prodigues quand on commence à leur parler d’amour, afin que plus tard on attache un plus grand prix à leur consentement ? Celui qu’elles aiment le mieux, elles le traitent le plus mal ; s’il n’en était pas ainsi, il n’y aurait aucune différence entre les demoiselles bien nées et les femmes publiques, dont la profession est d’aimer. Quelle distinction pourrait-on faire si toutes disaient Oui à la première proposition, à la première preuve d’amour ? Les demoiselles bien nées, quoique dévorées par les besoins et la passion, témoignent, par respect pour leur honneur, une froideur extrême, un fier dédain ; leur tenue est toujours chaste et grave, leurs réponses ont une aigreur telle que la langue elle-même s’étonne de tant de dissimulation et se plaindrait volontiers de ce qu’on lui fait dire tout le contraire de ce qu’elle voudrait bien. Mais afin que vous soyez calme et vous teniez en repos pendant que je vous raconterai au long ma démarche et le prétexte que j’ai trouvé pour entrer, sachez que la fin de tout cela a été des meilleures.
CAL. __ Agora, señora, que me has dado seguro, para que ose esperar todos los rigores de la respuesta, di quanto mandares y como quisieres; que yo estaré atento. Ya me reposa el coraçón, ya descansa mi pensamiento, ya reciben las venas y recobran su perdida sangre, ya he perdido temor, ya tengo alegría. Subamos, si mandas, arriba. En mi cámara me dirás por estenso lo que aquí he sabido en suma. CALIXTE. Maintenant, amie, que tu m’as donné la force de supporter toute la rigueur de ses réponses, dis ce que tu voudras et comme il te plaira ; je serai attentif. Mon cœur se repose, mes pensées se calment, mes veines reprennent le sang qu’elles avaient perdu, je n’ai plus de crainte, je suis joyeux. Montons, si tu veux, tu me diras en détail, dans ma chambre, ce que tu ne m’as dit ici que sommairement.
CEL. __ Subamos, señor. CELESTINE. Montons, seigneur.
PARM. __ ¡O sancta María! ¡Y qué rodeos busca este loco por huyr de nosotros, para poder llorar a su plazer con Celestina de gozo y por descubrirle mill secretos de su liuiano y desuariado apetito, por preguntar y responder seys vezes cada cosa, sin que esté presente quien le pueda dezir que es prolixo! Pues mándote yo, desatinado, que tras ti vamos. PARMENO, à part. Ô sainte Vierge ! que ce fou cherche de détours pour nous éviter, pour pouvoir pleurer de joie tout à son aise avec Célestine, pour lui découvrir tous ses secrets, tous ses désirs extravagants et impudiques, pour demander et redire six fois la même chose, sans qu’il y ait là quelqu’un qui puisse lui reprocher d’être long ! Mais, sois tranquille, insensé, nous te suivons.
CAL. __ Mira, señora, qué fablar trae Pármeno, cómo se viene santiguando de oyr lo que has hecho con tu gran diligencia. Espantado está por mi fe, señora Celestina. Otra vez se santigua. Sube, sube, sube y asiéntate, señora, que de rodillas quiero escuchar tu suaue respuesta. Dime luego la causa de tu entrada, qué fue. CALIXTE. Vois donc, ma bonne, ce que peut dire Parmeno. Comme il se signe en apprenant que tu as agi avec tant de promptitude ! Il en est épouvanté, sur ma foi, car il se signe de nouveau. Monte, monte, et assieds-toi, mère, car je veux écouter à tes genoux les suaves nouvelles que tu m’apportes. (Dans la chambre.) Dis-moi bien vite : comment as-tu fait pour entrer chez Mélibée ?
CEL. __ Vender vn poco de hilado, con que tengo caçadas más de treynta de su estado, si a Dios ha plazido, en este mundo y algunas mayores. CELESTINE. J’y suis allée vendre un peu de fil, c’est ainsi que j’en ai pourchassé plus de trente en ce monde, à la volonté de Dieu, et quelques-unes même plus haut placées.
CAL. __ Esso será de cuerpo, madre; pero no de gentileza, no de estado, no de gracia y discreción, no de linaje, no de presunción con merecimiento, no en virtud, no en habla. CALIXTE. Par le corps, sans doute, mère, mais non par la gentillesse, non par l’état, non par la grâce et l’esprit, non par la naissance, non par la vertu ni par le doux langage.
PARM. __ Ya escurre eslauones el perdido. Ya se desconciertan sus badajadas. Nunca da menos de doze; siempre está hecho relox de mediodía. Cuenta, cuenta, Sempronio, que estás desbauando oyéndole a él locuras y a ella mentiras. PARMENO, en bas. Le voilà qui enfile des paroles, l’étourdi ; voilà ses niaiseries qui se déroulent, il est comme l’horloge à midi, il n’en dit pas moins de douze à la fois. Compte, compte, Sempronio, me voilà tout abasourdi de les entendre, lui disant des folies, elle débitant des mensonges.
SEMP. __ ¡Maldeziente venenoso! ¿:Por qué cierras las orejas a lo que todos los del mundo las aguzan, hecho serpiente, que huye la boz del encantador? Que sólo por ser de amores estas razones, avnque mentiras, las hauías de escuchar con gana. SEMPRONIO, en bas. Ô méchante vipère ! pourquoi fermes-tu les oreilles à ce qui les fait ouvrir à tout le monde, serpent qui fuis la voix de l’enchanteur ! Pour cela seulement que ces paroles sont paroles d’amour, quoique mensonges, tu devrais les écouter avec attention et avidité.
CEL. __ Oye, señor Calisto, y verás tu dicha y mi solicitud qué obraron. Que en començando yo a vender y poner en precio mi hilado, fué su madre de Melibea llamada para que fuesse a visitar vna hermana suya enferma. Y como le fuesse necessario absentarse, dexó en su lugar a Melibea. CELESTINE. Écoutez, seigneur Calixte, et vous verrez ce qu’ont fait votre bonne étoile et ma sollicitude. Lorsque je commençais à vendre et à faire marchander mon fil, la mère de Mélibée fut appelée pour aller visiter sa sœur, qui est malade, et comme elle ne pouvait s’en dispenser, elle laissa Mélibée à sa place pour continuer le marché.
CAL. __ ¡O gozo sin par! ¡O singular oportunidad! ¡O oportuno tiempo! ¡O quién estuuiera allí debaxo de tu manto, escuchando qué hablaría sola aquélla en quien Dios tan estremadas gracias puso! CALIXTE. Ô joie sans égale ! ô singulière opportunité ! ô hasard favorable ! Que j’aurais été heureux d’être caché sous ta mante pour entendre parler celle en qui Dieu a réuni des grâces si remarquables !
CEL. __ ¿:Debaxo de mi manto, dizes? ¡Ay mezquina! Que fueras visto por treynta agujeros que tiene, si Dios no le mejora. CELESTINE. Sous ma mante, vous dites ? Le ciel vous en préserve, vous seriez vu par trente trous et plus. Dieu veuille l’améliorer !
PARM. __ Sálgome fuera, Sempronio. Ya no digo nada; escúchatelo tú todo. Si este perdido de mi amo no midiesse con el pensamiento quantos pasos ay de aquí a casa de Melibea y contemplasse en su gesto y considerasse cómo estaría haviniendo el hilado, todo el sentido puesto y ocupado en ella, él vería que mis consejos le eran más saludables, que estos engaños de Celestina. PARMENO, en bas. Sempronio, je m’en vais, je ne dis plus rien, écoute à ton aise. Si mon pauvre maître n’était pas là tout absorbé à calculer le nombre de pas qu’il y a d’ici à la maison de Mélibée, à penser à sa beauté et à deviner de quelle manière elle était posée en marchandant ce fil et ce qu’elle pensait alors, il reconnaîtrait que mes conseils étaient plus salutaires que toutes ces faussetés de Célestine.
CAL. __ ¿:Qué es esto, moços? Estó yo escuchando atento, que me va la vida; ¿:Vosotros susurrays, como soleys, por fazerme mala obra y enojo? Por mi amor, que calleys: morirés según su buena diligencia. Di, señora, ¿:Qué fiziste, quando te viste sola? CALIXTE. Qu’est-ce que cela, amis ? J’écoute ici avec la plus grande attention des choses desquelles dépend ma vie entière, et vous autres vous bavardez tout à votre aise pour m’ennuyer et m’irriter ! Par amour pour moi, taisez-vous, vous mourriez de plaisir à entendre cette brave femme et le récit de ses bonnes œuvres. — Dis-moi, mère, que fis-tu quand tu te trouvas seule avec elle ?
CEL. __ Recebí, señor, tanta alteración de plazer, que qualquiera que me viera, me lo conociera en el rostro. CELESTINE. Le plaisir que j’en ressentis me troubla tellement que quiconque m’aurait vue l’eût reconnu à mon visage.
CAL. __ Agora la rescibo yo: quánto más quien ante sí contemplaua tal ymagen. Enmudecerías con la nouedad incogitada. CALIXTE. À celui que j’éprouve en ce moment, il me semble que j’ai son image devant les yeux. Tu es sans doute devenue muette de surprise ?
CEL. __ Antes me dio más osadía a hablar lo que quise verme sola con ella. Abrí mis entrañas. Díxele mi embaxada: cómo penauas tanto por vna palabra, de su boca salyda en fauor tuyo, para sanar un gran dolor. Y como ella estuuiesse suspensa, mirándome, espantada del nueuo mensaje, escuchando fasta ver quién podía ser el que assí por necessidad de su palabra penaua o a quién pudiesse sanar su lengua, en nombrando tu nombre, atajó mis palabras, dióse en la frente vna grand palmada, como quien cosa de grande espanto houiesse oydo, diziendo que cessasse mi habla y me quitasse delante, si no quería hazer a sus seruidores verdugos de mi postremería, agrauando mi osadía, llamándome hechizera, alcahueta, vieja falsa, barbuda malhechora y otros muchos inominiosos nombres, con cuyos títulos asombran a los niños , de cuna. E empós desto mill amortescimientos e desmayos, mill milagros e espantos, turbado el sentido, bulliendo fuertemente los miembros todos a vna parte e a otra, herida de aquella dorada frecha, que del sonido de tu nombre le tocó, retorciendo el cuerpo, las manos enclauijadas, como quien se despereza, que parecía que las despedaçaua, mirando con los ojos a todas partes, acoceando con los pies el suelo duro. E yo a todo esto arrinconada, encogida, callando, muy gozosa con su ferocidad. Mientra más vasqueaua, más yo me alegraua, porque más cerca estaua el rendirse e su cayda. Pero entre tanto que gastaua aquel espumajoso almazén su yra, yo no dexaua mis pensamientos estar vagos ni ociosos, de manera que toue tiempo para saluar lo dicho. CELESTINE. Tout au contraire, me voir seule avec elle me donna bien plus de courage pour lui parler. Je m’ouvris à elle, je lui exposai les motifs de mon ambassade ; je lui dis avec quelle ardeur vous désiriez qu’une parole sortie de sa bouche à votre intention vînt guérir la grande douleur que vous ressentiez. Elle s’arrêta toute surprise, me regarda presque épouvantée d’un message aussi nouveau pour elle, et cherchant quel pouvait être l’homme qui souffrait ainsi par besoin d’une parole de sa bouche, quel était le malade que sa langue pouvait guérir. Lorsque je prononçai votre nom, elle m’interrompit, se frappa le front avec la main, comme on a coutume de faire lorsqu’on reçoit une nouvelle effrayante ; elle m’ordonna de me taire et de sortir de sa présence si je ne voulais pas que ses valets fussent mes bourreaux ; elle me reprocha mon audace, m’appela sorcière, maquerelle, vieille traîtresse, barbue, malfaisante, et me donna bien d’autres noms ignominieux tels que ceux avec lesquels on épouvante les enfants au berceau. Puis elle s’évanouit, fit mille contorsions, perdit l’esprit, agita les bras et les jambes de côté et d’autre, sous le coup de la flèche dorée qui l’avait frappée lorsque j’eus dit votre nom ; le corps courbé, les mains jointes, comme quelqu’un qui s’abandonne au désespoir. Il semblait qu’elle voulût se déchirer ; ses yeux tournaient dans tous les sens, et ses pieds frappaient le sol avec violence. Moi, pendant tout ce temps, cachée dans un coin, accroupie, ne disant mot, je m’applaudissais tout bas de tant de férocité. Plus elle s’agitait, plus je me réjouissais, parce que je la voyais à chaque instant plus près de s’arrêter et de se rendre. Pendant que ce magasin écumeux déversait toute sa colère, je ne laissais pas ma pensée oisive et inoccupée, de sorte que je trouvai le temps d’arranger ce que j’avais dit.
CAL. __ Esso me di, señora madre. Que yo he buelto en mi juyzio mientra te escucho y no he fallado desculpa que buena fuesse ni conuiniente, con que lo dicho se cubriesse ni colorasse, sin quedar terrible sospecha de tu demanda. Porque conozca tu mucho saber, que en todo me pareces más que muger: que como su respuesta tú pronosticaste, proueyste con tiempo tu réplica. ?Qué más hazía aquella Tusca Adeleta, cuya fama siendo tú viua, se perdiera? La qual tres días ante de su fin prenunció la muerte de su viejo marido y de dos fijos que tenía. Ya creo lo que dizes, que el género flaco de las hembras es más apto para las prestas cautelas, que el de los varones. CALIXTE. C’est à cela que je pense, mère, tout en t’écoutant, et je ne trouve pas d’excuse qui ait pu être bonne et convenable pour déguiser ou colorer ce qui t’était échappé, et pour ne pas laisser planer un terrible soupçon sur le véritable but de ta demande. Mais je connais ton grand savoir ; en toutes choses tu me sembles plus qu’une femme, et de même que tu avais prévu sa réponse, tu as dû pouvoir préparer à temps ta réplique. L’histoire cite une célèbre Toscane, nommée Adelecta, qui trois jours avant sa mort prédit la fin de son vieux mari et de ses deux fils; elle aurait eu moins de renom si tu eusses vécu de son temps. Je crois sans peine ce qu’on dit généralement, que la nature faible des femmes est plus apte aux ruses et aux finesses que la nature des hommes.
CEL. __ ¿:Qué, señor? Dixe que tu pena era mal de muelas y que la palabra, que della quería, era vna oración, que ella sabía, muy deuota, para ellas. CELESTINE. Comment, seigneur ? Je lui dis que le mal dont vous souffriez était une douleur de dents, et que je réclamais d’elle une prière qu’elle sait et qui est fort efficace pour semblables affections.
CAL. __ ¡O marauillosa astucia! ¡O singular muger en su oficio! ¡O cautelosa hembra! ¡O melezina presta! ¡O discreta en mensajes¡ ¿:Qual humano seso bastara a pensar tan alta manera de remedio? De cierto creo, si nuestra edad alcançara aquellos passados Eneas y Dido, no trabajara tanto Venus para atraer a su fijo el amor de Elisa, haziendo tomar a Cupido Ascánica forma, para la engañar; antes por euitar prolixidad, pusiera a ti por medianera. Agora doy por bienempleada mi muerte, puesta en tales manos, y creeré que, si mi desseo no houiere efeto, qual querría, que no se pudo obrar más, según natura, en mi salud. ¿:Qué os parece, moços? ¿:Qué más se pudiera pensar? ¿:Ay tal muger nascida en el mundo? CALIXTE. Ô la merveilleuse astuce ! ô femme unique en ton genre ! Rusée commère ! hardie enchanteresse ! discrète messagère ! Quelle cervelle humaine saurait imaginer une si heureuse manière de sortir d’embarras ? Je suis persuadé que si notre époque voyait vivre Énée et Didon, Vénus ne se donnerait pas tant de peine pour contraindre Didon à aimer son fils ; au lieu de faire prendre à Cupidon la forme du jeune Ascagne pour séduire la reine, elle te choisirait pour médiatrice et serait certaine de réussir plus tôt. En vérité, je t’abandonnerais ma vie en toute confiance, et si mes désirs n’avaient pas eu un bon résultat, je reconnaîtrais cependant que tu as fait tout ce qu’il a été humainement possible de faire. Que vous en semble, amis ? Que pourrait-on imaginer de mieux ? Y a-t-il au monde une femme comme celle-là ?
CEL. __ Señor, no atajes mis razones; déxame dezir, que se va haziendo noche. Ya sabes que quien malhaze aborrece la claridad y, yendo a mi casa, podré hauer algún malencuentro. CELESTINE. Seigneur, ne m’interrogez pas, laissez-moi, car la nuit avance. Vous savez que quiconque fait mal a horreur de la clarté, et, en rejoignant ma maison, je pourrais faire quelque mauvaise rencontre.
CAL. __ ¿:Qué, qué? Sí, que hachas y pajes ay, que te acompañen. CALIXTE. Quoi donc ? Il y a ici des pages et des flambeaux pour t’accompagner.
PARM. __¡ Sí, sí, porque no fuercen a la niña! Tú yrás con ella, Sempronio, que ha temor de los grillos, que cantan con lo escuro. PARMENO, en bas.. Sans doute de peur qu’on ne fasse violence à la pauvre petite. Tu iras avec elle, Sempronio, elle a peur des grillons qui chantent la nuit.
CAL. __ ¿:Dizes algo, hijo Pármeno? CALIXTE. Dis-tu quelque chose, bien-aimé Parmeno ?
PARM. __ Señor, que yo y Sempronio será bueno que la acompañemos hasta su casa, que haze mucho escuro. PARMENO. Je dis, seigneur, qu’il sera bon que Sempronio et moi l’accompagnions jusque chez elle, car il fait très-obscur.
CAL. __ Bien dicho es. Después será. Procede en tu habla y dime qué más passaste. ?Qué respondió a la demanda de la oración? CALIXTE. Tu dis vrai, qu’il en soit ainsi. Continue ton récit, mère, et dis-moi ce qui arriva ensuite. Que répondit-elle à la demande que tu lui fis de cette prière ?
CEL. __ Que la daría de su grado. CELESTINE. Qu’elle la donnerait volontiers.
AL. __ ¿:De su grado? ¡O Dios mio, qué alto don! CALIXTE. Volontiers ! Grand Dieu ! quel don précieux !
CEL. __ Pues más le pedí. CELESTINE. Je lui demandai autre chose.
CAL. __ ¿:Qué, mi vieja honrrada? CALIXTE. Quoi, bonne mère ?
CEL. __ Vn cordón, que ella trae contino ceñido, diziendo que era prouechoso para tu mal, porque hauía tocado muchas reliquias. CELESTINE. Un cordon qu’elle porte sans cesse autour d’elle ; je lui dis qu’il guérirait votre mal parce qu’il avait touché beaucoup de reliques.
CAL. __ ¿:Pues qué dixo? CALIXTE. Eh bien ! que dit-elle ?
CEL. __ ¡Dame albricias! Decírtelo he. CELESTINE. Donnez-moi mes étrennes et je vous le dirai.
CAL. __ ¡O¡Por Dios, toma toda esta casa y quanto en ella ay y dímelo o pide lo que querrás. CALIXTE. Oh ! pour Dieu ! prends toute cette maison, tout ce qu’elle renferme, parle, demande ce que tu voudras.
CEL. __ Por vn manto, que tú des a la vieja, te dará en tus manos el mesmo, que en su cuerpo ella traya. CELESTINE. Pour une mante que vous donnerez à la vieille, elle déposera entre vos mains ce même cordon qui ceignait la taille de Mélibée.
CAL. __ ¿:Qué dizes de manto? Y saya y quanto yo tengo. CALIXTE. Que parles-tu de mante ? Mante, robe et tout ce que j’ai.
CEL. __ Manto he menester y éste terné yo en harto. No te alargues más. No pongas sospechosa duda en mi pedir. Que dicen que ofrescer mucho al que poco pide es especie de negar. CELESTINE. J’ai besoin d’une mante, et cela me suffira. N’allez pas plus loin et n’ayez pas mauvaise opinion de ma demande ; on dit qu’offrir beaucoup à celui qui demande peu, c’est une espèce de refus.
CAL. __ ¡Corre! Pármeno, llama a mi sastre y corte luego vn manto y vna saya de aquel contray, que se sacó para frisado. CALIXTE. Cours, Parmeno, appelle mon tailleur, qu’il lui coupe à l’instant une mante et une robe de ce drap fin qu’on a apporté pour faire friser
PARM. __ ¡Assí, assí! A la vieja todo, porque venga cargada de mentiras como abeja y a mí que me arrastren. Tras esto anda ella oy todo el día con sus rodeos. PARMENO, en bas. Bon, tout à la vieille, parce qu’elle vient chargée de mensonges comme une abeille, et rien à moi, qu’on fait toujours courir. Elle n’a pas pensé à autre chose depuis ce matin avec ses allées et venues.
CAL. __ ¡De qué gana va el diablo! No ay cierto tan malseruido hombre como yo, manteniendo moços adeuinos, reçongadores, enemigos de mi bien. ?Qué vas, vellaco, rezando? Embidioso, ¿:Qué dizes, que no te entiendo? Ve donde te mando presto y no me enojes, que harto basta mi pena para acabar: que también haurá para ti sayo en aquella pieça. CALIXTE. Que veut ce démon ? Il n’y a certes pas au monde un homme aussi mal servi que moi, jamais je n’ai vu des valets grognons, malintentionnés, se mêlant de tout comme ceux-là. Que murmures-tu, coquin, envieux ? Que dis-tu ? je t’entends à peine. Va où je t’ordonne et ne m’irrite pas ; j’ai bien assez de ma peine pour me pousser à bout ; hâte-toi, on trouvera bien aussi une casaque pour toi dans cette pièce.
PARM. __ No digo, señor, otra cosa, sino que es tarde para que venga el sastre. PARMENO. Je ne dis pas autre chose, seigneur, sinon qu’il est trop tard pour trouver le tailleur.
CAL. __ ¿:No digo yo que adeuinas? Pues quédese para mañana. Y tú, señora, por amor mio te sufras, que no se pierde lo que se dilata. Y mándame mostrar aquel sancto cordón, que tales miembros fué digno de ceñir. !Gozarán mis ojos con todos los otros sentidos, pues juntos han sido apasionados! ¡Gozará mi lastimado coraçón, aquél que nunca recibió momento de plazer, después que aquella señora conoció! todos los sentidos le llegaron, todos acorrieron a él con sus esportillas de trabajo. Cada vno le lastimó quanto más pudo: los ojos en vella, los oydos en oylla, las manos en tocalla. CALIXTE. Ne t’ai-je pas dit que tu te mêlais de tout ? Alors ce sera pour demain. Et toi, ma mère, aie patience par amour pour moi : ce qui est différé n’est pas perdu. Fais-moi voir ce cordon bénit digne de ceindre un tel corps. Mes yeux, mes sens vont se réjouir ensemble, de même qu’ils ont été épris à la fois. Mon pauvre cœur va être heureux, lui qui n’a pas goûté un instant de plaisir depuis qu’il a connu cette noble dame. Tous mes sens ont été blessés, tous se sont réunis à lui avec leur provision de peines, chacun aussi maltraité que possible, les yeux de l’avoir regardée, les oreilles de l’avoir entendue, les mains de l’avoir touchée.
CEL. __ ¿:Que la has tocado dizes? Mucho me espantas. CELESTINE. Comment, vous l’avez touchée, dites-vous ? Vous m’effrayez !
CAL. __ Entre sueños, digo. CALIXTE. En songe, je veux dire.
CEL. __ ¿:En sueños? CELESTINE. En songe ?
CAL. __ En sueños la veo tantas noches, que temo me acontezca como a Alcibíades o a Sócrates, que el uno soñó que se veya embuelto en el manto de su amiga y otro día matáronle, y no houo quien le alçasse de la calle ni cubriesse, sino ella con su manto; el otro vía que le llamavan por nombre y murió dende a tres días; pero en vida o en muerte, alegre me sería vestir su vestidura. CALIXTE. Je la vois si souvent en songe que je redoute pour moi le sort d’Alcibiade, qui rêva qu’il se voyait enveloppé dans le manteau de sa maîtresse ; et un jour on le tua et il n’y eut personne pour l’enlever de la rue ni pour le couvrir, si ce n’est elle avec son manteau. Mais, vivant ou mort, j’aurais grande joie de revêtir ses habits.
CEL. __ Asaz tienes pena, pues, quando los otros reposan en sus camas, preparas tú el trabajo para sofrir otro día. Esfuérçate, señor, que no hizo Dios a quien desamparasse. Dá espacio a tu desseo. Toma este cordón, que, si yo no me muero, yo te daré a su ama. CELESTINE. Vous vous créez trop de peine ; lorsque les autres reposent dans leurs lits, vous vous préparez des souffrances pour le lendemain. Ayez courage, seigneur, Dieu n’abandonne pas sa créature ; calmez vos désirs, prenez ce cordon ; si je ne meurs pas, je vous donnerai aussi sa maîtresse.
CAL. __ ¡O nueuo huésped! ¡O bienauenturado cordón, que tanto poder y merescimiento touiste de ceñir aquel cuerpo, que yo no soy digno de seruir¡ ¡O ñudos de mi pasión, vosotros enlazastes mis desseos¡ ¡Dezíme si os hallastes presentes en la desconsolada respuesta de aquélla a quien vosotros seruís y yo adoro y, por más que trabajo noches y días, no me vale ni aprouecha! CALIXTE. Ô nouvel hôte ! ô bienheureux cordon, qui as eu le bonheur et la gloire de ceindre ce corps que je ne suis pas digne de servir ! Ô nœuds que j’adore, vous avez entouré l’objet de mes désirs. Dites-moi, étiez-vous présents à la cruelle réponse de celle que vous servez et dont je suis l’esclave ? Hélas ! nuit et jour je souffre et me désespère, et je n’ai encore obtenu ni grâce ni don généreux.
CEL. __ Refrán viejo es: quien menos procura, alcança más bien. Pero yo te haré procurando conseguir lo que siendo negligente no haurías. Consuélate, señor, que en vna hora no se ganó çamora; pero no por esso desconfiaron los combatientes. CELESTINE. Il y a un bien vieux dicton qui dit : « Qui sollicite le moins réussit le mieux. » Mais ayez confiance, je vous ferai obtenir en sollicitant ce que vous n’auriez pas si vous étiez négligent. Consolez-vous, seigneur, Zamora n’a pas été prise en une heure, et cependant les assaillants ne se sont pas découragés.
CAL. __ ¡O desdichado¡Que las cibdades están con piedras cercadas y a piedras, piedras las vencen; pero esta mi señora tiene el coraçón de azero. No ay metal, que con él pueda; no ay tiro, que le melle. Pues poned escalas en su muro: vnos ojos tiene con que echa saetas, vna lengua de reproches y desuíos, el asiento tiene en parte, que media legua no le pueden poner cerco. CALIXTE. Ô malheureux que je suis ! Les villes sont entourées de pierres, et les pierres renversent les pierres ; mais ma dame a un cœur d’acier. Il n’y a pas de métal qui puisse l’attaquer, il n’y a pas de trait qui y fasse brèche. Essayez de planter l’échelle au pied de ses murailles ; elle a des yeux qui lancent des flèches, une langue qui jette le reproche et le mépris ; elle est placée de telle manière qu’on ne peut pas même l’attaquer d’une demi-lieue.
CEL. __ ¡Calla, señor! Que el buen atreuimiento de vn solo hombre ganó a Troya. No desconfíes, que vna muger puede ganar otra. Poco has tratado mi casa: no sabes bien lo que yo puedo. CELESTINE. Taisez-vous, seigneur, l’audace d’un seul homme a causé la prise de Troie. Ne doutez pas qu’une femme ne puisse en soumettre une autre. Vous avez peu fréquenté ma maison et vous ne savez pas bien ce que je puis.
CAL. __ Quanto dixeres, señora, te quiero creer, pues tal joya como esta me truxiste. !O mi gloria y ceñidero de aquella angélica cintura! Yo te veo y no lo creo. !O cordón, cordón! ¿:Fuísteme tú enemigo? Dilo cierto. Si lo fuiste, yo te perdono, que de los buenos es propio las culpas perdonar. No lo creo: que, si fueras contrario, no vinieras tan presto a mi poder, saluo si vienes a desculparte. Conjúrote me respondas, por la virtud del gran poder, que aquella señora sobre mí tiene. CALIXTE. À l’avenir, mère, je croirai tout ce que tu me diras, puisque tu m’as apporté un joyau tel que celui-ci. Ô glorieuse ceinture de cette taille angélique ! je te vois et je ne crois pas. Ô cordon ! cordon ! as-tu été mon ennemi ? Dis-le-moi. Si tu l’as été, je te pardonne. Les hommes qui ont le cœur bon savent excuser les fautes. Je ne le pense pas cependant ; si tu m’avais été contraire, tu ne serais pas venu si promptement en mon pouvoir, à moins que ce ne soit pour te disculper. Réponds-moi, je t’en conjure par la vertu de l’extrême puissance que ta maîtresse a acquise sur moi.
CEL. __ Cessa ya, señor, ese deuanear, que a mí tienes cansada de escucharte y al cordón, roto de tratarlo. CELESTINE. Cessez cette rêverie, seigneur, car je suis fatiguée de vous entendre, et ce cordon est tout froissé de vos baisers.
CAL. __ ¡O mezquino de mí¡ Que asaz bien me fuera del cielo otorgado, que de mis braços fueras fecho y texido, no de seda como eres, porque ellos gozaran cada día de rodear y ceñir con deuida reuerencia aquellos miembros, que tú, sin sentir ni gozar de la gloria, siempre tienes abraçados. !O qué secretos haurás visto de aquella excelente ymagen! CALIXTE. Ô malheureux que je suis ! quel bien immense m’accorderait le ciel si tu étais fait et tissu de mes bras et non de soie, comme tu l’es ! Quelle jouissance ressentiraient mes bras de ceindre et d’entourer avec tout le respect qu’il mérite, ce corps que tu tiens sans cesse embrassé sans comprendre ton bonheur ! Ô combien de secrets délicieux tu auras surpris !
CEL. __ Mas verás tú y con más sentido, si no lo pierdes fablando lo que fablas. CELESTINE. Vous verrez bien plus et le comprendrez bien mieux si vous n’usez pas votre sentiment à parler de la sorte.
CAL. __ Calla, señora, que él y yo nos entendemos. !O mis ojos! Acordaos cómo fuistes causa y puerta, por donde fué mi coraçón llagado, y que aquél es visto fazer daño, que da la causa. Acordaos que soys debdores de la salud. Remirá la melezina, que os viene hasta casa. CALIXTE. Tais-toi, mère, lui et moi nous nous entendons. Ô mes yeux ! souvenez-vous que vous avez été la cause de ma blessure, la porte par laquelle mon cœur a été frappé ; il est juste que la peine revienne à ceux qui l’ont causée. N’oubliez pas que vous me devez ma guérison ; or donc, voyez et considérez le moyen de salut qui vient vous trouver jusqu’ici.
SEMP. __ Señor, por holgar con el cordón, no querrás gozar de Melibea. SEMPRONIO. Seigneur, avez-vous donc assez du plaisir que vous cause ce cordon, et ne pensez-vous plus à Mélibée ?
CAL. __ ¡Qué loco, desuariado, atajasolazes! ¿:Cómo es esso? CALIXTE. Quel homme est aussi fou, aussi extravagant, aussi rabat-joie que celui-là ?
SEMP. __ Que mucho fablando matas a ti y a los que te oyen. Y assí que perderás la vida o el seso. Qualquiera que falte, basta para quedarte ascuras. Abreuia tus razones: darás lugar a las de Celestina. SEMPRONIO. À force de parler, vous vous fatiguez et vous fatiguez ceux qui vous écoutent ; vous perdrez de la sorte le bon sens et la vie. La moindre chose qui vous manque suffit pour vous faire perdre la tête. Abrégez vos discours et faites place à ceux de Célestine.
CAL. __ ¿:Enójote, madre, con mi luenga razón o está borracho este moço? CALIXTE. Est-il vrai, mère, que ce que je dis te fatigue, ou plutôt ce démon n’est-il pas ivre ?
CEL. __ Avnque no lo esté, deues, señor, cessar tu razón, dar fin a tus luengas querellas, tratar al cordón como cordón, porque sepas fazer diferencia de fabla, quando con Melibea te veas: no haga tu lengua yguales la persona y el vestido. CELESTINE. Quoiqu’il ne le soit pas, vous ferez bien, seigneur, de mettre fin à vos lamentations. Traitez le cordon comme un cordon, afin que vous sachiez mettre une différence dans vos paroles quand vous verrez Mélibée : que votre langue ne traite pas de même manière le vêtement et la personne.
CAL. __ ¡O mi señora, mi madre, mi consoladora! Déjame gozar con este mensajero de mi gloria. !O lengua mia! ¿:Por qué te impides en otras razones, dexando de adorar presente la excellencia de quien por ventura jamás verás en tu poder? ¡O mis manos! ¡Con qué atreuimiento, con quán poco acatamiento teneys y tratays la triaca de mi llaga! Ya no podrán empecer las yeruas, que aquel crudo caxquillo traya embueltas en su aguda punta. Seguro soy, pues quien dio la herida la cura. !O tú, señora, alegría de las viejas mugeres, gozo de las moças, descanso de los fatigados como yo! No me fagas más penado con tu temor, que faze mi vergüença. Suelta la rienda a mi contemplación, déxame salir por las calles con esta joya, porque los que me vieren, sepan que no ay más bienandante hombre que yo. CALIXTE. Ô ma bonne mère, ma consolatrice ! laisse-moi jouir de ce messager de ma gloire. Ô ma langue ! pourquoi t’occupes-tu d’autres raisonnements, pourquoi cesses-tu d’adorer le doux présent de celle que je ne verrai jamais peut-être en mon pouvoir ? Ô mes mains, avec quelle audace, avec combien peu de respect vous tenez et vous traitez le remède de mes souffrances ! Je n’ai plus rien à craindre du venin pénétrant dans lequel avait été trempée la pointe aiguë de la flèche qui m’a frappé, car celle qui causa la blessure m’envoie maintenant la guérison. Ô toi, mère, la joie des vieilles femmes, le bonheur des jeunes, la consolation des gens désolés comme moi ! ne me poursuis pas de tes craintes, laisse-moi librement contempler mon bonheur, laisse-moi sortir dans les rues avec ce bijou, afin que ceux qui me verront sachent qu’il n’y a pas un homme plus fortuné que moi.
SEMP. __ No afistoles tu llaga cargándola de más desseo. No es, señor, el solo cordón del que pende tu remedio. SEMPRONIO. N’aggravez pas votre blessure en la chargeant de désirs, seigneur ; ce n’est pas seulement du cordon que dépend votre guérison.
CAL. __ Bien lo conozco; pero no tengo sofrimiento para me abstener de adorar tan alta empresa. CALIXTE. Je le sais bien, mais je n’ai pas assez de patience pour m’empêcher d’adorer un tel cadeau.
CEL. __ ¿:Empresa? Aquélla es empresa, que de grado es dada; pero ya sabes que lo hizo por amor de Dios, para guarecer tus muelas, no por el tuyo, para cerrar tus llagas. Pero si yo viuo, ella boluerá la hoja. CELESTINE. Un cadeau ? On appelle ainsi ce qui est donné de bon gré ; vous savez bien qu’elle le fit pour l’amour de Dieu, pour guérir vos dents ; mais si je vis, elle changera de ton.
CAL. __ ¿:Y la oración? CALIXTE. Et la prière ?
CEL. __ No se me dio por agora. CELESTINE. Elle ne me l’a pas donnée aujourd’hui.
CAL. __ ¿:Qué fué la causa? CALIXTE. Pour quel motif ?
CEL. __ La breuedad del tiempo; pero quedó que si tu pena no afloxase, que tornasse mañana por ella. CELESTINE. Le temps manquait, mais il a été convenu que si votre mal ne diminuait pas, je retournerais demain pour la chercher.
CAL. __ ¿:Afloxar? Entonce afloxará mi pena, quando su crueldad. CALIXTE. Diminuer ? Ma peine diminuera quand cessera sa cruauté.
CEL. __ Asaz, señor, basta lo dicho y fecho. Obligada queda, segund lo que mostró, a todo lo que para esta enfermedad yo quisiere pedir, según su poder. Mirá, señor, si esto basta para la primera vista. Yo me voy. Cumple, señor, que si salieres mañana, lleues reboçado vn paño, porque si della fueres visto, no acuse de falsa mi petición. CELESTINE. Assez, seigneur, c’est assez dit et assez fait ; elle s’est obligée, selon ce qu’elle a témoigné, à tout ce que je voudrai demander pour cette maladie, selon ce qui dépendra d’elle. Voyez si cela ne suffit pas pour la première visite. Je m’en vais ; ayez soin, seigneur, si vous sortez demain, de vous mettre un mouchoir autour du visage, afin que si elle vous voit, elle ne m’accuse pas de fausseté.
CAL. __ Y avn cuatro por tu seruicio. Pero dime, pardiós, ¿:Passó más? Que muero por oyr palabras de aquella dulce boca. ?Cómo fueste tan osada, que, sin la conocer, te mostraste tan familiar en tu entrada y demanda? CALIXTE. J’en mettrai quatre pour te plaire. Mais, dis-moi, pour Dieu, est-ce là tout ? Je meurs de désir d’entendre quelqu’une des paroles sorties de cette bouche divine. Comment, ne la connaissant pas, as-tu été assez audacieuse pour t’introduire et parler aussi familièrement ?
CEL. __ ¿:Sin la conoscer? Quatro años fueron mis vezinas. Tractaua con ellas, hablaua y reya de día y de noche. Mejor me conosce su madre, que a sus mismas manos; avnque Melibea se ha fecho grande, muger discreta, gentil. CELESTINE. Ne la connaissant pas ? Elles ont été quatre ans mes voisines, je les voyais, je causais, je riais avec elles nuit et jour. La mère me connaît mieux que ses propres mains, et Mélibée, depuis lors, est devenue grande, intelligente et gentille.
PARM. __ Ea, mira, Sempronio, que te digo al oydo. PARMENO, à part. Hé, Sempronio, écoute, que je te parle à l’oreille.
SEMP. __ Dime, ¿:Qué dizes? SEMPRONIO. Eh bien, que veux-tu dire ?
PARM. __ Aquel atento escuchar de Celestina da materia de alargar en su razón a nuestro amo. Llégate a ella, dale del pie, hagámosle de señas que no espere más; sino que se vaya. Que no hay tan loco hombre nacido, que solo mucho habla. PARMENO. Cette attention extrême de Célestine donne à notre maître l’occasion de prolonger ses bavardages. Approche-toi d’elle, touche-la du pied, faisons-lui signe de ne pas rester davantage et de s’en aller. Il n’y a pas d’homme assez fou pour parler beaucoup quand il est seul.
CAL. __ ¿:Gentil dizes, señora, que es Melibea? Paresce que lo dizes burlando. ?Ay nascida su par en el mundo? ¿:Crió Dios otro mejor cuerpo? ¿:Puédense pintar tales faciones, dechado de hermosura? Si oy fuera viua Elena, por quien tanta muerte houo de griegos y troyanos, o la hermosa Pulicena, todas obedescerían a esta señora por quien yo peno. Si ella se hallara presente en aquel debate de la mançana con las tres diosas, nunca sobrenombre de discordia le pusieran. Porque sin contrariar ninguna, todas concedieran y vivieran conformes en que la lleuara Melibea. Assí que se llamara mançana de concordia. Pues quantas oy son nascidas, que della tengan noticia, se maldizen, querellan a Dios, porque no se acordó dellas, quando a esta mi señora hizo. Consumen sus vidas, comen sus carnes con embidia, danles siempre crudos martirios, pensando con artificio ygualar con la perfición, que sin trabajo dotó a ella natura. Dellas, pelan sus cejas con tenazicas e pegones e a cordelejos; dellas, buscan las doradas yeruas, rayzes, ramas e flores para hazer lexías, con que sus cabellos semejassen a los della, las caras martillando, enuistiéndolas en diuersos matizes con vngüentos e vnturas, aguas fuertes, posturas blancas e coloradas, que por evitar prolixidad no las cuento. Pues la que todo esto falló fecho, mirá si merece de vn triste hombre como yo ser seruida. CALIXTE. Tu dis, mère, que Mélibée est gentille ? Il semble que tu le dises pour te moquer. Y a-t-il sa pareille au monde ? Dieu a-t-il créé un corps plus remarquable ? Pourrait-on peindre un tel visage, modèle de beauté ? Si aujourd’hui vivait Hélène, pour laquelle sont morts tant de Grecs et de Troyens, ou la belle Polixène, elles se soumettraient à la reine de mon cœur. Si elle avait été présente à la querelle des trois déesses qui se disputaient la pomme, jamais on n’aurait appelé ce fruit pomme de discorde ; car, sans opposition aucune, toutes trois auraient consenti à ce qu’elle échût à Mélibée, et on l’aurait ainsi nommée pomme de concorde. Combien de femmes n’y a-t-il pas, qui connaissent Mélibée, qui se maudissent et qui querellent Dieu parce qu’il les a oubliées quand il a créé ma bien-aimée ? Elles consument leur vie, se rongent les chairs par envie, s’imposent de cruels martyrs, pensant, à l’aide de l’artifice, égaler la perfection, dont la nature l’a dotée. Les unes épilent leurs sourcils avec des pinces, des onguents composés de poix et de cire ; les autres cherchent les herbes dorées, des racines, des branches et des fleurs pour faire des lessives afin de rendre leurs cheveux semblables aux siens ; elles se meurtrissent le visage, le couvrent de couleurs, de pommades, d’eaux fortes, de fards blancs et colorés que je n’énumère pas pour éviter d’être fastidieux. Vois, hélas ! si Mélibée, qui a trouvé cela tout fait, mérite d’avoir pour serviteur un homme aussi triste que moi.
CEL. __ Bien te entiendo, Sempronio. Déxale, que él caerá de su asno. Ya acaba. CELESTINE, à part. Je te comprends, Sempronio, laisse-le, il tombera de sa bête et se taira.
CAL. __ En la que toda la natura se remiró por la fazer perfeta. Que las gracias, que en todas repartió, las juntó en ella. Allí hizieron alarde quanto más acabadas pudieron allegarse, porque conociessen los que la viessen, quánta era la grandeza de su pintor. Solo vn poco de agua clara con vn ebúrneo peyne basta para exceder a las nacidas en gentileza. Estas son sus armas. Con estas mata y vence, con estas me catiuó, con estas me tiene ligado y puesto en dura cadena. CALIXTE. La nature s’est plu à la faire parfaite, elle a réuni en elle les grâces qu’elle partage entre les autres ; elles se sont toutes donné rendez-vous chez elle, afin que ceux qui la voient puissent juger du talent du peintre. Une goutte d’eau claire, avec un peigne d’ivoire, lui suffit pour surpasser en gentillesse toutes les femmes d’ici-bas. Voilà ses armes, c’est avec cela qu’elle fascine et qu’elle tue ; c’est ainsi qu’elle m’a captivé, c’est ainsi qu’elle m’a attaché et me retient dans les chaînes les plus dures.
CEL. __ Calla y no te fatigues. Que más aguda es la lima, que yo tengo, que fuerte essa cadena, que te atormenta. Yo la cortaré con ella, porque tú quedes suelto. Por ende, dame licencia, que es muy tarde, y déxame lleuar el cordón, porque tengo dél necessidad. CELESTINE. Silence, ne vous fatiguez pas, la lime que je tiens est plus aiguë que n’est forte la chaîne qui vous captive. Je la couperai afin que vous soyez libre ; en attendant, permettez-moi de partir, car il est tard, et laissez-moi emporter ce cordon, car, vous le savez, j’en ai besoin.
CAL. __ ¡O desconsolado de mí! La fortuna aduersa me sigue junta. Que contigo o con el cordón o con entramos quisiera yo estar acompañado esta noche luenga y escura. Pero, pues no ay bien complido en esta penosa vida, venga entera la soledad. !Moços¡, ¡Moços! CALIXTE. Ô malheureux que je suis ! l’adversité me poursuit toujours ; je voudrais rester, pendant cette longue et triste nuit, avec toi, avec le cordon, ou avec tous deux. Mais comme il n’y a pas de bonheur complet dans cette vie de douleur, vienne la solitude tout entière… Holà !
PARM. __ Señor. PARMENO. Seigneur ?
CAL. __ Acompaña a esta señora hasta su casa y vaya con ella tanto plazer y alegría, quanta comigo queda tristeza y soledad. CALIXTE. Accompagnez cette bonne mère jusqu’à sa maison, et qu’il aille avec elle autant de plaisir et de joie qu’il me reste de tristesse et d’isolement.
CEL. __ Quede, señor, Dios contigo. Mañana será mi buelta, donde mi manto y la respuesta vernán a vn punto; pues oy no huvo tiempo. Y súfrete, señor, y piensa en otras cosas. CELESTINE. Dieu vous garde ! vous me verrez demain ; ma mante et ma réponse viendront à la fois, puisque le temps ne l’a pas permis aujourd’hui ; calmez-vous, seigneur, et pensez à autre chose.
CAL. __ Esso no, que es eregía oluidar aquella por quien la vida me aplaze. CALIXTE. Je ne le puis, ce serait une hérésie d’oublier celle qui me fait aimer la vie.






ACTO VII

ACTE SEPTIÈME

Sumario. CELESTINA habla con PARMENO, induziendole a concordia y amistad de SEMPRONIO. Trahele PARMENO a memoria la promessa que le fiziera de le hazer haver a AREUSA, quel mucho amava. Vanse a la casa de AREUSA. Queda ai la noche PARMENO. CELESTINA va para su casa; llama a la puerta. Elicia le viene abrir increpandole su tardana. ARGUMENT : Célestine cause avec Parmeno et l’engage à se concilier l’amitié de Sempronio. Parmeno lui rappelle qu’elle lui a promis de lui faire avoir Areusa, qu’il aime beaucoup. Ils vont chez Areusa ; Parmeno y reste pour passer la nuit. Célestine retourne chez elle, frappe à la porte. Élicie vient lui ouvrir et lui reproche de rentrer aussi tard.
CÉLESTINE, PARMENO, AREUSA, ÉLICIE.
CEL. __ Pármeno hijo, después de las passadas razones, no he hauido oportuno tiempo para te dezir y mostrar el mucho amor, que te tengo y asimismo cómo de mi boca todo el mundo ha oydo hasta agora en absencia bien de ti. La razón no es menester repetirla, porque yo te tenía por hijo, a lo menos quasi adotiuo y assí que imitavas a natural; y tú dasme el pago en mi presencia, paresciéndote mal quanto digo, susurrando y murmurando contra mí en presencia de Calisto. Bien pensaua yo que, después que concediste en mi buen consejo, que no hauías de tornarte atrás. Todavía me parece que te quedan reliquias vanas, hablando por antojo, más que por razón. Desechas el prouecho por contentar la lengua. Oyeme, si no me has oydo, y mira que soy vieja y el buen consejo mora en los viejos y de los mancebos es propio el deleyte. Bien creo que de tu yerro sola la edad tiene culpa. Espero en Dios que serás mejor para mí de aquí adelante, e mudarás el ruyn propósito con la tierna edad. Que, como disen, múdanse costumbres con la mudança del cabello e variación; digo, hijo, cresciendo e viendo cosas nueuas cada día. Porque la mocedad en solo lo presente se impide e ocupa a mirar; mas la madura edad no dexa presente ni passado ni por venir.

Si tú touieras memoria, hijo Pármeno, del pasado amor, que te tuue, la primera posada, que tomaste venido nueuamente en esta cibdad, auía de ser la mía. Pero los moços curays poco de los viejos. Regisvos a sabor de paladar. Nunca pensays que teneys ni haveys de tener necessidad dellos. Nunca pensays en enfermedades. Nunca pensays que os puede faltar esta florezilla de juuentud. Pues mira, amigo, que para tales necessidades, como éstas, buen acorro es vna vieja conoscida, amiga, madre y más que madre, buen mesón para descansar sano, buen hospital para sanar enfermo, buena bolsa para necessidad, buena arca para guardar dinero en prosperidad, buen fuego de inuierno rodeado de asadores, buena sombra de verano, buena tauerna para comer y beuer. ?Qué dirás, loquillo, a todo esto? Bien sé que estás confuso por lo que oy has hablado. Pues no quiero más de ti. Que Dios no pide más del pecador, de arrepentirse e emendarse. Mira a Sempronio. Yo le fize hombre, de Dios en ayuso . Querría que fuesedes como hermanos, porque, estando bien con él, con tu amo e con todo el mundo lo estarías. Mira que es bienquisto, diligente, palanciano , buen seruidor, gracioso. Quiere tu amistad. Crecería vuestro prouecho, dandoos el vno al otro la mano ni aun havría más privados con vuestro amo, que vosotros. E pues sabe que es menester que ames, si quieres ser amado, que no se tornan truchas , etc., ni te lo deue Sempronio de fuero, simpleza es no querer amar e esperar de ser amado, locura es pagar el amistad con odio.
CELESTINE. Parmeno, mon fils, pendant tout ce qui s’est passé, je n’ai pas trouvé le temps de te dire et de te prouver l’amour que je te porte ; et en vérité, en ton absence et jusqu’à ce jour, tous ceux à qui j’ai parlé de toi ne m’en ont entendue dire que du bien. La raison, tu ne l’ignores pas, je te regardais au moins comme mon fils adoptif. Aussi je croyais que tu te conduirais comme si tu l’étais ; et tu m’en récompenses, en ma présence et devant Calixte, en blâmant tout ce que je dis, en chuchotant et en murmurant contre moi. Je ne pensais pas, dès que tu avais paru te rendre à mes conseils, que tu te serais tourné d’un autre côté. Il me semble qu’il te reste encore quelque sotte vanité, car tu parles par fantaisie plutôt que par raison, tu renonces au profit pour contenter ta langue. Écoute-moi donc si tu ne m’as pas écoutée, et pense que je suis vieille ; le bon conseil est le fait des vieillards, le plaisir appartient aux jeunes gens. Je crois que l’âge seul est coupable de ta faute ; j’espère en Dieu que tu seras meilleur pour moi à l’avenir et que tu changeras de conduite avec le temps. Comme on dit : « les habitudes varient comme les cheveux et les goûts, » c’est-à-dire, mon fils, à mesure qu’on vieillit et qu’on voit de nouvelles choses. La jeunesse ne pense qu’au présent, mais l’âge mûr ne néglige ni présent, ni passé, ni avenir.

Si tu t’étais souvenu, mon fils Parmeno, de l’amour que j’avais pour toi, la première demeure que tu eusses choisie en arrivant dans cette ville eût été la mienne ; mais vous autres jeunes gens, vous vous inquiétez peu des vieillards, vous vous dirigez au hasard, vous ne pensez jamais que vous avez ou que vous pouvez avoir besoin d’eux, vous ne songez pas aux infirmités ; vous ne croyez jamais que puisse vous manquer cette brillante fleur de jeunesse. Mais sache donc, ami, que pour des besoins comme ceux-là, c’est un bon refuge qu’une vieille qu’on connaît, une amie, une mère et plus qu’une mère ; une bonne demeure pour bien se reposer quand on est en santé ; un bon hôpital pour se soigner quand on est malade ; une bonne bourse pour le besoin ; une bonne caisse pour garder l’argent dans la prospérité ; un bon feu d’hiver entouré de broches ; un bon ombrage pour l’été ; une bonne taverne pour boire et manger. Que diras-tu à tout cela, petit fou ? Je sais bien que tu es honteux de ce qui t’est échappé ce matin, mais je ne veux de toi rien autre chose ; Dieu ne demande au pécheur que de se repentir et de s’amender. Vois Sempronio, avec l’aide de Dieu, j’en ai fait un homme : je voudrais que vous fussiez ensemble comme frères, car si tu étais bien avec lui, tu le serais avec ton maître et avec tout le monde. Vois comme il est bien accueilli, diligent, courtisan, serviable, gracieux ; il recherche ton amitié ; votre profit s’accroîtrait si vous vous donniez mutuellement la main. Tu sais qu’il faut que tu aimes si tu veux être aimé : on ne pêche pas des truites sans se mouiller les chausses
PARM. __ Madre, para contigo digo que mi segundo yerro te confiesso y, con perdón de lo passado, quiero que ordenes lo por venir. Pero con Sempronio me paresce que es impossible sostenerse mi amistad. El es desuariado, yo malsufrido: conciértame essos amigos. PARMENO. Mère, je te confesse ma seconde faute et je ta prie, en me pardonnant le passé, d’ordonner pour l’avenir ; mais je crois qu’il est impossible d’entretenir amitié avec Sempronio. Il est extravagant, je suis peu patient ; fais des amis avec cela.
CEL. __ Pues no era essa tu condición. CELESTINE. Mais ce n’était pas là ton défaut.
PARM. __ A la mi fe, mientra más fué creciendo, más la primera paciencia me oluidaua. No soy el que solía y assimismo Sempronio no ay ni tiene en que me aproueche. PARMENO. Sur ma foi ! plus j’ai grandi, plus j’ai perdu ma première patience ; je ne suis plus ce que j’étais, et Sempronio n’a rien qui me convienne.
CEL. __ El cierto amigo en la cosa incierta se conosce, en las aduersidades se prueua. Entonces se allega y con más desseo visita la casa, que la fortuna próspera desamparó. ?Qué te diré, fijo, de las virtudes del buen amigo? No ay cosa más amada ni más rara. Ninguna carga rehusa. Vosotros soys yguales. La paridad de las costumbres y la semejança de los coraçones es la que más la sostiene. Cata, hijo, que, si algo tienes, guardado se te está. Sabe tú ganar más, que aquello ganado lo fallaste. Buen siglo aya aquel padre, que lo trabajó. No se te puede dar hasta que viuas más reposado y vengas en edad complida. CELESTINE. L’ami véritable se fait connaître dans les choses incertaines ; c’est lors de l’adversité qu’on peut le mettre à l’épreuve ; c’est alors qu’il arrive et qu’il visite avec empressement la maison que la fortune prospère a abandonnée. Que te dirai-je, mon fils, des qualités d’un bon ami ? Il n’y a chose plus aimée ni plus rare ; il n’est aucune charge qu’il n’accepte. Sempronio et toi, vous êtes égaux : la parité des habitudes et la similitude des goûts sont le meilleur appui de l’amitié. N’oublie pas, mon fils, que si tu as quelque chose, on te le garde ; sache gagner davantage, tu trouveras plus tard ce que tu as déjà. Béni soit le père qui te l’a laissé ! Je te le donnerai quand tu seras d’un âge plus avancé et convenablement établi.
PARM. __ ¿:A qué llamas reposado, tía? PARMENO. Mère, que veux-tu dire par établi ?
CEL. __ Hijo, a viuir por ti, a no andar por casas agenas, lo qual siempre andarás, mientra no te supieres aprouechar de tu seruicio. Que de lástima, que houe de verte roto, pedí oy manto, como viste, a Calisto. No por mi manto; pero porque, estando el sastre en casa y tú delante sin sayo, te le diesse. Assí que, no por mi prouecho, como yo sentí que dixiste; más por el tuyo. Que si espera; al ordinario galardón destos galanes, es tal, que lo que en diez años sacarás atarás en la manga. Goza tu mocedad, el buen día, la buena noche, el buen comer o beuer. Quando pudieres hauerlo, no lo dexes. Piérdase lo que se perdiere. No llores tú la fazienda, que tu amo heredó, que esto te lleuarás deste mundo, pues no le tenemos más de por nuestra vida. !O hijo mio Pármeno¡Que bien te puedo dezir fijo, pues tanto tiempo te crié. Toma mi consejo, pues sale con limpio deseo de verte en alguna honrra. !O quan dichosa me hallaría en que tú e Sempronio estuuiesedes muy conformes, muy amigos, hermanos en todo, viéndoos venir a mi pobre casa a holgar, a verme e avn a desenojaros con sendas mochachas! CELESTINE. Vivre pour toi, mon fils, ne pas végéter dans les maisons d’autrui, ce que tu feras toujours tant que tu ne sauras pas mettre ton service à profit. C’est à cause du chagrin que j’ai ressenti de te voir aussi mal vêtu, que j’ai demandé aujourd’hui une mante à Calixte, comme tu l’as vu ; non pas pour cette mante, mais pour que ton maître, ayant le tailleur sous la main et te voyant devant lui sans pourpoint, t’en fît aussi le cadeau. Ainsi ce n’est pas seulement pour mon profit (comme j’ai compris que tu le disais), mais aussi pour le tien. Si tu attends les cadeaux de ces galants, ils seront tels en dix années que tu pourras tous les cacher dans ta manche. Jouis de ta jeunesse, ne refuse ni un bon jour ni une bonne nuit, ni bien boire et bien manger quand tu en trouveras l’occasion ; se perde ce qui se perdra. Ne crains pas d’user des biens dont ton maître a hérité ; tires-en profit dans ce monde, nous ne les aurons pas dans l’autre. Ô mon fils Parmeno ! — et je puis bien t’appeler mon fils, moi qui t’ai vu si longtemps à mes côtés, — suis mes conseils, car je te les donne avec le désir sincère de te voir honorablement posé. Oh ! que je serais heureuse si Sempronio et toi étiez plus unis, plus amis et plus frères en tout ! que je serais heureuse si vous veniez ensemble à ma pauvre maison pour me voir, vous reposer et même vous désennuyer avec chacun une fillette !
PARM. __ ¿:Mochachas, madre mia? PARMENO. Fillette, ma mère ?
CEL. __ ¡Alahé! Mochachas, digo; que viejas, harto me soy yo. Qual se la tiene Sempronio y avn sin hauer tanta razón ni tenerle tanta afición como a ti. Que de las entrañas me sale quanto te digo. CELESTINE. Fillette, en vérité, car moi je suis trop vieille. J’en ai procuré une à Sempronio, et cependant je lui porte moins d’intérêt qu’à toi, je l’aime moins que toi ; tout ce que je te dis, vois-tu, c’est du plus profond de mes entrailles.
PARM. __ Señora, ¿:No viues engañada? PARMENO. Ma bonne mère, je ne te serai point ingrat.
CEL. __ Y avnque lo viua, no me pena mucho, que también lo hago por amor de Dios y por verte solo en tierra agena y más por aquellos huessos de quien te me encomendó. Que tú serás hombre y vernás en buen conocimiento y verdadero y dirás: la vieja Celestina bien me consejaua. CELESTINE. Et lors même que tu le serais, je n’en souffrirais pas beaucoup, car j’agis pour l’amour de Dieu, parce que je te vois seul sur une terre étrangère, et aussi par respect pour les ossements de celle qui t’a recommandé à moi ; tu seras homme, tu deviendras raisonnable, sensé, et tu diras : « La vieille Célestine me conseillait bien. »
PARM. __ Y avn agora lo siento; avnque soy moço. Que, avnque oy veyas que aquello dezía, no era porque me pareciesse mal lo que tú fazías; pero porque veya que le consejaua yo lo cierto y me daua malas gracias. Pero de aquí delante demos tras él. Faz de las tuyas, que yo callaré. Que ya tropecé en no te creer cerca deste negocio con él. PARMENO. Je le sens bien maintenant, quoique je sois jeune, et ce que je disais aujourd’hui à mon maître, ce n’était pas pour blâmer ce que tu faisais, mais parce que je voyais qu’il me savait mauvais gré des bons avis que je lui donnais. Pour l’avenir, soyons tous contre lui ; fais des tiennes, je me tairai ; j’ai eu tort de ne pas te croire dès le commencement de cette affaire.
CEL. __ Cerca deste y de otros tropeçarás y caerás, mientra no tomares mis consejos, que son de amiga verdadera. CELESTINE. Tu broncheras en cela et en bien d’autres choses tant que tu ne suivras pas mes conseils ; ils te viennent d’une amie véritable.
PARM. __ Agora doy por bienempleado el tiempo, que siendo niño te seruí, pues tanto fruto trae para la mayor edad. Y rogaré a Dios por el ánima de mi padre, que tal tutriz me dexó y de mi madre, que tal muger me encomendó. PARMENO. Je tiens aujourd’hui pour bien employé le temps que j’ai passé à te servir, puisque j’ai retiré tant de fruit pour un âge plus avancé. Je prierai Dieu pour l’âme de mon père, qui m’a laissé une telle tutrice, et pour celle de ma mère, qui m’a recommandé à une telle femme.
CEL. __ No me la nombres, fijo, por Dios, que se me hinchen los ojos de agua. ?Y tuue yo en este mundo otra tal amiga? ¿:Otra tal compañera? ¿:Tal aliuiadora de mis trabajos y fatigas? ¿:Quién suplía mis faltas? Quién sabía mis secretos? ¿:Quién descubría mi coraçón? ¿:Quién era todo mi bien y descanso, sino tu madre, más que mi hermana y comadre? ¡O qué graciosa era¡ ¡O qué desembuelta, limpia, varonil! Tan sin pena ni temor se andaua a media noche de cimenterio en cimenterio, buscando aparejos para nuestro oficio, como de día. Ni dexava christianos ni moros ni judíos, cuyos enterramientos no visitaua. De día los acechaua, de noche los desterraua. Assí se holgaua cola la noche escura, como tú con el día claro; dezía que aquella era capa de pecadores . ?Pues maña no tenía con todas las otras gracias? Una cosa te diré, porque veas qué madre perdiste; avnque era para callar. Pero contigo todo passa. Siete dientes quitó a vn ahorcadocon vnas tenazicas de pelacejas , mientra yo le descalcé los çapatos. Pues entrava en vn cercomejor que yo e con más esfuerço; avnque yo tenía farto buena fama, más que agora, que por mis pecados todo se oluidó con su muerte. ?Qué más quieres, sino que los mesmos diablos la hauían miedo? Atemorizados e espantados los tenía con las crudas bozes, que les daua . Assí era ella dellos conoscida, como tú en tu casa. Tumbando venían vnos sobre otros a su llamado. No le osauan dezir mentira , según la fuerça con que los apremiaua. Después que la perdí, jamás les oy verdad. CELESTINE. Ne me parle pas d’elle, mon enfant, je t’en conjure, car mes yeux se gonflent de larmes. Trouverai-je en ce monde une pareille amie, une telle compagne, une aide semblable dans mes travaux et mes fatigues ? Qui cachait mes fautes ? qui savait mes secrets ? à qui mon cœur était-il ouvert ? qui donc était tout mon bien et mon repos, si ce n’est ta mère, plus que ma sœur et mon amie ? Oh ! qu’elle était gracieuse ! oh ! qu’elle était leste, propre et forte ! Elle courait à minuit de cimetière en cimetière, cherchant des objets pour notre art, sans plus de peine et de crainte que de jour. Il n’y avait ni chrétien, ni maure, ni juif dont elle ne visitât la fosse : le jour elle allait à la découverte, le soir elle les déterrait. Elle se plaisait à l’obscurité de la nuit, comme toi à la clarté du jour ; elle disait que la nuit était le manteau de tous les pécheurs. Et adroite ! n’avait-elle pas toutes les grâces ? Je vais te dire une chose qui te montrera quelle mère tu as perdue ; je devrais la taire, mais il ne faut rien te cacher ; tout peut passer avec toi. Elle arracha sept dents à un pendu avec des petites pinces à épiler, tandis que moi, je lui ôtais les souliers. Et pour entrer dans un cercle ? mieux que moi et avec plus de courage, et cependant j’avais assez bonne réputation ; mais maintenant, pour mes péchés, j’ai tout perdu, tout oublié avec elle. Que te dirai-je de plus ? Les diables eux-mêmes la craignaient ; ses cris terribles les effrayaient et les rendaient tout tremblants ; aussi elle était connue d’eux comme tu l’es dans ta maison ; ils se culbutaient les uns par-dessus les autres quand elle les appelait : ils n’osaient pas lui dire de mensonges, tant elle avait de puissance sur eux ! Depuis que je l’ai perdue, je ne leur ai pas entendu dire un seul mot de vérité.
PARM. __ No la medre Dios más a esta vieja, que ella me da plazer con estos loores de sus palabras. PARMENO, à part. Dieu tienne compte à la bonne vieille du plaisir que me font ses paroles et ses louanges !
CEL. __ ¿:Qué dizes, mi honrrado Pármeno, mi hijo y más que hijo? CELESTINE. Que dis-tu, Parmeno, mon bien-aimé, mon fils et plus que mon fils ?
PARM. __ Digo que ¿: Cómo tenía esa ventaja mi madre, pues las palabras que ella y tú dezíades eran todas vnas? PARMENO. Je me demande comment ma mère pouvait avoir cet avantage, puisque les paroles que vous disiez toutes les deux étaient les mêmes.
CEL. __ ¿:Cómo? ¿:y deso te marauillas? No sabes que dize el refrán que mucho va de Pedro a Pedro? Aquella gracia de mi comadre no la alcançábamos todas. ?No has visto en los oficios vnos buenos y otros mejores? assí era tu madre, que Dios aya, la prima de nuestro oficio y por tal era de todo el mundo conocida y querida, assí de caualleros como clérigos, casados, viejos, moços y niños. ?Pues moças y donzellas? Assí rogauan a Dios por su vida, como de sus mismos padres. Con todos tenía quehazer, con todos fablaua. Si salíamos por la calle, quantos topáuamos eran sus ahijados. Que fue su principal oficio partera diez y seys años. Así que, avnque tu no sabías sus secretos, por la tierna edad que auías, agora es razón que los sepas, pues ella es finada e tú hombre. CELESTINE. Comment ? cela t’étonne ? Ne connais-tu pas le dicton : « Il y a grande différence de Pierre à Pierre ? » Nous ne possédons pas toutes à un si haut degré cette faculté de ma commère. N’as-tu pas vu dans tous les états de bons et de mauvais ouvriers ? Telle était ta mère (Dieu conserve son âme !), la première de notre métier, connue pour telle et aimée de tout le monde, des cavaliers, des clercs, des hommes mariés, des vieillards, des jeunes gens et des enfants. Et les jeunes filles, les demoiselles ? elles priaient Dieu pour elle comme pour leurs propres parents. Elle avait affaire à tous, à tous elle parlait. Si nous sortions dans la rue, tous ceux que nous rencontrions rappelaient marraine, car elle avait été sage-femme seize ans. Aussi, bien que tu n’aies pas eu connaissance de ses secrets, en raison de ton jeune âge, il est raisonnable que tu les saches aujourd’hui, puisqu’elle n’est plus de ce monde et que tu es homme.
PARM. __ Dime, señora, cuando la justicia te mandó prender, estando yo en tu casa, ¿:Teníades mucho conocimiento? PARMENO. Dis-moi, mère, lorsque la justice te fit arrêter à l’époque où j’habitais chez toi, vous connaissiez-vous beaucoup ?
CEL. __ ¿:Si teníamos me dizes? ¡Como por burla¡ Juntas lo hizimos, juntas nos sintieron, juntas nos prendieron y acusaron, juntas nos dieron la pena essa vez, que creo que fue la primera. Pero muy pequeño eras tú. Yo me espanto cómo te acuerdas, que es la cosa, que más oluidada está en la cibdad. Cosas son que pasan por el mundo. Cada día verás quien peque y pague, si sales a esse mercado. CELESTINE. Si nous nous connaissions ! Me dis-tu cela pour rire ? Nous avions fait le coup ensemble, ensemble on nous vit, ensemble on nous prit et on nous fit le procès, ensemble on nous infligea le châtiment ; ce fut là, je crois, la première fois. Mais tu étais bien petit, et je m’épouvante aujourd’hui que tu t’en souviennes ; c’est la chose qu’on se rappelle le moins dans la ville. Il y en a tant qui passent sans qu’on s’en occupe ! Tu verras chaque jour, si tu vas au marché, des gens qui achètent et qui payent.
PARM. __ Verdad es; pero del pecado lo peor es la perseuerancia. Que assí como el primer mouimiento no es en mano del hombre, assí el primer yerro; donde dizen que quien yerra y se enmienda, etc. PARMENO. C’est vrai, mais dans le péché la pire chose est la persévérance. De même que l’homme n’est pas maître d’un premier mouvement, de même il n’est pas maître d’une première faute ; aussi dit-on : « Qui pèche et s’amende à Dieu se recommande. »
CEL. __ Lastimásteme, don loquillo. A las verdades nos andamos. Pues espera, que yo te tocaré donde te duela. CELESTINE, à part. Pleure pour moi, pauvre fou ! S’agit-il donc de vérités ? Attends un peu, je vais toucher une corde sensible.
PARM. __ ¿:Qué dizes, madre? PARMENO. Que dis-tu, ma mère ?
CEL. __ Hijo, digo que, sin aquélla, prendieron quatro veces a tu madre, que Dios aya, sola. y avn la vna la leuantaron que era bruxa, porque la hallaron de noche con vnas candelillas, cogiendo tierra de vna encruzijada, y la touieron medio día en vna escalera en la plaça, pues vno como rocadero pintado en la cabeça. Pero cosas son que passan. Algo han de sofrir los hombres en este triste mundo para sustentar sus vidas y honrras. Y mira en qué poco lo tuuo con su buen seso, que ni por esso dexó dende en adelante de vsar mejor su oficio. Esto ha venido por lo que dezías del perseuerar en lo que vna vez se yerra. En todo tenía gracia. Que en Dios y en mi conciencia, avn en aquella escalera estaua e parecía que a todos los debaxo no tenía en vna blanca, según su meneo e presencia. Assí que los que algo son como ella e saben e valen, son los que más presto yerran. Verás quien fue Virgilio e qué tanto supo ; mas ya haurás oydo cómo estouo en vn cesto colgado de vna torre, mirándole toda Roma. Pero por eso no dejó de ser honrrado ni perdió el nombre de Virgilio. CELESTINE. Je dis, mon fils, que, sans compter ce jour-là, ta mère (Dieu ait son âme !) fut arrêtée quatre fois et une entre autres sous accusation de sorcellerie, parce qu’on la trouva de nuit, avec une lanterne, ramassant de la terre dans un carrefour. On la retint une demi-journée sur une échelle dressée au milieu de la place et avec une espèce de mitre sur la tête. Mais ce ne fut rien, il faut bien que les hommes souffrent quelque chose dans ce triste monde pour soutenir leur vie et leur honneur. Et vois combien une semblable affaire altéra peu sa raison ! elle ne renonça pas pour cela à son métier et n’en profita que mieux. Ceci répond à ce que tu disais de la persévérance dans le mal. Elle faisait tout avec grâce, et sur Dieu et ma conscience ! bien qu’elle fût sur cette échelle, il semblait, à son assurance et à sa fierté, qu’elle ne faisait pas plus de cas que d’un blanc des curieux qui étaient au-dessous d’elle. Il en est ainsi de tous ceux qui sont, qui valent et qui savent quelque chose, comme elle. Souviens-toi de ce qu’était Virgile, et de tout ce qu’il sut ; tu auras sans doute entendu dire comment il fut suspendu à une tour dans un panier d’osier, à la vue de Rome entière, et cependant il ne cessa pas d’être honoré et il ne perdit pas son nom de Virgile.
PARM. __ Verdad es lo que dizes; pero esso no fue por justicia. PARMENO. Ce que tu dis est vrai, mais ce ne fut pas par punition.
CEL. __ ¡Calla, bouo¡Poco sabes de achaque de yglesia y quánto es mejor por mano de justicia, que de otra manera. Sabíalo mejor el cura, que Dios aya, que, viniéndole a consolar, dixo que la sancta Escriptura tenía que bienauenturados eran los que padescían persecución por la justicia, que aquéllos posseerían el reyno de los cielos. Mira si es mucho passar algo en este mundo por gozar de la gloria del otro. Y más que, según todos dezían, a tuerto y sin razón y con falsos testigos y rezios tormentos la hizieron aquella vez confessar lo que no era. Pero con su buen esfuerço. Y como el coraçón abezado a sofrir haze las cosas más leues de lo que son, todo lo tuuo en nada. Que mill vezes le oya dezir: si me quebré el pie, fue por mi bien, porque soy más conoscida que antes. Assí que todo esto pasó tu buena madre acá, deuemos creer que le dará Dios buen pago allá, si es verdad lo que nuestro cura nos dixo e con esto me consuelo. Pues seme tú, como ella, amigo verdadero e trabaja por ser bueno, pues tienes a quien parezcas. Que lo que tu padre te dexó a buen seguro lo tienes. CELESTINE. Tais-toi, imbécile, tu ne connais rien aux usages de l’Église. Qu’importe que ce soit de la main de la justice ou d’une autre manière ? Notre curé, que Dieu garde, le savait bien, car lorsqu’il vint la consoler, il lui dit que bienheureux étaient ceux qui supportaient les persécutions de la justice, que le royaume des cieux était pour eux. Or, vois s’il ne vaut pas mieux souffrir quelque chose en ce monde, afin de jouir de la gloire de l’autre. Il y a plus, en raison des accusations portées contre elle à tort et fort injustement, on la força, à l’aide de faux témoins et de cruelles tortures, à s’avouer ce qu’elle n’était pas ; mais comme elle avait bon courage, et comme le cœur accoutumé à souffrir supporte plus facilement les mauvais traitements, tout cela ne fut rien. Mille fois depuis ce jour je l’entendis dire : « Si mon pied a été brisé, c’est pour mon bien, car je suis mieux connue qu’avant. » En pensant à tout ce que ta bonne mère a souffert ici-bas, nous devons croire que Dieu l’en récompensera bien là-haut, si ce que notre curé a dit est vrai, et cela me console. Sois donc avec moi ce qu’elle était, un ami véritable ; travaille pour être bon et cherche toujours à le paraître ; ce que ton père t’a laissé est en lieu sûr.
PARM. __ Bien lo creo, madre; pero querría saber qué tanto es. # …
CEL. __ No puede ser agora; verná tiempo, como te dixe, para que lo sepas y oyas.
PARM. __ Agora dexemos los muertos y las herencias; que si poco me dexaron, poco hallaré; hablemos en los presentes negocios, que nos va más que en traer los passados a la memoria. Bien se te acordará, no ha mucho que me prometiste me harías hauer a Areusa, quando en mi casa te dixe cómo moría por sus amores. PARMENO. Laissons là les morts et les héritages ; parlons des affaires présentes, cela nous vaut mieux que de penser aux choses passées. Tu te souviendras sans doute qu’il n’y a pas longtemps que tu m’as promis de me faire avoir Areusa, quand je te dis au logis que je mourais d’amour pour elle.
CEL. __ Si te lo prometí, no lo he oluidado ni creas que he perdido con los años la memoria. Que más de tres xaques he rescebido de mí sobre ello en tu absencia. Ya creo que estará bien madura. Vamos de camino por casa, que no se podrá escapar de mate. Que esto es lo menos, que yo por ti tengo de hazer. CELESTINE. Si je te l’ai promis, je ne l’ai pas oublié ; ne crois pas que j’aie perdu la mémoire avec les années. J’ai fait échec à ta belle à ce sujet plus de trois fois en ton absence. Je la crois mûre à présent ; dirigeons-nous vers sa maison, elle ne pourra pas éviter le mat. C’est là le moins que je veuille faire pour toi.
PARM. __ Yo ya desconfiaua de la poder alcançar, porque jamás podía acabar con ella que me esperasse a poder dezir vna palabra. Y como dizen, mala señal es de amor huyr y boluer la cara. Sentía en mí gran desfuzia desto. PARMENO. Je désespérais déjà de l’obtenir, car jamais elle ne m’a laissé profiter de quelques occasions de lui parler, et comme on dit : « C’est mauvais signe d’amour que fuir et tourner le dos, » cela m’avait ôté toute confiance.
CEL. __ No tengo en mucho tu desconfiança, no me conosciendo ni sabiendo, como agora, que tienes tan de tu mano la maestra destas labores. Pues agora verás quánto por mi causa vales, quánto con las tales puedo, quánto sé en casos de amor. Anda passo. ?Ves aquí su puerta? Entremos quedo, no nos sientan sus vezinas. Atiende y espera debaxo de desta escalera. Sobiré yo a uer qué se podrá fazer sobre lo hablado y por ventura haremos más que tú ni yo traemos pensado. CELESTINE. Je m’inquiète peu de ce découragement ; tu ne me connaissais pas alors et tu ne savais pas comme aujourd’hui que tu as sous la main une maîtresse passée en semblables affaires. Tu verras tout à l’heure qu’autant tu es nécessaire à ma cause, autant je puis t’être utile auprès de ces femmes, et bonne en matières d’amour. Va doucement, voici sa porte ; entrons sans bruit, afin que ses voisines ne nous entendent pas. Arrête-toi, attends au bas de cet escalier, je vais monter pour voir ce qu’il y a à faire, et peut-être trouverons-nous mieux que ni toi ni moi ne pensons.
AREUSA. __ ¿: Quién anda ay? ¿:Quién sube a tal hora en mi cámara? AREUSA. Qui va là ? qui monte dans ma chambre à pareille heure ?
CEL. __ Quien no te quiere mal, cierto; quien nunca da passo, que no piense en tu prouecho; quien tiene más memoria de ti, que de sí mesma: vna enamorada tuya, avnque vieja. CELESTINE. Une femme qui ne te veut pas de mal, qui ne fait pas un pas sans penser à ton profit, qui s’occupe plus souvent de toi que d’elle-même, une femme qui t’aime, toute vieille qu’elle est.
AREU. __ ¡Válala el diablo a esta vieja, con qué viene como huestantigua a tal hora¡ tía, señora, ¿: Qué buena venida es ésta tan grande? Ya me desnudaua para acostar. AREUSA, à part. Qu’elle aille au diable, cette vieille, qui arrive à cette heure comme un fantôme ! (Haut.) Bonne mère, quel bon motif t’amène si tard ? Déjà je me déshabillais pour me coucher.
CEL. __ ¿:Con las gallinas, hija? Así se hará la hazienda. ! Andar¡, ¡Passe¡Otro es el que ha de llorar las necessidades, que no tú. Yerua pasce quien lo cumple. Tal vida quienquiera se la quería. CELESTINE. Avec les poules, ma fille ? Ce n’est pas ainsi que se fera ta fortune. Te promener à pareille heure, passe. Il est autre que toi, celui qui pleure sur ses besoins ; belle vie que la tienne, chacun la voudrait pour soi.
AREU. __ ¡Jesú! Quiérome tornar a vestir, que he frío. AREUSA. Jésus ! je vais me rhabiller, car j’ai froid.
CEL. __ No harás, por mi vida; sino éntrate en la cama, que desde allí hablaremos. CELESTINE. Ne le fais pas, sur ma vie ; couche-toi plutôt, de là nous causerons.
AREU. __ Assí goze de mí, pues que lo he bien menester, que me siento mala oy todo el día. Assí que necessidad, más que vicio, me fizo tomar con tiempo las sáuanas por faldetas. AREUSA. En conscience, j’en ai grand besoin, je me suis sentie malade aujourd’hui tout le jour, c’est la nécessité plutôt que le vice qui me fait prendre en ce moment mes draps de lit en guise de jupons.
CEL. __ Pues no estés asentada; acuéstate y métete debaxo de la ropa, que paresce serena. CELESTINE. Puisque tu n’es pas à ton aise, mets bas ta robe et couche-toi, tu me sembles une sirène.
AREU. __ Bien me lo dizes, señora tía.
CEL. __ ¡Ay cómo huele toda la ropa en bulléndote¡ ¡Aosadas, que está todo a punto¡ Siempre me pagué de tus cosas y hechos, de tu limpieza y atauío. ¡ Fresca que estás¡ Bendígate Dios! ¡Qué sáuanas y colcha¡Qué almohadas¡ ¡Y qué blancura¡Tal sea mi vejez, quál todo me parece perla de oro. Verás si te quiere bien quien te visita a tales horas. Déxame mirarte toda, a mi voluntad, que me huelgo. Ah ! comme ta robe sent bon quand tu l’agites ! Tout réussit à celles qui ont de l’audace ; j’ai toujours eu confiance en tes faits et gestes, en ta grâce et en ton esprit. Que tu es fraîche ! Dieu te bénisse ! Quels draps et quelle courte-pointe, quel oreiller, quelle blancheur ! Perle d’or, tu verras si elle t’aime celle qui vient te voir à cette heure ; laisse-moi te regarder tout à mon aise, c’est un bonheur pour moi.
AREU. __ ¡Passo, madre, no llegues a mí, que me fazes coxquillas y prouócasme a reyr y la risa acreciéntame el dolor. AREUSA. Doucement, mère, ne t’approche pas de moi, tu me chatouilles, tu me fais rire, et le rire augmente ma douleur.
CEL. __ ¿:Qué dolor, mis amores? ¿:Búrlaste, por mi vida, comigo? CELESTINE. Quelle douleur, mon amour ? Te moques-tu de moi ?
AREU. __ Mal gozo vea de mí, si burlo; sino que ha quatro horas, que muero de la madre, que la tengo sobida en los pechos, que me quiere sacar deste mundo. Que no soy tan vieja como piensas. AREUSA. Qu’il m’arrive malheur si je plaisante ; voilà quatre heures que je souffre du mal de mère, il me remonte à la poitrine, il veut m’ôter de ce monde. Je ne suis pas aussi vicieuse que tu le penses.
CEL. __ Pues dame lugar, tentaré. Que avn algo sé yo deste mal por mi pecado, que cada vna se tiene o ha tenido su madre y sus çoçobras della. CELESTINE. Voyons, dis-moi à quelle place, je tâterai. Je connais ce mal pour mes péchés ; chaque femme au monde a ses entrailles qui la font souffrir.
AREU. __ Más arriba la siento, sobre el estómago. AREUSA. Plus haut, sur l’estomac.
CEL. __ ¡Bendígate Dios y señor Sant Miguel, ángel¡ ¿:Y qué gorda y fresca estás¡Qué pechos y qué gentileza¡ Por hermosa te tenía hasta agora, viendo lo que todos podían ver; pero agora te digo que no ay en la cibdad tres cuerpos tales como el tuyo, en quanto yo conozco. No paresce que hayas quinze años. !O quien fuera hombre y tanta parte alcançara de ti para gozar tal vista¡ Por Dios, pecado ganas en no dar parte destas gracias a todos lo que bien te quieren. Que no te las dio Dios para que pasasen en balde por la frescor de tu juventud debaxo de seys dobles de paño y lienço. Cata que no seas auarienta de lo que poco te costó. No atesores tu gentileza. Pues es de su natura tan comunicable como el dinero. No seas el perro del ortolano . E pues tú no puedes de ti propia gozar, goze quien puede. Que no creas que en balde fueste criada. Que, cuando nasce ella, nasce él e, quando él, ella. Ninguna cosa ay criada al mundo superflua ni que con acordada razón no proueyesse della natura. Mira que es pecado fatigar e dar pena a los hombres, podiéndolos remediar. CELESTINE. Dieu te bénisse et l’archange saint Michel te protége ! Que tu es grasse et fraîche ! Quels seins et quelle gentillesse ! Je te savais belle, parce que j’avais vu ce que tout le monde peut voir ; mais je puis te dire maintenant qu’il n’y a pas dans la ville trois corps comme le tien parmi tous ceux que je connais. Tu ne parais pas avoir quinze ans. Ah ! bienheureux l’homme auquel tu permettras de jouir d’une telle vue ! Pour Dieu ! tu commets un péché en ne faisant pas part de tant de grâces à tous ceux qui t’aiment bien ; Dieu ne te les a pas données pour qu’elles passent inutilement, ainsi que la fraîcheur de ta jeunesse, sous six doubles de toile et d’étoffe. Ne sois pas avare de ce qui t’a coûté si peu ; ne thésaurise pas avec ta gentillesse, elle est de sa nature aussi communicable que l’argent ; ne sois pas comme le chien du jardinier, et puisque tu ne peux jouir de toi-même, laisses-en jouir qui le peut. Ne crois pas que tu sois au monde pour ne rien faire ; quand elle naît, lui naît aussi ; quand lui, elle. Il n’a été créé en ce monde rien d’inutile, rien qui ne dépendît de la nature. C’est un péché, crois-moi, d’affliger les hommes quand on peut remédier à leurs maux.
AREU. __ Alábame agora, madre, y no me quiere ninguno. Dame algún remedio para mi mal y no estés burlando de mí. AREUSA. En vérité, mère, personne ne m’aime en ce moment ; donne-moi un remède pour mon mal, et ne te moque pas de moi.
CEL. __ Deste tan común dolor todas somos, ¡Mal pecado¡, maestras. Lo que he visto a muchas fazer y lo que a mí siempre aprouecha, te diré. Porque como las calidades de las personas son diuersas, assí las melezinas hazen diuersas sus operaciones y diferentes. Todo olor fuerte es bueno, assí como poleo, ruda, axiensos, humo de plumas de perdiz, de romero, de moxquete, de encienso. Recebido con mucha diligencia, aprouecha y afloxa el dolor y buelue poco a poco la madre a su lugar. Pero otra cosa hallaua yo siempre mejor que todas y ésta no te quiero dezir, pues tan santa te me hazes. CELESTINE. Hélas ! c’est un mal bien commun et nous y sommes toutes sujettes. Je veux bien dire ce que j’ai vu faire à beaucoup de personnes et ce qui me réussit souvent ; mais comme les tempéraments sont différents, de même les remèdes produisent quelquefois des effets tout opposés. Toutes les odeurs fortes sont bonnes, le pouliot, la rue, l’encens, la fumée de plumes de perdrix, de romarin, de musc. Ainsi traitée, la douleur se calme et la mère reprend peu à peu sa place. Il y a quelque chose que je trouvais meilleur que tout cela ; mais je ne veux pas te le dire, puisque tu fais tant la sainte avec moi.
AREU. __ ¿:Qué, por mi vida, madre? Vesme penada ¿:Y encúbresme la salud? AREUSA. Qu’est-ce, mère, je t’en prie ? Tu me vois souffrante, pourquoi me cacher les moyens de guérison ?
CEL. __ ¡Anda, que bien me atiendes, no te hagas boua! CELESTINE. Va donc, tu me comprends bien, ne fais pas la sotte.
AREU. __ ¡Ya!¡Ya! Mala landre me mate, si te entendía. ?Pero qué quieres que haga? sabes que se partió ayer aquel mi amigo con su capitán a la guerra. ¿:Hauía de fazerle ruyndad? AREUSA. Ah ! la fièvre me brûle si je te comprenais ! Mais que veux-tu que je fasse ? Tu sais que mon amant est parti hier pour la guerre avec son capitaine ; puis-je lui faire infidélité ?
CEL. __ ¡Verás y qué daño y qué gran ruyndad! CELESTINE. Vois donc le grand mal et la grande infidélité !
AREU. __ Por cierto, sí sería. Que me da todo lo que he menester, tiéneme honrrada, fauoréceme y trátame como si fuesse su señora. AREUSA. En vérité, c’en serait une, car il me donne tout ce dont j’ai besoin ; il m’honore, me soigne et me traite comme si j’étais sa dame.
CEL. __ Pero avnque todo esso sea, mientra no parieres, nunca te faltará este mal y dolor que agora, de lo qual él deue ser causa. Y si no crees en dolor, cree en color, y verás lo que viene de su sola compañía. CELESTINE. Et malgré tout cela, tant que tu n’enfanteras pas, tu ne cesseras pas de souffrir de ce mal, dont il est peut-être cause. Si tu ne veux pas en croire la douleur, crois la couleur, et tu verras ce qui résulte d’une aussi triste compagnie.
AREU. __ No es sino mi mala dicha. Maldición mala, que mis padres me echaron. ?Qué, no está ya por prouar todo esso? Pero dexemos esso, que es tarde y dime a qué fue tu buena venida. AREUSA. Mon malheur l’a voulu ainsi ; mes parents m’ont jeté un sort. Mais laissons cela, car il est tard, et dis-moi quel est le motif de ta venue.
CEL. __ Ya sabes lo que de Pármeno te oue dicho. Quéxasseme que avn verle no le quieres. No sé porqué, sino porque sabes que le quiero yo bien y le tengo por hijo. Pues por cierto, de otra manera miro yo tus cosas, que hasta tus vezinas me parescen bien y se me alegra el coraçón cada vez que las veo, porque sé que hablan contigo. CELESTINE. Tu sais bien ce que je t’ai dit de Parmeno ; il se plaint à moi de ce que tu ne veux pas le voir, je ne sais pourquoi, car tu n’ignores pas que je l’aime bien et que je le regarde comme mon fils. En vérité, j’agis autrement en ce qui te concerne ; tes voisines elles-mêmes me plaisent, mon cœur se réjouit quand je les vois, parce que je sais qu’elles te parlent.
AREU. __ ¿:No viues, tía señora, engañada? AREUSA. Je t’en suis bien reconnaissante, mère.
CEL. __ No lo sé. A las obras creo; que las palabras, de balde las venden dondequiera. Pero el amor nunca se paga sino con puro amor y a las obras con obras. Ya sabes el debdo, que ay entre ti y Elicia, la cual tiene Sempronio en mi casa. Pármeno y él son compañeros, siruen a este señor, que tú conoces y por quien tanto fauor podrás tener. No niegues lo que tan poco fazer te cuesta. Vosotras, parientas; ellos, compañeros: mira cómo viene mejor medido, que lo queremos. Aquí viene comigo. Verás si quieres que suba. CELESTINE. Je n’en sais rien, je crois aux œuvres, les paroles se vendent pour rien partout où l’on veut ; l’amour ne se paye qu’avec l’amour, et les œuvres avec des œuvres. Tu sais la parenté qui existe entre toi et Élicie, que Sempronio entretient chez moi ? Parmeno et lui sont compagnons, ils servent ce seigneur que tu connais et duquel il pourra te revenir tant de faveurs. Ne me refuse pas ce qui te coûte si peu à faire. Vous êtes parentes, eux sont compagnons ; vois comme tout s’arrange au delà de nos désirs. Il est venu avec moi, décide si tu veux qu’il monte.
AREU. __ ¡Amarga de mí, si nos ha oydo! AREUSA. Ah ! grand Dieu ! s’il nous a entendues…
CEL. __ No, que abaxo queda. Quiérole hazer subir. Resciba tanta gracia, que le conozcas y hables y muestres buena cara. Y si tal te paresciere, goze él de ti y tu dél. Que, avnque él gane mucho, tú no pierdes nada. CELESTINE. Non, il est resté en bas ; je vais le faire monter, tu le rendras heureux en l’accueillant bien, en lui parlant et en lui faisant bon visage. S’il te plaît, sois à lui et fais-en ton plaisir ; il y gagnera beaucoup sans doute, mais tu n’y perdras rien.
AREU. __ Bien tengo, señora, conoscimiento cómo todas tus razones, éstas y las passadas, se endereçan en mi prouecho; pero ¿: Cómo quieres que haga tal cosa, que tengo a quien dar cuenta, como has oydo y, si soy sentida, matarme ha? Tengo vezinas embidiosas. Luego lo dirán. Assí que, avnque no haya más mal de perderle, será más que ganaré en agradar al que me mandas. AREUSA. Je comprends bien, mère, que ce que tu m’as dit tout à l’heure, ce que tu me dis maintenant, tout cela est dans mon intérêt ; mais comment veux-tu que je fasse ce que tu me conseilles ? Il est quelqu’un à qui je dois compte de tout, comme je t’ai dit, et s’il apprend quelque chose, il me tuera. J’ai des voisines jalouses, elles le diront à l’instant. Je n’ai plus beaucoup à perdre, mais je perdrai toujours plus que je ne gagnerai en me rendant à ton désir.
CEL. __ Eso, que temes, yo lo provey primero, que muy passo entramos. CELESTINE. J’ai avisé à ce que tu crains, nous sommes entrés sans bruit.
AREU. __ No lo digo por esta noche, sino por otras muchas. AREUSA. Je ne dis pas cela pour cette nuit, mais pour bien d’autres.
CEL. __ ¿:Cómo? ¿:Y dessas eres? ¿:Dessa manera te tratas? Nunca tú harás casa con sobrado. Absente le has miedo; ¿:Qué harías, si estouiesse en la cibdad? En dicha me cabe, que jamás cesso de dar consejo a los bouos y todavía ay quien yerre; pero no me marauillo, que es grande el mundo y pocos los esperimentados. !Ay! ¡Ay! Hija, si viesses el saber de tu prima y qué tanto le ha aprouechado mi criança y consejos y qué gran maestra está. Y avn ¡Que no se halla ella mal con mis castigos! Que vno en la cama y otro en la puerta y otro, que sospira por ella en su casa, se precia de tener. Y con todos cumple y a todos muestra buena cara y todos piensan que son muy queridos e cada vno piensa que no ay otro e que él solo es priuado e él solo es el que le da lo que ha menester. ¿:E tú piensas que con dos, que tengas, que las tablas de la cama lo han de descobrir? ¿:De vna sola gotera te mantienes? ¡No te sobrarán muchos manjares! ¡No quiero arrendar tus excamochos ! Nunca vno me agradó, nunca en vno puse toda mi afición . Más pueden dos e más quatro e más dan e más tienen e más ay en qué escoger. No ay cosa más perdida, hija, que el mur, que no sabe sino vn horado . Si aquel le tapan, no haurá donde se esconda del gato. Quien no tiene sino vn ojo, ¡mira a quanto peligro anda! Vna alma sola ni canta ni llora ; vn solo acto no haze hábito ; un frayle solo pocas veces lo encontrarás por la calle; vna perdiz sola por marauilla buela mayormente en verano; vn manjar solo continuo presta hastío; vna golondrina no haze verano; vn testigo solo no es entera fe; quien sola vna ropa tiene, presto la enuegece. ?Qué quieres, hija, deste número de vno? Más inconuenientes te diré dél, que años tengo a cuestas. Ten siquiera dos, que es compañía loable y tal qual es éste: como tienes dos orejas, dos pies y dos manos, dos sáuanas en la cama; como dos camisas para remudar. Y si más quieres, mejor te yrá, que mientra más moros, más ganancia; que honrra sin prouecho, no es sino como anillo en el dedo. Y pues entrambos no caben en vn saco, acoge la ganancia. Sube, hijo Pármeno. CELESTINE. Comment, c’est ainsi que tu es ? C’est ainsi que tu agis ? Tu n’auras jamais maison avec grenier
AREU. __ ¡No suba! ¡Landre me mate! que me fino de empacho, que no le conozco. Siempre houe vergüença dél. AREUSA. Qu’il ne monte pas, la fièvre me tue, je me meurs d’embarras, je ne le connais pas, j’ai honte devant lui.
CEL. __ Aquí estoy yo que te la quitaré y cobriré y hablaré por entramos: que otro tan empachado es él. CELESTINE. Je suis là pour te l’ôter ; je parlerai pour tous deux, car lui aussi est un autre embarrassé.
PARM. __ Señora, Dios salue tu graciosa presencia. PARMENO. Madame, Dieu conserve votre grâce !
AREU. __ Gentilhombre, buena sea tu venida. AREUSA. Gentilhomme, soyez le bienvenu.
CEL. __ Llégate acá, asno. ?Adónde te vas allá assentar al rincón? No seas empachado, que al hombre vergonçoso el diablo le traxo a palacio. Oydme entrambos lo que digo. Ya sabes tú, Pármeno amigo, lo que te prometí, y tú, hija mia, lo que te tengo rogado. Dexada aparte la dificultad con que me lo has concedido, pocas razones son necessarias, porque el tiempo no lo padece. El ha siempre viuido penado por ti. Pues viendo su pena, sé que no le querrás matar y avn conozco que él te paresce tal, que no será malo para quedarse acá esta noche en casa. CELESTINE. Approche d’ici, âne ; où vas-tu t’asseoir dans ce coin ? Ne fais pas l’embarrassé ; l’homme honteux, le diable le conduit au château. Écoutez tous deux ce que j’ai à vous dire : tu sais, Parmeno, mon fils, ce que je t’ai promis, et toi, ma fille, ce que je t’ai demandé : je ne te parle pas de la difficulté que tu as mise à me l’accorder. Je ne veux pas faire de longs discours avec vous, le moment ne le souffre pas. Celui-ci a toujours ressenti peine d’amour pour toi, tu le sais, tu ne veux pas le tuer ; je vois d’avance que tu ne le trouveras pas mauvais pour passer la nuit avec toi.
AREU. __ Por mi vida, madre, que tal no se haga; ¡Jesú! No me lo mandes. AREUSA. Sur ma vie, mère, qu’il n’en soit pas ainsi ! Jésus ! ne me le demande pas.
PARM. __ Madre mia, por amor de Dios, que no salga yo de aquí sin buen concierto. Que me ha muerto de amores su vista. Ofréscele quanto mi padre te dejó para mí. Dile que le daré quanto tengo. !Ea! Díselo, que me parece que no me quiere mirar. PARMENO. Ma mère, pour l’amour de Dieu, que je ne sorte pas d’ici sans bon résultat ; sa vue me fait mourir d’amour ; offre-lui tout ce que mon père t’a laissé pour moi, dis-lui que tu lui donneras tout ce que j’ai. Va, dis-lui, il me semble qu’elle ne veut pas me regarder.
AREU. __ ¿:Qué te dize esse señor a la oreja? ¿:Piensa que tengo de fazer nada de lo que pides? AREUSA. Que te dit ce cavalier à l’oreille ? Pense-t-il que je veuille rien faire de ce que tu demandes ?
CEL. __ No dize, hija, sino que se huelga mucho con tu amistad, porque eres persona tan honrrada y en quien qualquier beneficio cabrá bien. Y assimismo que, pues que esto por mi intercessión se hace, que él me promete de aquí adelante ser muy amigo de Sempronio y venir en todo lo que quisiere contra su amo en un negocio, que traemos entre manos. ¿:Es verdad, Pármeno? ¿:Prométeslo assí como digo? CELESTINE. Il dit, ma fille, qu’il se fait une grande joie de ton amitié, parce que tu es une personne honorable, et que tu ne refuseras pas un cadeau, quel qu’il soit.
PARM. __ Sí prometo, sin dubda. ...
CEL. __ ¡Ha, don ruyn, palabra te tengo, a buen tiempo te así! Llégate acá, negligente, vergonçoso, que quiero ver para quánto eres, ante que me vaya. Retóçala en esta cama. Viens ici, négligent, honteux, je veux voir à quoi tu es bon avant de m’en aller ; allons, chatouille-la dans son lit.
AREU. __ No será él tan descortés, que entre en lo vedado sin licencia. AREUSA. Il ne sera pas assez impoli pour venir sans permission dans un lieu défendu.
CEL. __ ¿:En cortesías y licencias estás? No espero más aquí yo, fiadora que tú amanezcas sin dolor y él sin color. Mas como es vn putillo, gallillo, barbiponiente, entiendo que en tres noches no se le demude la cresta. Destos me mandauan a mí comer en mi tiempo los médicos de mi tierra, quando tenía mejores dientes. CELESTINE. Te voilà dans les politesses et les permissions ? Je n’attends pas plus longtemps ici ; j’ai confiance que tu arriveras au matin sans douleur et lui sans couleur ; c’est un paillard, un jeune coq, voilà la barbe qui lui pousse, et je réponds qu’en trois nuits la crête ne lui tombera pas. Dans mon jeune temps et quand mes dents étaient meilleures, les médecins de mon pays me donnaient de cela à manger.
AREU. __ Ay, señor mio, no me trates de tal manera; ten mesura por cortesía; mira las canas de aquella vieja honrrada, que están presentes; quítate allá que no soy de aquéllas que piensas; no soy de las que públicamente están a vender sus cuerpos por dinero. Assí goze de mí, de casa me salga, si fasta que Celestina mi tía sea yda a mi ropa tocas. AREUSA. Ah ! seigneur, ne me traitez pas de la sorte, modérez-vous, par courtoisie, ayez égard aux cheveux blancs de cette honorable vieille. Éloignez-vous, je ne suis pas de celles que vous pensez ; je ne suis pas de celles qui vendent publiquement leur corps pour de l’argent. Sur mon âme, je sors d’ici, si vous touchez à ma couverture avant que Célestine soit partie.
CEL. __ Qué es eso, Areusa? ¿:Qué son estas estrañezas y esquiuedad, estas nouedades y retraymiento? Paresce, hija, que no sé yo qué cosa es esto, que nunca vi estar vn hombre con vna muger juntos y que jamás passé por ello ni gozé de lo que gozas y que no sé lo que passan y lo que dizen y hazen. ! Guay de quien tal oye como yo! Pues auísote, de tanto, que fuy errada como tú y tuue amigos; pero nunca el viejo ni la vieja echaua de mi lado ni su consejo en público ni en mis secretos. Para la muerte que a Dios deuo, más quisiera vna gran bofetada en mitad de mi cara. Paresce que ayer nascí, según tu encubrimiento. Por hazer a ti honesta, me hazes a mí necia e vergonçosa e de poco secreto e sin esperiencia o me amenguas en mi officio por alçar a ti en el tuyo. Pues de cossario a cossario no se pierden sino los barriles. Más te alabo yo detrás, que tú te estimas delante. CELESTINE. Qu’est-ce que ceci, Areusa ? Que signifie cet étrange caprice ? Que veulent dire ces nouvelles manières et ce dédain affecté ? Il semble, fille, que je ne sache pas ce que c’est, que je n’aie jamais vu un homme et une femme ensemble, que je n’aie jamais passé par là ni joui de ce dont tu jouis, que j’ignore ce qui se passe, ce qui se dit et ce qui se fait ? Hélas ! qui en a plus entendu que moi ? Mais sache donc que j’ai été jeune et recherchée comme toi, que j’ai eu des amis, que jamais je ne repoussai d’auprès de moi ni vieux ni vieille, que je ne refusai leurs conseils ni en public ni en secret. Sur ma mort, que je dois à Dieu ! j’aimerais mieux un grand soufflet au milieu du visage. À te voir et à t’entendre, il semble que je sois née d’hier. Pour te faire honnête, il faudrait que tu me fisses ignorante et honteuse, il faudrait m’enlever ma vieille habitude et mon expérience, me déprécier dans mon métier afin de t’élever dans le tien. Mais de corsaire à corsaire on ne perd que les barils
AREU. __ Madre, si erré aya perdón y llégate más acá y él haga lo que quisiere. Que más quiero tener a ti contenta, que no a mí; antes me quebraré vn ojo que enojarte. AREUSA. Mère, si j’ai commis une faute, pardonne-moi. Approche-toi, et qu’il fasse ce qu’il voudra ; j’aime mieux ta satisfaction que la mienne. Je me crèverais un œil plutôt que de t’offenser.
CEL. __ No tengo ya enojo; pero dígotelo para adelante. Quedaos adios, que voyme solo porque me hazés dentera con vuestro besar y retoçar. Que avn el sabor en las enzías me quedó: no le perdí con las muelas. CELESTINE. Je ne suis pas offensée, mais je te parle pour l’avenir. Dieu vous garde tous deux ! Je m’en vais seule, car vous m’agacez les nerfs avec vos baisers et vos folâtreries ; j’en ai encore le goût dans les gencives ; je ne l’ai pas perdu avec les dents.
AREU. __ Dios vaya contigo. AREUSA. Dieu te conduise !
PARM. __ Madre, ¿:Mandas que te acompañe? PARMENO. Mère, veux-tu que je t’accompagne ?
CEL. __ Sería quitar a vn sancto para poner en otro. Acompáñeos Dios; que yo vieja soy, que no he temor que me fuercen en la calle. CELESTINE. Ce serait découvrir un saint pour en couvrir un autre. Dieu vous garde ! je suis vieille, je ne crains pas qu’on me fasse violence dans la rue.
ELIC. __ El perro ladra. ?Si viene este diablo de vieja? ÉLICIE. Le chien aboie. Vient-elle enfin, cette maudite vieille ?
CEL. __ Tha, tha, tha CELESTINE. Tac, tac, tac.
ELIC. __ ¿:Quién es? ¿:Quién llama? ÉLICIE. Qui est là ? qui frappe ?
CEL. __ Báxame abrir, fija. CELESTINE. Descends m’ouvrir, ma fille.
ELIC. __ ¿:Estas son tus venidas? Andar de noche es tu plazer. ?Por qué lo hazes? ¿:Qué larga estada fue ésta, madre? Nunca sales para boluer a casa. Por costumbre lo tienes. Cumpliendo con vno, dexas ciento descontentos. Que has sido oy buscada del padre de la desposada, que leuaste el día de pasqua al racionero; que la quiere casar de aquí a tres días y es menester que la remedies, pues que se lo prometiste, para que no sienta su marido la falta de la virginidad. ÉLICIE. Est-ce ainsi que tu vas ? c’est ton plaisir de courir la nuit. Pourquoi agis-tu de la sorte ? pourquoi fais-tu de si longues absences, mère ? Tu ne penses jamais à revenir à la maison, c’est une habitude prise ; pour contenter une seule personne, tu en mécontentes cent autres. On est venu te demander aujourd’hui de la part du père de cette jeune fiancée que tu conduisis au chanoine le jour de Pâques : il veut la marier d’ici à trois jours. Tu lui a promis de la refaire, et il t’attend ; il ne faut pas que le mari s’aperçoive de l’absence de la virginité.
CEL. __ No me acuerdo, hija, por quién dizes. CELESTINE. Je ne sais pas du tout, mon enfant, de qui tu me parles.
ELIC. __ ¿:Cómo no te acuerdas? Desacordada eres, cierto. !O cómo caduca la memoria! Pues, por cierto, tu me dixiste, quando la leuauas, que la auías renouado siete vezes. ÉLICIE. Comment ! tu ne t’en souviens pas ? Tu perds la tête, en vérité. Oh ! que ta mémoire est faible ! Mais tu m’as dit cependant, quand tu l’as conduite là-bas, que tu l’avais déjà retouchée sept fois.
CEL. __ No te marauilles, hija, que quien en muchas partes derrama su memoria, en ninguna la puede tener. Pero, dime si tornará. CELESTINE. Ne sois pas surprise, ma fille ; quiconque occupe sa mémoire à plusieurs choses ne peut la fixer à aucune. Mais, dis-moi, reviendra-t-il ?
ELIC. __ ¡Mirá si tornará! Tiénete dada vna manilla de oro en prendas de tu trabajo. ?Y no hauía de venir? ÉLICIE. Parbleu ! s’il reviendra ! Il t’a donné un bracelet d’or pour prix de ton travail.
CEL. __ ¿:La de la manilla es? Ya sé por quién dizes. ?Por qué tú no tomauas el aparejo y començauas a hazer algo? Pues en aquellas tales te hauías de abezar y prouar, de quantas vezes me lo as visto fazer. Si no, ay te estarás toda tu vida, fecha bestia sin oficio ni renta. Y quando seas de mi edad, llorarás la folgura de agora. Que la mocedad ociosa acarrea la vejez arrepentida y trabajosa. Hazíalo yo mejor, quando tu abuela, que Dios aya, me mostraua este oficio: que a cabo de vn año, sabía más que ella. CELESTINE. Ah ! c’est l’homme au bracelet ? Je sais de qui tu parles. Mais pourquoi n’as-tu pas pris l’appareil et n’as-tu pas commencé à faire quelque chose ? En pareils soins, tu devrais être habile et avoir fait tes preuves ; combien de fois ne m’as-tu pas vue travailler ? Veux-tu donc rester là toute ta vie comme une bête, sans métier ni rente ? Quand tu auras mon âge, tu regretteras l’aisance dont tu jouis maintenant. Oisive jeunesse donne malheureuse vieillesse. Je faisais autrement quand ton aïeule, que Dieu garde ! me montrait ce métier ; au bout d’un an, j’en savais plus qu’elle.
ELIC. __ No me marauillo, que muchas vezes, como dizen, al maestro sobrepuja el buen discípulo. Y no va esto, sino en la gana con que se aprende. Ninguna sciencia es bienempleada en el que no le tiene afición. Yo le tengo a este oficio odio; tú mueres tras ello. ÉLICIE. Je n’en suis pas surprise ; il arrive souvent, comme on dit, que l’élève en remontre au maître ; cela dépend du plaisir avec lequel on apprend. Aucune science ne profite à celui qui n’y prend pas goût. J’ai ce métier en haine, et toi, tu mourrais pour lui.
CEL. __ Tú te lo dirás todo. Pobre vejez quieres. ?Piensas que nunca has de salir de mi lado? CELESTINE. Peux-tu parler ainsi ! Tu veux une pauvre vieillesse. Penses-tu que tu resteras toujours à mes côtés ?
ELIC. __ Por Dios, dexemos enojo y al tiempo el consejo. Ayamos mucho plazer. Mientra oy touiéremos de comer, no pensemos en mañana. También se muere el que mucho allega como el que pobremente veue y el doctor como el pastor y el papa como el sacristán y el señor como el sieruo y el de alto linaje como el baxo y tú con tu oficio como yo sin ninguno. No hauemos de viuir para siempre. Gozemos y holguémonos, que la vejez pocos la veen y de los que la veen ninguno murió de hambre. No quiero en este mundo, sino día y victo y parte en parayso. Avnque los ricos tienen mejor aparejo para ganar la gloria, que quien poco tiene. No ay ninguno contento, no ay quien diga: harto tengo; no ay ninguno, que no trocasse mi plazer por sus dineros. Dejemos cuidados ajenos y acostémonos, que es hora. Que más me engordará un buen sueñ sin temor, que canto tesoro hay en Venecia. ÉLICIE. Pour Dieu ! laissons là les choses ennuyeuses ; le temps porte conseil. Pensons au plaisir. Si nous avons de quoi vivre aujourd’hui, ne songeons pas à demain. Celui qui amasse beaucoup meurt tout aussi bien que celui qui vit pauvrement, le docteur comme le pasteur, le pape comme le sacristain, le seigneur comme le serf, le noble comme le vilain, toi, avec ton métier, comme moi, qui n’en ai pas. Nous ne pouvons vivre toujours, jouissons et amusons-nous ; peu de gens arrivent à la vieillesse, et de ceux qui y sont parvenus, aucun n’est mort de faim. Je ne veux en ce monde que le jour et un… mâle, puis ma part en paradis, car bien que les riches aient plus de facilité à acquérir la gloire que celui qui n’a que peu de chose, il n’y a personne de content, il n’y a personne qui dise : « J’ai trop ; » il n’y a personne qui ne soit bien aise de changer son argent contre mon plaisir. Laissons là ces soucis étrangers et couchons-nous, il est temps. Un bon sommeil sans inquiétude m’engraissera plus que tous les trésors de Venise.








ACTO VIII

ACTE HUITIÈME

Sumario. La mañana viene. Despierta PARMENO. Despedido de AREUSA, va para casa de CALISTO, su señor. Fallo a la puerta a SEMPRONIO. Conciertan su amistad. Van juntos a la camara de CALISTO. Hallanle hablando consigo mismo. Levantado, va a la yglesia. ARGUMENT : Le matin vient, Parmeno se réveille et prend congé d’Areusa ; il s’en retourne vers la maison de Calixte, son maître. Il trouve sur la porte Sempronio, et tous deux se promettent amitié. Ils vont ensemble à la chambre de Calixte, qu’ils trouvent parlant seul. Calixte se lève et va à l’église.
PARMENO, AREUSA, SEMPRONIO, CALIXTE.
PARM. __ ¿:Amanesce o qué es esto, que tanta claridad está en esta cámara? PARMENO Fait-il jour déjà ? D’où vient donc tant de clarté dans la chambre ?
AREU. __ ¿:Qué amanecer? Duerme señor, que avn agora nos acostamos. No he yo pegado bien los ojos ¿:Ya hauía de ser de día? Abre, por Dios, essa ventana de tu cabecera y verlo has. AREUSA Comment ! il fait jour ? Dors, ami, nous venons à peine de nous coucher. Je n’ai pas encore fermé les yeux ; peut-il être déjà jour ? Ouvre, je te prie, ce volet près de ta tête, tu verras.
PARM. __ En mi seso estó yo, señora, que es de día claro, en ver entrar luz entre las puertas. !O traydor de mí! ¡En qué gran falta he caydo con mi amo! De mucha pena soy digno. !O tarde que es! PARMENO Je suis dans mon bon sens, ma chère ; il est grand jour, on voit passer la lumière à travers la porte. Traître que je suis ! quelle faute j’ai commise vis-à-vis de mon maître ! Je suis digne de châtiment. Dieu ! qu’il est tard !
AREU. __ ¿:Tarde? AREUSA Tard ?
PARM. __ Y muy tarde. PARMENO Et très-tard.
AREU. __ Pues así goze de mi alma, no se ha quitado el mal de la madre. No sé cómo pueda ser. AREUSA Eh bien ! en vérité, mon mal de mère ne m’a pas quittée. Je n’y comprends rien.
PARM. __ ¿:Pues qué quieres, mi vida? PARMENO Que veux-tu y faire, ma vie ?
AREU. __ Que hablemos en mi mal. AREUSA Que nous causions de mon mal.
PARM. __ Señora mia, si lo hablado no basta, lo que más es necessario me perdona, porque es ya mediodía. Si voy más tarde, no seré bien recebido de mi amo. Yo verné mañana y quantas vezes después mandares. Que por esso hizo Dios vn día tras otro, porque lo que el vno no bastasse, se cumpliesse en otro. Y avn porque más nos veamos, reciba de ti esta gracia, que te vayas oy a las doze del día a comer con nosotros a su casa de Celestina. PARMENO Mon âme, si ce que nous avons dit ne suffit pas, pardonne-moi de n’en pas parler davantage, car il est grand jour. Si je m’en vais trop tard, je serai fort mal reçu par mon maître ; je viendrai demain et toutes les fois que tu voudras ensuite. Dieu a voulu que les jours se suivissent, afin que ce qui ne pouvait se faire en un seul se terminât le lendemain. Si tu veux que nous puissions nous voir plus longuement, fais-moi la faveur de venir aujourd’hui vers midi dîner avec nous chez Célestine.
AREU. __ Que me plaze, de buen grado. Ve con Dios, junta tras ti la puerta. AREUSA Avec grand plaisir. Va avec Dieu et ferme la porte derrière toi.
PARM. __ Adiós te quedes. !O plazer singular! ¡O singular alegría! ¿:Quál hombre es ni ha sido más bienauenturado que yo? ¿:Quál más dichoso y bienandante? ¡Que vn tan excelente don sea por mí posseido y quán presto pedido tan presto alcançado! Por cierto, si las trayciones desta vieja con mi coraçón yo pudiesse sofrir, de rodillas hauía de andar a la complazer. ¿:Con qué pagaré yo esto? ¡O alto Dios! ¿:A quién contaría yo este gozo? ¿:A quién descubriría tan gran secreto? ¿:A quién daré parte de mi gloria? Bien me dezía la vieja que de ninguna prosperidad es buena la posesión sin compañía. El plazer no comunicado no es plazer. ¿:Quién sentiría esta mi dicha, como yo la siento? A Sempronio veo a la puerta de casa. Mucho ha madrugado. Trabajo tengo con mi amo, si es salido fuera. PARMENO Dieu te garde ! Ô plaisir inouï ! ô joie sans pareille ! quel homme est ou a été plus heureux, plus fortuné, plus favorisé que moi ? Je ne puis croire encore que je possède un bien aussi précieux, un bien aussitôt obtenu que demandé. En vérité, si mon cœur pouvait se faire aux trahisons de cette vieille, je marcherais sur les genoux pour lui plaire. Comment lui payerai-je tout cela ? Ô grand Dieu ! à qui conterai-je ce plaisir ? à qui découvrirai-je un tel secret ? à qui ferai-je part de mon bonheur ? La vieille avait raison de me dire qu’aucune jouissance n’était agréable sans compagnie. Le plaisir dont on ne peut parler n’est pas un plaisir. Qui comprendrait mon bonheur comme je le comprends ? J’aperçois Sempronio à la porte de la maison ; il s’est levé de bonne heure ; mon maître va me maltraiter s’il est déjà sorti de sa chambre. Il ne le sera pas, ce n’est pas son habitude, et cependant, comme il n’a pas son bon sens, il ne serait pas surprenant qu’il eût changé de manières.
SEMP. __ Pármeno hermano, si yo supiesse aquella tierra, donde se gana el sueldo dormiendo, mucho haría por yr allá, que no daría ventaja a ninguno: tanto ganaría como otro qualquiera. ¿:Y cómo, holgazán descuydado, fueste para no tornar? No sé qué crea de tu tardança, sino que te quedaste a escallentar la vieja esta noche o a rascarle los pies, como quando chiquito. SEMPRONIO Parmeno, mon ami, si je connaissais le pays où on gagne ses gages en dormant, je ferais beaucoup pour y aller, je n’en céderais ma part à personne et je gagnerais autant que bien d’autres. Comment, vagabond, as-tu été assez malavisé pour ne pas revenir ? Je ne sais que penser de toi, sinon que tu es resté à réchauffer la vieille cette nuit, ou à lui gratter les pieds comme lorsque tu étais petit.
PARM. __ ¡O Sempronio, amigo y más que hermano! Por Dios, no corrompas mi plazer, no mezcles tu yra con mi sofrimiento, no rebueluas tu descontentamiento con mi descanso, no agües con tan turbia agua el claro liquor del pensamiento, que traygo, no enturuies con tus embidiosos castigos y odiosas reprehensiones mi plazer. Recíbeme con alegría y contarte he marauillas de mi buena andança passada. PARMENO Ô Sempronio ! mon ami et plus que mon frère ! pour Dieu ! ne détruis pas mon plaisir, ne mêle pas ta colère à mes regrets ; ne corromps pas mon bien-être par ta mauvaise humeur ; ne jette pas tant de trouble dans la liqueur transparente de mes pensées ; n’obscurcis pas mon bonheur avec tes gronderies envieuses et tes méchants reproches. Reçois-moi avec gaîté, je veux te conter les merveilles de la bonne aubaine que je viens d’avoir.
SEMP. __ Dilo, dilo. ¿:Es algo de Melibea? ¿:Hasla visto? SEMPRONIO Parle donc ; est-ce quelque chose de Mélibée ? l’as-tu vue ?
PARM. __ ¿:Qué de Melibea? Es de otra, que yo más quiero y avn tal que, si no estoy engañado, puede viuir con ella en gracia y hermosura. Sí, que no se encerró el mundo y todas sus gracias en ella. PARMENO Quoi ? de Mélibée ? C’est d’une autre que j’aime bien plus et qui est telle que, si je ne m’abuse pas, elle peut l’égaler en grâces et en beauté, car Mélibée ne possède pas seule tout ce qu’il y a de beauté et de grâces.
SEMP. __ ¿:Qué es esto, desuariado? Reyrme quería, sino que no puedo. ¿:Ya todos amamos? El mundo se va a perder. Calisto a Melibea, yo a Elicia, tú de embidia has buscado con quién perder esse poco de seso que tienes. SEMPRONIO Qu’est-ce que cela, nigaud ? Je voudrais rire, mais je ne peux pas. Le monde est perdu, tous se mêlent d’aimer. Calixte aime Mélibée ; moi, Élicie, et toi, par envie, tu as trouvé avec qui perdre le peu de bon sens qui te reste.
PARM. __ ¿:Luego locura es amar y yo soy loco y sin seso? Pues si la locura fuesse dolores, en cada casa auría bozes. PARMENO Bon ! c’est une folie d’aimer, et je suis fou et sans cervelle ! Mais si la folie portait à la douleur, on l’entendrait dans chaque maison.
SEMP. __Según tu opinión, sí es. Que yo te he oydo dar consejos vanos a Calisto y contradezir a Celestina en quanto habla y, por impedir mi prouecho y el suyo, huelgas de no gozar tu parte. Pues a las manos me has venido, donde te podré dañar y lo haré. SEMPRONIO À en juger par ce que tu dis, tu es fou réellement, car je t’ai entendu donner à Calixte des conseils ridicules, contredire Célestine en tout ce qu’elle disait ; tu as refusé ta part de profit pour nuire à la vieille ainsi qu’à moi. Ah ! vilain personnage, murmurateur éternel, tu me tombes sous la main et tu me donnes beau jeu pour te tourmenter ! j’en profiterai.
PARM. __ No es, Sempronio, verdadera fuerça ni poderío dañar y empecer; mas aprouechar y guarecer y muy mayor, quererlo hazer. Yo siempre te tuue por hermano. No se cumpla, por Dios, en ti lo que se dize, que pequeña causa desparte conformes amigos. Muy mal me tratas. No sé donde nazca este rencor. No me indignes, Sempronio, con tan lastimeras razones. Cata que es muy rara la paciencia que agudo baldón no penetre y traspasse. PARMENO La véritable force, Sempronio, ne consiste pas à tourmenter et à taquiner, mais à conseiller et à secourir et, mieux encore, à être bienveillant et serviable. Je t’ai toujours regardé comme frère ; pour l’amour de Dieu ! ne réalise pas ce qu’on dit sans cesse, que la plus petite chose peut diviser des amis. Tu agis bien mal avec moi ; je ne sais d’où te vient cette rancune. Prends garde, il est bien rare que les reproches et les sarcasmes ne viennent à bout de la patience.
SEMP. __ No digo mal en esto; sino que se eche otra sardina para el moço de cauallos, pues tú tienes amiga. SEMPRONIO Je ne dis rien, moi ; je pense seulement qu’il n’y a plus d’enfants dès que tu te mêles d’avoir une maîtresse
PARM. __ Estás enojado. Quiérote sofrir, avnque más mal me trates, pues dizen que ninguna humana passión es perpetua ni durable. PARMENO Tu te fâches, je veux te supporter, bien que tu agisses fort mal avec moi. On dit qu’aucune passion humaine n’est éternelle et même ne dure jamais longtemps.
SEMP. __ Más maltratas tú a Calisto, aconsejando a él lo que para ti huyes, diziendo que se aparte de amar a Melibea, hecho tablilla de mesón, que para sí no tiene abrigo y dale a todos. !O Pármeno¡ Agora podrás ver quán fácile cosa es reprehender vida agena y quán duro guardar cada qual la suya. No digas más, pues tú eres testigo. Y de aquí adelante verémos cómo te has, pues ya tienes tu escudilla como cada qual. Si tú mi amigo fueras, en la necessidad, que de ti tuue, me hauías de fauorecer y ayudar a Celestina en mi prouecho; que no fincar vn clauo de malicia a cada palabra. Sabe que, como la hez de la tauerna despide a los borrachos, así la aduersidad o necessidad al fingido amigo: luego se descubre el falso metal, dorado por encima. SEMPRONIO Tu te conduis bien plus mal avec Calixte ; tu lui conseilles des choses que tu ne fais pas toi-même, tu l’engages à se préserver de l’amour de Mélibée ; tu fais comme une enseigne d’auberge, qui n’est jamais à l’abri et qui l’indique à tout le monde. Ô Parmeno ! tu peux voir maintenant qu’il est facile de blâmer la conduite d’autrui et qu’il est difficile de mettre la sienne à l’abri du reproche ! Je ne t’en dis pas davantage, tu l’éprouves par toi-même et nous verrons par la suite comment tu t’en tireras, maintenant que tu as ton écuelle tout comme un autre. Si tu avais été mon ami lorsque j’avais besoin de toi, tu aurais favorisé les projets de Célestine et les miens, plutôt que de venir ficher un clou de malice à chacune de nos paroles. Sache que de même que la lie chasse les ivrognes de la taverne, de même la nécessité ou l’adversité chasse les faux amis. Il faut peu de temps pour découvrir le faux métal sous la dorure.
PARM. __ Oydo lo hauía dezir y por esperiencia lo veo, nunca venir plazer sin contraria çoçobra en esta triste vida. A los alegres, serenos y claros soles, nublados escuros y pluuias vemos suceder; a los solazes y plazeres, dolores y muertes los ocupan; a las risas y deleytes, llantos y lloros y passiones mortales los siguen; finalmente, a mucho descanso y sosiego, mucho pesar y tristeza. ¿:Quién pudiera tan alegre venir, como yo agora? ¿:Quién tan triste recebimiento padescer? ¿:Quién verse, como yo me vi, con tanta gloria, alcançada con mi querida Areusa? ¿:Quién caer della, siendo tan maltratado tan presto, como yo de ti? Que no me has dado lugar a poderte dezir quánto soy tuyo, quánto te he de fauorecer en todo, quánto soy arepiso de lo passado, quántos consejos y castigos buenos he recebido de Celestina en tu fauor y prouecho y de todos. Como, pues, este juego de nuestro amo y Melibea está entre las manos, podemos agora medrar o nunca. PARMENO Je l’avais entendu dire et j’en fais maintenant l’expérience, jamais il n’y a, dans cette triste vie, de plaisir sans peine ; aux jours gais, clairs et sereins, nous voyons succéder des jours de nuages, de pluie et d’obscurité ; à la suite des plaisirs, des jouissances, viennent la douleur, la mort ; après les rires et les folies arrivent les pleurs et les passions mortelles ; enfin à beaucoup de calme et de repos succède beaucoup de tristesse et de chagrin. Qui pourrait être aussi joyeux que je l’étais tout à l’heure ? Qui peut être aussi désolé que je le suis maintenant ? Personne au monde n’est fier, comme je l’étais il n’y a qu’un instant, du bonheur extrême que je goûtais près d’Areusa ; personne non plus n’a été réveillé du rêve le plus doux aussi cruellement que je le suis par toi. Tu ne me donnes pas le temps de te dire que je suis à toi, que je veux t’aider en tout, que je me repens du passé. Je voudrais te raconter tous les bons conseils, tous les reproches bienveillants que j’ai reçus de Célestine à cause de toi et pour notre intérêt à tous ; te dire enfin que, puisque cette passion de notre maître pour Mélibée est sous notre direction, nous devons en profiter maintenant ou jamais.
SEMP. __ Bien me agradan tus palabras, si tales touiesses las obras, a las quales espero para auerte de creer. Pero, por Dios, me digas qué es esso que dixiste de Areusa. !Paresce que conozcas tú a Areusa, su prima de Elicia! SEMPRONIO Tes paroles me font plaisir, mais j’eusse voulu te voir agir en conséquence ; je veux te croire cependant. Mais, pour Dieu, dis-moi, que m’as-tu parlé d’Areusa ? Serait-ce Areusa, la cousine d’Élicie ?
PARM. __ ¿:Pues qué es todo el plazer que traygo, sino hauerla alcançado? PARMENO D’où peut me venir tout le plaisir que je ressens, si ce n’est d’être parvenu jusqu’à elle ?
SEMP. __ ¡Cómo se lo dice el bouo! ¡De risa no puede hablar! ¿:A qué llamas hauerla alcançado? ¿:Estaua a alguna ventana o qué es esso? SEMPRONIO Comme il dit cela, l’imbécile ! le rire m’empêche de parler. Qu’appelles-tu être parvenu jusqu’à elle ? Était-elle à quelque fenêtre ? Qu’est-ce que cela ?
PARM. __ A ponerla en duda si queda preñada o no. PARMENO J’en suis à me demander si elle en sera grosse ou non.
SEMP. __ Espantado me tienes. Mucho puede el continuo trabajo; vna continua gotera horaca vna piedra. SEMPRONIO Tu m’effrayes ; à force de travail on vient à bout de tout ; l’eau qui tombe goutte à goutte finit par creuser la pierre.
PARM. __ Verás qué tan continuo, que ayer lo pensé: ya la tengo por mía. PARMENO Il n’y a pas si longtemps qu’elle tombe ; j’y ai pensé hier, elle est à moi aujourd’hui.
SEMP. __ ¡La vieja anda por ay! SEMPRONIO La vieille a passé par là.
PARM. __ ¿:En qué lo vees? PARMENO Pourquoi penses-tu cela ?
SEMP. __ Que ella me hauía dicho que te quería mucho y que te la haría hauer. Dichoso fuiste: no hiziste sino llegar y recabdar. Por esto dizen, más vale a quien Dios ayuda, que quien mucho madruga. Pero tal padrino touiste. SEMPRONIO Elle m’avait dit qu’elle t’aimait beaucoup et qu’elle te la ferait avoir. Tu as eu du bonheur : tu n’as fait qu’arriver et recueillir ; c’est pour cela qu’on dit : « Mieux vaut être aidé de Dieu que se lever matin. » Tu as eu là un bon parrain.
PARM. __ Di madrina, que es más cierto. Así que, quien a buen árbol se arrima. . . Tarde fuy; pero temprano recabdé. !O hermano¡? Qué te contaría de sus gracias de aquella muger, de su habla y hermosura de cuerpo? Pero quede para más oportunidad. PARMENO Dis une marraine, c’est plus vrai. Quiconque s’appuie à un bon arbre y trouve une bonne ombre. Je suis allé tard, mais j’ai recueilli de bonne heure. Ô frère ! que de choses n’aurais-je pas à te dire des grâces de cette femme, de ses paroles, de la beauté de son corps ! Ce sera pour une meilleure occasion.
SEMP. __ ¿:Puede ser sino prima de Elicia? No me dirás tanto, quanto estotra no tenga más. Todo te creo. Pero ¿:Qué te cuesta? ¿:Hásle dado algo? SEMPRONIO N’est-elle pas la cousine d’Élicie ? Tu ne m’en diras pas tant que celle-ci n’en ait davantage ; je crois tout ce que tu me diras ; mais que te coûte-t-elle ? Lui as-tu donné quelque chose ?
PARM. __ No, cierto. Mas, avnque houiera, era bienempleado: de todo bien es capaz. En tanto son las tales tenidas, quanto caras son compradas; tanto valen, quanto cuestan. Nunca mucho costó poco, sino a mí esta señora. A comer la combidé para casa de Celestina y, si te plaze, vamos todos allá. PARMENO Non, certes ; mais si j’avais eu de quoi, ç’aurait été bien employé, elle mérite toute espèce de biens. On estime les femmes de cette classe selon qu’on les a achetées cher ; elles valent autant qu’elles coûtent. Jamais chose de grande valeur n’a aussi peu coûté que ne m’a coûté Areusa. Je l’ai engagée à venir dîner chez Célestine ; si tu le veux, nous irons tous.
SEMP. __ ¿:Quién, hermano? SEMPRONIO Qui, frère ?
PARM. __ Tú y ella y allá está la vieja y Elicia. Aueremos plazer. PARMENO Toi et elle ; nous y trouverons la vieille et Élicie, et nous aurons du plaisir.
SEMP. __ ¡O Dios! y cómo me has alegrado. Franco eres, nunca te faltaré. Como te tengo por hombre, como creo que Dios te ha de hazer bien, Todo el enojo, que de tus passadas fablas tenía, se me ha tornado en amor. No dudo ya tu confederación con nosotros ser la que deue. Abraçarte quiero. Seamos como hermanos, ¡Vaya el diablo para ruyn! sea lo passado questión de Sant Juan y assí paz para todo el año. Que las yras de los amigos siempre suelen ser reintegración del amor. Comamos y holguemos, que nuestro amo ayunará por todos. SEMPRONIO Ô Dieu ! comme tu m’as réjoui ! tu es un bon garçon, je ne te ferai jamais défaut. Je te tiens pour homme, je crois que Dieu te veut du bien ; toute la colère que m’avaient donnée tes bavardages s’est changée en attachement. Je ne doute plus que ton alliance avec nous ne soit ce qu’elle doit être. Je veux t’embrasser, soyons unis comme frères, au diable tout le reste ! Qu’il soit question du passé autant que de la Saint-Jean ; vienne la paix pour toute l’année ; les querelles entre amis entretiennent l’amitié. Mangeons et amusons-nous, notre maître fera diète pour nous tous.
PARM. __ ¿:Y qué haze el desesperado? PARMENO Et que fait-il, le désespéré ?
SEMP. __ Allí está tendido en el estrado cabo la cama, donde le dexaste anoche. Que ni ha dormido ni está despierto. Si allá entro, ronca; si me salgo, canta o deuanea. No le tomo tiento, si con aquello pena o descansa. SEMPRONIO Il est là près de son lit, étendu sur une estrade comme tu l’as laissé hier soir ; il n’a dormi ni veillé. Si j’entre, il ronfle ; si je sors, il chante ou il extravague ; je ne puis juger s’il s’y plaît ou s’il souffre.
PARM. __ ¿:Qué dizes? ¿:Y nunca me ha llamado ni ha tenido memoria de mí? PARMENO Que dis-tu ? Et il ne m’a pas appelé, il n’a pas pensé à moi ?
SEMP. __ No se acuerda de sí, ¿:Acordarse ha de ti? SEMPRONIO Il ne pense pas à lui-même, comment veux-tu qu’il se souvienne de toi ?
PARM. __ Avn hasta en esto me ha corrido buen tiempo. Pues assí es, mientra recuerda, quiero embiar la comida, que la adrecen. PARMENO J’ai eu du bonheur jusqu’en cela. Puisqu’il en est ainsi, avant qu’il s’éveille, je vais envoyer de quoi préparer le dîner.
SEMP. __ ¿:Qué has pensado embiar, para que aquellas loquillas te tengan por hombre complido, biencriado y franco? SEMPRONIO Qu’enverras-tu là-bas afin que ces folles te tiennent pour un homme accompli, bien élevé et généreux ?
PARM. __ En casa llena presto se adereça cena. De lo que ay en la despensa basta para no caer en falta. Pan blanco, vino de Monuiedro, vn pernil de toçino. Y más, seys pares de pollos, que traxeron estotro día los renteros de nuestro amo. Que si los pidiere, haréle creer que los ha comido. Y las tórtolas, que mandó para oy guardar diré que hedían. Tú serás testigo. Ternemos manera cómo a él no haga mal lo que dellas comiere y nuestra mesa esté como es razón. Y allá hablaremos largamente en su daño y nuestro prouecho con la vieja cerca destos amores. PARMENO Dans une maison pleine on trouve bientôt de quoi disposer un repas ; une partie de ce qu’il y a à la dépense suffit pour ne pas être en défaut. Du pain blanc, du vin de Murviedro, un jambon et six paires de petits poulets qu’ont apportés l’autre jour les fermiers de notre maître ; s’il les demande, je lui ferai croire qu’il les a mangés. Et ses tourterelles qu’il a fait réserver pour aujourd’hui, je lui dirai qu’elles sentaient, tu diras comme moi. Nous nous arrangerons de telle manière que ce qu’il en mangera ne le rendra pas malade. Notre repas sera fort bien ordonné. Là-bas, nous causerons plus longuement avec la vieille de notre profit et de ses amours.
SEMP. __ ¡Más, dolores! Que por fe tengo que de muerto o loco no escapa desta vez. Pues que assí es, despacha, subamos a ver qué faze. SEMPRONIO De ses douleurs plutôt, car en vérité je crois qu’il ne s’en tirera cette fois que mort ou fou. Tout est convenu, viens donc, montons voir ce qu’il fait.
CAL. __
En gran peligro me veo:
En mi muerte no ay tardança,
Pues que me pide el deseo
Lo que me niega esperança.
CALIXTE.
Hélas ! mon bonheur n’est plus,
L’heure de ma mort approche.
Ce que le désir demandeBR. L’espérance le refuse.
PARM. __ Escucha, escucha, Sempronio. Trobando está nuestro amo. PARMENO Écoute, écoute, Sempronio, notre maître improvise.
SEMP. __ ¡O hideputa, el trobador! El gran Antipater Sidonio, el gran poeta Ouidio, los quales de improuiso se les venían las razones metrificadas a la boca. !Sí, sí, desos es! ¡Trobará el diablo! está deuaneando entre sueños. SEMPRONIO Quel fou et quel troubadour ! le voilà qui veut rivaliser avec le grand Antipater Sidonius et avec le célèbre poëte Ovide, auxquels les pensées venaient à la bouche toutes rimées.
[PARMENO] En vérité, il fait comme eux, le diable l’inspire, il extra vague entre deux rêves.
CAL. __
Coraçón, bien se te emplea
Que penes y viuas triste,
Pues tan presto te venciste
Del amor de Melibea.
CALIXTE. Mon cœur, hélas ! il est bien juste
Que tu souffres et sois malheureux,
Puisque tu t’es laissé séduire
Par les charmes de Mélibée.
PARM. __ ¿:No digo yo que troba? PARMENO Ne t’ai-je pas dit qu’il improvisait !
CAL. __ ¿:Quién fabla en la sala? ¡Moços! CALIXTE. Qui parle dans la salle ? Holà !
PARM. __ Señor. PARMENO Seigneur ?
CAL. __ ¿:Es muy noche? ¿:Es hora de acostar? CALIXTE. La nuit est-elle bien avancée ? Est-il l’heure de me coucher ?
PARM. __ ¡Más ya es, señor, tarde para leuantar! PARMENO Seigneur, il serait plutôt tard pour vous lever.
CAL. __ ¿:Qué dizes, loco? ¿:Toda la noche es passada? CALIXTE. Que dis-tu, fou ? Toute la nuit est-elle donc passée ?
PARM. __ Y avn harta parte del día. PARMENO Et même une partie du jour.
CAL. __ Di, Sempronio, miente este desuariado que me haze creer que es de día? CALIXTE. Dis-moi, Sempronio, ne ment-il pas, ce fou qui veut me faire croire qu’il est jour ?
SEMP. __ Oluida, señor, vn poco a Melibea y verás la claridad. Que con la mucha, que en su gesto contemplas, no puedes ver de encandelado, como perdiz con la calderuela. SEMPRONIO Seigneur, oubliez un peu Mélibée, et vous verrez la lumière. Vous êtes toujours en contemplation devant son image, et son souvenir vous éblouit comme la lanterne fascine la perdrix.
CAL. __ Agora lo creo, que tañen a missa. Daca mis ropas, yré a la Madalena. Rogaré a Dios aderece a Celestina y ponga en coraçón a Melibea mi remedio o dé fin en breue a mis tristes días. CALIXTE. Je te crois maintenant, car on sonne la messe. Donne-moi mes vêtements, j’irai à la Madeleine, je prierai Dieu d’aider Célestine, de me rendre favorable le cœur de Mélibée ou de mettre fin à mes jours.
SEMP. __ No te fatigues tanto, no lo quieras todo en vna hora. Que no es de discretos desear con grande eficacia lo que se puede tristemente acabar. Si tú pides que se concluya en vn día lo que en vn año sería harto, no es mucha tu vida. SEMPRONIO Ne vous fatiguez pas tant, il ne faut pas tout vouloir en une heure ; les gens sages ne désirent jamais avec grande impatience ce qui peut finir tristement. Si vous demandez de voir s’accomplir en un jour une chose pour laquelle il faudrait une année, votre vie ne sera pas longue.
CAL. __ ¿:Quieres dezir que soy como el moço del escudero gallego? CALIXTE. Tu veux dire que je suis comme le valet de l’écuyer galicien
SEMP. __ No mande Dios que tal cosa yo diga, que eres mi señor. Y demás desto, sé que, como me galardonas el buen consejo, me castigarías lo malhablado. Verdad es que nunca es ygual la alabança del seruicio o buena habla, que la reprehensión y pena de lo malhecho o hablado. SEMPRONIO Dieu ne me permet pas de dire pareille chose, car vous êtes mon maître ; je sais d’ailleurs que, de même que vous récompensez les bons soins, vous me corrigeriez pour avoir mal parlé. Mais on dit que les louanges et les paroles bienveillantes qu’on mérite par de bons services, ne rachètent jamais le châtiment ou la peine qu’on s’attire par quelque mauvaise parole ou méchante action.
CAL. __ No sé quién te abezó tanta filosofía, Sempronio. CALIXTE. Je ne sais d’où te vient tant de philosophie, Sempronio.
SEMP. __ Señor, no es todo blanco aquello que de negro no tiene semejança, ni es todo oro lo que amarillo reluze. Tus acelerados deseos, no medidos por razón, hazen parecer claros mis consejos. Quisieras tú ayer que te traxeran a la primera habla amanojada y embuelta en su cordón a Melibea, como si houieras embiado por otra qualquiera mercaduría a la plaça, en que no houiera más trabajo de llegar y pagalla. Da, señor, aliuio al coraçón, que en poco espacio de tiempo no cabe gran bienauenturança. Vn solo golpe no derriba vn roble. Apercíbete con sofrimiento, porque la providencia es cosa loable y el apercibimiento resiste el fuerte combate. SEMPRONIO Seigneur, de ce qu’une chose n’est pas noire, il ne faut pas en conclure qu’elle est blanche, tout ce qui reluit n’est pas or. L’impatience de vos désirs, que la raison ne modère pas, vous empêche de juger de la bonté de mes conseils. Vous auriez voulu hier qu’au premier mot de vous on vous amenât Mélibée, enveloppée et garrottée avec son cordon, tout comme si vous aviez envoyé au marché chercher quelque autre marchandise pour laquelle il n’y aurait eu qu’à choisir et à payer. Soulagez votre cœur, maître, un grand bonheur n’arrive pas en si peu de temps. Un seul coup ne suffit pas pour renverser un chêne. Sachez commander à votre douleur, la prudence est chose louable, et l’homme prévenu et bien disposé sait résister aux plus fortes attaques.
CAL. __ Bien has dicho, si la qualidad de mi mal lo consintiesse. CALIXTE. Tout cela serait fort bien, si la nature de mon mal le permettait.
SEMP. __ ¿:Para qué, señor, es el seso, si la voluntad priua a la razón? SEMPRONIO À quoi sert le bon sens, seigneur, si la volonté repousse la raison ?
CAL. __ ¡O loco, loco! Dize el sano al doliente: Dios te dé salud. No quiero consejo ni esperarte más razones, que más aviuas y enciendes las flamas, que me consumen. Yo me voy solo a missa y no tornaré a casa que me llameys, pidiéndome las albricias de mi gozo con la buena venida de Celestina. Ni comeré hasta entonce; avnque primero sean los cauallos de Febo apacentados en aquellos verdes prados, que suelen, quando han dado fin a su jornada. CALIXTE. Ô fou que tu es ! l’homme bien portant ne sait dire au malade autre chose que : « Dieu vous donne la santé ! » Je ne veux pas t’écouter davantage, tu ne fais qu’irriter et exciter la flamme qui me consume. Je m’en vais seul à la messe ; je ne veux revenir à la maison que lorsque vous viendrez me chercher et m’apporter d’heureuses nouvelles de Célestine ; je ne mangerai pas avant que les chevaux de Phébus soient rentrés dans les vastes prairies où ils se retirent lorsqu’ils ont fini leur course journalière.
SEMP. __ Dexa, señor, essos rodeos, dexa essas poesías, que no es habla conueniente la que a todos no es común, la que todos no participan, la que pocos entienden. Di: avnque se ponga el sol, y sabrán todos lo que dizes. Y come alguna conserua, con que tanto espacio de tiempo te sostengas. SEMPRONIO Seigneur, laissez là ces détours, laissez là ces poésies, il n’est pas convenable de parler d’une manière que tout le monde ne comprend pas et que personne n’emploie. Dites : avant que le soleil se couche, et on saura ce que vous voulez dire. Mangez quelque conserve qui puisse vous soutenir jusqu’à ce moment.
CAL. __ Sempronio mi fiel criado, mi buen consejero, mi leal seruidor, sea como a ti te paresce. Porque cierto tengo, según tu limpieça de seruicio, quieres tanto mi vida como la tuya. CALIXTE. Sempronio, mon fidèle serviteur, mon bon conseiller, qu’il soit comme tu voudras ; je suis certain, à en juger par tes bons soins, que tu tiens autant à ma vie qu’à la tienne.
SEMP. __ ¿:Créeslo tú, Pármeno? Bien sé que no lo jurarías. Acuérdate, si fueres por conserua, apañes vn bote para aquella gentezilla, que nos va más y a buen entendedor. . . En la bragueta cabrá. SEMPRONIO, à part. Crois-tu cela, Parmeno ? Je parie bien que tu n’en mettrais pas la main au feu. Vois si tu sais où est la conserve, empoignes-en un pot pour ces chères femmes ; cela nous va parfaitement. À bon entendeur, etc. Tu le cacheras dans ta poche.
CAL. __ ¿:Qué dizes, Sempronio? CALIXTE. Que dis-tu, Sempronio ?
SEMP. __ Dixe señor a Pármeno que fuesse por vna tajada de diacitrón. SEMPRONIO Seigneur, je dis à Parmeno d’aller chercher une tranche de citron confit.
PARM. __ Héla aquí, señor. PARMENO Le voici, seigneur.
CAL. __ Daca. CALIXTE. Donne.
SEMP. __ Verás qué engullir haze el diablo. Entero lo que quería tragar por más apriesa hazer. SEMPRONIO, à part. Diable ! comme il avale ! il voudrait l’engloutir d’une seule bouchée pour avoir plus tôt fait.
CAL. __ El alma me ha tornado. Quedaos con Dios, hijos. Esperad la vieja y yd por buenas albricias. CALIXTE. L’âme m’est revenue. Adieu, mes amis, attendez la vieille et apportez-moi de bonnes nouvelles. (Il sort.)
PARM. __ ¡Allá yrás con el diablo, tú y malos años! ¡Y en tal hora comiesses el diacitrón, como Apuleyo el veneno, que le conuertió en asno! PARMENO Va au diable toi et tes mauvaises années ! Plût au ciel que cette tranche de citron pût te produire le même effet qu’à Apulée le poison qui le changea en âne








ACTO IX

ACTE NEUVIÈME

Sumario: SEMPRONIO y PARMENO van a casa de CELESTINA entre si hablando. Llegados alla, hallan a ELICIA Y AREUSA. Ponense a comer; entre comer riñe ELICIA con SEMPRONIO. Levantase de la mesa. Tornanla apaziguar. Estando ellos todos entre si razonando, viene LUCRECIA, criada de MELIBEA, llamar a CELESTINA que vaya a estar con MELIBEA. ARGUMENT : Sempronio et Parmena vont chez Célestine en causant. Arrivés là, ils trouvent Élicie et Areusa. Ils se mettent à table, et pendant le repas Élicie se querelle avec Sempronio ; elle quitte la table et tous cherchent à l’apaiser. Pendant ce temps, Lucrèce, servante de Mélibée, vient prier Célestine d’aller trouver sa maîtresse.
SEMPRONIO, PARMENO, CÉLESTINE, ÉLICIE, AREUSA, LUCRÈCE.
SEM. __ Baxa, Pármeno, nuestras capas y espadas, si te parece que es hora que vamos a comer. SEMPRONIO Parmeno, descends nos capes et nos épées, s’il te semble à propos ; il est l’heure d’aller dîner.
PAR. __ Vamos presto. Ya creo que se quexarán de nuestra tardança. No por essa calle, sino por estotra, porque nos entremos por la yglesia y veremos si ouiere acabado Celestina sus deuociones: lleuarla hemos de camino. PARMENO Hâtons-nous, car elles se plaindraient de notre retard. Ne passons pas par cette rue, mais par l’autre, parce que nous entrerons à l’église et nous verrons si Célestine a achevé ses dévotions ; nous l’accompagnerons en chemin.
SEM. __ A donosa hora ha de estar rezando. SEMPRONIO Il n’est pas temps ; crois-tu donc qu’à cette heure elle soit en prières ?
PAR. __ No se puede dezir sin tiempo fecho lo que en todo tiempo se puede fazer. PARMENO On ne peut pas dire qu’il n’est pas temps de faire une chose qui peut se faire en tout temps.
SEM. __ Verdad es; pero mal conoces a Celestina; quando ella tiene que hazer, no se acuerda de Dios ni cura de santidades; quando ay que roer en casa, sanos están los santos; quando va a la yglesia con sus cuentas en la mano, no sobra el comer en casa. Avnque ella te crió, mejor conozco yo sus propriedades que tú. Lo que en sus cuentas reza es los virgos que tiene a cargo y quántos enamorados ay en la cibdad y quántas moças tiene encomendadas y qué despenseros le dan ración y quál lo mejor y cómo les llaman por nombre, porque quando los encontrare no hable como estraña y qué canónigo es más moço y franco. Quando menea los labios es fengir mentiras, ordenar cautelas para hauer dinero: por aquí le entraré, esto me responderá, estotro replicaré. Assí viue ésta, que nosotros mucho honrramos. SEMPRONIO C’est vrai, mais tu connais mal Célestine ; quand elle a quelque chose à traiter, elle ne se souvient pas de Dieu et ne s’occupe pas de saintetés. Tant qu’il y a de quoi ronger à la maison, les saints sont sains, elle les laisse en repos ; quand elle va à l’église avec son rosaire à la main, c’est qu’il n’y a pas de quoi manger au logis. Bien qu’elle t’ait élevé, je connais mieux que toi ses habitudes. Les prières de son chapelet sont pour les virginités dont elle répond, pour tous les amoureux qu’il y a dans la ville, pour les jeunes filles qui lui sont recommandées, pour que les sommeliers lui donnent bonne ration et du meilleur, pour qu’ils la connaissent tous par son nom, afin que, lorsqu’elle les rencontre, ils ne la prennent pas pour étrangère ; enfin pour que le chanoine soit toujours jeune et généreux. Quand elle remue les lèvres, c’est pour préparer des mensonges, pour méditer des finesses qui puissent lui faire gagner de l’argent : j’entrerai par ici, il me répondra ceci, je lui répliquerai cela. C’est ainsi que vit celle à laquelle nous rendons honneur.
PARM. __ Más que esso sé yo; sino, porque te enojaste estotro día, no quiero hablar; quando lo dixe a Calisto. PARMENO J’en sais bien davantage, mais je ne veux pas parler, car je t’ai fâché l’autre jour quand je l’ai dit à Calixte.
SEMP. __ Avnque lo sepamos para nuestro prouecho, no lo publiquemos para nuestro daño. Saberlo nuestro amo es echalla por quien es y no curar della. Dexándola, verná forçado otra, de cuyo trabajo no esperemos parte, como desta, que de grado o por fuerça nos dará de lo que le diere. SEMPRONIO Nous le savons pour notre bien, ne le publions pas, de peur qu’il nous en advienne du mal. Si notre maître vient à connaître tout cela, il la prendra pour ce qu’elle est et n’en voudra pas. S’il ne l’emploie pas, il faudra qu’il en vienne une autre, et nous n’aurons pas notre part du bénéfice comme avec celle-ci, car enfin, de gré ou de force, il faudra bien qu’elle partage avec nous ce qu’elle recevra.
PARM. __ Bien has dicho. Calla, que está abierta la puerta. En casa está. Llama antes que entres, que por ventura están embueltas y no querrán ser assí vistas. PARMENO Tu as bien dit, tais-toi, car la porte est ouverte. Elle est chez elle, appelle avant d’entrer, peut-être sont-elles déshabillées et ne voudront-elles pas être vues ainsi.
SEMP. __ Entra, no cures, que todos somos de casa. Ya ponen la mesa. SEMPRONIO Entre, ne crains rien, nous sommes tous de la maison ; elles mettent déjà la table.
CEL. __ ¡O mis enamorados, mis perlas de oro! ¡Tal me venga el año, qual me parece vuestra venida! CELESTINE. Ô mes amoureux ! mes perles d’or ! que l’année me soit aussi heureuse que votre visite m’est agréable !
PARM. __ ¡Qué palabras tiene la noble! Bien ves, hermano, estos halagos fengidos. PARMENO, à part. Quels discours tient la vieille ? Vois-tu, frère, ces feintes caresses ?
SEMP. __ Déxala, que deso viue. Que no sé quién diablos le mostró tanta ruyndad. SEMPRONIO Laisse-la, elle ne vit que de cela, je ne sais qui diable lui a enseigné tant de méchanceté.
PARM. __ La necessidad y pobreza, la hambre. Que no ay mejor maestra en el mundo, no ay mejor despertadora y aviuadora de ingenios. ?Quién mostró a las picaças y papagayos ymitar nuestra propia habla con sus harpadas lenguas, nuestro órgano y boz, sino ésta? PARMENO Nécessité et pauvreté, la faim surtout ; il n’y a pas de meilleure conseillère au monde, il n’y a pas de meilleur excitant pour l’esprit. Qui a enseigné aux pies et aux perroquets à imiter avec leurs langues habiles notre voix, notre organe et nos paroles, si ce n’est la faim ?
Cel.__ ¡Mochachas! ¡mochachas! ¡Bobas! Andad acá baxo, presto, que están aquí dos hombres, que me quieren forçar. CELESTINE. Fillettes, follettes, descendez vite, il y a ici deux hommes qui veulent me faire violence.
ELIC. __ ¡Más nunca acá vinieran! ¡Y mucho combidar con tiempo! Que ha tres horas que está aquí mi prima. Este perezoso de Sempronio haurá sido causa de la tardança, que no ha ojos por do verme. ÉLICIE Je croyais qu’ils ne viendraient pas ; ils y mettent le temps, il y a trois heures que ma cousine est ici. Ce paresseux de Sempronio aura été cause du retard ; il n’a pas d’yeux pour me voir.
SEMP. __ Calla, mi señora, mi vida, mis amores. Que quien a otro sirue, no es libre; assí que sujeción me relieua de culpa. No ayamos enojo, assentémonos a comer. SEMPRONIO Tais-toi, ma reine, ma vie, mes amours ; qui sert n’est pas libre ; ma dépendance me préserve de toute accusation. Ne nous fâchons pas et mettons-nous à table.
ELIC. __ ¡Assí! ¡Para assentar a comer, muy diligente! ¡A mesa puesta con tus manos lauadas y poca vergüenza! ÉLICIE C’est cela, tu es toujours prêt en pareil cas ; te voilà assis, les mains propres et sans honte.
SEMP. __ Después reñiremos; comamos agora. Assiéntate, madre Celestina, tú primero. SEMPRONIO Nous nous fâcherons plus tard, mangeons. Assieds-toi la première, mère Célestine,
CEL. __ Assentaos vosotros, mis hijos, que harto lugar ay para todos, a Dios gracias: tanto nos diessen del parayso, quando allá vamos. Poneos en orden, cada vno cabe la suya; yo, que estoy sola, porné cabo mí este jarro y taça, que no es más mi vida de quanto con ello hablo. Después que me fuy faziendo vieja, no sé mejor oficio a la mesa, que escanciar. Porque quien la miel trata, siempre se le pega dello. Pues de noche en inuierno no ay tal escallentador de cama. Que con dos jarrillos destos, que beua, quando me quiero acostar, no siento frío en toda la noche. Desto aforro todos mis vestidos, quando viene la nauidad; esto me callenta la sangre; esto me sostiene continuo en vn ser; esto me faze andar siempre alegre; esto me para fresca; desto vea yo sobrado en casa, que nunca temeré el mal año. Que vn cortezón de pan ratonado me basta para tres días. Esto quita la tristeza del coraçón, más que el oro ni el coral; esto da esfuerço al moço y al viejo fuerça, pone color al descolorido, coraje al couarde, al floxo diligencia, conforta los celebros, saca el frío del estómago, quita el hedor del anélito, haze potentes los fríos, haze suffrir los afanes de las labranças, a los cansados segadores haze sudar toda agua mala, sana el romadizo y las muelas, sostiénese sin heder en la mar, lo qual no haze el agua. Más propriedades te diría dello, que todos teneys cabellos. Assí que no sé quién no se goze en mentarlo. No tiene sino una tacha, que lo bueno vale caro y lo malo haze daño. Assí que con lo que sana el hígado enferma la bolsa. Pero todavía con mi fatiga busco lo mejor, para esso poco que beuo. Vna sola dozena de vezes a cada comida. No me harán passar de allí, saluo si no soy combidada como agora. CELESTINE. Asseyez-vous, mes enfants, il y a place pour tous ; qu’on nous en donne autant en paradis quand nous irons. Mettez-vous en ordre, chacun près de son amie ; moi, qui suis seule, je mettrai à côté de moi cette cruche et cette tasse ; toute ma vie maintenant est de causer avec elles. Depuis que je me fais vieille, je ne sais rien de mieux à faire à table que de verser à boire : qui touche le miel, il lui en reste toujours aux mains. La nuit en hiver, il n’y a pas pareille bassinoire ; avec deux semblables cruches, que je bois avant de me coucher, je ne sens pas le froid de la nuit. J’en double mes vêtements quand Noël approche ; cela me réchauffe le sang, cela me soutient sans cesse, cela me tient toujours en gaîté, cela entretient la fraîcheur du teint. Puissé-je en voir une bonne provision dans mon logis ! je ne craindrais pas la mauvaise année, car un croûton de pain rongé par les souris me suffit pour trois jours. Le vin ôte la tristesse du cœur mieux que l’or et le corail : il donne du courage au jeune homme et de la force au vieillard, des couleurs à qui n’en a pas, du cœur au lâche, du zèle au paresseux : il raffermit le cerveau, chasse le froid de l’estomac, enlève la mauvaise haleine, donne de l’énergie aux gens froids, fait supporter les fatigues du travail, procure une sueur salutaire aux moissonneurs fatigués, guérit les rhumatismes et les maux de dents, se conserve sur la mer sans se corrompre, ce que l’eau ne fait pas. Il a plus de propriétés que vous n’avez de cheveux ; je ne sais en vérité qui ne serait pas heureux d’en parler. Il n’a qu’un défaut, c’est qu’il coûte cher lorsqu’il est bon et qu’il nuit lorsqu’il est mauvais ; ainsi ce qui fait du bien au corps fait du mal à la bourse. Malgré tout cela, je recherche le meilleur, j’en bois si peu, rien qu’une douzaine de coups à chaque repas ; on ne m’en fera jamais boire davantage, à moins que je ne sois invitée comme aujourd’hui.
Parm.__ Madre, pues tres vezes dizen que es bueno y honesto todos los que escriuieron. PARMENO Mère, tous ceux qui en ont parlé disent que trois coups seulement c’est fort honnête et suffisant.
Cel.__ Hijos, estará corrupta la letra, por treze tres. CELESTINE. Mon fils, on s’est trompé de chiffre, on a dit trois pour treize
SEMP. __ Tía señora, a todos nos sabe bien. !Comiendo y hablando! Porque después no haurá tiempo para entender en los amores deste perdido de nuestro amo y de aquella graciosa y gentil Melibea. SEMPRONIO Bonne tante, il nous semble bon à tous ; parlons et mangeons, car après nous aurons à peine le temps de causer des amours de notre pauvre maître et de sa gracieuse et gentille Mélibée.
ELIC. __ ¡Apártateme allá, dessabrido, enojoso! ¡Mal prouecho te haga lo que comes!, tal comida me has dado. Por mi alma, reuesar quiero quanto tengo en el cuerpo, de asco de oyrte llamar aquella gentil. !Mirad quién gentil! ¡Jesú, Jesú! ¡Y qué hastio y enojo es ver tu poca vergüenza! ¿:A quién, gentil? ¡Mal me haga Dios, si ella lo es ni tiene parte dello!; sino que ay ojos, que de lagaña se agradan. Santiguarme quiero de tu necedad y poco conocimiento. !O quién estouiesse de gana para disputar contigo su hermosura y gentileza! ¿:Gentil es Melibea? Entonce lo es, entonce acertarán, quando andan a pares los diez mandamientos, aquella hermosura por vna moneda se compra de la tienda. Por cierto, que conozco yo en la calle donde ella viue quatro donzellas, en quien Dios mas repartió su gracia que no en Melibea. Que si algo tiene de hermosura, es por buenos atauíos, que trae. Poneldos a vn palo, también direys que es gentil. Por mi vida, que no lo digo por alabarme; mas creo que soy tan hermosa como vuestra Melibea. ÉLICIE Va-t’en d’ici, homme insipide et ennuyeux ! mauvais profit te fasse ce que tu manges et ce repas auquel tu m’as conviée ! Sur mon âme, tu me donnes des nausées, je me sens tentée de rendre ce que j’ai dans le corps à t’entendre appeler cette femme gentille. Voyez la gentille personne ! Jésus ! Jésus ! quel ennui et quel dégoût de voir ton peu de pudeur ! Qui cela gentille ? Dieu me damne si elle l’est ou si elle en a l’air ! elle a les yeux chassieux. Dieu te pardonne tant de sottise et d’impudence ! Qui aura jamais l’envie de perdre son temps à discuter avec toi sur sa beauté et sa gentillesse ? Mélibée est gentille ? Elle le sera et tu diras vrai quand les dix commandements iront deux à deux. Cette beauté-là s’achète pour un écu à la boutique. En vérité, je connais dans la rue où elle demeure quatre demoiselles sur lesquelles Dieu a réparti ses grâces plus que sur Mélibée ; si elle a quelque beauté, c’est par les beaux ornements qu’elle porte ; mets-les sur un bâton, tu diras aussi qu’il est gentil. Sur ma vie, je ne le dis pas pour me vanter, je suis aussi belle que votre Mélibée.
AREU. __ Pues no la has tu visto como yo, hermana mia. Dios me lo demande, si en ayunas la topasses, si aquel día pudieses comer de asco. Todo el año se está encerrada con mudas de mill suziedades. Por vna vez que aya de salir donde pueda ser vista, enuiste su cara con hiel y miel, con vnas tostadas y higos passados y con otras cosas, que por reuerencia de la mesa dexo de dezir. Las riquezas las hazen a estas hermosas y ser alabadas; que no las gracias de su cuerpo. Que assí goze de mí, vnas tetas tiene, para ser donzella, como si tres vezes houiesse parido: no parecen sino dos grandes calabaças. El vientre no se le he visto; pero juzgando por lo otro, creo que le tiene tan floxo, como vieja de cincuenta años. No sé qué se ha visto Calisto, porque dexa de amar otras, que más ligeramente podría hauer y con quién más él holgasse sino que el gusto dañado muchas vezes juzga por dulce lo amargo. AREUSA Et tu ne l’as pas vue comme moi, sœur. Dieu me le pardonne ! si tu la rencontrais à jeun, ce jour-là le cœur te lèverait et tu ne pourrais manger. Toute l’année elle s’enferme et se couvre de mille saletés ; pour une fois qu’elle aura à sortir et qu’elle pourra être vue, elle se frottera la figure de fiel et de miel, de rôties et de figues sèches et d’autres choses que je ne dis pas parce que nous sommes à table. Ce sont les richesses qui embellissent et font courtiser ces dames et non pas les grâces du corps ; en vérité, pour une demoiselle, elle a une gorge aussi grosse que si elle avait fait trois enfants : on dirait deux énormes calebasses. Je ne lui ai pas vu le ventre ; cependant, si j’en juge par le reste, je crois qu’elle l’a aussi flasque qu’une vieille de cinquante ans. Je ne sais de quelle manière Calixte l’a vue ; il en néglige d’autres qu’il pourrait avoir plus facilement et avec lesquelles il aurait plus de plaisir. Mais voilà, quand le goût est usé, il lui arrive souvent de trouver doux ce qui est amer.
SEMP. __ Hermana, paréceme aquí que cada bohonero alaba sus agujas, que el contrario desso se suena por la cibdad. SEMPRONIO Il me semble qu’ici chacun vante sa marchandise ; on dit le contraire de tout cela dans la ville.
26. AREU. __ Ninguna cosa es más lexos de verdad que la vulgar opinión. Nunca alegre viuirás si por voluntad de muchos te riges. Porque éstas son conclusiones verdaderas, que qualquier cosa que el vulgo piensa, es vanidad; lo que fabla, falsedad; lo que reprueua es bondad; lo que aprueua, maldad. y pues este es su más cierto vso y costumbre, no juzgues la bondad y hermosura de Melibea por esso ser la que afirmas. AREUSA Rien n’est plus loin de la vérité que l’opinion du vulgaire ; jamais tu ne vivras heureux si tu te soumets à plusieurs volontés, parce qu’il est positif et vrai que tout ce que le vulgaire pense est vanité ; ce qu’il dit, fausseté ; ce qu’il réprouve est bon ; ce qu’il approuve, mauvais. Et dès que ce que je viens de dire est sa plus certaine habitude, ne juge pas de la bonté et de la beauté de Mélibée par ce qu’on en dit.
SEMP. __ Señora, el vulgo parlero no perdona las tachas de sus señores y así yo creo que, si alguna touiesse Melibea, ya sería descubierta de los que con ella más que con nosotros tratan. Y avnque lo que dizes concediesse, Calisto es cauallero, Melibea fijadalgo: assí que los nacidos por linaje escogido búscanse vnos a otros. Por ende no es de marauillar que ame antes a ésta que a otra. SEMPRONIO Amie, le vulgaire ne se tait jamais sur les défauts des seigneur ; aussi je crois que si Mélibée en avait quelqu’un, il aurait été promptement découvert par ceux qui la voient plus souvent que nous. Et lors même que je reconnaîtrais ce que tu dis, Calixte est un noble cavalier, Mélibée est fille de gentilhomme ; il est juste que ceux qui sont de haute naissance se recherchent entre eux. Il n’est donc nullement étonnant que Calixte aime Mélibée plutôt qu’une autre.
AREU. __ Ruin sea quien por ruin se tiene. Las obras hazen linaje, que al fin todos somos hijos de Adán y Eua. Procure de ser cada vno bueno por sí y no vaya buscar en la nobleza de sus passados la virtud. AREUSA Vilain soit celui qui croit l’être ! les œuvres font la naissance, car, après tout, nous sommes les uns et les autres enfants d’Adam et d’Ève. Que chacun cherche à être bon par lui-même et ne demande pas son mérite à la noblesse de ses ancêtres.
CEL. __ Hijos, por mi vida que cessen essas razones de enojo. Y tú, Elicia, que te tornes a la mesa y dexes essos enojos. CELESTINE. Sur mon âme, mes enfants, cessez ces discussions, et toi, Élicie, reviens à table et laisse là ta bouderie.
ELIC. __ Con tal que mala pro me hiziesse, con tal que rebentasse en comiéndolo. ?Hauía yo de comer con esse maluado, que en mi cara me ha porfiado que es más gentil su andrajo de Melibea, que yo? ÉLICIE. C’est à celui qui m’a mise en colère que tu dois adresser tes reproches. Puis-je manger à côté de ce maudit, qui vient me dire en face que son haillon de Mélibée est plus joli que moi !
SEMP. __ Calla, mi vida, que tú la comparaste. Toda comparación es odiosa: tú tienes la culpa y no yo. SEMPRONIO. Tais-toi, ma vie, c’est toi qui as fait la comparaison ; toute comparaison est odieuse ; c’est à toi que revient la faute et non à moi.
AREU. __ Ven, hermana, a comer. No hagas agora esse plazer a estos locos porfiados; si no, leuantarme he yo de la mesa. AREUSA. Sœur, viens manger et ne fais pas à ces fous, à ces entêtés l’honneur de les bouder, ou bien je me lève aussi de table.
ELIC. __ Necessidad de complazerte me haze contentar a esse enemigo mio y vsar de virtud con todos. ÉLICIE Ce n’est que pour te plaire que je vais contenter ce maudit et user de patience avec tous.
SEMP. __ ¡He! ¡he! ¡he! SEMPRONIO Hé, hé, hé.
ELIC. __ ¿:De qué te ríes? ¡De mal cancre sea comida essa boca desgraciada, enojosa! ÉLICIE De quoi ris-tu ? Qu’un méchant cancer puisse dévorer cette bouche disgracieuse et méchante !
CEL. __ No le respondas, hijo; si no, nunca acabaremos. Entendamos en lo que faze a nuestro caso. Dezidme, ¿:Como quedó Calisto? ¿:Cómo lo dexastes? ¿:Cómo os pudistes entramos descabullir dél? CELESTINE. Ne lui réponds pas, ami, nous n’en finirions jamais. Occupons-nous de ce qui nous regarde. Dites-moi, comment avez-vous laissé Calixte ? Comment l’avez-vous quitté ? Comment avez-vous pu tous deux vous échapper d’auprès de lui ?
PARM. __ Allá fue a la maldición, echando fuego, desesperado, perdido, medio loco, a missa a la Magdalena, a rogar a Dios que te dé gracia, que puedas bien roer los huessos destos pollos y protestando no boluer a casa hasta oyr que eres venida con Melibea en tu arremango. Tu saya y manto y avn mi sayo, cierto está; lo otro vaya y venga. El quándo lo dará no lo sé. PARMENO Il est comme un homme frappé de malédiction, jetant feu et flamme, désespéré, perdu, à moitié fou ; il est allé à la messe à la Madeleine prier Dieu de te faire la grâce de pouvoir ronger les os de ces poulets et jurant de ne rentrer chez lui qu’il ne sache que tu en es venue à tes fins avec Mélibée. Ta robe, ta mante et mon pourpoint, voilà le positif ; que le reste aille et vienne, je ne sais quand il le donnera.
CEL. __ Sea quando fuere. Buenas son mangas passada la pasqua. Todo aquello alegra que con poco trabajo se gana, mayormente viniendo de parte donde tan poca mella haze, de hombre tan rico, que con los saluados de su casa podría yo salir de lazeria, según lo mucho le sobra. No les duele a los tales lo que gastan y según la causa por que lo dan; no sienten con el embeuecimiento del amor, no les pena, no veen, no oyen. Lo qual yo juzgo por otros, que he conocido menos apassionados y metidos en este fuego de amor, que a Calisto veo. Que ni comen ni beuen, ni ríen ni lloran, ni duermen ni velan, ni hablan ni callan, ni penan ni descansan, ni están contentos ni se quexan, según la perplexidad de aquella dulce y fiera llaga de sus coraçones; y si alguna cosa destas la natural necessidad les fuerça a hazer están en el acto tan oluidados, que comiendo se oluida la mano de lleuar la vianda a la boca. Pues si con ellos hablan, jamás conueniente respuesta bueluen. Allí tienen los cuerpos; con sus amigas los coraçones y sentidos. Mucha fuerça tiene el amor: no sólo la tierra, mas avn las mares traspassa, según su poder; ygual mando tiene en todo género de hombres. Todas las dificultades quiebra. Ansiosa cosa es, temerosa y solicita. Todas las cosas mira en derredor. Assí que, si vosotros buenos enamorados haués sido, juzgarés yo dezir verdad. CELESTINE. Quand il voudra ; après Pâques les bons cadeaux. Tout ce qui se gagne avec peu de peine se reçoit avec plaisir, surtout quand cela vient d’un point où cela fait si petite brèche, de chez un homme si riche qu’avec les balayures qui sortent de sa maison je pourrais sortir de misère, tant il y en a. Ce qui fait souffrir ces gens-là, ce n’est pas ce qu’ils donnent, mais la cause pour laquelle ils donnent. L’amour les étourdit de telle manière qu’ils ne sentent pas ce qu’ils font, ils n’en éprouvent aucune peine, ils ne voient et n’entendent pas. Je puis juger de tout cela par ce que j’ai remarqué chez des hommes moins passionnés, moins dévorés des flammes d’amour que Calixte. Ils ne mangent pas, ne boivent pas, ne rient pas, ne pleurent pas, ne dorment pas, ne veillent pas, ne parlent pas, ne se taisent pas, ne souffrent pas, ne se reposent pas, ne sont ni contents ni mécontents, tant les agite cette douce flamme qui remplit leurs cœurs. Si la force de la nature les oblige à faire quelqu’une de ces choses, ils y pensent si peu que lorsqu’ils mangent, la main oublie de porter la nourriture à la bouche : si on leur parle, on ne peut en obtenir une réponse convenable ; leurs corps sont avec eux, leurs cœurs et tous leurs sens sont avec leurs maîtresses. L’amour a une force immense ; il traverse non-seulement la terre, mais encore les mers, tant il est puissant. Il domine également toutes les classes d’hommes, il surmonte toutes les difficultés. C’est une chose chagrine, redoutable, une source d’inquiétudes ; elle porte à voir toutes choses sous leur plus mauvais côté. Si vous avez été de bons amoureux, mes enfants, vous reconnaîtrez que je dis vrai.
SEMP. __ Señora, en todo concedo con tu razón, que aquí está quien me causó algún tiempo andar fecho otro Calisto, perdido el sentido, cansado el cuerpo, la cabeça vana, los días mal dormiendo, las noches todas velando, dando alboradas, haziendo momos, saltando paredes, poniendo cada día la vida al tablero, esperando toros, corriendo cauallos, tirando barra, echando lança, cansando amigos, quebrando espadas, haziendo escalas, vistiendo armas y otros mill actos de enamorado, haziendo coplas, pintando motes, sacando inuenciones. Pero todo lo doy por bienempleado, pues tal joya gané. SEMPRONIO Mère, en toutes choses tu as raison. Ici est une femme qui a fait de moi un autre Calixte : je perdais l’esprit, j’avais le corps fatigué, la tête vide ; je sommeillais le jour, je veillais la nuit, attendant toujours l’aurore avec impatience ; je faisais des folies, j’escaladais les murs, je risquais ma vie à chaque instant ; j’allais au-devant des taureaux, je faisais courir les chevaux, je lançais le disque, je joutais à la lance, je me brouillais avec tous mes amis, je brisais des épées, je faisais des échelles, je mettais des armures ; je faisais mille sottises dignes d’un amoureux, des vers, des jeux de mots ; j’inventais mille choses galantes ; tout cela du reste a été on ne peut mieux placé, puisque j’ai gagné un tel joyau.
ELIC. __ ¡Mucho piensas que me tienes ganada! Pues hágote cierto que no has tú buelto la cabeça, quando está en casa otro que más quiero, más gracioso que tú y avn que no anda buscando cómo me dar enojo. A cabo de vn año, que me vienes a uer, tarde y con mal. ÉLICIE Tu es donc bien persuadé que tu m’as gagnée ; mais je te certifie que tu n’as pas plus tôt tourné la tête que je trouve en cette maison un autre que j’aime mieux, qui est plus gracieux que toi et qui ne cherche pas sans cesse l’occasion de me mettre en colère comme toi, qui restes un an sans me venir voir, qui arrives tard et de mauvaise humeur.
CEL. __ Hijo, déxala dezir, que deuanea. Mientra más desso la oyeres, más se confirma en su amor; todo es porque haués aquí alabado a Melibea. No sabe en otra cosa, que os lo pagar, sino en dezir esso y creo que no vee la hora de hauer comido para lo que yo me sé. Pues esotra su prima yo me la conozco. Gozá vuestras frescas mocedades, que quien tiempo tiene y mejor le espera, tiempo viene que se arrepiente. Como yo hago agora por algunas horas que dexé perder, quando moça, quando me preciauan, quando me querían. Que ya, ¡mal pecado!, caducado he, nadie no me quiere. !Que sabe Dios mi buen desseo! Besaos y abraçaos, que a mí no me queda otra cosa sino gozarme de vello. Mientra a la mesa estays, de la cinta arriba todo se perdona. quando seays aparte, no quiero poner tassa, pues que el rey no la pone. Que yo sé por las mochachas, que nunca de importunos os acusen y la vieja Celestina mascará de dentera con sus botas enzías las migajas de los manteles. Bendígaos Dios, ¡cómo lo reys y holgays, putillos, loquillos, trauiessos! ¡En esto auía de parar el nublado de las questioncillas, que aués tenido! ¡Mirá no derribés la mesa! CELESTINE. Mon fils, laisse-la dire, elle extravague ; plus tu l’entendras parler de la sorte, plus tu verras s’accroître son amour pour toi. Tout ce qui t’arrive, c’est pour avoir fait l’éloge de Mélibée ; elle ne connaît pas de meilleur moyen de te le faire payer que de te traiter comme elle te traite ; et je suis persuadée qu’elle attend impatiemment la fin du dîner pour ce que je sais bien. Quant à sa cousine, je la connais. Jouissez de votre fraîche jeunesse ; quiconque tient et mieux attend, plus tard se repent. C’est ce que je fais aujourd’hui pour quelques heures que j’ai laissées se perdre quand j’étais jeune, quand on m’appréciait, quand on m’aimait ; et maintenant, pour mes péchés, je deviens vieille, personne ne me veut, et Dieu sait ce que je voudrais encore bien ! Baisez-vous, embrassez-vous, je ne puis plus avoir d’autre plaisir que celui de vous voir. Tant que vous êtes à table, tout se pardonne de la ceinture à la tête ; quand vous en serez sortis, je ne vous gênerai pas, en pareil cas le roi ne le fait jamais ; vous serez libres. Je sais que les fillettes ne vous accuseront pas d’importunité ; pendant ce temps, la vieille Célestine mâchera avec ses gencives dégarnies les miettes de la table. Dieu vous bénisse ! Oh ! comme vous riez, comme vous vous amusez, lapins, fous, enragés. Voilà ce qu’il fallait pour dissiper le nuage de vos querelles ; prenez garde de renverser la table.
ELIC. __ Madre, a la puerta llaman. !El solaz es derramado! ÉLICIE Mère, on frappe à la porte, voilà notre plaisir perdu.
CEL. __ Mira, hija, quién es: por ventura será quien lo acreciente y allegue. CELESTINE. Vois, ma fille, qui est là, peut-être est-ce quelqu’un qui vient l’augmenter.
ELIC. __ O la boz me engaña o es mi prima Lucrecia. ÉLICIE Ou la voix me trompe, ou c’est ma cousine Lucrèce.
CEL. __ Abrela y entre ella y buenos años. Que avn a ella algo se le entiende desto que aquí hablamos; avnque su mucho encerramiento le impide el gozo de su mocedad. CELESTINE. Ouvre-lui, fais-la entrer, qu’elle soit la bienvenue ; elle aussi comprend quelque chose à ce que nous disons ici, bien que le peu de liberté dont elle jouit l’empêche de profiter de sa jeunesse.
AREU. __ Assí goze de mí, que es verdad, que éstas, que siruen a señoras, ni gozan deleyte ni conocen los dulces premios de amor. Nunca tratan con parientes, con yguales a quien pueden hablar tú por tú, con quien digan: ¿:qué cenaste? ¿:Estás preñada? ¿:quántas gallinas crías? lléuame a merendar a tu casa; muéstrame tu enamorado; ¿:quánto ha que no te vido? ¿:cómo te va con él? ¿:quién son tus vezinas? y otras cosas de ygualdad semejantes. ¡O tía, y qué duro nombre y que graue y soberuio es señora contino en la boca! Por esto me viuo sobre mí, desde que me sé conocer. Que jamás me precié de llamarme de otrie, sino mía. Mayormente destas señoras que agora se vsan. Gástase con ellas lo mejor del tiempo, y con una saya rota de las que ellas desechan pagan seruicio de diez años. Denostadas, maltratadas las traen, contino sojuzgadas, que hablar delante dellas no osan. y quando veen cerca el tiempo de la obligación de casallas, leuántanles vn caramillo que se echan con el moço o con el hijo o pídenles celos del marido o que meten hombres en casa o que hurtó la taça o perdió el anillo; danles vn ciento de açotes y échanlas la puerta fuera, las haldas en la cabeça, diziendo: allá yrás, ladrona, puta, no destruyrás mi casa y honrra. Assí que esperan galardón, sacan baldón; esperan salir casadas, salen amenguadas; esperan vestidos y joyas de boda, salen desnudas y denostadas. Estos son sus premios, éstos son sus beneficios y pagos. Oblíganseles a dar marido, quítanles el vestido. La mejor honrra que en sus casas tienen, es andar hechas callejeras, de dueña en dueña, con sus mensajes a cuestas. Nunca oyen su nombre propio de la boca dellas; sino puta acá, puta acullá.

?A dó vas, tiñosa? ¿:Qué heziste, vellaca? ¿:Por qué comiste esto, golosa? ¿:Cómo fregaste la sartén, puerca? ¿:Por qué no limpiaste el manto, suzia? ¿:Cómo dixiste esto, necia? ¿:Quién perdió el plato, desaliñada? ¿:Cómo faltó el paño de manos, ladrona? A tu rufián lo aurás dado. Ven acá, mala muger, la gallina hauada no paresce: pues búscala presto; si no, en la primera blanca de tu soldada la contaré. Y tras esto mill chapinazos y pellizcos, palos y açotes. No ay quien las sepa contentar, no quien pueda sofrillas. Su plazer es dar bozes, su gloria es reñir. De lo mejor fecho menos contentamiento muestran. Por esto, madre, he quesido más viuir en mi pequeña casa, esenta y señora, que no en sus ricos palacios sojuzgada y catiua.
AREUSA C’est bien vrai, sur ma foi, celles qui servent des dames n’ont pas de plaisirs et ne connaissent pas les doux bénéfices de l’amour. Elles ne voient jamais parentes ni égales avec qui elles puissent parler à leur aise, à qui elles puissent dire : « Qu’as-tu mangé à souper ? Es-tu enceinte ? Combien de poules élèves-tu ? Emmène-moi dîner chez toi ; fais-moi voir ton amoureux ; combien y a-t-il qu’il ne t’a vue ? Comment es-tu avec lui ? Quelles sont tes voisines ? » et autres choses semblables. Ô tante ! quel mot rude, grave et superbe que ce madame qu’il faut toujours avoir à la bouche. C’est pour cela que je vis seule depuis que je me connais, je puis me vanter que jamais on ne m’a appelée autrement que mon Areusa. Près de ces dames d’aujourd’hui, on perd le meilleur de sa jeunesse ; avec une robe trouée qu’elles mettent au rebut, elles payent le service de dix années. Elles injurient leurs suivantes, les maltraitent, les bousculent de telle sorte que celles-ci n’osent parler en leur présence ; quand vient le temps de les marier, elles leur font une querelle, leur reprochent de coucher avec le domestique ou le fils de la maison, de faire les coquettes avec leurs maris, d’amener des hommes au logis ; elles se plaignent qu’on leur a volé une tasse ou perdu une bague, elles leur donnent une centaine de coups de bâton, les mettent à la porte, leurs jupons par-dessus la tête, en leur disant : « Sors d’ici, voleuse, fille de mauvaise vie ; hors de chez moi, tu ne porteras atteinte ni à mon honneur ni à la sûreté de ma maison. » Ainsi, qui attend une récompense reçoit des reproches ; elles comptent sortir mariées et sortent déshonorées ; elles espèrent des vêtements et des bijoux de noce, on les renvoie nues et outragées. Voilà leurs profits, leurs bénéfices et leurs salaires. On leur promet des maris, et on leur ôte leurs habits. Le meilleur honneur qu’elles puissent rencontrer dans ces maisons, c’est de devenir batteuses de pavé et de courir de duègne en duègne chargées de messages. Jamais elles n’entendent leurs noms dans la bouche de leurs maîtresses, mais toujours : « Drôlesse par-ci, carogne par-là.

Où vas-tu, teigneuse ? Qu’as-tu fait, mauvaise ? Pourquoi as-tu mangé cela, goulue ? Comment as-tu nettoyé la poêle, cochonne ? Pourquoi n’as-tu pas essuyé ma robe, sale ? Comment as-tu dit cela, sotte ? Qui a brisé ce plat, maladroite ? Qui a perdu l’essuie-main, négligente ? Tu l’auras donné à ton amant, voleuse ! Viens ici, mauvaise fille ; je ne vois plus la poule mouchetée, cherche-la vite, sinon je te la fais payer sur tes premiers gages. » Puis par-dessus tout cela, des claques, des égratignures, des coups de bâton, des coups de poing. Rien ne peut les contenter, rien n’est à leur goût. Leur plaisir est de crier, leur bonheur de se mettre en colère ; le mieux fait les contente le moins. C’est pour cela, mère, que j’ai mieux aimé vivre dans ma petite maison seule et maîtresse, que dans ces riches palais soumise et captive.
CEL. __ En tu seso has estado, bien sabes lo que hazes. Que los sabios dizen: que vale más vna migaja de pan con paz, que toda la casa llena de viandas con renzilla. Mas agora cesse esta razón, que entra Lucrecia. CELESTINE Tu fais bien, tu sais ce que tu fais. Les sages disent que mieux vaut une miette de pain avec la paix, qu’une maison pleine de provisions avec des querelles. N’en disons pas davantage, voici Lucrèce.
LUCR. __ Buena pro os haga, tía y la compañía. Dios bendiga tanta gente y tan honrrada. LUCRECE. Grand bien vous fasse, ma tante et la compagnie. Dieu bénisse des gens tels et si honorables !
CEL. __ ¿:Tánta, hija? ¿:Por mucha has ésta? Bien parece que no me conosciste en mi prosperidad, oy ha veynte años. !Ay, quién me vido y quién me vee agora, no sé cómo no quiebra su coraçón de dolor! Yo vi, mi amor a esta mesa, donde agora están tus primas assentadas, nueue moças de tus días, que la mayor no passaua de deziocho años y ninguna hauía menor de quatorze. Mundo es, passe, ande su rueda, rodee sus alcaduzes, vnos llenos, otros vazíos. La ley es de fortuna que ninguna cosa en vn ser mucho tiempo permanesce: su orden es mudanças. No puedo dezir sin lágrimas la mucha honrra que entonces tenía; avnque por mis pecados y mala dicha poco a poco ha venido en diminución. Como declinauan mis días, assí se diminuya y menguaua mi prouecho. Prouerbio es antiguo, que quanto al mundo es o crece o descrece. Todo tiene sus límites, todo tiene sus grados. Mi honrra llegó a la cumbre, según quien yo era: de necessidad es que desmengües y abaxe. Cerca ando de mi fin. En esto veo que me queda poca vida. Pero bien sé que sobí para decender, florescí para secarme, gozé para entristecerme, nascí para biuir, biuí para crecer, crecí para enuejecer, enuejecí para morirme. Y pues esto antes de agora me consta, sofriré con menos pena mi mal; avnque del todo no pueda despedir el sentimiento, como sea de carne sentible formada. CELESTINE Tels gens, ma fille ? Est-ce beaucoup que tu as voulu dire ? Il paraît bien que tu ne m’as pas connue à l’époque de ma prospérité, il y a aujourd’hui vingt ans. Hélas ! qui m’a vue alors et me voit maintenant doit avoir le cœur déchiré de douleur. J’ai vu, mon amour, à cette table où sont assises en ce moment tes cousines, neuf jeunes filles de ton âge, car l’aînée n’avait pas plus de dix-huit ans et aucune n’en avait moins de quatorze. Voilà le monde, il passe, il suit le chemin qui lui est tracé ; ses sources, ses canaux coulent au hasard, les uns pleins, les autres vides. Voilà la loi de la fortune, aucune chose ne reste longtemps dans la même position, elle n’a d’autre règle que le changement. Je ne puis redire sans larmes combien j’étais honorée alors ; pour mes péchés et pour mon malheur, tout cela a diminué peu à peu, et à mesure que déclinaient mes jours, mon profit diminuait et s’amoindrissait. C’est là un bien vieux proverbe : « Tout ce qui est en ce monde croît et décroît, tout a ses limites, tout a ses degrés. » Mon honneur arriva au comble, eu égard à ce que j’étais ; il faut bien qu’il baisse et qu’il décroisse, puisque j’approche de ma fin. Je juge à cela qu’il me reste peu à vivre ; car je sais bien que je suis montée pour descendre, que j’ai fleuri pour me faner, que je me suis réjouie pour m’attrister, que je suis née pour vivre, que j’ai vécu pour croître, que j’ai crû pour vieillir, que j’ai vieilli pour mourir. Et puisque je suis certaine de cela depuis longtemps, je supporterai mon mal avec patience, bien que je ne puisse entièrement chasser le chagrin ; car, après tout, je suis de chair et d’os comme tout autre.
LUCR. __ Trabajo tenías, madre, con tantas moças, que es ganado muy trabajoso de guardar. LUCRECE. Tu devais avoir de la peine, mère, avec tant de jeunes filles : c’est un troupeau bien difficile à garder.
CEL. __ ¿:Trabajo, mi amor? Antes descanso y aliuio. Todas me obedescían, todas me honrrauan, de todas era acatada, ninguna salía de mi querer, lo que yo dezía era lo bueno, a cada qual daua su cobro. No escogían más de lo que yo les mandaua: coxo o tuerto o manco, aquél hauían por sano, que más dinero me daua. Mío era el prouecho, suyo el afán. Pues seruidores, ¿:No tenía por su causa dellas? Caualleros viejos y moços, abades de todas dignidades, desde obispos hasta sacristanes. En entrando por la yglesia, vía derrocar bonetes en mi honor, como si yo fuera vna duquesa. El que menos auía que negociar comigo, por más ruyn se tenía. De media legua que me viessen, dexauan las horas. Vno a vno, dos a dos, venían a donde yo estaua a uer si mandaua algo, a preguntarme cada vno por la suya. Que hombre havía, que estando diziendo missa, en viéndome entrar, se turbaua, que no fazía ni dezía cosa a derechas. vnos me llamauan señora, otros tía, otros enamorada, otros vieja honrrada. Allí se concertauan sus venidas a mi casa, allí las ydas a la suya, allí se me ofrecían dineros, allí promesas, allí otras dádiuas, besando el cabo de mi manto y avn algunos en la cara, por me tener más contenta. Agora hame traydo la fortuna a tal estado, que me digas: buena pro hagan las çapatas. CELESTINE. De la peine, mon amour ? plutôt du plaisir et de la joie. Toutes m’obéissaient, toutes m’honoraient, toutes me respectaient, aucune ne manquait à ma volonté. Tout ce que je disais était bien, à chacune je remettais ce qui lui revenait. Elles ne prenaient pas plus que je ne leur disais ; boiteux, tortu ou manchot, elles acceptaient volontiers celui qui me donnait le plus d’argent. Le profit était pour moi, la fatigue pour elles. Des serviteurs ? je n’en manquais pas par leur moyen : des cavaliers, des vieillards, des jeunes gens, des abbés, des dignitaires de tout genre, depuis l’évêque jusqu’au sacristain. En entrant dans l’église, je voyais tomber les bonnets en mon honneur comme si j’eusse été une duchesse ; celui qui avait le moins à négocier avec moi, on le regardait comme le plus indigne. S’ils m’apercevaient d’une demi-lieue, ils quittaient tout, un à un, deux à deux ; ils venaient où j’étais, voir si je voulais quelque chose et me demander chacun des nouvelles de la sienne. En me voyant entrer, tous se troublaient tellement qu’ils ne faisaient et ne disaient rien à propos. Les uns m’appelaient madame, d’autres ma tante, d’autres mon amoureuse, ceux-là bonne vieille. Ici on concertait les visites chez moi, là les rendez-vous chez eux. Ici on m’offrait de l’argent, ailleurs des cadeaux d’un autre genre. Ceux-ci baisaient le bord de mon manteau, ceux-là m’embrassaient au visage pour me faire honneur. Aujourd’hui la fortune m’a mise dans un tel état que tu peux me dire : « Grand bien te fassent tes savates ! »
SEMP. __ Espantados nos tienes con tales cosas como nos cuentas de essa religiosa gente y benditas coronas. !Sí, que no serían todos! SEMPRONIO Tu nous épouvantes avec toutes les choses que tu nous contes de ces hommes religieux et de ces couronnes bénites. Ils n’étaient pas tous ainsi.
CEL. __ No, hijo, ni Dios lo mande que yo tal cosa leuante. Que muchos viejos deuotos hauía con quien yo poco medraua y avn que no me podían ver; pero creo que de embidia de los otros que me hablauan. Como la clerezía era grande, hauía de todos: vnos muy castos, otros que tenían cargo de mantener a las de mi oficio. Y avn todavía creo que no faltan; y embiauan sus escuderos y moços a que me acompañassen, y apenas era llegada a mi casa quando entrauan por mi puerta muchos pollos y gallinas, ansarones, anadones, perdizes, tórtolas, perniles de tocino, tortas de trigo, lechones. Cada qual, como lo recebía de aquellos diezmos de Dios, assí lo venían luego a registrar, para que comiese yo y aquellas sus deuotas. ¿:Pues, vino? No me sobraua! De lo mejor que se beuía en la ciudad, venido de diuersas partes, de Monuiedro, de Luque, de Toro, de Madrigal, de Sant Martin y de otros muchos lugares, y tantos que, avnque tengo la diferencia de los gustos y sabor en la boca, no tengo la diuersidad de sus tierras en la memoria. Que harto es que vna vieja como yo, en oliendo qualquiera vino, diga de dónde es. Pues otros curas sin renta, no era ofrecido el bodigo, quando, en besando el filigrés la estola, era del primer boleo en mi casa. Espessos, como piedras a tablado, entrauan mochachos cargados de prouisiones por mi puerta. No sé cómo puedo viuir, cayendo de tal estado. CELESTINE. Non, mon fils, Dieu ne me permettrait pas de dire une telle chose ; il y avait beaucoup de vieux dévots avec lesquels je gagnais peu et même qui ne voulaient pas me regarder ; mais je crois plutôt que c’était par jalousie de voir les autres causer avec moi. Comme le clergé était grand, il y avait de tout, les uns très-chastes, les autres qui se chargeaient d’entretenir les femmes de mon métier, et je crois qu’il n’en manque pas encore aujourd’hui. Ils envoyaient leurs écuyers et leurs serviteurs pour m’accompagner, et à peine étais-je arrivée qu’entraient par ma porte des poules, des poulets, des oies, des perdrix, des tourterelles, des jambons, des tourtes de froment, des cochons de lait ; chacun m’envoyait ces provisions telles qu’il les recevait pour la dîme de Dieu ; puis ils venaient me prier de les accepter et de les manger avec leurs bonnes amies. Et du vin ? Je ne manquais jamais du meilleur qui se buvait dans la ville ; il venait de divers pays, de Murviedro, de Luque, de Toro, de Madrigal, de Saint-Martin et de tant d’autres lieux, que bien que ma bouche se souvienne encore de la diversité des goûts et des saveurs, ma mémoire ne retient pas les noms de tous les terroirs ; c’est beaucoup qu’une vieille comme moi, en goûtant un vin, puisse dire d’où il est. Puis venaient des curés sans casuel ; on n’offrait pas plus tôt le pain bénit que, lorsque le paroissien baisait l’étole, son offrande était du premier coup dans ma maison. Des garçons, drus et pressés comme pierres à bâtir, entraient par ma porte chargés de provisions. Je ne sais comment je puis vivre après être tombée d’un tel état.
AREU. __ Por Dios, pues somos venidas a hauer plazer, no llores, madre, ni te fatigues: que Dios lo remediará todo. AREUSA Pour Dieu ! puisque nous sommes venus pour prendre du plaisir, ne pleure pas, mère, ne te désole pas, Dieu remédiera à tout.
CEL. __ Harto tengo, hija, que llorar, acordándome de tan alegre tiempo y tal vida, como yo tenía, y quán seruida era de todo el mundo. Que jamás houo fruta nueua, de que yo primero no gozasse, que otros supiessen si era nascida. En mi casa se hauía de hallar, si para alguna preñada se buscasse. CELESTINE. J’ai assez de sujets de larmes, ma fille, quand je me souviens d’un temps si heureux et d’une vie telle que celle que je menais ; j’étais tellement choyée par tout le monde, qu’il n’y eut jamais fruits nouveaux dont je ne goûtasse avant que les autres sussent s’il en était déjà venu. On était sûr d’en trouver chez moi si on en cherchait pour quelque envie de femme grosse.
SEMP. __ Madre, ningun prouecho trae la memoria del buen tiempo, si cobrar no se puede; antes tristeza. Como a ti agora, que nos has sacado el plazer de entre las manos. Alcese la mesa. Yrnos hemos a holgar y tú darás respuesta a essa donzella, que aquí es venida. SEMPRONIO Mère, le souvenir du bon temps n’est d’aucun profit ; on ne peut le faire revenir, on n’y gagne que de la tristesse ; c’est là ce qui t’arrive, et tu viens de nous ôter le plaisir des mains. Quittons la table, allons nous réjouir, et toi, mère, donne réponse à cette demoiselle qui est venue ici. (Ils sortent.)
CEL. __ Hija Lucrecia, dexadas estas razones, querría que me dixiesses a qué fue agora tu buena venida. CELESTINE. Lucrèce, ma fille, laissons là ces bavardages et dis-moi ce qui me procure ta bonne visite.
LUCR. __ Por cierto, ya se me hauía oluidado mi principal demanda y mensaje con la memoria de esse tan alegre tiempo como has contado y assí me estuuiera vn año sin comer, escuchándote y pensando en aquella vida buena, que aquellas moças gozarían, que me parece y semeja que estó yo agora en ella Mi venida, señora, es lo que tú sabrás: pedirte el ceñidero y, demás desto, te ruega mi señora sea de ti visitada y muy presto, porque se siente muy fatigada de desmayos y de dolor del coraçón. LUCRECE. En vérité, j’avais déjà oublié le but principal de mon message en t’écoutant parler de cet heureux temps. Je passerais sans manger une année entière à t’entendre, à penser à la joyeuse vie que menaient ces jeunes filles ; il me semble presque que j’y suis en ce moment. Le but de ma venue, bonne mère, puisqu’il faut que tu le saches, est de te demander la ceinture. De plus, ma maîtresse te prie d’aller la voir sans aucun retard, parce qu’elle se sent très-fatiguée de faiblesses et de douleurs de cœur.
CEL. __ Hija, destos dolorcillos tales, más es el ruydo que las nuezes. Marauillada estoy sentirse del coraçón muger tan moça. CELESTINE. Ma fille, de semblables petites maladies font plus de bruit que de mal. Je suis étonnée qu’une personne aussi jeune souffre déjà du cœur.
LUCR. __ ¡Assí te arrastren, traydora! ¿:Tú no sabes qué es? Haze la vieja falsa sus hechizos y vasse; después házese de nueuas. LUCRECE, à part. Le démon t’emporte, traîtresse, comme tu ne sais pas ce que c’est ! La vieille fait ses coups, s’en va, et puis fait l’ignorante.
CEL. __ ¿:Qué dizes, hija? CELESTINE. Que dis-tu, ma fille ?
LUCR. __ Madre, que vamos presto y me des el cordón. LUCRECE. Mère, hâtons-nous et donne-moi le cordon.
CEL. __ Vamos, que yo le lleuo. CELESTINE. Partons, je l’ai sur moi.






ACTO X

ACTE DIXIÈME

Sumario: Mientra andan CELESTINA y LUCRECIA por camino, sta hablando MELIBEA consigo misma. Llegan a la puerta; entra LUCRECIA primero. Haze entrar a CELESTINA. MELIBEA, despues de muchas razones, descubre a CELESTINA arder en amor de CALISTO. Veen venir a ALISA, madre de MELIBEA. Despidense de en uno. Pregunta ALISA a MELIBEA de los negocios de CELESTINA. Defendiole su mucha conversacion. ARGUMENT : Pendant que Célestine et Lucrèce sont en chemin, Mélibée parle toute seule. Elles arrivent à la porte. Lucrèce entre la première et fait entrer Célestine. Après quelques causeries, Mélibée découvre à Célestine qu’elle éprouve un grand amour pour Calixte. Elles voient venir Alisa, mère de Mélibée, et se séparent aussitôt. Alisa demande à sa fille ce que venait faire Célestine et lui défend de la voir trop souvent.
MÉLIBÉE, CÉLESTINE, LUCRÈCE, ALISA.
MELIB. __¡O lastimada de mí! ¡O malproueyda doncella! ¿:Y no me fuera mejor conceder su petición y demanda ayer a Celestina, quando de parte de aquel señor, cuya vista me catiuó, me fue rogado, y contentarle a él y sanar a mí, que no venir por fuerça a descobrir mi llaga, quando no me sea agradecido, quando ya, desconfiando de mi buena respuesta, aya puesto sus ojos en amor de otra? ¡Quánta más ventaja touiera mi prometimiento rogado, que mi ofrecimiento forzoso! ¡O mi fiel criada Lucrecia! ¿:Qué dirás de mí? ¿:Qué pensarás de mi seso, quando me veas publicar lo que a ti jamás he quesido descobrir? ¡Cómo te espantarás del rompimiento de mi honestidad y vergüença , que siempre como encerrada donzella acostumbré tener! No sé si aurás barruntado de dónde proceda mi dolor. !O, si ya veniesses con aquella medianera de mi salud! ¡O soberano Dios! A ti, que todos los atribulados llaman, los apassionados piden remedio, los llagados medicina; a ti, que los cielos, mar y tierra con los infernales centros obedecen; a ti, el qual todas las cosas a los hombres sojuzgaste, humilmente suplico des a mi herido coraçón sofrimiento e paciencia, con que mi terrible passión pueda dissimular. No se desdore aquella hoja de castidad, que tengo assentada sobre este amoroso desseo, publicando ser otro mi dolor, que no el que me atormenta. Pero, ¿:cómo lo podré hazer, lastimándome tan cruelmente el ponçoñoso bocado, que la vista de su presencia de aquel cauallero me dio? ¡O género femíneo, encogido e frágile! ¿:Por qué no fue también a las hembras concedido poder descobrir su congoxoso e ardiente amor, como a los varones? Que ni Calisto biuiera quexoso ni yo penada. MELIBEE, seule. Malheureuse et imprudente que je suis ! n’aurais-je pas mieux fait d’accorder hier à Célestine ce qu’elle me demandait quand elle vint me prier au nom de ce seigneur (dont la vue m’a captivée) ? N’aurais-je pas mieux fait de le satisfaire et, par ce moyen, de me guérir moi-même, plutôt que d’être obligée de lui découvrir maintenant ma passion, ce dont il ne me saura plus gré ? Peut-être, n’espérant plus de moi une réponse favorable, aura-t-il porté ses regards et son amour vers une autre ? N’aurait-il pas éprouvé plus de plaisir si je me fusse rendue à sa prière, qu’il n’en ressentira maintenant que je me sens forcée de m’offrir à lui ? Ô Lucrèce, ma fidèle servante ! que diras-tu de moi ? que penseras-tu de ma raison quand tu me verras publier ce que je n’ai jamais voulu te découvrir ? Comme tu t’épouvanteras de me voir ainsi jouer mon honnêteté et ma pudeur, que j’ai toujours conservées comme doit faire une jeune fille bien surveillée ! Je ne sais si tu auras deviné le sujet de ma douleur. Oh ! que je voudrais te voir arriver avec cette médiatrice de mon salut ! Ô Dieu puissant ! toi que les malheureux implorent ! toi à qui les gens passionnés demandent guérison, à qui les blessés demandent soins et secours ! toi à qui obéissent les cieux, la mer, la terre et les profondeurs infernales ! toi qui as soumis aux hommes toutes les choses ici-bas ! je te supplie humblement de donner à mon cœur ulcéré assez de force et de patience pour que je puisse dissimuler ma terrible passion. Ne permets pas que se déchire ce voile de chasteté qui couvre mes amoureux désirs ; que je puisse cacher ma douleur ou du moins lui donner une autre cause. Mais comment pourrai-je le faire, souffrant aussi cruellement que je souffre de la morsure venimeuse que m’ont faite la vue et la présence de ce cavalier ? Ô femmes ! que vous êtes faibles et fragiles ! pourquoi ne vous a-t-il pas été permis aussi bien qu’aux hommes de découvrir votre amour ardent et douloureux ! S’il en était ainsi, Calixte ne se plaindrait pas et je ne souffrirais pas.
LUCR. __ Tía, detente vn poquito cabo esta puerta. Entraré a uer con quién está hablando mi señora. Entra, entra, que consigo lo ha. LUCRECE. en dehors. Mère, attends un peu près de la porte, je vais entrer voir à qui parle ma maîtresse. Entre, entre, elle est seule.
MELIB. __ Lucrecia, echa essa antepuerta. !O vieja sabía y honrrada, tú seas bienvenida! ¿:Qué te parece, cómo ha querido mi dicha y la fortuna ha rodeado que yo tuuiesse de tu saber necessidad, para que tan presto me houiesses de pagar en la misma moneda y beneficio que por ti me fue demandado para esse gentilhombre, que curauas con la virtud de mi cordón? MELIBEE Lucrèce, laisse tomber la portière. Sois la bienvenue, bonne et honorable vieille. Vois, le sort et mon bonheur ont décidé que j’aurais besoin de ton savoir ; ils ont voulu que tu vinsses me payer en même monnaie le bienfait que tu as réclamé de moi pour ce gentilhomme que tu voulais guérir par la vertu de mon cordon.
CEL. __ ¿:Qué es, señora, tu mal, que assí muestra las señas de su tormento en las coloradas colores de tu gesto? CELESTINE. Quel est votre mal, madame ? Les vives couleurs de votre visage m’indiquent déjà que vous souffrez.
MELIB. __ Madre mia, que comen este coraçón serpientes dentro de mi cuerpo. MELIBEE Mère, je sens des serpents qui me dévorent le cœur.
CEL. __ Bien está. Assí lo quería yo. Tú me pagarás, doña loca, la sobra de tu yra. CELESTINE Voilà qui va bien, c’est ainsi que je le voulais ; tu me payeras, folle, ta ridicule colère.
MELIB. __ ¿:Qué dizes? ¿:Has sentido en verme alguna causa, donde mi mal proceda? MELIBEE Que dis-tu ? As-tu deviné en me voyant d’où peut provenir mon mal ?
CEL. __ No me as, señora, declarado la calidad del mal. ?Quieres que adeuine la causa? Lo que yo digo es que rescibo mucha pena de ver triste tu graciosa presencia. CELESTINE. Vous ne m’avez pas déclaré, madame, quel en est le genre ; comment voulez-vous que j’en devine la cause ? Je ne puis dire en ce moment autre chose, sinon que j’éprouve une grande peine de voir votre gracieuse figure tout attristée.
MELIB. __ Vieja honrrada, alégramela tú, que grandes nueuas me han dado de tu saber. MELIBEE Rends-lui la gaieté, bonne vieille ; tu m’as déjà donné de grandes preuves de ton savoir.
CEL. __ Señora, el sabidor solo es Dios; pero, como para salud y remedio de las enfermedades fueron repartidas las gracias en las gentes de hallar las melezinas, dellas por esperiencia, dellas por arte, dellas por natural instinto, alguna partezica alcançó a esta pobre vieja, de la qual al presente podrás ser seruida. CELESTINE. Madame, Dieu seul sait tout ; mais pour le remède et la guérison des infirmités, les hommes ont eu la grâce de trouver la médecine : les uns la pratiquent par expérience, les autres par étude, d’autres par instinct naturel. La pauvre vieille que vous voyez a obtenu quelques parcelles de cette grâce ; elle se met dès ce moment à votre disposition.
MELIB. __ ¡O qué gracioso y agradable me es oyrte! Saludable es al enfermo la alegre cara del que le visita. Parésceme que veo mi coraçón entre tus manos fecho pedaços. El qual, si tú quisiesses, con muy poco trabajo juntarías con la virtud de tu lengua: no de otra manera que, quando vio en sueños aquel grande Alexandre, rey de Macedonia, en la boca del dragón la saludable rayz con que sanó a su criado Tolomeo del bocado de la bíuora. Pues, por amor de Dios, te despojes para muy diligente entender en mi mal y me des algún remedio. MELIBEE Oh ! qu’il m’est gracieux et agréable de t’entendre ! Le joyeux visage chez le médecin est déjà commencement de salut pour le malade. Il me semble que je vois mon cœur par morceaux entre tes mains, et si tu voulais, par la vertu de ta langue, tu les réunirais tous sans peine. Il en est de toi comme d’Alexandre le Grand, roi de Macédoine, qui vit en songe, dans la bouche d’un dragon, la plante salutaire avec laquelle son ami Ptolémée fut guéri de la piqûre d’une vipère. Pour l’amour de Dieu, quitte ta mante, afin de pouvoir plus à l’aise t’occuper de mon mal, et indique-moi quelque remède.
CEL. __ Gran parte de la salud es dessearla, por lo qual creo menos peligroso ser tu dolor. Pero para yo dar, mediante Dios, congrua y saludable melezina, es necessario saber de ti tres cosas. La primera, a qué parte de tu cuerpo más declina y aquexa el sentimiento. Otra, si es nueuamente por ti sentido, porque más presto se curan las tiernas enfermedades en sus principios, que quando han hecho curso en la perseueración de su oficio; mejor se doman los animales en su primera edad, que quando ya es su cuero endurecido, para venir mansos a la melena; mejor crescen las plantas, que tiernas y nueuas se trasponen, que las que frutificando ya se mudan; muy mejor se despide el nueuo pecado, que aquel que por costumbre antigua cometemos cada día. La tercera, si procede de algún cruel pensamiento, que asentó en aquel lugar. Y esto sabido, verás obrar mi cura. Por ende cumple que al médico como al confessor se hable toda verdad abiertamente. CELESTINE. Désirer guérir est déjà une grande partie de la guérison ; c’est ce qui me fait croire que votre douleur n’est pas bien dangereuse. Mais afin que je puisse vous donner, avec l’aide de Dieu, des soins convenables et salutaires, il faut que je sache de vous trois choses : la première, à quelle partie de votre corps la sensation est plus tenace et plus douloureuse ; la seconde, s’il y a peu de temps que vous l’éprouvez, parce que les maladies légères se guérissent plus facilement dès leur principe, que lorsqu’elles ont eu leur cours et leur effet. On dompte mieux les animaux dans leur jeune-âge que lorsque leur cuir a durci et est devenu moins sensible à l’aiguillon ; les plantes qu’on transporte tendres et nouvelles viennent mieux que celles qu’on déplace lorsque déjà elles portent leurs fruits ; on se corrige mieux d’un péché nouveau que de celui dont on s’est fait une habitude de chaque jour. Enfin, comme troisième question, veuillez me dire si cette douleur provient de quelque cruelle pensée qui vous serait venue en cet endroit ; cela su, vous me verrez agir. N’oubliez pas surtout qu’au médecin comme au confesseur il faut tout dire à cœur ouvert.
MELIB. __ Amiga Celestina, muger bien sabia y maestra grande, mucho has abierto el camino por donde mi mal te pueda especificar. Por cierto, tú lo pides como muger bien esperta en curar tales enfermedades. Mi mal es de coraçón, la ysquierda teta es su aposentamiento, tiende sus rayos a todas partes. Lo segundo, es nueuamente nacido en mi cuerpo. Que no pensé jamás que podía dolor priuar el seso, como este haze. Túrbame la cara, quítame el comer, no puedo dormir, ningún género de risa querría ver. La causa o pensamiento, que es la final cosa por tí preguntada de mi mal, ésta no sabré dezir. Porque ni muerte de debdo ni pérdida de temporales bienes ni sobresalto de visión ni sueño desuariado ni otra cosa puedo sentir, que fuesse, saluo la alteración, que tú me causaste con la demanda, que sospeché de parte de aquel cauallero Calisto, quando me pediste la oración. MELIBEE Amie Célestine, femme habile autant que sage, tu m’indiques on ne peut mieux le chemin par lequel je puis t’expliquer mon mal. En me demandant ces détails, tu parles comme une femme habituée à soigner de telles maladies. C’est du cœur que vient mon mal, le sein gauche est sa demeure, il étend ses rayons de tous côtés. En second lieu, il est nouvellement né dans mon corps ; je n’avais jamais pensé que la douleur pût chasser la raison comme fait celle-là ; elle me trouble la figure, m’ôte l’appétit, je ne puis dormir, je ne puis supporter aucune espèce de gaieté. La cause ou la pensée, car c’est là la dernière question que tu m’as posée, je ne saurais te la dire ; je sais cependant que ce n’est ni mort de parent, ni perte de biens temporels, ni soubresaut de vision, ni mauvais rêve, ni autre chose. Ce ne peut être que le trouble que je ressentis lorsque je soupçonnai que la demande que tu me faisais de cette prière pouvait bien cacher quelque démarche en faveur de ce cavalier.
CEL. __ ¿:Cómo, señora, tan mal hombre es aquél? ¿:Tan mal nombre es el suyo, que en sólo ser nombrado trae consigo ponçoña su sonido? No creas que sea essa la causa de tu sentimiento, antes otra que yo barrunto. Y pues que assí es, si tú licencia me das, yo, señora, te la diré. CELESTINE. Comment, madame, est-il donc un si méchant homme ? Son nom a-t-il quelque chose de si redoutable, qu’il soit mortel de l’entendre prononcer ? Ne croyez pas que ce soit là la cause de votre douleur, il en est une autre que je soupçonne, et si vous me le permettez, madame, je vous la dirai.
MELIB. __ ¿:Cómo, Celestina? ¿:Qué es esse nueuo salario, que pides? ¿:De licencia tienes tú necessidad para me dar la salud? ¿:Qual físico jamás pidió tal seguro para curar al paciente? Di, di, que siempre la tienes de mí, tal que mi honrra no dañes con tus palabras. MELIBEE Comment, Célestine, quelle nouvelle permission demandes-tu ? As-tu donc besoin d’autorisation pour me donner la santé ? Quel médecin a jamais pris une telle précaution pour guérir un malade ? Parle, parle, je te permets tout, pourvu que tes paroles n’offensent pas mon honneur.
CEL. __ Véote, señora, por vna parte quexar el dolor, por otra temer la melezina. Tu temor me pone miedo, el miedo silencio, el silencio tregua entre tu llaga y mi melezina. Assí que será causa, que ni tu dolor cesse ni mi venida aproueche. CELESTINE. Je vois, madame, que d’un côté vous vous plaignez de la douleur et de l’autre vous redoutez la médecine. Votre hésitation me donne de la crainte, la crainte m’impose silence, le silence met une trêve entre votre mal et ma médecine. Tout cela sera cause que votre douleur ne cessera pas et que ma venue sera sans résultat.
MELIB. __ Quanto más dilatas la cura, tanto más me acrecientas y multiplicas la pena y passión. O tus melezinas son de poluos de infamia y licor de corrupción, conficionados con otro más crudo dolor, que el que de parte del paciente se siente, o no es ninguno tu saber. Porque si lo vno o lo otro no abastasse, qualquiera remedio otro darías sin temor, pues te pido le muestres, quedando libre mi honrra. MELIBEE Plus tu retardes tes soins, plus tu accrois et multiplies ma peine et ma passion. Ou bien tes remèdes sont poudres d’infamie et liqueurs de corruption qui causent une douleur bien plus cruelle que celle qu’éprouve le patient, ou bien ta science est nulle. Si l’un ou l’autre cas ne t’arrêtait pas, tu m’indiquerais sans crainte un remède quelconque ; je te conjure d’agir et ne te demande que de ménager mon honneur.
CEL. __ Señora, no tengas por nueuo ser más fuerte de sofrir al herido la ardiente trementina y los ásperos puntos, que lastiman lo llagado y doblan la passión, que no la primera lisión, que dio sobre sano. Pues si tú quieres ser sana y que te descubra la punta de mi sotil aguja sin temor, haz para tus manos y pies vna ligadura de sosiego, para tus ojos vna cobertura de piedad, para tu lengua vn freno de silencio, para tus oydos vnos algodones de sofrimiento y paciencia, y verás obrar a la antigua maestra destas llagas. CELESTINE. Madame, vous n’ignorez pas qu’il faut plus de force au blessé pour souffrir l’ardente térébenthine et les points de couture qui déchirent la plaie et doublent la souffrance, qu’il ne lui a fallu de courage pour supporter le premier coup qui le frappa lorsqu’il était en santé. Or donc, si vous voulez que je vous guérisse et que je vous découvre sans hésiter la pointe aiguë de mon aiguille, entourez vos pieds et vos mains d’une ligature de tranquillité ; mettez sur vos yeux une couverture de pitié, sur votre langue un frein de silence, dans vos oreilles un bouchon de calme et de patience, et vous verrez agir une femme pour laquelle semblables blessures n’ont rien de nouveau.
MELIB. __ ¡O cómo me muero con tu dilatar! Di, por Dios, lo que quisieres, haz lo que supieres, que no podrá ser tu remedio tan áspero que yguale con mi pena y tormento. Agora toque en mi honrra, agora dañe mi fama, agora lastime mi cuerpo, avnque sea romper mis carnes para sacar mi dolorido coraçón, te doy mi fe ser segura y, si siento aliuio, bien galardonada. MELIBEE Oh ! comme ta lenteur me fait mourir ! Dis, pour Dieu, ce que tu voudras ; fais ce que tu sauras ; ton remède ne saura être si cruel qu’il égale ma peine et mon tourment. Soit qu’il touche à mon honneur, soit qu’il attaque ma réputation, soit qu’il blesse mon corps, lors même qu’il déchirerait ma chair pour arracher mon cœur endolori, je te donne ma foi d’être tranquille et de te bien récompenser si j’éprouve du soulagement.
LUCR. __ El seso tiene perdido mi señora. Gran mal es este. Catiuádola ha esta hechizera. LUCRECE. à part. Ma maîtresse a perdu le bon sens, elle est bien mal ; cette maudite vieille l’a ensorcelée.
CEL. __ Nunca me ha de faltar vn diablo acá y acullá: escapóme Dios de Pármeno, tópome con Lucrecia. CELESTINE, à part. Jamais il ne me manquera un démon ni d’un côté ni de l’autre ; Dieu m’a débarrassée de Parmeno, il m’envoie maintenant Lucrèce.
MELIB. __ ¿:Qué dizes, amada maestra? ¿:Qué te fablaua esa moça? MELIBEE Que dis-tu, mère ? que disait cette fille ?
CEL. __ No le oy nada. Pero diga lo que dixere, sabe que no ay cosa más contraria en las grandes curas delante los animosos çirujanos, que los flacos coraçones, los quales con su gran lástima, con sus dolorosas hablas, con sus sentibles meneos, ponen temor a enfermo, fazen que desconfíe de la salud y al médico enojan y turban y la turbación altera la mano, rige sin orden la aguja. Por donde se puede conocer claro, que es muy necessario para tu salud que no esté persona delante y assí que la deues mandar salir. Y tú, hija Lucrecia, perdona. CELESTINE Je ne l’ai pas entendue ; mais qu’elle dise ce qu’elle voudra. Sachez qu’il n’y a pas dans les grandes cures de chose plus désagréable aux chirurgiens zélés que les cœurs faibles ; leurs soupirs, leurs douloureuses paroles, leurs mouvements de sensibilité donnent de la crainte au malade, lui ôtent la confiance en sa guérison, ennuient et troublent le médecin ; le trouble fait hésiter la main, et l’aiguille va sans ordre. Il résulte évidemment de ce que je vous dis qu’il est fort nécessaire pour votre salut qu’il n’y ait personne devant nous ; ainsi vous devez lui ordonner de sortir ; toi, ma fille Lucrèce, pardonne-moi.
MELIB. __ Salte fuera presto. MELIBEE Sortez d’ici promptement.
LUCR. __ ¡Ya! ¡ya! ¡todo es perdido¡ Ya me salgo, señora. LUCRECE. Hélas ! tout est perdu ! Je sors, madame.
CEL. __ También me da osadía tu gran pena, como ver que con tu sospecha has ya tragado alguna parte de mi cura; pero todavía es necessario traer más clara melezina y más saludable descanso de casa de aquel cauallero Calisto. CELESTINE. Malgré vos craintes et vos soupçons, vous avez déjà accepté une partie de mes conseils, cela me donne du courage ; mais il me faudra tirer mes soins les plus positifs, mon remède le plus efficace de la maison de ce cavalier, de Calixte.
MELIB. __ Calla, por Dios, madre. No traygan de su casa cosa para mi prouecho ni le nombres aquí. MELIBEE Tais-toi, mère ; au nom de Dieu, ne tire pas la moindre chose de sa maison pour mon utilité et ne le nomme pas ici.
CEL. __ Sufre, señora, con paciencia, que es el primer punto y principal. No se quiebre; si no, todo nuestro trabajo es perdido. Tu llaga es grande, tiene necessidad de áspera cura. Y lo duro con duro se ablanda más eficacemente. Y dizen los sabios que la cura del lastimero médico dexa mayor señal y que nunca peligro sin peligro se vence. Ten paciencia, que pocas vezes lo molesto sin molestia se cura. y vn clavo con otro se espele y vn dolor con otro. No concibas odio ni desamor ni consientas a tu lengua dezir mal de persona tan virtuosa como Calisto, que si conocido fuesse. . . CELESTINE. Souffrez avec patience, madame, c’est là le point le plus important ; ne vous emportez pas, sinon toute notre peine sera perdue. Votre douleur est grande, il lui faut une cure sévère ; aux grands maux les grands remèdes. Les sages disent que les soins d’un médecin brutal ont le meilleur résultat et que jamais on n’évite un péril sans un autre péril. Ayez patience, rarement ce qui est ennuyeux se guérit sans ennui ; un clou chasse l’autre, une douleur remplace une autre douleur. N’ayez ni haine ni dédain ; ne permettez pas à votre langue de dire du mal d’une personne aussi vertueuse que Calixte. Si vous le connaissiez…
MELIB. __ ¡O por Dios, que me matas! ¿:Y no te tengo dicho que no me alabes esse hombre ni me le nombres en bueno ni en malo? MELIBEE Oh ! pour Dieu ! tu me tues ! Ne t’ai-je pas dit de ne pas louer cet homme, de ne me le nommer ni en bien ni en mal ?
CEL. __ Señora, este es otro y segundo punto, el qual si tú con tu mal sofrimiento no consientes, poco aprouechará mi venida, y si, como prometiste, lo sufres, tú quedarás sana y sin debda y Calisto sin quexa y pagado. Primero te auisé de mi cura y desta inuisible aguja, que sin llegar a ti, sientes en sólo mentarla en mi boca. CELESTINE. Madame, c’est là un second point important. Si votre peu de patience ne me l’accorde pas, ma venue vous sera peu profitable ; si vous restez calme, comme vous me l’avez promis, vous vous trouverez guérie et sans dette : Calixte sera sans reproche et payé. Je vous ai prévenue d’avance, je vous ai parlé de cette aiguille invisible que vous ressentez sans que je vous touche, rien qu’à m’entendre le nommer.
MELIB. __ Tantas vezes me nombrarás esse tu cauallero, que ni mi promesa baste ni la fe, que te di, a sofrir tus dichos. ?De qué ha de quedar pagado? ¿:Qué le deuo yo a él? ¿:Qué le soy a cargo? ¿:Qué ha hecho por mí? ¿:Qué necessario es él aquí para el propósito de mi mal? Más agradable me sería que rasgases mis carnes y sacasses mi coraçón, que no traer essas palabras aquí. MELIBEE Tu me parles tant de fois de ce cavalier que, malgré ma promesse, malgré la parole que je t’ai donnée, il me devient difficile de supporter tes discours. De quoi doit-il être payé ? Que lui dois-je ? À quoi suis-je obligée envers lui ? Qu’a-t-il fait pour moi ? Qu’ai-je besoin de lui pour ce qui regarde mon mal ? J’aimerais mieux que tu me déchirasses la chair, que tu m’arrachasses le cœur que de t’entendre dire pareilles choses.
CEL. __ Sin te romper las vestiduras se lançó en tu pecho el amor: no rasgaré yo tus carnes para le curar. CELESTINE. L’amour s’est introduit dans votre cœur sans déchirer vos vêtements ; je n’ai pas besoin de déchirer votre corps pour vous guérir.
MELIB. __ ¿:Cómo dizes que llaman a este mi dolor, que assí se ha enseñoreado en lo mejor de mi cuerpo? MELIBEE Comment nommes-tu cette douleur qui s’est ainsi emparée du meilleur de mon corps ?
CEL. __ Amor dulce. CELESTINE. Le doux amour.
MELIB. __ Esso me declara qué es, que en solo oyrlo me alegro. MELIBEE À ce seul mot je devine ce que c’est, je me sens réjouie rien qu’à l’entendre prononcer.
CEL. __ Es vn fuego escondido, vna agradable llaga, vn sabroso veneno, vna dulce amargura, vna delectable dolencia, vn alegre tormento, vna dulce y fiera herida, vna blanda muerte. CELESTINE. C’est un feu caché, une plaie agréable, un poison savoureux, une agréable amertume, une souffrance délectable, un joyeux tourment, une blessure douce et cruelle à la fois, une douce mort.
MELIB. __ ¡Ay mezquina de mí! Que si verdad es tu relación, dubdosa será mi salud. Porque, según la contrariedad que essos nombres entre sí muestran, lo que al vno fuere prouechoso acarreará al otro más passión. MELIBEE Ah ! malheureuse que je suis ! Si ce que tu dis est vrai, mon salut sera douteux, car, à en juger par l’opposition qui règne entre toutes ces qualités, ce qui peut être utile à l’une peut être pernicieux à l’autre.
CEL. __ No desconfíe, señora, tu noble juuentud de salud. Que, quando el alto Dios da la llaga, tras ella embía el remedio. Mayormente que sé yo al mundo nascida vna flor que de todo esto te dé libre. CELESTINE. Que votre noble jeunesse, madame, ne désespère pas du salut. Quand le Très-Haut donne la blessure, il place auprès d’elle le remède : je connais au monde une fleur qui plus que toute chose sera utile à votre salut.
MELIB. __ ¿:Cómo se llama? MELIBEE Comment se nomme-t-elle ?
CEL. __ No te lo oso dezir. CELESTINE. Je n’ose vous le dire.
MELIB. __ Di, no temas. MELIBEE Dis, ne crains rien.
CEL. __ ¡Calisto! ¡O por Dios, señora Melibea! ¿:Qué poco esfuerço es éste? ¿:Qué descaescimiento? ¡O mezquina yo! ¡Alça la cabeça! ¡O malauenturada vieja! ¡En esto han de parar mis passos! Si muere, matarme han; avnque biua, seré sentida, que ya no podrá sofrirse de no publicar su mal y mi cura. Señora mia, Melibea, ángel mio, ¿:Qué has sentido? ¿:Qué es de tu habla graciosa? ¿:Qué es de tu color alegre? Abre tus claros ojos. !Lucrecia! ¡Lucrecia! ¡entra presto acá!, verás amortescida a tu señora entre mis manos. Baxa presto por vn jarro de agua. CELESTINE. Calixte. Oh ! pour Dieu ! madame Mélibée ! quel est ce peu de courage ? quelle est cette faiblesse ? Oh ! malheureuse que je suis ! Levez la tête. Ô maudite vieille ! voilà donc le résultat de mes démarches ! Si elle meurt, on me tuera ; si elle résiste à cette vive émotion, je serai entendue, elle ne pourra s’empêcher de faire connaître son mal et le moyen que j’ai employé. Madame Mélibée, mon ange, qu’avez-vous éprouvé ? Qu’est devenue votre gracieuse parole ? Que sont devenues vos riantes couleurs ? Ouvrez vos beaux yeux. Lucrèce ! Lucrèce ! viens vite, tu verras ta maîtresse mourante entre mes mains, va vite chercher un vase plein d’eau.
MELIB. __ Passo, passo, que yo me esforçaré. No escandalizes la casa. MELIBEE Doucement, doucement, je vais reprendre force, ne scandalise pas la maison.
CEL. __ ¡O cuytada de mí! No te descaezcas, señora, háblame como sueles. CELESTINE. Ô pitié pour moi ! Ne vous évanouissez pas, madame, parlez-moi comme de coutume.
MELIB. __ Y muy mejor. Calla, no me fatigues. MELIBEE.. Je suis mieux, tais-toi, ne me fatigue pas.
CEL. __ ¿:Pues qué me mandas que faga, perla graciosa? ¿:Qué ha sido este tu sentimiento? creo que se van quebrando mis puntos. CELESTINE. Que voulez-vous que je fasse, perle précieuse ? Qu’avez-vous éprouvé ? Je crois que mes points de suture se rompent.
MELIB. __ Quebróse mi honestidad, quebróse mi empacho, afloxó mi mucha vergüença , y como muy naturales, como muy domésticos, no pudieron tan liuianamente despedirse de mi cara, que no lleuassen consigo su color por algún poco de espacio, mi fuerça, mi lengua y gran parte de mi sentido. !O! Pues ya, mi buena maestra, mi fiel secretaria, lo que tú tan abiertamente conoces, en vano trabajo por te lo encubrir. Muchos y muchos días son passados que esse noble cauallero me habló en amor. Tanto me fue entonces su habla enojosa, quanto, después que tú me le tornaste a nombrar, alegre. Cerrado han tus puntos mi llaga, venida soy en tu querer. En mi cordón le lleuaste embuelta la posesión de mi libertad. Su dolor de muelas era mi mayor tormento, su pena era la mayor mía. Alabo y loo tu buen sofrimiento, tu cuerda osadía, tu liberal trabajo, tus solícitos y fieles passos, tu agradable habla, tu buen saber, tu demasiada solicitud, tu prouechosa importunidad. Mucho te deue esse señor y más yo, que jamás pudieron mis reproches aflacar tu tu esfuerço e perseverar, confiando en tu mucha astucia. Antes, como fiel seruidora, quando más denostada, más diligente; quando más disfauor, más esfuerço; quando peor respuesta, mejor cara; quando yo más ayrada, tú más humilde. Pospuesto todo temor, has sacado de mi pecho lo que jamás a ti ni a otro pensé descobrir. MELIBEE C’est mon honneur qui s’est rompu, c’est ma modestie qui s’est brisée, ma pudeur qui s’est relâchée ; et comme ils m’étaient naturels, comme ils tenaient à toute mon existence, ils n’ont pu si rapidement abandonner mon visage, sans en emporter pour quelques instants la couleur et l’animation, sans emporter ma force, ma langue et presque toutes mes facultés. Et maintenant, ma bonne maîtresse, ma fidèle confidente, puisque tu connais si bien tout ce que j’éprouve, ce serait en vain que je chercherais à te le cacher. Il y a bien des jours que ce noble cavalier me parla d’amour ; ses paroles m’offensèrent tout autant que depuis il m’a été doux et agréable de t’entendre le nommer. Tes soins ont fermé ma blessure, me voici soumise à ta volonté. Tu t’es emparée de ma liberté, tu l’as emportée garrottée avec ma ceinture. La douleur de dents de Calixte était ma plus grande douleur, sa souffrance était ma souffrance la plus cruelle. Je loue et j’approuve ta grande résignation, ta courageuse audace, ta généreuse activité, tes courses empressées, tes bonnes paroles, ton extrême savoir, ton active sollicitude, ta profitable importunité. Ce seigneur te doit beaucoup, et moi encore davantage ; car mes reproches n’ont pu décourager tes efforts et ta persévérance. Il a eu raison de mettre sa confiance en ton extrême habileté. Servante fidèle et dévouée, plus j’étais irritée, plus tu étais diligente ; plus je témoignais de dédain, plus tu montrais de courage ; plus ma réponse était cruelle, plus tu faisais bon visage ; plus j’étais colère, plus tu étais soumise. Tu agissais sans crainte et tu es parvenue à arracher de ma poitrine une chose que je ne pensais découvrir ni à toi ni à aucun autre.
CEL. __ Amiga y señora mia, no te marauilles, porque estos fines con efecto me dan osadía a sofrir los ásperos y escrupulosos desuíos de las encerradas donzellas como tú. Verdad es que ante que me determinasse, así por el camino, como en tu casa, estuue en grandes dubdas si te descobriría mi petición. Visto el gran poder de tu padre, temía; mirando la gentileza de Calisto, osaua; vista tu discreción, me recelaua; mirando tu virtud y humanidad, me esforçaua. En lo vno fablaua el miedo y en lo otro la seguridad. Y pues assí, señora, has quesido descubrir la gran merced, que nos has hecho, declara tu voluntad, echa tus secretos en mi regaço, pon en mis manos el concierto deste concierto. Yo daré forma cómo tu desseo y el de Calisto sean tan breue complidos. CELESTINE. N’en soyez pas surprise, madame et mon amie, car le seul espoir de réussir me donne le courage de supporter les mépris cruels et scrupuleux des demoiselles aussi étroitement surveillées que vous l’êtes. Je dois vous avouer qu’en venant le long du chemin, aussi bien que lorsque j’ai été introduite dans votre maison, j’hésitais grandement et je ne savais si j’oserais vous faire ma requête. J’avais peur quand je réfléchissais à la grande puissance de votre père ; je prenais courage en pensant à la gentillesse de Calixte ; votre discrétion me faisait hésiter ; votre bonté, votre humanité, me rendaient de l’assurance. D’un côté parlait la crainte, de l’autre la confiance. Et maintenant, madame, puisque vous avez bien voulu me faire connaître la grande faveur que vous nous faites, déclarez-moi votre volonté, versez vos secrets dans mon sein, abandonnez-moi la direction de cette affaire ; j’aviserai à ce que votre désir et celui de Calixte soient promptement accomplis.
MELIB. __ ¡O mi Calisto y mi señor! ¡Mi dulce y suaue alegría! Si tu coraçón siente lo que agora el mio, marauillada estoy cómo la absencia te consiente viuir. !O mi madre y mi señora!, haz de manera cómo luego le pueda ver, si mi vida quieres. MELIBEE Ô mon Calixte et mon seigneur, ma douce et agréable joie ! si ton cœur éprouve ce que ressent le mien en ce moment, je suis étonnée que l’absence te permette de vivre ! Ô bonne mère ! fais en sorte que je le puisse voir bientôt, si tu tiens à ma vie.
CEL. __ Ver y hablar. CELESTINE. Le voir et lui parler.
MELIB. __ ¿:Hablar? Es impossible. MELIBEE Lui parler est impossible.
CEL. __ Ninguna cosa a los hombres, que quieren hazerla, es impossible. CELESTINE. Rien n’est impossible à qui le veut bien.
MELIB. __ Dime cómo. MELIBEE Dis-moi comment.
CEL. __ Yo lo tengo pensado, yo te lo diré: por entre las puertas de tu casa. CELESTINE. J’y ai pensé et je vais vous le dire : entre les portes de votre maison.
MELIB. __ ¿:Quándo? MELIBEE Quand ?
CEL. __ Esta noche. CELESTINE. Cette nuit.
MELIB. __ Gloriosa me serás, si lo ordenas. Di a qué hora. MELIBEE Combien je t’aimerai si tu le fais ! Dis-moi à quelle heure.
CEL. __ A las doze. CELESTINE. À minuit.
MELIB. __ Pues ve, mi señora, mi leal amiga, y fabla con aquel señor y que venga muy paso y de allí se dará concierto, según su voluntad, a la hora que has ordenado. MELIBEE Va donc, ma bonne, ma fidèle amie, parle à ce seigneur, qu’il vienne sans bruit, et s’il le veut bien, nous nous rencontrerons où tu as dit et à l’heure que tu as indiquée.
CEL. __ Adiós, que viene hazia acá tu madre. CELESTINE. Adieu, car voici votre mère. (Elle sort.)
MELIB. __ Amiga Lucrecia y mi leal criada y, fiel secretaria, ya has visto cómo no ha sido más en mi mano. Catiuóme el amor de aquel cauallero. Ruégote, por Dios, se cubra con secreto sello, porque yo goze de tan suaue amor. Tú serás de mí tenida en aquel lugar que merece tu fiel seruicio. MELIBEE Amie Lucrèce, ma fidèle suivante, ma zélée confidente, tu as vu que je n’ai pu faire autrement. L’amour de ce cavalier m’a captivée ; au nom de Dieu, je t’en conjure, que tout cela reste sous le sceau du secret, afin que je puisse jouir sans inquiétude d’un bonheur aussi parfait. Je te serai aussi reconnaissante que le méritent tes fidèles services.
62. LUCR. __ Señora, mucho antes de agora tengo sentida tu llaga y calado tu desseo. Hame fuertemente dolido tu perdición. Quanto más tú me querías encobrir y celar el fuego, que te quemaua, tanto más sus llamas se manifestauan en la color de tu cara, en el poco sossiego del coraçón, en el meneo de tus miembros, en comer sin gana, en el no dormir. Assí que contino te se cayan, como de entre las manos, señales muy claras de pena. Pero como en los tiempos que la voluntad reyna en los señores o desmedido apetito, cumple a los seruidores obedecer con diligencia corporal y no con artificiales consejos de lengua, sufría con pena, callaua con temor, encobría con fieldad; de manera que fuera mejor el áspero consejo que la blanda lisonja. Pero, pues ya no tiene tu merced otro medio, sino morir o amar, mucha razón es que se escoja por mejor aquello que en sí lo es. LUCRECE. Madame, je me suis aperçue de ce que vous éprouviez bien avant ce jour, et j’ai prévu d’avance ce que vous désiriez. J’ai ressenti une vive peine de vous voir ainsi en péril. Plus vous cherchiez à étouffer et à cacher à ma vue la flamme qui vous consumait, plus il m’était facile de la reconnaître à la couleur de votre visage, aux battements de votre cœur, à l’agitation de vos membres, à votre peu d’appétit, à vos continuelles insomnies. À chaque instant vous laissiez échapper comme de vos mains les preuves les plus évidentes de votre peine. Mais lorsqu’un désir que rien ne peut contraindre s’empare de la volonté des maîtres, les serviteurs ne peuvent qu’obéir avec empressement et ne doivent pas essayer des conseils inutiles. Je me soumettais donc, quoique avec peine, je me taisais par crainte, je dissimulais par fidélité ; et, en vérité, un conseil donné avec fermeté eût mieux valu qu’une plate flatterie. Mais puisque votre grâce ne veut d’autre remède qu’aimer et mourir, il est fort raisonnable qu’elle agisse selon les dispositions de son cœur.
ALI. __ ¿:En qué andas acá, vezina, cada día? ALISA. Que viens-tu faire ici chaque jour, voisine ?
CEL. __ Señora, faltó ayer vn poco de hilado al peso y vínelo a cumplir, porque di mi palabra y, traydo, voyme. Quede Dios contigo. CELESTINE. Madame, il manquait hier un peu de fil pour compléter le poids, et je suis venue l’apporter ; j’ai donné ma parole, je devais la tenir, et maintenant je m’en vais. Dieu soit avec vous !
ALISA Qu’il t’accompagne !
ALI. __ Y contigo vaya. Hija Melibea, ¿:Qué quería la vieja? ALISA. Mélibée, ma fille, que voulait la vieille ?
MELIB. __ Venderme vn poquito de solimán. MELIBEE. Me vendre un peu de fard.
ALI. __ Esso creo yo más que lo que la vieja ruyn dixo. Pensó que recibiría yo pena dello y mintióme. Guarte, hija, della, que es gran traydora. Que el sotil ladrón siempre rodea las ricas moradas. Sabe ésta con sus trayciones, con sus falsas mercadurías, mudar los propósitos castos. Daña la fama. A tres vezes que entra en vna casa, engendra sospecha. Alisa. Je crois cela plutôt que ce que me disait la mauvaise sorcière. Elle a pensé que cela me ferait de la peine, et elle a menti. Méfie-toi d’elle, ma fille, c’est une grande traîtresse ; le voleur rôde toujours autour des riches demeures. Avec ses trahisons, ses fausses marchandises, elle sait corrompre les meilleures intentions, elle perd les réputations ; si elle entre une fois dans un logis, elle y fait naître le soupçon.
LUCR. __ Tarde acuerda nuestra ama. LUCRECE. Notre maîtresse y avise un peu tard.
ALI. __ Por amor mio, hija, que si acá tornare sin verla yo, que no ayas por bien su venida ni la recibas con plazer. Halle en ti onestidad en tu respuesta y jamás boluerá. Que la verdadera virtud más se teme que espada. ALISA Par amour pour moi, ma fille, si elle revient ici sans que je la voie, ne la reçois pas bien et ne lui souhaite pas la bienvenue. Cherche ta réponse dans ton honnêteté, et jamais elle ne reviendra ; la véritable vertu est plus redoutable que l’épée.
MELIB. __ ¿:Dessas es? ¡Nunca más! Bien huelgo, señora, de ser auisada, por saber de quién me tengo de guardar. MELIBEE Est-ce ainsi qu’elle agit ? Je ne la verrai plus. Je suis ravie, ma mère, d’être prévenue et de savoir de qui je dois me garder.






ACTO XI

ACTE ONZIÈME

Sumario:./B. Despedida CELESTINA de MELIBEA, va por la calle sola hablando. Vee a SEMPRONIO y PARMENO que van a la Madalena por su sentilde;or. SEMPRONIO habla con CALISTO. Sobreviene CELESTINA. Van a casa de CALISTO. Declarale CELESTINA su mensaje y negocio recaudado con MELIBEA. Mientra ellos en essas razones estan, PARMENO y SEMPRONIO entre si hablan. Despidese CELESTINA de CALISTO, va para su casa, llama a la puerta. ELICIA le viene a abrir. Cenan y vanse a dormir. ARGUMENT : Célestine, après avoir quitté Mélibée, s’en va seule dans la rue en parlant. Elle aperçoit Sempronio et Parmeno qui vont chercher leur maître à la Madeleine. Sempronio cause avec Calixte, Célestine les rejoint ; ils vont ensemble chez Calixte. Célestine lui raconte ce qui lui est arrivé et le résultat de son entrevue avec Mélibée. Pendant qu’ils discourent ensemble, Parmeno et Sempronio causent entre eux. Célestine prend congé de Calixte, elle se rend cher elle, frappe à la porte, Élicie vient ouvrir ; elles soupent et vont se coucher. CÉLESTINE, SEMPRONIO, CALIXTE, PARMENO.
CEL. __ ¡Ay Dios, si llegasse a mi casa con mi mucha alegría a cuestas! A Pármeno y a Sempronio veo yr a la Magdalena. Tras ellos me voy y, si ay no estouiere Calisto, passaremos a su casa a pedirle las albricias de su gran gozo. CELESTINE. Ah Dieu ! Arriverai-je à la maison ainsi chargée de joie ? J’aperçois Parmeno et Sempronio qui vont à la Madeleine, je vais les suivre : si nous trouvons Calixte, nous irons ensemble chez lui et je lui demanderai les étrennes de la grande nouvelle que je lui porte.
SEMP. __ Señor, mira que tu estada es dar a todo el mundo que dezir. Por Dios, que huygas de ser traydo en lenguas, que al muy deuoto llaman ypócrita. ?Qué dirán sino que andas royendo los sanctos? Si passión tienes, súfrela en tu casa; no te sienta la tierra. No descubras tu pena a los estraños, pues está en manos el pandero que lo sabrá bien tañer. SEMPRONIO. Seigneur, remarquez que la longue séance que vous faites ici fait causer tout le monde ; évitez, pour Dieu ! d’être traîné sur les langues ; on appelle hypocrite l’homme par trop dévot. Que va-t-on dire de vous ? Que vous êtes un rongeur de saints. Si vous avez une passion, souffrez-la chez vous, faites que la terre ne le sente. Ne laissez pas deviner votre peine aux étrangers, puisque le tambour est en des mains qui sauront bien le faire résonner.
CAL. __ ¿:En qué manos? CALIXTE. En quelles mains ?
SEMP. __ De Celestina. SEMPRONIO En celles de Célestine.
CEL. __ ¿:Qué nombrays a Celestina? ¿:Qué dezís desta esclaua de Calisto? toda la calle del Arcidiano vengo a más andar tras vosotros por alcançaros y jamás he podido con mis luengas haldas. CELESTINE. Que dites-vous de Célestine ? Que dites-vous de cette esclave de Calixte ? Je vous suis depuis le bout de la rue de l’Archidiacre, et je ne puis parvenir à vous atteindre avec mes diables de jupons.
CAL. __ ¡O joya del mundo, acorro de mis passiones, espejo de mi vista! El coraçón se me alegra en ver essa honrrada presencia, essa noble senetud. Dime, ¿:Con qué vienes? ¿:Qué nueuas traes, que te veo alegre y no sé en qué está mi vida? CALIXTE. Ô joyau du monde ! secours de mes passions ! miroir de ma vue ! Mon cœur se réjouit en ton honorable présence, à la vue de ta noble vieillesse. Dis-moi, qui t’amène ? Quelle nouvelle apportes-tu ? Je te vois toute joyeuse, et je ne sais où est ma vie.
CEL. __ En mi lengua. CELESTINE. Sur ma langue.
CAL. __ ¿:Qué dizes, gloria y descanso mio? Declárame más lo dicho. CALIXTE. Que dis-tu, ma gloire et mon repos ? Explique-moi clairement ce que tu dis.
CEL. __ Salgamos, señor, de la yglesia y de aquí a casa te contaré algo con que te alegres de verdad. CALIXTE. Sortons de l’église, seigneur, et d’ici à votre maison je vous conterai quelque chose qui vous réjouira, j’en suis certaine.
PARM. __ Buena viene la vieja, hermano: recabdado deue hauer. PARMENO, à part. La vieille vient bien à l’aise, frère, elle doit avoir recueilli quelque chose.
SEMP. __ Escúchala. SEMPRONIO Écoute.
CEL. __ Todo este día, señor, he trabajado en tu negocio y he dexado perder otros en que harto me yua. Muchos tengo quexosos por tenerte a ti contento. Más he dexado de ganar que piensas. Pero todo vaya en buena hora, pues tan buen recabdo traygo, que te traygo muchas buenas palabras de Melibea y la dexo a tu servicio. CELESTINE. Aujourd’hui, tout le jour, seigneur, je me suis occupée de votre affaire et j’ai laissé s’en perdre d’autres qui me suffisaient. Je mécontente bien des gens pour vous satisfaire, j’ai plus négligé de bénéfices que vous ne pensez ; mais tout cela est un bien, puisque j’apporte un si bon résultat. Écoutez-moi, peu de mots me suffiront, je suis chiche de paroles. Je mets Mélibée à votre disposition.
CAL. __ ¿:Qué es esto que oygo? CALIXTE. Qu’entends-je !
CEL. __ Que es más tuya que de si misma; más está a tu mandato y querer que de su padre Pleberio. CELESTINE. Qu’elle est plus à vous qu’à elle-même ; elle est plus à vos ordres et à votre volonté qu’à ceux de Plebère, son père.
CAL. __ Habla cortés, madre, no digas tal cosa, que dirán estos moços que estás loca. Melibea es mi señora, Melibea es mi Dios, Melibea es mi vida; yo su catiuo, yo su sieruo. CALIXTE. Parle sérieusement, bonne vieille ; ne dis pas de pareilles choses, ces garçons te traiteraient de folle. Mélibée est ma dame, Mélibée est mon désir, Mélibée est ma vie, je suis son captif, son esclave.
SEMP. __ Con tu desconfiança, señor, con tu poco preciarte, con tenerte en poco, hablas essas cosas con que atajas su razón. A todo el mundo turbas diziendo desconciertos. ?De qué te santiguas? Dale algo por su trabajo: harás mejor, que esso esperan essas palabras. SEMPRONIO Seigneur, le peu de confiance que vous avez en vous-même, le peu de cas que vous faites de vous, le peu d’estime que vous vous portez, vous font dire des choses qui nuisent à votre raison. Vous ennuyez tout le monde en divaguant de la sorte. De quoi vous étonnez-vous ? Donnez-lui quelque chose pour sa peine, vous ferez mieux ; c’est là ce qu’attendent ses paroles.
CAL. __ Bien has dicho. Madre mia, yo sé cierto que jamás ygualará tu trabajo y mi liuiano galardón. En lugar de manto y saya, porque no se dé parte a oficiales, toma esta cadenilla, ponla al cuello y procede en tu razón y mi alegría. CALIXTE. Tu as raison. Ma mère, je suis convaincu que mes faibles dons ne parviendront jamais à payer tes soins et tes services. En place de mante et de robe, dont les ouvriers auraient pris leur part, reçois cette petite chaîne, mets-la à ton cou et achève ton récit et mon bonheur.
PARM. __ ¿:Cadenilla la llama? ¿:No lo oyes, Sempronio? No estima el gasto. Pues yo te certifico no diesse mi parte por medio marco de oro, por mal que la vieja lo reparta. PARMENO, à part. Il appelle cela une petite chaîne, ne l’entends-tu pas, Sempronio ? La dépense lui coûte peu ; je te certifie qu’aujourd’hui je ne donnerais pas ma part pour un demi-marc d’or, pour peu que la vieille partage.
SEMP. __ Oyrte ha nuestro amo, ternemos en él que amansar y en ti que sanar, según está inchado de tu mucho murmurar. Por mi amor, hermano, que oygas y calles, que por esso te dio Dios dos oydos y vna lengua sola. SEMPRONIO Notre maître va t’entendre, il nous faudra l’apaiser et toi te guérir, tant il va être ennuyé de tes murmures continuels. Par amitié pour moi, frère, écoute et tais-toi ; Dieu t’a donné pour cela deux oreilles et rien qu’une langue
PARM. __ ¡Oyrá el Diablo!Está colgado de la boca de la vieja, gordo y mudo y ciego, hecho personaje sin son, que, avnque le diésemos higas, diría que alçáuamos las manos a Dios, rogando por buen fin de sus amores. PARMENO Le diable les écoute. Le voilà pendu à la bouche de la vieille, sourd, muet et aveugle ; il est comme un corps sans âme ; à tel point que si nous lui faisons la figue, il va dire que nous levons les mains au ciel, et que nous prions pour le succès de ses amours.
SEMP. __ Calla, oye, escucha bien a Celestina. En mi alma, todo lo merece y más que le diese. Mucho dize. SEMPRONIO Tais-toi, silence ! écoute bien Célestine ; en conscience, elle mérite tout et plus qu’il ne lui donne ; elle parle bien.
CEL. __ Señor Calisto, para tan flaca vieja como yo, de mucha franqueza vsaste. Pero, como todo don o dádiua se juzgue grande o chica respecto del que lo da, no quiero traer a consequencia mi poca merecer; ante quien sobra en qualidad y en quantidad. Mas medirse ha con tu magnificencia, ante quien no es nada. En pago de la qual te restituyo tu salud, que yua perdida; tu coraçón, que te faltaua; tu seso, que se alteraua. Melibea pena por ti más que tú por ella, Melibea te ama y dessea ver, Melibea piensa más horas en tu persona que en la suya, Melibea se llama tuya y esto tiene por título de libertad y con esto amansa el fuego, que más que a ti la quema. CELESTINE. Seigneur Calixte, vous avez agi avec beaucoup de libéralité envers une pauvre vieille comme je suis ; mais comme tout don ou cadeau se juge grand ou petit selon celui qui le donne, je ne puis parler de mon peu de mérite, que vos largesses surpassent en qualité et en quantité, mais de votre magnificence, près de laquelle il n’est rien. En retour de cette immense générosité, je vous rends votre santé, qui était perdue, votre cœur, qui s’en allait, votre raison, qui s’altérait. Mélibée souffre pour vous plus que vous ne souffrez pour elle ; Mélibée vous aime et désire vous voir ; Mélibée pense plus souvent à vous qu’à elle-même ; voilà ce qu’elle regarde comme sa liberté, voilà comment elle apaise ce feu qui la dévore plus que vous.
CAL. __ ¿:Moços, estó yo aquí? ¿:moços, oygo yo esto? ¿:moços, mirá si estoy despierto.? ¿:Es de día o de noche? ¡O señor Dios, padre celestial! ¡Ruégote que esto no sea sueño! ¡Despierto, pues, estoy! Si burlas, señora, de mí por me pagar en palabras, no temas, di verdad, que para lo que tú de mí has recebido, más merecen tus passos. CALIXTE. Amis, suis-je bien ici ? Mes amis, entends-je bien réellement tout cela ? Mes amis, suis-je bien éveillé ? est-il jour ou nuit ? Ô mon Dieu ! Père céleste, je t’en conjure, que tout cela ne soit pas un songe !… je suis bien éveillé. Si tu veux rire, mère, si tu veux me payer en paroles, ne crains rien, dis la vérité ; tes démarches méritent plus encore que ce que tu as reçu de moi.
CEL. __ Nunca el coraçón lastimado de deseo toma la buena nueua por cierta ni la mala por dudosa; pero, si burlo o si no, verlo has yendo esta noche, según el concierto dexo con ella, a su casa, en dando el relox doze, a la hablar por entre las puertas. De cuya boca sabrás más por entero mi solicitud y su desseo y el amor que te tiene y quién lo ha causado. CELESTINE. Jamais un cœur tourmenté par le désir n’accepte une bonne nouvelle comme positive, ni une mauvaise nouvelle comme douteuse ; vous pourrez vous assurer toutefois si je plaisante ou non en allant cette nuit (ainsi qu’il est convenu avec elle), quand l’horloge sonnera minuit, lui parler entre les portes de sa maison ; elle vous dira mieux que moi comment j’ai agi pour vous, quel est son désir, l’amour qu’elle vous porte et ce qui l’a causé.
CAL. __ Ya, ya, ¿:Tal cosa espero? ¿:Tal cosa es possible hauer de passar por mí? Muerto soy de aquí allá, no soy capaz de tanta gloria, no merecedor de tan gran merced, no digno de fablar con tal señora de su voluntad y grado. CALIXTE. Bien, bien, est-il possible que j’entende une telle chose ? Se peut-il qu’un semblable bonheur m’advienne ? Je mourrai d’ici là ; je ne suis pas digne d’une telle gloire, je ne mérite pas une pareille récompense, je ne suis pas digne de parler à une telle dame, quoique ce soit de son gré.
CEL. __ Siempre lo oy dezir, que es más difícile de sofrir la próspera fortuna que la aduersa: que la vna no tiene sosiego y la otra tiene consuelo. ?Cómo, señor Calisto, y no mirarías quién tú eres? ¿:No mirarías el tiempo que has gastado en su seruicio? ¿:No mirarías a quién has puesto entremedias? ¿:Y asimismo que hasta agora siempre as estado dudoso de la alcançar y tenías sofrimiento? agora que te certifico el fin de tu penar ¿:Quieres poner fin a tu vida? mira, mira que está Celestina de tu parte y que, avnque todo te faltasse lo que en vn enamorado se requiere, te vendería por el más acabado galán del mundo, que te haría llanas las peñas para andar, que te faría las más crescidas aguas corrientes pasar sin mojarte. Mal conoces a quien das tu dinero. CELESTINE. Je l’ai toujours entendu dire, il est plus difficile de supporter la prospérité que l’adversité ; l’une peut avoir sa consolation, mais l’autre ne laisse pas de repos. Comment, seigneur Calixte, vous ne considérez pas qui vous êtes, vous ne voyez pas le temps que vous avez perdu à la servir, vous ne voyez pas à qui vous avez confié vos affaires ? Jusqu’à ce moment vous avez désespéré de l’obtenir, vous vous désoliez, et maintenant que je vous atteste que vous êtes à la fin de votre peine, vous voulez mettre fin à votre vie ? Voyez donc, seigneur, Célestine est pour vous ; bien qu’il vous manque toutes les qualités requises chez un amoureux, elle vous donnerait pour le plus parfait galant du monde, elle aplanirait les rochers sous vos pas, elle vous ferait traverser à pied sec le torrent le plus rapide. Vous ne savez pas à qui vous donnez votre argent.
CAL. __ ¡Cata, señora! ¿:Qué me dizes? ¿:Que verná de su grado? CALIXTE. Prends garde, mère, à ce que tu me dis : elle y viendra de bon gré ?
CEL. __ Y avn de rodillas. CELESTINE. Et même à genoux.
SEMP. __ No sea ruydo hechizo, que nos quieran tomar a manos a todos. Cata, madre, que assí se suelen dar las çaracas en pan embueltas, porque no las sienta el gusto. SEMPRONIO Pourvu que ce ne soit pas une ruse pour nous avoir tous sous la main… Fais attention, mère, c’est ainsi qu’on enveloppe de pain la mort aux rats, afin que le goût ne la devine pas.
PARM. __ Nunca te oy dezir mejor cosa. Mucha sospecha me pone el presto conceder de aquella señora y venir tan ayna en todo su querer de Celestina, engañando nuestra voluntad con sus palabras dulces y prestas por hurtar por otra parte, como hazen los de Egypto quando el signo nos catan en la mano. Pues alahé, madre, con dulces palabras están muchas injurias vengadas. El manso boyzuelo con su blando cencerrar trae las perdizes a la red; el canto de la serena engaña los simples marineros con su dulçor. Assí ésta con su mansedumbre y concessión presta querrá tomar vna manada de nosotros a su saluo; purgará su innocencia con la honrra de Calisto y con nuestra muerte. Assí como corderica mansa que mama su madre y la ajena, ella con su segurar tomará la vengança de Calisto en todos nosotros, de manera que con la mucha gente que tiene, podrá caçar a padres y hijos en vna nidada y tú estarte rascando a tu fuego, diziendo: a saluo está el que repica. PARMENO Je ne t’ai jamais entendu dire meilleure chose. Je me sens naître bien des soupçons sur la subite conversion de cette dame et sur sa prompte obéissance aux volontés de Célestine ; elle veut nous amuser avec ses paroles douces et bienveillantes, comme font ceux d’Égypte, qui voient d’un côté, pendant que de l’autre ils occupent leurs dupes en leur lisant dans les mains. En vérité, mère, on venge bien des injures avec des flatteries. Le bœuf artificiel avec ses sonnailles conduit les perdrix jusque dans les filets; le chant de la sirène séduit par sa douceur les marins trop confiants. Je crois que de même Mélibée, avec son affabilité, avec ce consentement si rapide, voudrait prendre à son aise une poignée d’entre nous, purger son innocence avec l’honneur de Calixte et notre mort. De même que l’agneau tète au hasard sa mère où toute autre brebis, de même celle-ci prendra en toute sûreté vengeance de Calixte sur nous tous ; avec le grand nombre de gens dont elle dispose, elle pourra saisir pères et petits d’une seule nichée, et toi tu te gratteras la panse au coin du feu en disant : « Celui qui carillonne est en sûreté dans le clocher. »
CAL. __ ¡Callad, locos, vellacos, sospechosos! Parece que days a entender que los ángeles sepan hazer mal. Sí, que Melibea ángel dissimulado es, que viue entre nosotros. CALIXTE. Taisez-vous, coquins, fous, soupçonneux ! il semble que vous vouliez nous faire croire que les anges savent faire le mal. Mélibée est un ange déguisé qui vit parmi nous.
SEMP. __ ¿:Todauía te buelues a tus eregías? Escúchale, Pármeno. No te pene nada, que, si fuere trato doble, él lo pagará, que nosotros buenos pies tenemos. SEMPRONIO, à part. Tu reviens à tes hérésies ? (Haut.) Écoute-le, Parmeno, ne t’inquiète de rien ; s’il est pris, il le payera double ; nous autres, nous avons de bons pieds.
CEL. __ Señor, tú estás en lo cierto; vosotros cargados de sospechas vanas. Yo he hecho todo lo que a mí era a cargo. Alegre te dexo. Dios te libre y aderece. Pártome muy contenta. Si fuere menester para esto o para más, allí estoy muy aparejada a tu seruicio. CELESTINE. Seigneur, vous seul raisonnez sagement ; vous, mes enfants, vous vous laissez aller à de vains soupçons. J’ai fait tout ce qui dépendait de moi, je vous laisse joyeux ; Dieu vous aide et vous guide ! je pars fort contente. Si je vous suis nécessaire pour cela ou pour autre chose, je suis toute prête à vous servir.
PARM. __ ¡Hi!¡hi!¡hi! PARMENO, à part. Hi, hi, hi !
SEMP. __ ¿:De qué te ríes, por tu vida, Pármeno? SEMPRONIO.. De quoi ris-tu, sur ta vie ?
PARM. __ De la priessa que la vieja tiene por yrse. No vee la hora que hauer despegado la cadena de casa. No puede creer que la tenga en su poder ni que se la han dado de verdad. No se halla digna de tal don, tan poco como Calisto de Melibea. PARMENO De l’empressement de la vieille à s’en al1er ; elle ne voit pas venir assez tôt le moment d’emporter la chaîne ; elle ne peut croire encore qu’elle lui appartienne ni qu’on la lui ait réellement donnée ; elle ne se trouve pas plus digne d’un tel don que Calixte ne croit l’être de Mélibée.
SEMP. __ ¿:Qué quieres que haga vna puta alcahueta, que sabe y entiende lo que nosotros nos callamos y suele hazer siete virgos por dos monedas, después de verse cargada de oro, sino ponerse en saluo con la possessión, con temor no se la tornen a tomar, después que ha complido de su parte aquello para que era menester? ¡Pues guárdese del diablo, que sobre el partir no le saquemos el alma! SEMPRONIO Que veux-tu que fasse autrement cette vieille drôlesse, cette indigne maquerelle, qui sait et devine tout ce que nous pensons, et refait sept virginités pour deux écus ? Elle se voit chargée d’or et se hâte de se mettre en sûreté avec son butin, dans la crainte qu’on ne le lui reprenne. Elle a fait maintenant tout ce qu’on voulait d’elle. Mais qu’elle prenne garde au diable, et qu’elle fasse de telle sorte qu’au moment du partage nous ne lui arrachions pas l’âme.
CAL. __ Dios vaya contigo, madre. Yo quiero dormir y reposar vn rato para satisfazer a las passadas noches y complir con la por venir. CALIXTE. Dieu t’accompagne, mère ! je veux dormir et me reposer un instant pour satisfaire aux nuits passées, et m’acquitter d’avance avec celle qui vient.
CEL. __ Tha, tha. CELESTINE. Tac, tac, tac.
ELIC. __ ¿:Quién llama? ÉLICIE. Qui frappe ?
CEL. __ Abre, hija Elicia. CELESTINE. Ouvre, ma fille Élicie.
ELIC. __ ¿:Cómo vienes tan tarde? No lo deues hazer, que eres vieja; tropeçarás donde caygas y mueras. ÉLICIE. Pourquoi viens-tu si tard ? Vieille comme tu es, tu ne devrais pas agir ainsi ; tu trébucheras, tu tomberas et te tueras.
CEL. __ No temo esso, que de día me auiso por donde venga de noche. Que jamás me subo por poyo ni calçada, sino por medio de la calle. Porque, como dizen: no da passo seguro quien corre por el muro y que aquél va más sano que anda por llano. Más quiero ensuziar mis zapatos con el lodo que ensangrentar las tocas y los cantos. Pero no te duele a ti en esse lugar. CELESTINE. Je n’en crains rien, j’examine le jour le chemin que je dois suivre la nuit ; je ne prends jamais le haut de la rue, mais bien le milieu de la chaussée, car on dit : « Qui va le long des murs n’est pas en sûreté ; et qui va par la plaine n’a rien à redouter. » J’aime mieux salir mes souliers dans la boue que recevoir une pierre sur la tête. Mais tu n’as pas de chagrin ici ?
ELIC. __ ¿:Pues qué me ha de doler? ÉLICIE Pourquoi en aurais-je ?
CEL. __ Que se fue la compañía que te dexé, y quedaste sola. CELESTINE. Parce que la compagnie que je t’ai laissée est partie, et que tu es restée seule.
ELIC. __ Son passadas quatro horas después ¿:Y hauíaseme de acordar desso? ÉLICIE Quatre heures se sont passées depuis ; je n’y pensais déjà plus.
CEL. __ Quanto más presto te dexaron, más con razón lo sentiste. Pero dexemos su yda y mi tardança. Entendamos en cenar y dormir. CELESTINE. Plus tôt ils t’auront quittée, plus tu auras ressenti de peine. Mais laissons là leur départ et mon retard, occupons-nous de souper et de dormir.






ACTO XII

ACTE DOUXIÈME

Sumario: Llegando medianoche, CALISTO, SEMPRONIO y PARMENO, armados, van para casa de MELIBEA. LUCRECIA y MELIBEA estan cabe la puerta, aguardando a CALISTO. Viene CALISTO. Hablale primero LUCRECIA. Llama a MELIBEA. Apartase LUCRECIA. Hablanse por entre las puertas MELIBEA y CALISTO. PARMENO y SEMPRONIO de su cabo departen. Oyen gentes por la calle. Apercibense para huyr. Despidese CALISTO de MELIBEA, dexando concertada la tornada para la noche siguiente. PLEBERIO, al son del ruydo que havia en la calle, despiertase. Llama a su muger, ALISA. Pregunta a MELIBEA quien da patadas en su camara. Responde MELIBEA a su padre, PLEBERIO, fingendo que tenia sed. CALISTO con sus criados va para su casa hablando. Echase a dormir. PARMENO y SEMPRONIO van a casa de CELESTINA. Demandan su parte de la ganancia. Dissimula CELESTINA. Vienen a rentilde;ir. Echanle mano a CELESTINA; matanla. Da bozes ELICIA. Viene la justicia y prendelos ambos. ARGUMENT : À minuit, Calixte, accompagné de Sempronio et de Parmeno armés, se rend à la maison de Mélibée. Lucrèce et Mélibée l’attendent près de la porte. Il arrive, Lucrèce lui parle la première, elle appelle Mélibée et s’éloigne. Mélibée et Calixte parlent à travers la porte entr’ouverte, Parmeno et Sempronio causent de leur côté ; ils entendent du monde dans la rue et se disposent à fuir. Calixte prend congé de Mélibée, après être convenu de son retour pour la nuit suivante. Au bruit qui se fait dans la rue, Plebère se réveille, appelle sa femme Alisa et demande à Mélibée d’où viennent les pas qu’on entend dans sa chambre. Mélibée répond à son père qu’elle avait soif. Calixte rentre chez lui en causant avec ses serviteurs et va se mettre au lit. Parmeno et Sempronio se rendent chez Célestine et lui réclament leur part du gain ; Célestine refuse, ils se mettent en colère, portent la main sur Célestine et la tuent. Élicie pousse des cris ; la justice vient pour les arrêter tous deux.

CALIXTE, SEMPRONIO, PARMENO, LUCRÈCE, MÉLIBÉE, PLEBÈRE, ALISA, CÉLESTINE, ÉLICIE.
CAL. __ ¿:Moços, qué hora da el relox? CALIXTE. Amis, quelle heure vient de sonner ?
SEMP. __ Las diez. SEMPRONIO Dix heures.
CAL. __ ¡O cómo me descontenta el oluido en los moços! De mi mucho acuerdo en esta noche y tu descuydar y oluido se haría vna razonable memoria y cuydado. ?Cómo, desatinado, sabiendo quánto me va, Sempronio, en ser diez o onze, me respondías a tiento lo que más ayna se te vino a la boca? ¡O cuytado de mí! Si por caso me houiera dormido y colgara mi pregunta de la respuesta de Sempronio para hazerme de onze diez y assí de doze onze, saliera Melibea, yo no fuera ydo, tornárase: ¡De manera que ni mi mal ouiera fin ni mi desseo execución! No se dize en balde que mal ageno de pelo cuelga. CALIXTE. Oh ! combien je suis mécontent de l’inattention de ces hommes ! Que de choses il y aurait à dire de ma grande vigilance pendant toute cette nuit et de ta négligence inconcevable ! Comment ! étourdi, tu sais combien il m’importe qu’il soit dix ou onze heures, et tu réponds au hasard ce qui te vient à la bouche ! Si malheureusement j’avais dormi, tout aurait dépendu de la réponse de Sempronio, qui pour onze compte dix et pour douze aurait compté onze. Mélibée serait venue, je ne me serais pas trouvé là, elle serait rentrée ; de cette manière, ma peine n’aurait pas eu de fin ni mon désir d’exécution ; on a raison de dire que bonheur ou malheur tiennent à un cheveu.
SEMP. __ Tanto yerro, señor, me parece, sabiendo preguntar, como ignorando responder. Mas este mi amo tiene gana de reñir y no sabe cómo. SEMPRONIO Il me semble qu’il n’y a pas moins de mal à demander ce qu’on sait, qu’à répondre ce qu’on ignore.
PARM. __ Mejor sería, señor, que se gastasse esta hora que queda en adereçar armas, que en buscar questiones. Ve, señor, bien aprecibido, serás bien combatido. PARMENO Il serait mieux, seigneur, d’employer l’heure qui nous reste à préparer des armes, plutôt qu’à chercher sujet de querelles.
CAL. __ Bien me dize este necio. No quiero en tal tiempo recebir enojo. No quiero pensar en lo que pudiera venir, sino en lo que fue; no en el daño que resultara de su negligencia, sino en el prouecho que verná de mi solicitud. Quiero dar espacio a la yra, que o se me quitará o se me ablandará. Descuelga, Pármeno mis coraças, y armaos vosotros y assí yremos a buen recaudo, porque como dizen: el hombre apercebido, medio combatido. CALIXTE, à part. Il a raison l’imbécile, je ne veux pas me fâcher dans un tel moment ; il faut penser non à ce qui aurait pu arriver, mais à ce qui existe ; non au mal qui aurait pu résulter de sa négligence, mais au profit que me procurera ma sollicitude ; j’aurais tort de céder à la colère, il faut la laisser se calmer. (Haut.) Parmeno, descends mes cuirasses et armez-vous tous deux ; nous pourrons marcher ainsi en toute sûreté, car on dit : « Homme averti et disposé en vaut deux. »
PARM. __ Helas aquí, señor. PARMENO Les voici, seigneur.
CAL. __ Ayúdame aquí a vestirlas. mira tú, Sempronio, si parece alguno por la calle. CALIXTE. Aide-moi à m’armer. Toi, Sempronio, regarde si quelqu’un paraît dans la rue.
SEMP. __ Señor, ninguna gente parece y, avnque la houiesse, la mucha escuridad priuaría el viso y conoscimiento a los que nos encontrasen. SEMPRONIO Seigneur, il ne paraît personne, et lors même qu’il y aurait quelqu’un, la grande obscurité empêcherait que nous ne fussions vus ou reconnus.
CAL. __ Pues andemos por esta calle, avnque se rodee alguna cosa, porque más encubiertos vamos. Las doze da ya: buena hora es. CALIXTE. Alors suivons cette rue ; lors même que cela nous ferait faire quelques détours, nous n’en serons que mieux cachés. Minuit sonne : c’est une bonne heure.
PARM. __ Cerca estamos. PARMENO Nous voici tout près.
CAL. __ A buen tiempo llegamos. Párate tú, Pármeno, a uer si es venida aquella señora por entre las puertas. CALIXTE. Nous arrivons à temps ; dispose-toi, Parmeno, à aller voir si cette dame est derrière la porte.
PARM. __ ¿:Yo, señor? Nunca Dios mande que sea en dañar lo que no concerté; mejor será que tu presencia sea su primer encuentro, porque viéndome a mí no se turbe de ver que de tantos es sabido lo que tan ocultamente quería hazer y con tanto temor faze, o porque quiçá pensará que la burlaste. PARMENO Moi, seigneur ? Dieu ne le permette pas, ce serait détruire tout ce qui a été fait. Il vaut mieux que ce soit vous qu’elle rencontre le premier ; il se pourrait qu’en me voyant elle se fâchât de voir qu’il y a plusieurs personnes dans la confidence d’une chose qu’elle voulait faire si secrètement, et dont elle redoute tant les conséquences. Peut-être même penserait-elle que vous vous moquez d’elle.
CAL. __ ¡O qué bien has dicho! La vida me has dado con tu sotil auiso, pues no era más menester para me lleuar muerto a casa, que boluerse ella por mi mala prouidencia. Yo me llego allá; quedaos vosotros en esse lugar. CALIXTE. Oh ! que tu as bien dit ! tu m’as donné la vie avec un conseil aussi sensé. Si par malheur elle rentrait chez elle sans me voir, il n’en faudrait pas davantage pour me porter mort au logis. J’y vais seul ; vous autres, restez ici.
PARM. __ ¿:Qué te paresce, Sempronio, cómo el necio de nuestro amo pensaua tomarme por broquel, para el encuentro del primer peligro? ¿:Qué sé yo quién está tras las puertas cerradas? ¿:Qué sé yo si ay alguna trayción? ¿:Qué sé yo si Melibea anda porque le pague nuestro amo su mucho atreuimiento desta manera? Y, avn no somos muy ciertos dezir verdad la vieja. No sepas fablar, Pármeno: ¡Sacarte han el alma, sin saber quién! No seas lisonjero, como tu amo quiere, y jamás llorarás duelos agenos. No tomes en lo que te cumple el consejo de Celestina y hallarte as ascuras. Andate ay con tus consejos y amonestaciones fieles: ¡Darte han de palos! No bueluas la hoja y quedarte has a buenas noches. Quiero hazer cuenta que hoy me nascí, pues de tal peligro me escapé. PARMENO Qu’en penses-tu, Sempronio ? Notre imbécile de maître croyait-il donc me prendre pour bouclier et m’envoyer au-devant du premier danger ? Sais-je, moi, qui est là derrière cette porte ? Sais-je s’il n’y a pas là quelque trahison ? Sais-je si Mélibée n’a pas l’intention de punir notre maître de son audace ? Sommes-nous sûrs que la vieille ait dit la vérité ? Si tu ne savais pas parler, Parmeno, on t’arracherait l’âme sans que tu connusses à qui tu as affaire. Ne fais pas le flatteur, comme le voudrait ton maître, et tu n’auras jamais à souffrir pour autrui ; n’écoute pas trop les conseils de Célestine si tu ne veux pas te trouver dans l’embarras ; ne fais pas trop de fidèles protestations si tu crains les coups de bâton ; sache quelquefois tourner casaque si tu ne veux pas rester les mains vides. Je veux compter comme si j’étais né d’aujourd’hui, car j’échappe à un bien grand danger.
SEMP. __ Passo, passo, Pármeno. No saltes ni hagas esse bollicio de plazer, que darás causa que seas sentido. SEMPRONIO Silence donc, Parmeno ! ne saute pas ainsi, ne sois pas si joyeux, on finira par t’entendre.
PARM. __ Calla, hermano, que no me hallo de alegría. !Cómo le hize creer que por lo que a él cumplía dexaua de yr y era por mi seguridad! ¿:Quién supiera assí rodear su prouecho, como yo? Muchas cosas me verás hazer, si estás de aquí adelante atento, que no las sientan todas personas, assí con Calisto como con quantos en este negocio suyo se entremetieren. Porque soy cierto que esta donzella ha de ser para él ceuo de anzuelo o carne de buytrera, que suelen pagar bien el escote los que a comerla vienen. PARMENO Tais-toi, frère, je ne me sens pas de bonheur. Comme je lui ai bien fait croire que c’était pour son intérêt que je refusais d’aller là-bas ! Je ne pensais qu’à ma sûreté. Qui saurait songer à soi aussi bien que je le fais ? Si tu y prends garde, tu me verras faire dorénavant bien des choses que tout le monde ne comprendra pas, autant avec Calixte qu’avec tous ceux qui se trouvent mêlés dans cette affaire. Je suis persuadé que cette demoiselle sera pour lui un leurre, un appât ; quiconque y viendra mordre payera chèrement son écot.
SEMP. __ Anda, no te penen a ti essas sospechas, avnque salgan verdaderas. Apercíbete: a la primera boz que oyeres, tomar calças de Villadiego. SEMPRONIO Va, ne te tourmente pas de semblables idées, bien qu’il puisse y avoir quelque chose de vrai. Tiens-toi prêt toutefois, au premier bruit que tu entendras, à prendre tes jambes à ton cou
PARM. __ Leydo has donde yo: en un coraçón estamos. Calças traygo y avn borzeguíes de essos ligeros que tú dizes, para mejor huyr que otro. Plázeme que me has, hermano, auisado de lo que yo no hiziera de vergüença de ti. Que nuestro amo, si es sentido, no temo que se escapará de manos desta gente de Pleberio, para podernos después demandar cómo lo hezimos y incusarnos el huyr. PARMENO Tu as lu au même livre que moi : Nous sommes deux pour un seul cœur ; mes jambes sont taillées pour la course, je saurai fuir mieux que tout autre. Je te remercie, frère, de m’avoir conseillé une chose que je n’osais te proposer ; si notre maître est aperçu, je crains qu’il ne puisse s’échapper des mains des gens de Plebère ; il ne pourra guère venir nous demander ensuite ce que nous avons fait et nous reprocher d’avoir fui.
SEMP. __ ¡O Pármeno amigo! ¡Quán alegre y prouechosa es la conformidad en los compañeros! Avnque por otra cosa no nos fuera buena Celestina, era harta la vtilidad que por su causa nos ha venido. SEMPRONIO Ô Parmeno ! mon ami, que la conformité de goûts entre compagnons est chose utile et profitable ! Lors même que Célestine ne nous eût pas été bonne à autre chose, cette amitié, qui nous vient d’elle, est à elle seule un bien inappréciable.
PARM. __ Ninguno podrá negar lo que por sí se muestra. Manifiesto es que con vergüença el vno del otro, por no ser odiosamente acusado de couarde, esperáramos aquí la muerte con nuestro amo, no siendo más de él merecedor della. PARMENO Personne ne peut nier ses torts quand ils sont évidents, et il est certain que, par honte l’un de l’autre et par crainte d’être odieusement traités de lâches, nous attendrions ici la mort avec notre maître, quand il n’y a que lui seul qui la mérite.
SEMP. __ Salido deue auer Melibea. Escucha, que hablan quedito. SEMPROMIO Mélibée doit être venue ; écoute, on parle bas.
PARM. __ ¡O cómo temo que no sea ella, sino alguno que finja su voz! PARMENO Ah ! je crains bien que ce ne soit pas elle, mais quelqu’un qui contrefait sa voix.
SEMP. __ Dios nos libre de traydores, no nos ayan tomado la calle por do tenemos de huyr; que de otra cosa no tengo temor. SEMPROMIO Dieu nous préserve des traîtres ! qu’ils n’aient pas pris la rue par laquelle nous devons fuir, je ne crains pas autre chose.
CAL. __ Este bullicio más de vna persona lo haze. Quiero hablar, sea quien fuere. ¡Ce, señora mia! CALIXTE. Ce bruit vient de plus d’une personne ; je veux parler, quoi qu’il arrive. Hé, hé ! madame ?
LUCR. __ La voz de Calisto es ésta. Quiero llegar. ?Quién habla? ¿:Quién está fuera? LUCRECE. C’est la voix de Calixte, je vais au-devant de lui. Qui parle ? Qui est dehors ?
CAL. __ Aquél que viene a cumplir tu mandado. CALIXTE. Celui qui vient pour obéir à vos ordres.
LUCR. __ ¿:Por qué no llegas, señora? Llega sin temor acá, que aquel cauallero está aquí. LUCRECE. Pourquoi n’approchez-vous pas, madame ? Venez sans crainte, ce cavalier est ici.
MELIB. __ ¡Loca, habla passo! Mira bien si es él MELIBEE Folle, parle bas, regarde bien si c’est lui.
LUCR. __ Allégate, señora, que sí es, que yo le conozco en la voz. LUCRECE. Approchez-vous, madame ; c’est bien lui, je le reconnais à la voix.
CAL. __ Cierto soy burlado: no era Melibea la que me habló. !Bullicio oygo, perdido soy! Pues viua o muera, que no he de yr de aquí. CALIXTE. Je suis joué, celle qui m’a parlé n’est pas Mélibée. J’entends du bruit, je suis perdu ; mais que je vive ou que je meure, je ne m’en irai pas d’ici.
32. MELIB. __ Vete, Lucrecia, acostar vn poco. !Ce, señor! ¿:Cómo es tu nombre? ¿:Quién es el que te mandó ay venir? MELIBEE Va, Lucrèce, te coucher un peu. Holà ! seigneur, quel est votre nom ? Qui vous a ordonné de venir ici ?
CAL. __ Es la que tiene merecimiento de mandar a todo el mundo, la que dignamente seruir yo no merezco. No tema tu merced de se descobrir a este catiuo de tu gentileza: que el dulce sonido de tu habla, que jamás de mis oydos se cae, me certifica ser tú mi señora Melibea. Yo soy tu sieruo Calisto. CALIXTE. Celle qui mérite de donner des ordres au monde entier, celle que je suis indigne de servir. Que votre grâce ne craigne pas de se faire connaître à un homme que vos charmes ont captivé ; que le doux son de votre parole, qui retentit sans cesse à mon oreille, m’affirme que vous êtes bien Mélibée, la reine et la dame de mon cœur. Je suis votre esclave Calixte.
MELIB. __ La sobrada osadía de tus mensajes me ha forçado a hauerte de hablar, señor Calisto. Que hauiendo hauido de mí la passada respuesta a tus razones, no sé qué piensas más sacar de mi amor, de lo que entonces te mostré. Desuía estos vanos y locos pensamientos de ti, porque mi honrra y persona estén sin detrimento de mala sospecha seguras. A esto fue aquí mi venida, a dar concierto en tu despedida y mi reposo. No quieras poner mi fama en la balança de las lenguas maldezientes. MELIBEE L’extrême audace de vos messages m’a donné le désir de vous parler, seigneur Calixte. Vous n’avez pu oublier de quelle manière j’ai répondu à vos discours ; je ne sais comment vous pouvez penser obtenir de moi autre chose que ce que je vous ai témoigné. Chassez loin de vous ces vaines et folles idées, afin que mon honneur et ma personne soient à l’abri de tout mauvais soupçon. Je suis venue ici pour vous prier de cesser vos poursuites et de me rendre le repos. Veuillez ne pas mettre ma réputation à la merci des médisants.
CAL. __ A los corazones aparejados con apercibimiento recio contra las adversidades, ninguna puede venir que pase de claro en claro la fuerza de su muro. Pero el triste que, desarmado y sin proveer los engaños y celadas, se vino a meter por las puertas de tu seguridad, cualquiera cosa que en contrario vea es razón que me atormente y pase, rompiendo todos los almacenes en que la dulce nueva estaba aposentada. ¡Oh malaventurado Calisto! ¡Oh cuán burlado has sido de tus sirvientes! ¡Oh engañosa mujer Celestina! ¡Dejárasme acabar de morir y no tornaras a vivificar mi esperanza para que tuviese más que gastar el fuego que ya me aqueja! ¿:Por qué falsaste la palabra de esta mi señora? ¿:Por qué has así dado con tu lengua causa a mi desesperación? ¿:A qué me mandaste aquí venir, para que me fuese mostrado el disfavor, el entredicho, la desconfianza, el odio, por la misma boca de esta que tiene las llaves de mi perdición y gloria? ¡Oh enemiga! ¿:Y tú no me dijiste que esta mi señora me era favorable? ¿:No me dijiste que de su grado mandaba venir este su cautivo al presente lugar, no para me desterrar nuevamente de su presencia, pero para alzar el destierro ya por otro su mandamiento, puesto antes de ahora? ¿:En quién hallaré yo fe? ¿:A dónde hay verdad? ¿:Quién carece de engaño? ¿:A dónde no moran falsarios? ¿:Quién es claro enemigo? ¿:Quién es verdadero amigo? ¿:Dónde no se fabrican traiciones? ¿:Quién osó darme tan cruda esperanza de perdición? CALIXTE. Le malheur est sans force contre un cœur dès longtemps préparé à le bien recevoir, mais, hélas ! j’étais désarmé ; je n’avais prévu ni faussetés ni tromperies ; je m’abandonnais à vous plein de confiance, quoi qu’il dût arriver, et maintenant n’est-il pas juste que je m’afflige et que je revienne pas à pas le long du chemin qu’avait fait parcourir à mon imagination la douce nouvelle que j’avais reçue ? Ô malheureux Calixte ! comme tes serviteurs se sont joués de toi ! Ô Célestine, femme trompeuse et rusée ! n’aurais-tu pas mieux fait de me laisser mourir, plutôt que de venir ranimer mon espérance et accroître le feu, bien ardent déjà, qui me dévorait ! Pourquoi as-tu faussé la parole de cette dame que j’adore ? Pourquoi as-tu ainsi causé mon désespoir avec tes mensonges ? Pourquoi m’as-tu dit de venir ici entendre cette bouche, qui tient les clefs de ma perte ou de ma gloire, me témoigner le mépris, le reproche, la méfiance, la haine ? Ô mon ennemie ! ne m’as-tu pas dit que la reine de mon âme daignait m’être favorable ? Ne m’as-tu pas dit que c’était de son gré que tu m’ordonnais, à moi, son captif, de me rendre ici ? Ce n’était pas pour qu’elle me chassât de nouveau de sa présence, mais pour qu’elle me relevât du bannissement auquel elle m’avait condamné avant ce jour. En qui aurai-je donc foi ? Où est la vérité ? Qui donc est sans fausseté ? Dans quel lieu ne trouverai-je pas d’imposteurs ? Où rencontrerai-je un franc ennemi, un véritable ami ? Quel est le pays où la trahison est inconnue ? Hélas ! pourquoi m’avoir donné une espérance qui me conduit à ma perte ?
MELIB. __ Cesen, señor mio, tus verdaderas querellas: que ni mi coraçón basta para lo sufrir ni mis ojos para lo dissimular. Tú lloras de tristeza, juzgándome cruel; yo lloro de plazer, viéndote tan fiel. !O mi señor y mi bien todo! ¡Quánto más alegre me fuera poder ver tu haz, que oyr tu voz! Pero, pues no se puede al presente más fazer, toma la firma y sello de las razones que te embié escritas en la lengua de aquella solícita mensajera. Todo lo que te dixo confirmo, todo lo he por bueno. Limpia, señor, tus ojos, ordena de mí a tu voluntad. MELIBEE Cessez vos plaintes, seigneur, mon cœur ne peut les supporter, mes yeux ne peuvent y résister. Vous pleurez de désespoir et m’accusez d’être ingrate ; je pleure de plaisir en vous voyant aussi fidèle ! Ô mon seigneur et tout mon bien ! combien il me serait plus agréable de voir votre visage, que d’entendre votre voix ! Mais comme en ce moment il ne peut se faire davantage, recevez la confirmation des paroles que je vous ai envoyées écrites sur la langue de cette diligente messagère. Tout ce que j’ai dit, je le certifie, je le tiens pour vrai et j’en accepte les résultats. Essuyez vos larmes, seigneur, ordonnez de moi selon votre volonté.
CAL. __ ¡O señora mia, esperança de mi gloria, descanso y aliuio de mi pena, alegría de mi coraçón! ¿:Qué lengua será bastante para te dar yguales gracias a la sobrada y incomparable merced que en este punto, de tanta congoxa para mí, me has quesido hazer en querer que vn tan flaco y indigno hombre pueda gozar de tu suauíssimo amor? Del qual, avnque muy desseoso, siempre me juzgaua indigno, mirando tu grandeza, considerando tu estado, remirando tu perfeción, contemplando tu gentileza, acatando mi poco merescer y tu alto merescimiento, tus estremadas gracias, tus loadas y manifiestas virtudes. Pues, ¡O alto Dios!, ¿:Cómo te podré ser ingrato, que tan milagrosamente has obrado comigo tus singulares marauillas? ¡O quántos días antes de agora passados me fue venido este pensamiento a mi coraçón, y por impossible le rechaçaua de mi memoria, hasta que ya los rayos ylustrantes de tu muy claro gesto dieron luz en mis ojos, encendieron mi coraçón, despertaron mi lengua, estendieron mi merecer, acortaron mi couardía, destorcieron mi encogimiento, doblaron mis fuerças, desadormescieron mis pies e manos, finalmente, me dieron tal osadía, que me han traydo con su mucho poder a este sublimado estado en que agora me veo, oyendo de grado tu suaue voz. La qual, si ante de agora no conociese e no sintiesse tus saludables olores, no podría creer que careciessen de engaño tus palabras. Pero, como soy cierto de tu limpieza de sangre e fechos, me estoy remirando si soy yo Calisto, a quien tanto bien se le haze. CALIXTE. Ô madame ! espérance de ma gloire, repos et soulagement de ma peine, joie de mon cœur ! Quelles paroles suffiraient à vous rendre grâces de l’incomparable merci que vous voulez bien me faire en ce moment si heureux pour moi ? Vous daignez permettre à un homme aussi humble que je le suis de jouir de tout le bonheur de votre amour ! Je m’en jugeais indigne, quoique je le désirasse ardemment, lorsque je considérais votre position, lorsque je voyais votre perfection, lorsque je contemplais votre gentillesse, lorsque je pensais à mon peu de mérite et à votre grand mérite, à votre grâce extrême, à vos vertus si vantées et si évidentes. Ô grand Dieu ! comment pourrais-je être ingrat envers toi, qui as si miraculeusement mis en œuvre pour moi tes immenses merveilles ! Oh ! qu’il y a longtemps que cette pensée naquit en mon cœur, mais je la repoussais comme impossible. Puis les éclatants rayons de votre extrême beauté frappèrent mes yeux, enflammèrent mon âme, agrandirent mon mérite, chassèrent ma timidité, détruisirent mon hésitation, doublèrent mes forces, dégourdirent mes pieds et mes mains, enfin me donnèrent une telle audace, que leur pouvoir immense m’a conduit au suprême bonheur d’entendre de votre bon gré les accents de votre voix divine. Si je ne l’eusse pas connue avant ce jour, si je n’en eusse pas reçu les salutaires émanations, je me croirais encore le jouet de quelque maléfice ; mais je suis persuadé de votre franchise, je sais que c’est bien à vous que je parle, et je me demande si c’est bien à moi, Calixte, qu’arrive tant de bonheur.
MELIB. __ Señor Calisto, tu mucho merecer, tus estremadas gracias, tu alto nascimiento han obrado que, después que de ti houe entera noticia, ningún momento de mi coraçón te partiesses. Y avnque muchos días he pugnado por lo dissimular, no he podido tanto que, en tornándome aquella muger tu dulce nombre a la memoria, no descubriesse mi desseo y viniesse a este lugar y tiempo, donde te suplico ordenes y dispongas de mi persona segund querrás. Las puertas impiden nuestro gozo, las quales yo maldigo y sus fuertes cerrojos y mis flacas fuerças, que ni tú estarías quexoso ni yo descontenta. MELIBEE Seigneur Calixte, votre immense mérite, votre grâce extrême, votre haute naissance, ont agi sur moi de telle sorte, que, dès que je vous ai connu, vous ne vous êtes pas un instant éloigné de mon cœur. Bien longtemps j’ai combattu pour le dissimuler ; mais lorsque cette femme m’a remis votre doux nom dans la mémoire, je n’ai pu avoir assez de force pour ne pas lui découvrir ma passion et pour ne pas consentir à me rendre en ce lieu, où je vous supplie d’ordonner et de disposer de ma personne selon votre volonté. Maudite soit cette porte qui s’oppose à notre bonheur ! Maudits soient ses verrous et ma faiblesse ! Sans les cruels obstacles qui nous séparent, vous ne vous plaindriez pas, et je cesserais d’être mécontente.
CAL. __ ¿:Cómo, señora mia, y mandas que consienta a vn palo impedir nuestro gozo? Nunca yo pensé que, demás de tu voluntad, lo pudiera cosa estoruar. !O molestas y enojosas puertas! Ruego a Dios que tal huego os abrase, como a mí da guerra: que con la tercia parte seríades en vn punto quemadas. Pues, por Dios, señora mia, permite que llame a mis criados para que las quiebren. CALIXTE. Comment, madame ! vous voulez que je permette à un morceau de bois de mettre empêchement à notre satisfaction ? Je n’eusse jamais cru avoir à combattre autre chose que votre volonté. Ô portes fâcheuses et importunes ! Dieu veuille que vous soyez la proie d’un feu semblable à celui qui me dévore ! le tiers seulement vous consumerait en un instant. Pour Dieu, madame, permettez que j’appelle mes serviteurs pour qu’ils les mettent en pièces.
PARM. __ ¿:No oyes, no oyes, Sempronio? A buscarnos quiere venir para que nos den mal año. No me agrada cosa esta venida. ¡En mal punto creo que se empeçaron estos amores! Yo no espero más aquí. PARMENO N’entends-tu pas, Sempronio ? Il veut venir nous chercher pour qu’il nous arrive malheur. Je ne suis pas du tout content d’être ici ; je crois que ces amours ont mal commencé, je n’attends pas davantage.
SEMP. __ Calla, calla, escucha, que ella no consiente que vamos allá. SEMPRONIO Silence ! tais-toi, écoute, elle ne veut pas que nous y allions.
MELIB. __ ¿:Quieres, amor mio, perderme a mí y dañar mi fama? No sueltes las riendas a la voluntad. La esperança es cierta, el tiempo breue, quanto tú ordenares. Y pues tú sientes tu pena senzilla y yo la de entramos, tú solo dolor, yo el tuyo y el mio, conténtate con venir mañana a esta hora por las paredes de mi huerto. Que si agora quebrasses las crueles puertas, avnque al presente no fuéssemos sentidos, amanescería en casa de mi padre terrible sospecha de mi yerro. Y pues sabes que tanto mayor es el yerro quanto mayor es el que yerra, en vn punto será por la cibdad publicado. MELIBEE Voulez-vous donc, mon bien-aimé, me perdre et compromettre ma réputation ? Ne lâchez pas la bride à votre volonté ; l’espérance est certaine, le temps serait trop court pour ce que vous ordonnerez. Vous ressentez une vive peine, et moi celle de nous deux ; vous souffrez de votre seule douleur, et moi de la vôtre et de la mienne ; ayez patience jusqu’à demain et venez à la même heure par les murs de notre verger. Si maintenant vous brisiez cette cruelle porte, en ce moment nous serions entendus, et demain il naîtrait dans la maison de mon père un terrible soupçon sur ma faute. Et comme vous sentez que le tort grandit en proportion de l’état de celui qui le commet, on en parlerait dès le jour dans toute la ville.
SEMP. __ ¡Enoramala acá esta noche venimos! Aquí nos ha de amanescer, según el espacio que nuestro amo lo toma. Que, avnque más la dicha nos ayude, nos han en tanto tiempo de sentir de su casa o vezinos. SEMPRONIO Notre mauvaise étoile nous a conduits ici cette nuit, nous allons rester là jusqu’au matin, selon que notre maître en prend à son aise, et bien que le bonheur nous favorise, on finira par nous entendre d’ici ou des maisons voisines.
PARM. __ Ya ha dos horas que te requiero que nos vamos, que no faltará vn achaque. PARMENO Il y a deux heures que je te prie de partir, nous n’éviterons pas une correction.
CAL. __ ¡O mi señora y mi bien todo! ¿:Porqué llamas yerro aquello que por los sanctos de Dios me fue concedido? Rezando oy ante el altar de la Madalena, me vino con tu mensaje alegre aquella solícita muger. CALIXTE. Oh ! madame et tout mon bien, pourquoi appelez-vous faute ce que tous les saints du paradis m’ont accordé ? Je priais aujourd’hui devant l’autel de la Madeleine, lorsque cette brave femme vint me rejoindre avec votre doux message.
PARM. __ ¡Desuariar, Calisto, desuariar! Por fe tengo, hermano, que no es cristiano. Lo que la vieja traydora con sus pestíferos hechizos ha rodeado y fecho dize que los sanctos de Dios se lo han concedido y impetrado. Y con esta confiança quiere quebrar las puertas. Y no haurá dado el primer golpe, quando sea sentido y tomada por los criados de su padre, que duermen cerca. PARMENO Tu divagues, Calixte, tu divagues. Je suis convaincu, frère, qu’il ne doit pas être chrétien. Ce que la vieille traîtresse a manigancé avec ses sorcelleries pestiférées, ce qu’elle a fait avec ses fausses paroles, il dit que les saints de Dieu le lui ont accordé ou l’ont obtenu pour lui ; c’est avec cette prétention qu’il veut briser la porte. Il n’aura pas donné le premier coup, qu’il sera entendu et pris par les serviteurs du père de Mélibée, qui dorment tout auprès.
SEMP. __ Ya no temas, Pármeno, que harto desuiados estamos. En sintiendo bullicio, el buen huyr nos ha de valer. Déxale hazer, que si mal hiziere, él lo pagará. SEMPRONIO Ne crains rien, Parmeno, nous sommes assez éloignés, et dès que nous entendrons du bruit, nous nous trouverons bien de fuir. Laisse-le ; s’il fait mal, il le payera.
PARM. __ Bien hablas, en mi coraçón estás. Assí se haga. Huygamos la muerte, que somos moços. Que no querer morir ni matar no es couardía, sino buen natural. Estos escuderos de Pleberio son locos: no desean tanto comer ni dormir como questiones y ruydos. Pues más locura sería esperar pelea con enemigo, que no ama tanto la vitoria y vencimiento, como la continua guerra y contienda. !O si me viesses, hermano, como estó, plazer haurías! A medio lado, abiertas las piernas, el pie ysquierdo adelante puesto en huyda, las faldas en la cinta, la adarga arrollada y so el sobaco, porque no me empache. !Que, por Dios, que creo corriesse como vn gamo, según el temor tengo de estar aquí! PARMENO Tu parles bien, tu lis dans mon cœur ; ainsi soit fait, fuyons la mort, car nous sommes jeunes ; ne vouloir ni mourir ni tuer, ce n’est pas lâcheté, c’est bon naturel. Ces écuyers de Plebère sont des fous, ils ne désirent pas tant manger et dormir que se quereller et se battre ; or, ce serait une grande folie qu’attendre le combat avec des ennemis qui aiment mieux la guerre et le désordre que la victoire et la gloire de vaincre. Oh ! si tu voyais comme je suis, frère, tu aurais plaisir ! À demi tourné, les jambes écartées, le pied gauche en avant, en fuite, les pans de ma tunique relevés, le bouclier démonté et sous le bras, afin qu’il ne me gêne pas ; je crois, pour Dieu, que je courrai comme un daim, tant j’ai crainte d’être ici.
SEMP. __ Mejor estó yo, que tengo liado el broquel y el espada con las correas, porque no se me caygan al correr, y el caxquete en la capilla. SEMPRONIO Je suis bien mieux, moi, j’ai attaché ma rondache et mon épée avec les courroies, afin de ne pas les laisser tomber en courant, et j’ai mis mon casque dans le capuchon de ma cape.
PARM. __ ¿:Y las piedras, que trayas en ella? PARMENO Et les pierres dont tu l’avais remplie ?
SEMP. __ Todas las vertí por yr más liuiano. Que harto tengo que lleuar en estas coraças que me hiziste vestir por importunidad; que bien las rehusaua de traer, porque me parescían para huyr muy pesadas. !Escucha, escucha! ¿:Oyes, Pármeno? ¡A malas andan! ¡Muertos somos! Bota presto, echa hazia casa de Celestina, no nos atajen por nuestra casa. SEMPRONIO Je les ai toutes jetées pour aller plus légèrement. J’ai bien assez de porter ces cuirasses que tu m’as fait prendre si mal à propos ; j’avais bien envie de refuser de les mettre, car elles me semblaient bien pesantes pour fuir. Écoute, écoute ! Entends-tu, Parmeno ? Il y a quelque malheur ; nous sommes morts, chasse vite, va vers la maison de Célestine, pour qu’ils ne nous coupent pas le chemin de notre logis.
PARM. __ Huye, huye, que corres poco. !O pecador de mí!, si nos han de alcançar, dexa broquel y todo. PARMENO Fuis, fuis ! comme tu cours peu ! Ô pécheur que je suis ! s’ils doivent nous atteindre, laisse là le bouclier et le reste.
SEMP. __ ¿:Si han muerto ya a nuestro amo? SEMPRONIO Auront-ils tué notre maître ?
54. PARM. __ No sé, no me digas nada; corre y calla, que el menor cuydado mio es esse. PARMENO Je ne sais, ne me dis rien, cours et tais-toi ; c’est là le moindre de mes soucis.
SEMP. __ ¡Ce! ¡ce! ¡Pármeno! Torna, torna callando, que no es sino la gente del aguazil, que passaua haziendo estruendo por la otra calle. SEMPRONIO Hé, hé, Parmeno, reviens, reviens sans bruit, ce ne sont que les gens de l’alguazil, qui passaient en tumulte dans l’autre rue.
PARM. __ Míralo bien. No te fíes en los ojos, que se antoja muchas veces vno por otro. No me auían dexado gota de sangre. Tragada tenía ya la muerte, que me parescía que me yuan dando en estas espaldas golpes. En mi vida me acuerdo hauer tan gran temor ni verme en tal afrenta, avnque he andado por casas agenas harto tiempo y en lugares de harto trabajo. Que nueue años seruí a los frayles de Guadalupe, que mill vezes nos apuñeávamos yo y otros. Pero nunca como esta vez houe miedo de morir. PARMENO Assure-t’en bien ; ne te fie pas à tes yeux, car ils jugent souvent sans réflexion. Il ne m’était pas resté une goutte de sang ; j’étais déjà aux prises avec la mort ; il me semblait qu’ils me donnaient des coups sur les épaules. Sur ma vie, je ne me souviens pas avoir eu jamais si grand’peur ni m’être vu en telle position, bien que j’aie été assez longtemps dans les maisons des autres et dans des maisons où il y avait assez de peine. J’ai servi neuf ans les moines de Guadalupe, et mille fois nous nous sommes battus les uns les autres à coups de poing ; mais, en vérité, jamais je n’ai eu peur de mourir comme tout à l’heure.
SEMP. __ ¿:Y yo no seruí al cura de Siant Michael y al mesonero de la plaça y a Mollejar, el ortelano? y también yo tenía mis questiones con los que tirauan piedras a los páxaros, que assentauan en vn álamo grande que tenía, porque dañauan la ortaliza. Pero guárdete Dios de verte con armas, que aquel es el verdadero temor. No en balde dizen: cargado de hierro y cargado de miedo. Buelue, buelue, que el aguazil es, cierto. SEMPRONIO Et moi, n’ai-je pas servi le curé de San-Miguel, l’hôtelier de la place et Mollejas le jardinier ? Je ne passais pas un jour sans me quereller avec des gens qui chassaient à coups de pierres les oiseaux qui étaient sur un grand peuplier que nous avions, ce qui causait du tort au potager. Mais Dieu te garde de te voir avec des armes, c’est là le vrai danger ; ce n’est pas en vain qu’on dit : « Chargé de fer, chargé de crainte. » Retourne, pars, c’est bien l’alguazil cette fois.
MELIB. __ Señor Calisto, ¿:Qué es esso que en la calle suena? Parescen vozes de gente que van en huyda. Por Dios, mírate, que estás a peligro. MELIBEE Seigneur Calixte, quel est ce tumulte dans la rue ? On dirait le bruit de gens qui fuient. Pour Dieu, prenez garde à vous, vous êtes en danger.
CAL. __ Señora, no temas, que a buen seguro vengo. Los míos deuen ser, que son unos locos y desarman a quantos passan y huyríales alguno. CALIXTE. Madame, ne craignez rien, j’ai pris toutes mes précautions. Ce seront sans doute mes gens : ce sont des fous ; ils désarmeront tous les passants ; quelqu’un les aura fuis sans doute.
MELIB. __ ¿:Son muchos los que traes? MELIBEE Ceux que vous amenez sont-ils nombreux ?
CAL. __ No, sino dos; pero, avnque sean seys sus contrarios, no recebirán mucha pena para les quitar las armas y hazerlos huyr, según su esfuerço. Escogidos son, señora, que no vengo a lumbre de pajas. Si no fuesse por lo que a tu honrra toca, pedaços harían estas puertas. Y si sentidos fuéssemos, a ti y a mí librarían de toda la gente de tu padre. CALIXTE. Non, rien que deux ; mais lors même qu’ils en auraient six contre eux, ils n’auraient pas grand’peine à leur ôter leurs armes et à les mettre en fuite, tant ils sont courageux. Ce sont gens choisis, madame, je ne m’éclaire pas d’un feu de paille. Si ce n’était à cause de votre honneur, ils mettraient cette porte en pièces, et, si on nous entendait, ils nous délivreraient, vous et moi, des gens de votre père.
MELIB. __ ¡O por Dios, no se cometa tal cosa! Pero mucho plazer tengo que de tan fiel gente andas acompañado. Bienempleado es el pan que tan esforçados siruientes comen. Por mi amor, señor, pues tal gracia la natura les quiso dar, sean de ti bientratados y galardonados, porque en todo te guarden secreto. Y quando sus osadías y atreuimientos les corregieres, a bueltas del castigo mezcla fauor. Porque los ánimos esforçados no sean con encogimiento diminutos y yrritados en el osar a sus tiempos. MELIBEE Oh ! pour Dieu ! n’entreprenez pas une pareille chose ! J’ai grand plaisir que vous soyez accompagné de gens aussi fidèles ; il est bien employé le pain que mangent d’aussi braves serviteurs. Par amour pour moi, seigneur, puisque la nature a bien voulu leur faire une telle grâce, qu’ils soient bien traités et bien récompensés par vous ; faites qu’ils vous gardent le secret en toutes choses ; lorsque vous aurez à corriger leurs fautes, soyez bienveillant avec eux aussitôt le châtiment ; il faut éviter de trop contraindre les cœurs généreux ; leur zèle s’éteint s’ils ne sont pas quelquefois traités avec indulgence.
PARM. __ ¡Ce! ¡ce! Señor, quítate presto dende, que viene mucha gente con hachas y serás visto y conoscido, que no hay donde te metas. PARMENO Hé, hé ! seigneur, retirez-vous promptement, il vient un grand nombre de gens avec des torches ; vous serez vu et reconnu ; vous ne pouvez vous cacher ici.
CAL. __ ¡O mezquino yo y cómo es forçado, señora, partirme de ti! ¡Por cierto, temor de la muerte no obrara tanto como el de tu honrra! Pues que assí es, los ángeles queden con tu presencia. Mi venida será, como ordenaste, por el huerto. CALIXTE. Ô malheureux que je suis ! Je suis obligé, madame, de me séparer de vous. La crainte de la mort a moins de puissance sur moi que le soin de votre honneur. Puisqu’il faut vous quitter, que les anges restent près de vous ! Je viendrai par le verger, comme vous me l’avez prescrit.
MELIB. __ Assí sea y vaya Dios contigo. MELIBEE Qu’il en soit ainsi ! Dieu vous conduise !
PLEB. __ Señora muger, ¿:Duermes? PLEBERE Madame ma femme, dors-tu ?
ALI. __ Señor, no. ALISA Non, seigneur.
PLEB. __ ¿:No oyes bullicio en el retraimiento de tu hija? PLEBERE N’entends-tu pas du bruit dans la chambre de ta fille ?
ALI. __ Sí oyo. !Melibea! ¡Melibea! ALISA Oui, je l’entends. Mélibée ! Mélibée !
PLEB. __ No te oye; yo la llamaré más rezio. !Hija mia, Melibea! PLEBERE Elle ne t’entend pas, j’appellerai plus fort. Mélibée, ma fille !
MELIB. __ ¡Señor! MELIBEE Seigneur ?
PLEB. __ ¿:Quién da patadas y haze bullicio en tu cámara? PLEBERE Qui donc marche et fait du bruit dans ta chambre ?
MELIB. __ Señor, Lucrecia es, que salió por vn jarro de agua para mí, que hauía gran sed. MELIBEE Seigneur, c’est Lucrèce ; elle est sortie pour m’aller chercher un verre d’eau, j’avais soif.
PLEB. __ Duerme, hija, que pensé que era otra cosa. PLEBERE Dors, ma fille ; je pensais que c’était autre chose.
LUCR. __ Poco estruendo los despertó. Con gran pauor hablauan. LUCRECE. Il a fallu peu de bruit pour les réveiller ; c’est la crainte qui les fait parler.
MELIB. __ No ay tan manso animal que con amor o temor de sus hijos no asperece. Pues ¿:Qué harían, si mi cierta salida supiessen? MELIBEE Il n’y a animal si doux qui ne devienne furieux par amour ou par crainte pour ses petits. Que feraient-ils s’ils savaient que je suis réellement sortie !
CAL. __ Cerrad essa puerta, hijos. Y tú, Pármeno, sube vna vela arriba. CALIXTE. Fermez cette porte, enfants, et toi, Parmeno, porte un flambeau dans ma chambre.
SEMP. __ Deues, señor, reposar y dormir esto que queda de aquí al día. SEMPRONIO Seigneur, vous ferez mieux de vous reposer et de dormir jusqu’au jour.
79. CAL. __ Plázeme, que bien lo he menester. ?Qué te parece, Pármeno, de la vieja, que tú me desalabauas? ¿:Qué obra ha salido de sus manos? ¿:Qué fuera hecha sin ella? CALIXTE. Tu as raison, j’en ai bien besoin. Eh bien ! Parmeno, que te semble de cette vieille, dont tu me disais tant de mal ? Vois-tu quelle œuvre est sortie de ses mains ? Qu’aurions-nous fait sans elle ?
PARM. __ Ni yo sentía tu gran pena ni conoscía la gentileza y merescimiento de Melibea, y assí no tengo culpa. Conoscía a Celestina y sus mañas. Auisáuate como a señor; pero ya me parece que es otra. Todas las ha mudado. PARMENO Je ne ressentais pas vos angoisses, je ne connaissais ni la gentillesse ni le mérite de Mélibée, je n’ai donc aucun tort. Je savais par cœur Célestine et ses artifices, je vous en avertissais parce que vous êtes mon maître ; mais il me semble maintenant qu’elle est tout autre, elle est entièrement changée.
CAL. __ ¿:Y cómo mudado? CALIXTE. Comment changée ?
PARM. __ Tanto que, si no lo ouiesse visto, no lo creería; mas assí viuas tú como es verdad. PARMENO À un tel point que, si je ne l’eusse pas vu, je ne le croirais pas. C’est aussi vrai que vous vivez.
CAL. __ ¿:Pues aués oydo lo que con aquella mi señora he passado? ¿:Qué hazíades? ¿:Teníades temor? CALIXTE. Avez-vous entendu ce qui s’est passé entre ma dame et moi ? Que faisiez-vous ? Aviez-vous peur ?
84. SEMP. __ ¿:Temor, señor, o qué? Por cierto, todo el mundo no nos le hiziera tener. ¡Fallado auías los temerosos! Allí estouimos esperándote muy aparejados y nuestras armas muy a mano. SEMPRONIO Peur, seigneur ? Quoi donc ! En vérité, le monde entier ne saurait y parvenir. Vous en chercherez ailleurs, des peureux ; nous étions là à vous attendre, fort bien disposés et les armes à la main.
CAL. __ ¿:Aués dormido algún rato? CALIXTE. Avez-vous dormi un peu ?
SEMP. __ ¿:Dormir, señor? ¡Dormilones son los moços¡Nunca me assenté ni avn junté por Dios los pies, mirando a todas partes para, en sintiendo porqué, saltar presto y hazer todo lo que mis fuerças me ayudaran. Pues Pármeno, que te parecía que no te seruía hasta aquí de buena gana, assí se holgó, quando vido los de las hachas, como lobo quando siente poluo de ganado, pensando poder quitárselas, hasta que vido que eran muchos. SEMPRONIO Dormir, seigneur ? On vous en souhaite, des dormeurs ; pas un instant je ne me suis assis et je n’ai joint les talons en vérité ; je regardais de tous côtés afin que, si j’apercevais quelqu’un, je pusse m’élancer et faire tout ce que mes forces m’auraient permis. Parmeno lui-même, bien que jusqu’à ce jour il n’ait guère paru vous servir de bon gré, fut aussi joyeux quand il aperçut les gens qui portaient les torches, que le loup quand il sent la poussière des troupeaux : il voulait les leur arracher ; mais il se contint quand il vit qu’ils étaient plusieurs.
CAL. __ No te marauilles, que procede de su natural ser osado y, avnque no fuesse por mí: hazíalo porque no pueden los tales venir contra su vso, que avnque muda el pelo la raposa, su natural no despoja. Por cierto yo dixe a mi señora Melibea lo que en vosotros ay y quán seguras tenía mis espaldas con vuestra ayuda y guarda. Fijos, en mucho cargo vos soy. Rogad a Dios por salud, que yo os galardonaré más complidamente vuestro buen seruicio. Yd con Dios a reposar. CALIXTE. N’en sois pas surpris, la hardiesse est dans sa nature ; il l’eût fait lors même que ce n’eût pas été pour moi, parce que les hommes comme lui ne peuvent agir contre leurs habitudes. Bien que le renard change de poil, il ne change pas de natural. Aussi ai-je parlé de vous à ma dame Mélibée, et lui ai-je dit combien j’étais en sûreté avec votre aide et votre garde. Enfants, je vous en sais bon gré, priez Dieu pour ma santé ; je récompenserai dignement vos bons services. Allez avec Dieu et reposez-vous.
PARM. __ ¿:Adónde yremos, Sempronio? ¿:A la cama a dormir o a la cozina a almorzar? PARMENO. Où irons-nous, Sempronio ? Au lit pour dormir ou à la cuisine pour déjeuner ?
SEMP. __ Ve tú donde quisieres; que, antes que venga el día, quiero yo yr a Celestina a cobrar mi parte de la cadena. Que es vna puta vieja. No le quiero dar tiempo en que fabrique alguna ruyndad con que nos escluya. SEMPRONIO Va où tu voudras ; mais avant le jour je veux aller chez Célestine chercher ma part de la chaîne ; c’est une vieille carogne ; je ne veux pas lui donner le temps d’inventer quelque défaite pour nous en frustrer.
PARM. __ Bien dizes. Oluidado lo auía. Vamos entramos y, si en esso se pone, espantémosla de manera que le pese. Que sobre dinero no ay amistad. PARMENO Tu as raison, je l’avais oublié ; allons-y tous deux, et si elle veut en essayer, épouvantons-la de manière qu’elle s’en repente. En affaires d’argent, il n’y a pas d’amitié.
SEMP. __ ¡Ce! ¡ce ! Calla, que duerme cabo esta ventanilla. Tha, tha, señora Celestina, ábrenos. SEMPRONIO Chut, chut ! tais-toi, elle dort près de cette fenêtre. Tac, tac. Dame Célestine, ouvre-nous.
,,, CELESTINE. Qui frappe ?
SEMP. __ Abre, que son tus hijos. SEMPRONIO Ouvre, ce sont tes fils.
CEL. __ No tengo yo hijos que anden a tal hora. CELESTINE. Je n’ai pas de fils qui courent à pareille heure.
SEMP. __ Abrenos a Pármeno y Sempronio, que nos venimos acá almorzar contigo. SEMPRONIO Ouvre-nous, à Parmeno et à Sempronio ; nous venons ici pour déjeuner avec toi.
CEL. __ ¡O locos trauiesos! Entrad, entrad. ?Cómo venís a tal hora, que ya amanesce? ¿:Qué haués hecho? ¿:Qué os ha passado? ¿:Despidióse la esperança de Calisto o viue todavía con ella o cómo queda? CELESTINE. Oh ! les fous, les étourdis ! Entrez, entrez ; que venez-vous faire à cette heure ? Il fait jour à peine. Qu’avez-vous fait ? Que vous est-il arrivé ? Calixte a-t-il perdu l’espérance ? L’a-t-il conservée ? Comment est-il ?
SEMP. __ ¿:Cómo, madre? Si por nosotros no fuera, ya andouiera su alma buscando posada para siempre. Que, si estimarse pudiesse a lo que de allí nos queda obligado, no sería su hazienda bastante a complir la debda, si verdad es lo que dizen, que la vida y persona es más digna y de más valor que otra cosa ninguna. SEMPRONIO Comment, mère ? sans nous déjà son âme serait à chercher un repos éternel. Si on pouvait évaluer l’obligation qu’il nous a, son bien ne suffirait pas pour payer cette dette, si toutefois il est vrai, comme on le dit, que la vie et la personne sont de plus de valeur qu’aucune chose de ce monde.
CEL. __ ¡Jesú! ¿:Que en tanta afrenta os haués visto? Cuéntamelo, por Dios. CELESTINE. Jésus ! dans quelle position vous êtes-vous donc trouvés ? Conte-le-moi, pour Dieu !
SEMP. __ Mira qué tanta, que por mi vida la sangre me hierue en el cuerpo en tornarlo a pensar. SEMPRONIO Une position telle que, sur ma vie, le Sang me bout dans le corps rien qu’à y penser.
CEL. __ Reposa, por Dios, y dímelo. CELESTINE. Calme-toi, pour Dieu ! et dis-le-moi.
PARM. __ Cosa larga le pides, según venimos alterados y cansados del enojo que hauemos hauido. Farías mejor aparejarnos a él y a mi de almorzar: quiçá nos amansaría algo la alteración que traemos. Que cierto te digo que no quería ya topar hombre que paz quisiesse. Mi gloria sería agora hallar en quién vengar la yra que no pude en los que nos la causaron, por su mucho huyr. PARMENO Tu lui demandes beaucoup, tant nous sommes troublés et fatigués de la colère que nous avons ressentie. Tu ferais mieux de nous préparer à déjeuner, à lui et à moi ; peut-être l’agitation qui nous possède se calmerait-elle un peu ; mais je t’assure que je ne voudrais pas rencontrer un homme qui demandât la paix. Mon bonheur serait en ce moment de trouver quelqu’un sur qui faire passer ma colère, car je n’ai pu me venger de ceux qui l’ont causée, tant ils ont fui rapidement.
CEL. __ ¡Landre me mate, si no me espanto en verte tan fiero! creo que burlas. Dímelo agora, Sempronio, tú, por mi vida: ¿:Qué os ha passado? . CELESTINE. La fièvre me tue si je ne suis pas tout effrayée de te voir aussi furieux ; je crois que tu t’amuses. Dis-moi, Sempronio, sur ma vie, que vous est-il arrivé ?
SEMP. __ Por Dios, sin seso vengo, desesperado; avnque para contigo por demás es no templar la yra y todo enojo y mostrar otro semblante que con los hombres. Jamás me mostré poder mucho con los que poco pueden. traygo, señora, todas las armas despedaçadas, el broquel sin aro, la espada como sierra, el caxquete abollado en la capilla. Que no tengo con qué salir vn passo con mi amo, quando menester me aya. Que quedó concertado de yr esta noche que viene a uerse por el huerto. ?Pues comprarlo de nueuo? No mando vn marauedí en que caya muerto. SEMPRONIO Pour Dieu, je n’ai pas ma raison, je suis désespéré ; mais cependant avec toi il faut calmer la colère et agir autrement qu’avec des hommes. Jamais je n’ai su faire étalage de ma force avec ceux qui ne peuvent rien. J’ai, ma mère, toutes mes armes en morceaux, ma rondache sans cercle, mon épée comme une scie ; mon casque, tout bossué, est là dans ma capuche ; je n’ai plus de quoi sortir avec mon maître lorsqu’il aura besoin de moi, et il est convenu qu’on se reverra la nuit prochaine dans le verger ; mais puis-je en acheter d’autres ? Je pourrais tomber mort faute d’un maravédis.
CEL. __ Pídelo, hijo, a tu amo, pues en su seruicio se gastó y quebró. Pues sabes que es persona que luego lo cumplirá. Que no es de los que dizen: viue comigo y busca quien te mantenga. El es tan franco, que te dará para esso y para más. CELESTINE. Demande-le à ton maître, puisque cela a été perdu et brisé à son service. Tu sais bien qu’il est homme à le faire à l’instant ; il n’est pas de ceux qui disent : « Vis avec moi et cherche qui te soutienne. » Il est si généreux qu’il te donnera plus encore qu’il ne te faut.
SEMP. __ ¡Ha! Trae también Pármeno perdidas las suyas. A este cuento, en armas se le yrá su hazienda. ?Cómo quieres que le sea tan importuno en pedirle más de lo que él de su propio grado haze, pues es arto? No digan por mí que dando vn palmo pido quatro. Diónos las cient monedas, diónos después la cadena. A tres tales aguijones no terná cera en el oydo. Caro le costaría este negocio. Contentémonos con lo razonable, no lo perdamos todo por querer más de la razón, que quien mucho abarca, poco suele apretar. SEMPRONIO Ah ! Parmeno a aussi perdu les siens : à ce compte tout son bien s’en ira en armes. Comment veux-tu qu’on soit assez importun pour lui demander plus qu’il ne fait de son propre gré, ce qui suffit grandement ? Qu’on ne dise pas de moi que lorsqu’on me donne un pied j’en prends quatre. Il nous a donné les cent écus, il nous a ensuite donné la chaîne : après trois secousses pareilles il ne lui resterait plus de cire dans l’oreille. Cette affaire lui coûtera cher ; contentons-nous du raisonnable, ne perdons pas tout pour vouloir plus que de raison, car qui trop embrasse mal étreint.
CEL. __ ¡Gracioso es el asno! Por mi vejez que, si sobre comer fuera, que dixera que hauíamos todos cargado demasiado. ?Estás en tu seso, Sempronio? ¿:Qué tiene que hazer tu galardón con mi salario, tu soldada con mis mercedes? ¿:Só yo obligada a soldar vuestras armas, a complir vuestras faltas? Osadas, que me maten, si no te has asido a vna palabrilla, que te dixe el otro día viniendo por la calle, que quanto yo tenía era tuyo y que, en quanto pudiesse con mis pocas fuerças, jamás te faltaría, y que, si Dios me diesse buena manderecha con tu amo, que tú no perderías nada. Pues ya sabes, Sempronio, que estos ofrescimientos, estas palabras de buen amor no obligan. No ha de ser oro quanto reluze; si no, más barato valdría. ?Dime, estoy en tu coraçón, Sempronio? verás si, avnque soy vieja, si acierto lo que tú puedes pensar. Tengo, hijo, en buena fe, más pesar que se me quiere salir esta alma de enojo. Di a esta loca de Elicia, como vine de tu casa, la cadenilla, que traxe para que se holgasse con ella e no se puede acordar donde la puso. Que en toda esta noche ella ni yo no auemos dormido sueño de pesar. No por su valor de la cadena, que no era mucho; pero por su mal cobro della e de mi mala dicha. Entraron vnos conoscidos e familiares míos en aquella sazón aquí: temo no la ayan leuado, diziendo: si te vi, burleme etc.

Assí que, hijos, agora que quiero hablar con entramos, si algo vuestro amo a mí me dio, deués mirar que es mío; que de tu jubón de brocado no te pedí yo parte ni la quiero. Siruamos todos, que a todos dará, según viere que lo merescen. Que si me ha dado algo, dos vezes he puesto por -106- él mi vida al tablero. Más herramienta se me ha embotado en su seruicio, que a vosotros, más materiales he gastado. Pues aués de pensar, hijos, que todo me cuesta dinero e avn mi saber, que no lo he alcançado holgando. De lo qual fuera buen testigo su madre de Pármeno. Dios aya su alma. Esto trabajé yo; a vosotros se os deue essotro. Esto tengo yo por oficio e trabajo; vosotros por recreación e deleyte. Pues assí, no aués vosotros de auer ygual galardón de holgar, que yo de penar. Pero avn con todo lo que he dicho, no os despidays, si mi cadena parece, de sendos pares de calças904 de grana, que es el ábito que mejor en los mancebos paresce. E si no, recebid la voluntad, que yo me callaré con mi pérdida. E todo esto, de buen amor, porque holgastes que houiesse yo antes el prouecho destos passos, que no otra. E si no os contentardes, de vuestro daño farés.
CELESTINE, à part. Il est gracieux, l’âne ! (Haut.) Par ma vieillesse, si nous venions de manger, je dirais que nous sommes tous trop pleins. Es-tu dans ton bon sens, Sempronio ? Qu’y a-t-il de commun entre tes récompenses et mon salaire, entre tes gages et mes bénéfices ? Suis-je obligée de payer vos armes, de vous donner ce qui vous manque ? Qu’on me tue, en vérité, si tu ne t’es pas laissé prendre à une petite parole que je te dis l’autre jour, en venant par la rue, que tout ce que j’avais était à toi, et que tant que je le pourrais, avec toute mon impuissance, jamais je ne te manquerais, et que si Dieu me donnait une bonne main avec ton maître, tu n’y perdrais rien. Tu sais bien, Sempronio, que ces offres, ces paroles de bonne amitié n’obligent à rien ; si tout ce qui reluit était or, l’or vaudrait beaucoup moins102. Dis-moi, Sempronio, sais-je bien lire dans ton cœur ? Tu peux voir que, bien que je sois vieille, je devine ce que tu penses. En vérité, mon fils, j’ai un bien grand chagrin, je suis près de perdre l’âme de dépit. Quand je revins de chez ton maître, je donnai à cette folle d’Élicie, pour qu’elle s’amusât un peu, la petite chaîne que j’apportais, et elle ne peut plus se rappeler où elle l’a mise. Toute la nuit, ni elle ni moi n’avons un instant dormi de chagrin, non pour la valeur de la chaîne, qui n’était pas bien grande, mais par dépit de cette maladresse et de mon mauvais sort. Quelques-unes de mes connaissances et des habitués sont venus vers ce moment-là, je crains qu’ils ne l’aient emportée en disant : « Si tu m’as vu, moque-toi de moi, etc. »

Il est, mes enfants, une question que je veux éclaircir avec vous. Si votre maître m’a donné quelque chose, vous devez bien croire que c’est à moi ; je n’ai pas demandé ma part de la tunique de brocart et je ne la réclame pas. Servons-le tous, à tous il donnera selon les mérites de chacun. S’il m’a donné quelque chose, à moi, j’ai joué deux fois ma vie pour lui ; j’ai usé plus que vous de souliers et d’effets à son service. Vous devez bien penser, mes enfants, que tout cela me coûte de l’argent ; je n’ai pas non plus acquis mon savoir sans peine. La mère de Parmeno, Dieu veuille avoir son âme ! pourrait bien en être témoin. Ce que j’ai, je l’ai gagné ; ce que Calixte vous doit, c’est à vous qu’il le donnera ; tout cela était pour moi peine et devoir, pour vous plaisir et passe-temps. Aussi n’avez-vous pas droit, pour vous être amusés, à la récompense que j’ai acquise en travaillant. Toutefois, malgré ce que je vous dis, si ma chaîne se retrouve, ne me refusez pas d’accepter chacun une paire de chausses écarlates, c’est le vêtement qui va le mieux aux jeunes gens. Si vous n’accueillez pas mon offre, je me tairai sur ma perte ; ce que j’en fais est de bonne amitié. Vous devriez voir avec plaisir que j’eusse plutôt qu’une autre le bénéfice de cette affaire ; ce serait agir contre vos intérêts que ne pas en être contents.
SEMP. __ No es esta la primera vez que yo he dicho quánto en los viejos reyna este vicio de cobdicia. Quando pobre, franca; quando rica, auarienta. Assí que aquiriendo cresce la cobdicia, y la pobreza cobdiciando, y ninguna cosa haze pobre al auariento sino la riqueza. !O Dios, y cómo cresce la necessidad con la abundancia! ¡Quién la oyó esta vieja dezir que me lleuasse yo todo el prouecho, si quisiesse, deste negocio, pensando que sería poco! agora, que lo vee crescido, no quiere dar nada, por complir el refrán de los niños, que dizen: de lo poco, poco; de lo mucho, nada. SEMPRONIO Ce n’est pas la première fois que j’ai remarqué à quel excès est poussé chez la vieillesse ce vice de cupidité ; quand elle est pauvre, elle est généreuse ; quand elle est riche, elle est avare. La cupidité s’accroît à mesure qu’on acquiert, la pauvreté s’augmente à mesure qu’on devient cupide. Rien n’appauvrit l’avare comme la richesse. Ô Dieu ! comme les besoins naissent avec l’abondance ! Cette vieille me disait de prendre pour moi, si je le voulais, tout le profit de cette affaire ; elle pensait alors que ce serait peu de chose ; maintenant qu’il dépasse ses espérances, elle ne veut rien donner, pour se montrer fidèle à cette maxime des enfants : « Du peu tu auras peu, de beaucoup rien. »
PARM. __ Déte lo que prometió o tomémosselo todo. Harto te dezía yo quién era esta vieja, si tú me creyeras. PARMENO Qu’elle te donne ce qu’elle a promis, ou bien nous prendrons tout. Je te disais bien ce qu’était cette vieille ; si tu avais voulu me croire…
CEL. __ Si mucho enojo traés con vosotros o con vuestro amo o armas, no lo quebreys en mí. Que bien sé dónde nasce esto, bien sé y barrunto de qué pie coxqueays. No cierto de la necessidad que teneys de lo que pedís, ni avn por la mucha cobdicia que lo teneys, sino pensando que es he de tener toda vuestra vida atados y catiuos con Elicia y Areusa, sin quereros buscar otras, moueysme estas amenazas de dinero, poneysme estos temores de la partición. Pues callá, que quien éstas os supo acarrear, os dará otras diez agora, que ay más conoscimiento y más razón y más merecido de vuestra parte. Y si sé complir lo que prometo en este caso, dígalo Pármeno. Dilo, dilo, no ayas empacho de contar cómo nos passó quando a la otra dolía la madre. CELESTINE. Si vous êtes en colère par votre faute, par celle de votre maître ou par la perte de vos armes, ne m’en rendez pas victime ; je sais bien d’où vous vient tout cela, je devine de quel pied vous clochez. Ce n’est pas que vous ayez besoin de ce que vous demandez ou qu’il y ait chez vous grande cupidité, mais vous pensez que je veux vous retenir toute votre vie avec Élicie et Areusa, sans vous en procurer d’autres. Cessez ces menaces intéressées, renoncez à ces violences à propos de partage et taisez-vous ; celle qui a su vous faire avoir ces deux femmes vous en donnera dix autres, maintenant surtout que vous avez plus de connaissances, plus de bon sens et plus de mérite. Que Parmeno dise si je sais tenir ce que je promets en pareil cas. Parle, parle, ne crains pas de raconter ce que nous avons fait quand l’autre se plaignait du mal de mère.
SEMP. __ Yo dígole que se vaya y abáxasse las bragas: no ando por lo que piensas. No entremetas burlas a nuestra demanda, que con esse galgo no tomarás, si yo puedo, más liebres. Déxate comigo de razones. A perro viejo no cuz cuz. Danos las dos partes por cuenta de quanto de Calisto has recebido, no quieras que se descubra quién tú eres. A los otros, a los otros, con essos halagos, vieja. SEMPRONIO Qu’il y aille et qu’il mette bas ses chausses s’il en a envie ; moi, je ne m’occupe pas de ce que tu penses. Ne réponds pas à ce que nous te demandons par des plaisanteries ; avec ce lévrier, si je le puis, tu ne prendras pas d’autres lièvres. Laisse là ces discours avec moi, c’est peine perdue d’agacer les vieux chiens. Donne-nous les deux parts que tu as reçues de Calixte pour notre compte, ne nous force pas à découvrir qui tu es. À d’autres, à d’autres, avec ces cajoleries, la vieille !
CEL. __ ¿:Quién só yo, Sempronio? ¿:Quitásteme de la putería? calla tu lengua, no amengües mis canas, que soy vna vieja qual Dios me hizo, no peor que todas. Viuo de mi oficio, como cada qual oficial del suyo, muy limpiamente. A quien no me quiere no le busco. De mi casa me vienen a sacar, en mi casa me ruegan. Si bien o mal viuo, Dios es el testigo de mi coraçón. Y no pienses con tu yra maltratarme, que justicia ay para todos: a todos es ygual. Tan bien seré oyda, avnque muger, como vosotros, muy peynados. Déxame en mi casa con mi fortuna. Y tú, Pármeno, no pienses que soy tu catiua por saber mis secretos y mi passada vida y los casos que nos acaescieron a mi y a la desdichada de tu madre. Y avn assí me trataua ella, quando Dios quería. CELESTINE. Qui je suis, Sempronio ? Veux-tu me chasser de mon métier ? Retiens ta langue, n’insulte pas mes cheveux blancs ; je suis une vieille comme Dieu l’a voulu, je ne suis pas pire que les autres. Je vis de mon état, comme chaque artisan du sien, très-convenablement. Je ne recherche pas celui qui ne m’aime pas ; on vient me prendre chez moi ; c’est chez moi qu’on me prie. Dieu sait si je vis bien ou mal, il lit dans mon cœur. Ne me prends pas pour but de ta colère, il y a une égale justice pour tous. On voudra bien m’entendre, quoique je sois femme, et on saura bien vous punir. Laissez-moi chez moi avec ma fortune, et toi, Parmeno, ne pense pas que je sois ton esclave parce que tu connais mes secrets, ma vie passée, et ce qui nous arriva à ta malheureuse mère et à moi. Elle aussi me maltraitait quand il plaisait à Dieu.
PARM. __ No me hinches las narizes con essas memorias; si no, embiarte he con nueuas a ella, donde mejor te puedas quexar. PARMENO Ne me fais pas gonfler le nez avec ces souvenirsquelque part où tu te plaindras tout à ton aise.
CEL. __ ¡Elicia! ¡Elicia! Leuántate dessa cama, daca mi manto presto, que por los sanctos de Dios para aquella justicia me vaya bramando como vna loca. ?Qué es esto? ¿:Qué quieren dezir tales amenazas en mi casa? ¿:Con una oueja mansa tenés vosotros manos y braueza? ¿:Con vna gallina atada? ¿:Con vna vieja de sesenta años? ¡Allá, allá, con los hombres como vosotros, contra los que ciñen espada, mostrá vuestras yras; no contra mi flaca rueca¡! Señal es de gran couardía acometer a los menores y a los que poco pueden. Las suzias moxcas nunca pican sino los bueyes magros y flacos; los guzques ladradores a los pobres peregrinos aquexan con mayor ímpetu. Si aquélla, que allí está en aquella cama, me ouiesse a mí creydo, jamás quedaría esta casa de noche sin varón ni dormiríemos a lumbre de pajas; pero por aguardarte, por serte fiel, padescemos esta soledad. Y como nos veys mugeres, hablays y pedís demasías. Lo qual, si hombre sintiéssedes en la posada, no haríades. Que como dizen: el duro aduersario entibia las yras y sañas. CELESTINE. Élicie ! Élicie ! lève-toi de ce lit, donne-moi vite ma mante, par tous les saints du paradis ! je veux aller crier comme une folle après la justice. Qu’est-ce que cela ? Que signifient ces menaces dans ma maison ? Vous voulez faire les forts et les braves avec une douce brebis ! avec une pauvre poule ! avec une vieille de soixante ans ! Allez, allez, essayez votre colère contre des hommes comme vous, contre ceux qui ceignent l’épée ; mais non pas contre ma frêle quenouille. C’est preuve de grande lâcheté qu’attaquer plus petit et plus faible que soi ; les mauvaises mouches ne piquent jamais que les bœufs maigres et débiles ; les roquets n’aboient avec fureur que contre les pauvres vagabonds. Si celle qui est là dans ce lit avait voulu me croire, jamais cette maison ne resterait la nuit sans un homme, notre sommeil ne serait pas inquiet et agité. Mais pour t’être agréable, pour te rester fidèle, nous supportons cette solitude. Vous voyez que nous sommes des femmes, vous parlez haut et vous demandez des choses injustes, ce que vous ne feriez pas si vous saviez un homme dans la maison ; car on dit : « Un méchant adversaire calme promptement la colère et la fureur. »
SEMP. __ ¡O vieja auarienta, garganta muerta de sed por dinero! ¿:No serás contenta con la tercia parte de lo ganado? SEMPRONIO Ô vieille avare ! morte de soif d’argent, ne peux-tu te contenter du tiers du profit ?
CEL. __ ¿:Qué tercia parte? Vete con Dios de mi casa tú. Y essotro no dé vozes, no allegue la vezindad. No me hagays salir de seso. No querays que salgan a plaza las cosas de Calisto y vuestras. CELESTINE. Quel tiers ? Va-t’en de ma maison, toi et cet autre, et Dieu vous conduise ! Ne criez pas, n’attirez pas le voisinage, ne me mettez pas hors de moi ; prenez garde de rendre publics les secrets de Calixte et les vôtres.
SEMP. __ Dá bozes o gritos, que tú complirás lo que prometiste o complirán oy tus días. SEMPRONIO Parle, crie, tu tiendras ta promesse, ou tu cesseras de vivre aujourd’hui.
ELIC. __ Mete, por Dios, el espada. Tenle. Pármeno, tenle, no la mate esse desuariado. ÉLICIE Pour Dieu, laisse là ton épée. Retiens-le, Parmeno, retiens-le, que ce fou n’aille pas la tuer.
CEL. __ ¡Justicia! ¡Justicia! ¡Señores vezinos! ¡Justicia! ¡Que me matan en mi casa estos rufianes! CELESTINE. Justice ! justice ! mes voisins, justice ! ces brigands me tuent dans ma maison !
SEMP. __ ¿:Rufianes o qué? Espera, doña hechizera, que yo te haré yr al infierno con cartas. SEMPRONIO Brigands ! que dis-tu ? Attends, maîtresse sorcière, je vais t’envoyer porter des lettres en enfer.
CEL. __ ¡Ay, que me ha muerto! ¡Ay, ay! ¡confessión, confessión! CELESTINE. Ah ! ah ! il m’a tuée ! Ah ! ah ! confession !
PARM. __ Dale, dale, acábala, pues començaste. !Que nos sentirán! ¡Muera¡ ¡muera! De los enemigos los menos. PARMENO Frappe, frappe, achève-la, puisque tu l’as commencée ; on nous entendra. Qu’elle meure, qu’elle meure ! le moins d’ennemis possible !
CEL. __ ¡Confessión! CELESTINE. Confession !
ELIC. __ ¡O crueles enemigos neighs! ¡En mal poder os veays¡ ¡Y para quién touistes manos! ¡Muerta es mi madre y mi bien todo! ÉLICIE Ô cruels ennemis ! vous voilà dans une triste position. Pourquoi avez-vous agi de la sorte ? Ma mère est morte et avec elle tout mon bien.
SEMP. __ ¡Huye!¡huye! Pármeno, que carga mucha gente. !Guarte!¡guarte! Que viene el alguazil. SEMPRONIO Fuis, fuis, Parmeno, il s’assemble beaucoup de monde. Prends garde, prends garde, voici l’alguazil.
PARM. __ ¡O pecador de mí! Que no ay por do nos vamos, que está tomada la puerta. PARMENO Ah ! pécheur que je suis ! je ne sais comment fuir, la porte est prise.
SEMP. __ Saltemos destas ventanas. No muramos en poder de justicia. SEMPRONIO Sautons par la fenêtre, ne restons pas au pouvoir de la justice.
PARM. __ Salta, que tras ti voy. PARMENO Saute, je te suis.






ACTO XIII

ACTE TREIZIÈME

Sumario: Despertado CALISTO de dormir, sta hablando consigo mismo. Dende un poco sta llamando a TRISTAN y a otros sus criados. Torna dormir CALISTO. Ponese TRISTAN a la puerta. Viene SOSIA llorando. Preguntado de TRISTAN, SOSIA cuentale la muerte de SEMPRONIO y PARMENO. Van a dezyr las nuevas a CALISTO, el qual, sabiendo la verdad, haze grande lamentacion. ARGUMENT : Calixte se réveille et parle seul. Après quelques instants, il appelle Tristan et ses autres serviteurs. Tristan s’en va. Calixte se rendort. Tristan se met sur la porte, Sosie vient en pleurant. Tristan le questionne, Sosie lui raconte la mort de Sempronio et de Parmeno. Ils vont en avertir Calixte, qui, apprenant cette nouvelle, fait de grandes lamentations.
CALIXTE, TRISTAN, SOSIE.
CAL. __ ¡O cómo he dormido tan a mi plazer, después de aquel açucarado rato, después de aquel angélico razonamiento gran reposo he tenido! El sossiego y descanso ¿:Proceden de mi alegría o causó el trabajo corporal mi mucho dormir o la gloria y plazer del ánimo? Y no me marauillo que lo vno y lo otro se juntassen a cerrar los candados de mis ojos, pues trabajé con el cuerpo y persona y holgué con el espíritu y sentido la passada noche. Muy cierto es que la tristeza acarrea pensamiento y el mucho pensar impide el sueño, como a mi estos días es acaescido con la desconfiança, que tenía, de la mayor gloria, que ya poseo. !O señora y amor mio, Melibea! ¿:Qué piensas agora? ¿:Si duermes o estás despierta? ¿:Si piensas en mí o en otro? ¿:Si estás leuantada o acostada? ¡O dichoso y bienandante Calisto, si verdad es que no ha sido sueño lo pasado! ¿:Soñélo o no? ¿:Fué fantaseado o passó en verdad? Pues no estuue solo; mis criados me acompañaron. Dos eran. Si ellos dizen que passó en verdad, creerlo he segund derecho. Quiero mandarlos llamar para más firmar mi gozo. !Tristanico! ¡moços! ¡Tristanico! Leuántate de ay. CALIXTE. Oh ! comme j’ai dormi à mon aise depuis cet heureux moment, depuis cette douce conversation ! J’ai bien reposé ; le bonheur m’a donné ce calme et ce repos ; la fatigue du corps, la satisfaction et le bien-être de l’âme ont amené un bienfaisant sommeil. Il n’est pas étonnant que les uns et les autres se soient réunis pour fermer les cadenas de mes yeux ; car j’ai travaillé de corps autant que d’esprit ; j’ai joui de cœur autant que de sentiment la nuit passée. Il est certain que la tristesse excite la tête à penser, que les pensées et les soucis chassent le sommeil, ce qui m’est arrivé les jours passés quand je doutais encore de jamais parvenir au bonheur suprême que je goûte maintenant. Ô ma dame et mon amour, ô Mélibée ! que penses-tu en ce moment ? Dors-tu ou es-tu éveillée ? Penses-tu à moi ou à un autre ? Es-tu levée ou couchée ? Heureux et fortuné Calixte ! Puisse tout ce qui s’est passé n’avoir pas été un songe ! — Ai-je rêvé ou non ? Ai-je été le jouet de mon imagination, ou ce fait s’est-il réellement passé ? Mais je n’étais pas seul ; mes serviteurs m’ont accompagné ; ils étaient deux ; s’ils me certifient que cela a réellement eu lieu, je pourrai le croire sans hésiter. Je vais les faire appeler pour recevoir d’eux la confirmation de mon bonheur. Tristan, holà, petit, lève-toi, viens ici.
TRIST. __ Señor, leuantado estoy. TRISTAN. Seigneur, me voici.
CAL. __ Corre, llámame a Sempronio y a Pármeno. CALIXTE. Cours, appelle Sempronio et Parmeno.
TRIST. __ Ya voy, señor. TRISTAN. J’y vais, seigneur.
CAL. __ Duerme y descansa, penado. Desde agora: Pues te ama tu señora De tu grado. Vence plazer al cuydado y no le vea, pues te ha fecho su priuado Melibea. CALIXTE. Repose et dors, cœur affligé. L’amour a fermé tes blessures, Tu viens de recevoir l’aveu De celle que tu aimes tant. Le plaisir succède à la peine, Et tu ne la connaîtras plus, Tu es enfin le favori De Mélibée.
TRIST. __ Señor, no ay ningún moço en casa. TRISTAN. Seigneur, il n’y a aucun de vos écuyers à la maison.
CAL. __ Pues abre essas ventanas, verás qué hora es. CALIXTE. Alors ouvre cette fenêtre, tu verras quelle heure il est.
TRIST. __ Señor, bien de día. TRISTAN. Monseigneur, il est grand jour.
CAL. __ Pues tórnalas a cerrar y déxame dormir hasta que sea hora de comer. CALIXTE. Referme-la, mon enfant, laisse-moi dormir jusqu’à ce qu’il soit l’heure de manger.
TRIST. __ Quiero baxarme a la puerta, porque duerma mi amo sin que ninguno le impida y a quantos le buscaren se le negaré. !O qué grita suena en el Mercado! ¿:Qué es esto? Alguna justicia se haze o madrugaron a correr toros. No sé qué me diga de tan grandes vozes como se dan. De allá viene Sosia, el moço de espuelas. El me dirá qué es esto. Desgreñado viene el vellaco. En alguna tauerna se deue hauer rebolcado. Y si mi amo le cae en el rastro, mandarle ha dar dos mil palos. Que, avnque es algo loco, la pena le hará cuerdo. Parece que viene llorando. ?Qué es esto, Sosia? ¿:Porqué lloras? ¿:De dó vienes? TRISTAN. Je vais descendre à la porte afin que mon maître dorme sans que personne le dérange, et je dirai qu’il n’y est pas à tous ceux qui le demanderont. Oh ! quels cris entends-je sur le marché ! Qu’est-ce que cela ? Il se fait quelque exécution, ou bien on a commencé de bonne heure la course de taureaux. Je ne sais qui me dira d’où viennent les cris que j’entends. Voici Sosie le palefrenier qui en arrive, il me l’apprendra. L’étourdi, le voilà tout en désordre, il se sera vautré dans quelque taverne ; si mon maître en voit quelque chose, il lui fera donner deux mille coups de bâton. Il est un peu fou, mais la peine le rendra raisonnable. — On dirait qu’il pleure. Qu’est-ce que cela, Sosie ? Pourquoi pleures-tu ? D’où viens-tu ?
SOS. __ ¡O malauenturado yo y qué pérdida tan grande! ¡O desonrra de la casa de mi amo! ¡O qué mal día amanesció éste! ¡O desdichados mancebos! SOSIE. Oh ! malheureux que je suis ! Oh ! quelle grande perte ! Oh ! déshonneur de la maison de mon maître ! Oh ! quel mauvais jour s’est levé ce matin ! Oh ! misérables jeunes gens !
TRIST. __¿:Qué es? ¿:Qué has? ¿:Porqué te matas? ¿:Qué mal es éste? TRISTAN. Qu’est-ce ? Qu’as-tu ? Pourquoi te frappes-tu ? Quel mal y a-t-il ?
SOS. __ Sempronio y Pármeno. . . SOSIE. Sempronio et Parmeno…
TRIST. __ ¿:Qué dizes, Sempronio y Pármeno? ¿:Qué es esto, loco? Aclárate más, que me turbas. TRISTAN. Que dis-tu de Sempronio et de Parmeno ? Qu’est-ce que cela, fou ? Explique-toi mieux ? tu m’effrayes.
SOS. __ Nuestros compañeros, nuestros hermanos. . . SOSIE. Nos compagnons, nos frères !
TRIST. __ O tú estás borracho o has perdido el seso o traes alguna mala nueua. ?No me dirás qué es esto, qué dices, destos moços? TRISTAN. Ou tu es ivre, ou tu as perdu la tête, ou tu apportes quelque mauvaise nouvelle. Ne me diras-tu pas ce qui est arrivé à ces jeunes gens ?
SOS. __ Que quedan degollados en la plaça. SOSIE. Qu’ils sont là sur la place, décapités.
TRIST. __ ¡O mala fortuna la nuestra, si es verdad! ¿:Vístelos cierto o habláronte.? TRISTAN. Oh ! quel mauvais sort est le nôtre ! Est-ce vrai ? Les as-tu donc vus ? T’ont-ils parlé ?
SOS. __ Ya sin sentido yuan; pero el uno con harta difficultad, como me sintió que con lloro le miraua, hincó los ojos en mí, alçando las manos al cielo, quasi dando gracias a Dios y como preguntándome que sentía de su morir. Y en señal de triste despedida abaxó su cabeça con lágrimas en los ojos, dando bien a entender que no me auía de ver más hasta el día del gran juyzio. SOSIE. Ils étaient déjà sans connaissance ; mais l’un d’eux, s’apercevant que je le regardais en pleurant, souleva les yeux vers moi, portant les mains vers le ciel, comme s’il eût voulu remercier Dieu et me demander si j’éprouvais de la peine de sa mort. Puis, en signe de triste adieu, il baissa la tête en versant des larmes, comme pour me dire qu’il ne me verrait plus qu’au jour du grand jugement.
TRIST. __ No sentiste bien; que sería preguntarte si estaua presente Calisto. Y pues tan claras señas traes deste cruel dolor, vamos presto con las tristes nueuas a nuestro amo. TRISTAN. Tu n’auras pas bien compris. Calixte te questionnerait s’il était là. Mais à ce que tu dis, je ne puis plus douter de cette douloureuse nouvelle. Allons bien vite en informer notre maître.
SOS. __ ¡Señor! ¡Señor! SOSIE. Seigneur, seigneur !
CAL. __ ¿:Qué es esso, locos? ¿:No os mandé que no me recordásedes? CALIXTE. Qu’est-ce que cela, fous ? Ne vous ai-je pas ordonné de ne pas me réveiller !
SOS. __ Recuerda y leuanta, que si tú no buelues por los tuyos, de cayda vamos. Sempronio y Pármeno quedan descabeçados en la plaça, como públicos malhechores, con pregones que manifestauan su delito. SOSIE. Réveillez-vous et levez-vous, car si vous ne vous occupez pas de vos gens, un grand malheur vous menace. Sempronio et Parmeno viennent d’être décapités sur la place comme malfaiteurs, avec des écriteaux qui expliquent leur délit.
CAL. __ ¡O válasme Dios! ¿:Y qué es esto que me dizes? No sé si te crea tan acelerada y triste nueua. ?Vístelos tú? CALIXTE. Oh ! Dieu me soit en aide ! Que me dites-vous ? Je ne puis croire une nouvelle aussi triste et aussi imprévue. Les as-tu vus ?
SOS. __ Yo los vi. SOSIE. Je les ai vus.
CAL. __ Cata, mira qué dizes, que esta noche han estado comigo. CALIXTE. Prends garde, fais attention à ce que tu dis ; ils étaient avec moi cette nuit.
SOS. __ Pues madrugaron a morir. SOSIE. Et ils se sont levés de bonne heure pour mourir…
CAL. __ ¡O mis leales criados! ¡O mis grandes seruidores! ¡O mis fieles secretarios y consejeros! ¿:Puede ser tal cosa verdad? ¡O amenguado Calisto! Desonrrado quedas para toda tu vida. ?Qué será de ti, muertos tal par de criados? Dime, por Dios, Sosia, ¿:Qué fue la causa? ¿:Qué dezía el pregón? ¿:Dónde los tomaron? ¿:Qué justicia lo hizo? CALIXTE. Ô mes fidèles serviteurs, mes fidèles confidents et conseillers ! Un tel fait peut-il être vrai ? Ô malheureux Calixte ! Tu restes déshonoré pour toute ta vie. Que deviendras-tu, morts deux semblables serviteurs ? Dis-moi, Sosie, au nom de Dieu ! quelle a pu en être la cause ? Que disait l’écriteau ? Où les a-t-on tués ? Quel juge l’a ordonné ?
SOS. __ Señor, la causa de su muerte publicaua el cruel verdugo a vozes, diziendo: Manda la justicia que mueran los violentos matadores. SOSIE. Seigneur, le bourreau publiait à haute voix la cause de leur mort, car il disait : « La justice veut la punition des assassins. »
CAL. __ ¿:A quién mataron tan presto? ¿:Qué puede ser esto? No ha quatro horas que de mí se despidieron. ?Cómo se llamaua el muerto? CALIXTE. Qui donc ont-ils tué en aussi peu de temps ? Que signifie tout cela ? Il n’y a pas quatre heures qu’ils m’ont quitté. Comment se nommait la victime ?
SOS. __ Señor, vna muger, que se llamaua Celestina. SOSIE. Seigneur, c’était une vieille femme nommée Célestine.
CAL. __ ¿:Qué me dizes? CALIXTE. Que me dis-tu ?
SOS. __ Esto que oyes. SOSIE. Ce que vous entendez.
CAL. __ Pues si esso es verdad, mátame tú a mí, yo te perdono: que más mal ay, que viste ni puedes pensar, si Celestina, la de la cuchillada, es la muerta. CALIXTE. Mais si cela est vrai, tue-moi à l’instant, je te pardonne. Il y a plus de mal que tu ne peux penser, si celle qui a été tuée est bien Célestine la balafrée.
SOS. __ Ella mesma es. De más de treynta estocadas la vi llagada, tendida en su casa llorándola vna su criada. SOSIE. C’est elle-même, je l’ai vue percée de plus de trente coups d’épée, étendue dans sa maison ; une servante pleurait auprès d’elle.
CAL. __ ¡O tristes moços! ¿:Cómo yuan? ¿:Viéronte? ¿:Habláronte? CALIXTE. Ô malheureux jeunes gens ! comment étaient-ils ? T’ont-ils vu ? T’ont-ils parlé ?
SOS. __ ¡O señor! Que, si los vieras, quebraras el coraçón de dolor. El vno lleuaua todos los sesos de la cabeça de fuera, sin ningún sentido; el otro quebrados entramos braços y la cara magullada. Todos llenos de sangre. Que saltaron de vnas ventanas muy altas por huyr del aguazil. Y assí casi muertos les cortaron las cabeças, que creo que ya no sintieron nada. SOSIE. Ô seigneur ! si vous les aviez vus, votre cœur se fût brisé de douleur. L’un était sans mouvement avec toute la cervelle hors de la tête, l’autre avait les bras rompus et la figure meurtrie, ils étaient tous les deux couverts de sang. Ils s’élancèrent par une fenêtre fort élevée pour échapper à l’alguazil ; ils étaient presque morts quand on leur coupa la tête. Je crois qu’ils n’en sentirent rien.
CAL. __ Pues yo bien siento mi honrra. Pluguiera a Dios que fuera yo ellos y perdiera la vida y no la honrra, y no la esperança de conseguir mi començado propósito, que es lo que más en este caso desastrado siento! O mi triste nombre y fama, cómo andas al tablero de boca en boca! ¡O mis secretos más secretos, quán públicos andarés por las plaças y mercados! ¿:Qué será de mí? ¿:Adónde yré? ¿:Que salga allá? : a los muertos no puedo ya remediar. ?Que me esté aquí? : parescerá couardía. ?Qué consejo tomaré? Dime, Sosia, ¿:Qué era la causa por que la mataron? CALIXTE. Mais moi je sens bien ma honte ! Plût à Dieu que j’eusse été à leur place et que j’eusse perdu la vie plutôt que l’honneur, plutôt que l’espérance d’achever l’entreprise que j’ai commencée, c’est ce dont je souffre le plus en ce malheureux moment. Ô mon nom et ma réputation ! vous voilà le jouet de toutes les bouches. Ô mes secrets ! mes secrets ! comme vous allez être publiés dans les places et les marchés ! Que deviendrai-je ? Où irai-je ? Qu’en résultera-t-il ? Je ne puis racheter les morts. Resterai-je ici ? Cela semblera une lâcheté. Quel parti prendrai-je ? Dis-moi, Sosie, pourquoi l’ont-ils tuée ?
SOS. __ Señor, aquella su criada, dando vozes, llorando su muerte, la publicaua a quantos la querían oyr, diziendo que porque no quiso partir con ellos vna cadena de oro que tú le diste. SOSIE. Seigneur, cette servante qui se désolait, qui pleurait sa mort, l’apprenait à qui voulait l’entendre, et disait que Célestine n’avait pas voulu partager avec eux une chaîne d’or que vous lui aviez donnée.
CAL. __ ¡O día de congoxa! ¡O fuerte tribulación! ¡Y en qué anda mi hazienda de mano en mano y mi nombre de lengua en lengua! Todo será público quanto con ella y con ellos hablaua, quanto de mí sabían, el negocio en que andauan. No osaré salir ante gentes. !O pecadores de mancebos, padecer por tan súpito desastre! ¡O mi gozo, cómo te vas diminuiendo!
Prouerbio es antigo, que de muy alto grandes caydas se dan. Mucho hauía anoche alcançado; mucho tengo oy perdido. Rara es la bonança en el piélago. Yo estaua en título de alegre, si mi ventura quisiera tener quedos los ondosos vientos de mi perdición. ¡O fortuna, quánto y por quántas partes me has combatido! Pues, por más que sigas mi morada y seas contraria a mi persona, las aduersidades con ygual ánimo se han de sofrir y en ellas se prueua el coraçón rezio o flaco. No ay mejor toque para conoscer qué quilates de virtud o esfuerço tiene el hombre. Pues por más mal y daño que me venga, no dexaré de complir el mandado de aquélla por quien todo esto se ha causado. Que más me va en conseguir la ganancia de la gloria que espero, que en la pérdida de morir los que murieron. Ellos eran sobrados y esforzados: agora o en otro tiempo de pagar hauían. La vieja era mala y falsa, según parece que hazía trato con ellos, y assí que riñieron sobre la capa del justo. Permissión fue diuina que assí acabasse en pago de muchos adulterios que por su intercessión o causa son cometidos.
Quiero hazer adereçar a Sosia y a Tristanico. Yrán comigo este tan esperado camino. Lleuarán escalas, que son muy altas las paredes. Mañana haré que vengo de fuera, si pudiere vengar estas muertes; si no, pagaré mi inocencia con mi fingida absencia o me fingiré loco, por mejor gozar deste sabroso deleyte de mis amores, como hizo aquel gran capitán Vlixes por euitar la batalla troyana y holgar con Penélope su muger.
CALIXTE. Ô jour d’angoisses ! Ô cruelle tribulation ! Et voilà mon bien qui court de main en main, mon honneur qui va de bouche en bouche ! Tout va devenir public, ce que j’ai traité avec elle, ce que je leur disais, ce qu’ils savaient de moi, l’affaire pour laquelle ils agissaient ; je n’oserai plus sortir de chez moi. Ô malheureux jeunes gens ! périr d’une manière si imprévue ! Ô mon bonheur, comme tu t’enfuis ! Un vieux proverbe le dit : « C’est de plus haut que se font les plus grandes chutes106. » J’avais beaucoup gagné cette nuit, j’ai beaucoup perdu ce matin. Le calme est rare dans la haute mer. J’étais en voie de bonheur, si la fortune eût voulu contenir les vents agités de ma perte. Ô fortune ! combien de fois et par combien de côtés tu m’as combattu ! Pour peu que tu veuilles t’acharner à mes pas, il me faudra lutter contre l’adversité ; c’est alors qu’on peut juger si le cœur est fort ou faible. Il n’y a pas de meilleure touche pour reconnaître quelle dose de vertu ou de courage possède l’homme. Quelque mal et quelque dommage qui me viennent, je ne reculerai pas dans l’accomplissement des ordres que m’a donnés celle pour qui tout cela s’est fait. Plus m’importe le gain de la gloire que j’attends, que la perte de ceux qui sont morts. Ils étaient audacieux et braves, ils devaient le payer tôt ou tard. Cette vieille était méchante et fausse, car il paraît qu’elle avait traité avec eux ; c’est ainsi qu’ils se sont disputé les vêtements du juste. Dieu a permis qu’elle pérît, pour le châtiment des nombreux adultères commis à cause d’elle ou par son intercession. Je vais faire disposer Sosie et Tristan, ils viendront avec moi sur ce chemin si désiré ; je leur ferai prendre une échelle, car les murailles sont élevées. Demain je feindrai de venir du dehors ; je vengerai si je puis ces deux malheureux ; sinon, je justifierai de mon innocence en prouvant que j’étais absent, ou bien encore je ferai le fou pour mieux jouir de l’incomparable bonheur de mes amours ; comme fit le capitaine Ulysse, pour éviter la guerre de Troie et vivre heureux auprès de Pénélope, sa femme.






ACTO XIV

ACTE QUATORZIÈME

Sumario: Esta MELIBEA muy affligida hablando con Lucrecia sobre la tardanccedil;a de CALISTO, el qual le avia hecho voto de venir en aquella noche a visitalla, lo qual cumplio; y con el vinieron SOSIA y TRIST N. Y despues que cumplio su voluntad, bolvieron todos a la posada, y CALISTO se retrae en su palacio y quexase por aver estado tan poca quantidad de tiempo con MELIBEA, y ruega a Febo que cierre sus rayos, para haver de restaurar su desseo. ARGUMENT : Mélibée cause avec Lucrèce et s’afflige du retard de Calixte, qui lui avait promis de venir cette même nuit la visiter. Calixte tient parole, Sosie et Tristan viennent avec lui. Calixte, parvenu au but de ses désirs, rentre chez lui et se retire dans sa chambre, se plaignant d’avoir été aussi peu de temps avec Mélibée et conjurant Phébus d’arrêter ses rayons, afin qu’il puisse de nouveau satisfaire son amour.
MÉLIBÉE, LUCRÈCE, SOSIE, TRISTAN, CALIXTE.
MELIB. __ Mucho se tarda aquel cauallero que esperamos. ?Qué crees tú o sospechas de su estada, Lucrecia? MELIBEE Il tarde bien ce cavalier que nous attendons ; que crois-tu ou que soupçonnes-tu de ce retard, Lucrèce ?
LUCR. __ Señora, que tiene justo impedimiento y que no es en su mano venir más presto. LUCRECE. Madame, qu’il y a un juste empêchement et qu’il n’est pas en son pouvoir de venir de suite.
MELIB. __ Los ángeles sean en su guarda, su persona esté sin peligro, que su tardanza no me es pena. Mas, cuytada, pienso muchas cosas que desde su casa acá le podrían acaecer. ?Quién sabe si él, con voluntad de venir a prometido plazo en la forma que los tres mancebos a las tales horas suelen andar, fue topado de los alguaziles noturnos y sin le conocer le han acometido, el qual por se defender los offendió o es dellos offendido? O si por caso los ladradores perros con sus crueles dientes que ninguna differencia saben hazer ni acatamiento de personas, le ayan mordido? ¿:O si ha caydo en alguna calçada o hoyo, donde algún daño le viniesse? ¡Mas, o mezquina de mí! ? Qué son estos inconuenientes, que el concebido amor me pone delante y los atribulados ymaginamientos me acarrean? No plega a Dios que ninguna destas cosas sea, antes esté quanto le plazerá sin verme. Mas escucha, que passos suenan en la calle y avn parece que hablan destotra parte del huerto. MELIBEE Que les anges veillent sur lui, que sa personne soit sans péril ; son retard ne me donne pas de peine. Mais, hélas ! je pense à beaucoup de choses qui peuvent lui arriver depuis sa maison jusqu’ici. Qui sait si, avec la volonté de venir au rendez-vous convenu, et déguisé comme le sont à pareille heure les jeunes gens de sa classe, il n’a pas été rencontré par les alguazils de nuit et si ceux-ci ne l’ont pas attaqué sans le connaître ? Peut-être pour se défendre les a-t-il blessés ou a-t-il été blessé par eux. Peut-être encore les chiens de garde l’ont-ils mordu de leurs dents cruelles (car ils ne savent faire aucune différence, ni avoir aucun respect pour personne). S’il était tombé sur la chaussée ou dans quelque fossé, et s’il s’était fait mal ! Malheureuse que je suis ! quels peuvent être ces obstacles que redoute mon amour et qu’exagère sans doute mon imagination attristée ? Plaise à Dieu qu’aucune des choses que je crains ne lui arrive ! Qu’il reste plutôt sans me voir aussi longtemps qu’il lui plaira. Mais écoute, écoute, des pas se font entendre dans la rue, et il semble qu’on parle de ce côté du verger.
SOS. __ Arrima essa escalera, Tristán, que este es el mejor lugar, avnque alto. SOSIE. Pose ici l’échelle, Tristan, c’est le meilleur endroit, quoiqu’il soit élevé.
TRIST. __ Sube, señor. Yo yré contigo, porque no sabemos quién está dentro. Hablando están. TRISTAN. Montez, seigneur, j’irai avec vous, car nous ne savons pas qui est là dedans. J’entends parler.
CAL. __ Quedaos, locos, que yo entraré solo, que a mi señora oygo. CALIXTE. Restez là, j’entrerai seul, j’entends ma dame.
MELIB. __ Es tu sierua, es tu catiua, es la que más tu vida que la suya estima. !O mi señor! No saltes de tan alto, que me moriré en verlo; baxa, baxa poco a poco por el escala; no vengas con tanta pressura. MELIBEE C’est votre esclave, votre captive ; c’est celle qui fait plus de cas de votre vie que de la sienne. Ô mon seigneur ! ne sautez pas d’aussi haut, car je meurs de frayeur. Descendez, descendez peu à peu, par l’échelle ; ne vous hâtez pas tant.
CAL. __ ¡O angélica ymagen! ¡O preciosa perla, ante quien el mundo es feo! ¡O mi señora y mi gloria! En mis braços te tengo y no lo creo. Mora en mi persona tanta turbación de plazer, que me haze no sentir todo el gozo que poseo. CALIXTE. Ô angélique image ! Ô perle précieuse près de laquelle le monde entier est laid ! Ô ma dame et ma gloire, je vous tiens dans mes bras et ne le crois pas ! Le plaisir me trouble de telle sorte, que je ne puis apprécier toute la joie que j’éprouve.
MELIB. __ Señor mio, pues me fié en tus manos, pues quise complir tu voluntad, no sea de peor condición, por ser piadosa, que si fuera esquiua y sin misericordia; no quieras perderme por tan breue deleyte y en tan poco espacio. Que las malfechas cosas, después de cometidas, más presto se pueden reprehender que emendar. Goza de lo que yo gozo, que es ver y llegar a tu persona; no pidas ni tomes aquello que, tomado, no será en tu mano boluer. Guarte, señor, de dañar lo que con todos tesoros del mundo no se restaura. MELIBEE Mon doux seigneur, puisque je m’abandonne entre vos mains, puisque je me soumets à votre volonté, que je ne sois pas de pire condition pour être dévouée, que si j’étais dédaigneuse et sans miséricorde ; ne veuillez pas me perdre pour un plaisir aussi court et en si peu de temps. Quand le mal est fait, il est plus facile de le blâmer que de le réparer. Jouissez de ce dont je jouis, c’est-à-dire de voir et d’approcher de votre personne. N’exigez et ne prenez pas ce que, une fois pris, il ne sera plus en votre pouvoir de rendre. Gardez-vous, seigneur, de flétrir ce que tous les trésors du monde ne pourraient réparer.
CAL. __ Señora, pues por conseguir esta merced toda mi vida he gastado, ¿:Qué sería, quando me la diessen, desechalla? Ni tú, señora, me lo mandarás ni yo podría acabarlo comigo. No me pidas tal couardía. No es fazer tal cosa de ninguno, que hombre sea, mayormente amando como yo. Nadando por este fuego de tu desseo toda mi vida, ¿:No quieres que me arrime al dulce puerto a descansar de mis passados trabajos? CALIXTE. Madame, j’ai joué ma vie entière pour obtenir cette faveur, comment n’en profiterai-je pas maintenant qu’elle m’est offerte ? Vous ne voudriez pas l’ordonner, et je ne pourrais y renoncer. Ne me demandez pas une telle lâcheté, aucun homme au monde n’en serait capable, surtout s’il aimait autant que je vous aime. J’ai nagé toute ma vie à travers cet océan de mes désirs, ne voulez-vous pas que je m’arrête dans ce doux port pour m’y reposer de mes peines passées ?
MELIB. __ Por mi vida, que avnque hable tu lengua quanto quisiere, no obren las manos quanto pueden. Está quedo, señor mio. Bástete, pues ya soy tuya, gozar de lo esterior desto que es propio fruto de amadores; no me quieras robar el mayor don que la natura me ha dado. Cata que del buen pastor es propio tresquillar sus ouejas y ganado; pero no destruyrlo y estragarlo. MELIBEE Sur ma vie, seigneur, que votre langue parle autant qu’il lui plaira ; mais que vos mains n’agissent pas autant qu’elles le peuvent. Restez tranquille ; qu’il vous suffise, puisque je suis à vous, de jouir de l’extérieur, de ce qui est le véritable domaine des amants ; ne veuillez pas m’enlever le meilleur bien que la nature m’ait donné. Prenez garde ; le propre du bon pasteur est de tondre ses brebis et ses troupeaux, mais non de les détruire et de les perdre.
CAL. __ ¿:Para qué, señora? ¿:Para que no esté queda mi passión? ¿:Para penar de nueuo? ¿:Para tornar el juego de comienço? Perdona, señora, a mis desuergonçadas manos, que jamás pensaron de tocar tu ropa con su indignidad y poco merecer; agora gozan de llegar a tu gentil cuerpo y lindas y delicadas carnes. CALIXTE. Pourquoi tout cela, madame ? Voulez-vous que mes souffrances ne puissent se calmer ? Voulez-vous que je souffre de nouveau, que je recommence à vivre comme j’ai vécu ? Pardonnez, madame, à mes mains déhontées, jamais elles ne pensèrent toucher votre robe, tant elles se jugeaient indignes et peu méritantes ; et maintenant, pour elles, le bonheur suprême est de parvenir à votre joli corps, à vos chairs blanches et délicates.
MELIB. __ Apártate allá, Lucrecia. MELIBEE Éloigne-toi, Lucrèce.
CAL. __ ¿:Por qué, mi señora? Bien me huelgo que estén semejantes testigos de mi gloria. CALIXTE. Pourquoi, madame ? je suis heureux d’avoir de semblables témoins de ma gloire.
MELIB. __ Yo no los quiero de mi yerro. Si pensara que tan desmesuradamente te auías de hauer comigo, no fiara mi persona de tu cruel conuersación. MELIBEE Je ne yeux pas de témoins de ma faute. Si j’eusse pensé que vous dussiez me traiter avec aussi peu de bienséance, je ne me fusse pas livrée à votre cruelle conversation.
SOS. __ Tristán, bien oyes lo que passa. !En qué términos anda el negocio! SOSIE. Tristan, tu entends bien ce qui se passe : l’affaire est en bon train !
TRIST. __ Oygo tanto, que juzgo a mi amo por el más bienauenturado hombre que nasció. Y por mi vida que, avnque soy mochacho, que diesse tan buena cuenta como mi amo. TRISTAN. J’entends si bien que je juge mon maître pour le plus heureux homme qu’il y ait sur terre ; et, sur ma vie, bien que je sois jeune, j’en rendrais aussi bon compte que lui.
SOS. __ Para con tal joya quienquiera se ternía manos; pero con su pan se la coma, que bien caro le cuesta: dos moços entraron en la salsa destos amores. SOSIE. Pour une telle bague chacun aurait des mains ; il a raison d’en profiter, il a raison d’en profiter
TRIST. __ Ya los tiene oluidados. !Dexaos morir siruiendo a ruynes, hazed locuras en confiança de su defensión! Viuiendo con el Conde, que no matase al hombre, me daua mi madre por consejo. Veslos a ellos alegres y abraçados y sus seruidores con harta mengua degollados. TRISTAN. Il les a déjà oubliés. Laissez-vous mourir en servant des gens sans cœur ! faites des folies dans l’espoir qu’ils vous défendront ! Quand j’étais chez le comte, mon père me conseillait de prendre garde de ne pas tuer un seul homme. Vois-les donc joyeux et embrassés ; il n’y a pas un instant que leurs serviteurs ont été décapités pour une faute qui n’était pas petite.
MELIB. __ ¡O mi vida y mi señor! ¿:Cómo has quisido que pierda el nombre y corona de virgen por tan breue deleyte? ¡O pecadora de mi madre, si de tal cosa fuesses sabidora, cómo tomarías de grado tu muerte y me la darías a mí por fuerça! ¡Cómo serías cruel verdugo de tu propia sangre! ¡Cómo sería yo fin quexosa de tus días! ¡O mi padre honrrado, cómo he dañado tu fama y dado causa y lugar a quebrantar tu casa! ¡O traydora de mí, cómo no miré primero el gran yerro que seguía de tu entrada, el gran peligro que esperaua! MELIBEE Ô ma vie ! ô mon seigneur ! comment se peut-il que vous ayez voulu me faire perdre le nom et la couronne de vierge pour un plaisir d’aussi courte durée ? Ô ma pauvre mère ! si tu apprenais semblable chose, ne voudrais-tu pas mourir à l’instant ou me tuer dans ta colère ? Tu te ferais le bourreau de ton propre sang ! Je serais la cause de ta mort ! Ô mon honorable père ! comme j’ai flétri ta réputation, comme j’ai profané ta maison ! Ô criminelle que je suis ! comment n’ai-je pas prévu, seigneur, quelle grande faute suivrait votre venue et quel danger me menaçait !
SOS. __ ¡Ante quisiera yo oyrte esos miraglos! Todas sabés essa oración después que no puede dexar de ser hecho. !Y el bouo de Calisto, que se lo escucha! SOSIE. J’aurais voulu entendre ces jérémiades auparavant. Vous savez toutes cette oraison quand le mal ne peut plus s’éviter. L’imbécile de Calixte qui l’écoute !
CAL. __ Ya quiere amanecer. ?Qué es esto? No me paresce que ha vna hora que estamos aquí, y da el relox las tres. CALIXTE. Le jour va venir ; qu’est-ce que cela ? Il me semble qu’il y a une heure au plus que nous sommes ici, et l’horloge sonne trois heures.
MELIB. __ Señor, por Dios, pues ya todo queda por ti, pues ya soy tu dueña, pues ya no puedes negar mi amor, no me niegues tu vista de día, passando por mi puerta; de noche donde tú ordenares. Sea tu venida por este secreto lugar a la mesma ora, porque siempre te esperé apercebida del gozo con que quedo, esperando las venideras noches. Y por el presente te ve con Dios, que no serás visto, que haze muy escuro, ni yo en casa sentida, que avn no amanesce. MELIBEE Seigneur, pour Dieu, puisque tout est à toi, puisque maintenant je suis ton bien, puisque tu ne peux refuser mon amour, ne me refuses pas ta vue, et toutes les nuits qu’il te plaira, viens à la même heure dans ce lieu secret ; car je t’ai attendu avec impatience, et je t’attendrai à l’avenir avec la joie que tu me laisses. Et maintenant, va avec Dieu, tu ne seras pas vu, car il fait très-obscur, et je ne serai pas entendue, car il n’est pas encore jour.
CAL. __ Moços, poné el escala. CALIXTE. Amis, posez l’échelle.
SOS. __ Señor, vesla aquí. Baxa. SOSIE. Seigneur, la voici, descendez.
MELIB. __ Lucrecia, vente acá, que estoy sola. Aquel señor mio es ydo. Comigo dexa su coraçón, consigo lleua el mío. ?Asnos oydo? MELIBEE Lucrèce, viens ici, je suis seule : mon doux seigneur est parti ; son cœur reste avec moi, il emporte le mien avec lui. Nous as-tu entendus
LUCR. __ No, señora, dormiendo he estado. LUCRECE. Non, madame, j’ai dormi.
SOS. __ Tristán, deuemos yr muy callando, porque suelen leuantarse a esta hora los ricos, los cobdiciosos de temporales bienes, los deuotos de templos, monesterios y yglesias, los enamorados como nuestro amo, los trabajadores de los campos y labranças, y los pastores que en este tiempo traen las ouejas a estos apriscos a ordeñar, y podría ser que cogiessen de pasada alguna razón, por do toda su honrra y la de Melibea se turbasse. SOSIE. Tristan, marchons en silence, car c’est à cette heure que se lèvent les riches, les gens désireux de biens temporels, les dévots des temples, des monastères, des églises, les amoureux comme notre maître, les travailleurs des champs et des labourages, les bergers qui dès le matin amènent les brebis à l’étable pour les traire, et il se pourrait qu’en passant ils recueillissent quelque mot qui pourrait perdre tout l’honneur de Mélibée.
TRIST. __ ¡O simple rascacauallos! ¡Dizes que callemos y nombras su nombre della¡ Bueno eres para adalid o para regir gente en tierra de moros de noche. Assí que, prohibiendo, permites; encubriendo, descubres; assegurando, offendes, callando, bozeas y pregonas; preguntando, respondes. Pues tan sotil y discreto eres, ¿:No me dirás en qué mes cae Santa María de Agosto, porque sepamos si ay harta paja en casa que comas ogaño? TRISTAN. Ô le niais ! racleur de chevaux ! tu dis qu’il faut nous taire, et tu la nommes. Tu serais fameux pour guider de nuit les chrétiens dans le pays des Maures. Tu défends en même temps que tu permets ; tu couvres et tu découvres ; tu garantis et tu attaques ; tu te tais et tu cries ; tu questionnes et tu réponds à la fois. Puisque tu es si subtil et si discret, ne pourras-tu me dire en quel mois tombe la Notre-Dame d’août, afin que nous sachions s’il y a assez de paille à la maison pour que tu aies de quoi manger cette année ?
CAL. __ Mis cuydados y los de vosotros no son todos vnos. Entrad callando, no nos sientan en casa. Cerrad essa puerta y vamos a reposar, que yo me quiero sobir solo a mi cámara. Yo me desarmaré. Id vosotros a vuestras camas. !O mezquino yo¡Quánto me es agradable de mi natural la solicitud y silencio y escuridad. No sé si lo causa que me vino a la memoria la trayción que fize en me despartir de aquella señora que tanto amo, hasta que más fuera de día, o el dolor de mi deshonrra. ¡ Ay, ay! Que esto es. Esta herida es la que siento agora que se ha resfriado. Agora que está elada la sangre, que ayer heruía; agora que veo la mengua de mi casa, la falta de mi seruicio, la perdición de mi patrimonio, la infamia que tiene mi persona de la muerte que de mis criados se ha seguido. ?Qué hize? ¿: En qué me detuue? ¿: Cómo me puedo soffrir, que no me mostré luego presente, como hombre injuriado, vengador, soberuio y acelerado de la manifiesta injusticia que me fue hecha?

¡O mísera suauidad desta breuísima vida¡ ¿:Quién es de ti tan cobdicioso que no quiera más morir luego que gozar vn año de vida denostado y prorogarle con deshonrra, corrompiendo la buena fama de los passados? Mayormente que no ay hora cierta ni limitada ni avn vn solo momento. Deudores somos sin tiempo, contino estamos obligados a pagar luego. ¿: Porqué no salí a inquirir siquiera la verdad de la secreta causa de mi manifiesta perdición! ¡O breue deleyte mundane! ¡Cómo duran poco y cuestan mucho tus dulçores¡ No se compra tan caro el arrepentir. !O triste yo! ¿:Quándo se restaurará tan grande pérdida ? ¿: Qué haré? ¿: Qué consejo tomaré? ¿: A quién descobriré mi mengua? ¿: Porqué lo celo a los otros mis seruidores y parientes? Tresquílanme en concejo y no lo saben en mi casa. Salir quiero; pero, si salgo para dezir que he estado presente, es tarde; si absente, es temprano. Y para proueer amigos y criados antiguos, parientes y allegados, es menester tiempo y para buscar armas y otros aparejos de vengança.
CALIXTE. Calixte. Mes inquiétudes et les vôtres ne sont pas les mêmes. Entrez en silence afin qu’on ne vous entende pas à la maison ; fermez cette porte et allons nous reposer : je vais monter seul dans ma chambre, je me désarmerai ; vous autres, allez vous coucher. (Seul.) Hélas ! combien la solitude, le silence et l’obscurité conviennent à ma nature ! Est-ce parce que je suis honteux de la trahison que j’ai commise en me séparant de ma bien-aimée avant que le jour fût plus proche ? Est-ce parce que je souffre de mon déshonneur ? Hélas ! hélas ! qu’est-ce que cela ? Voici que je sens cette blessure maintenant qu’elle est refroidie, maintenant qu’est glacé le sang qui bouillait hier, maintenant que je vois la tache qui souille ma maison, le dérangement de mon service, la perte de mon patrimoine, l’infamie qui retombe sur moi après la mort de mes serviteurs. Qu’ai-je fait ? Quel parti ai-je pris ? Comment puis-je être assez calme pour ne pas me montrer à l’instant comme offensé, comme vengeur superbe et empressé de l’injustice évidente qui m’a été faite ?

Ô misérable douceur de cette courte vie ! Comment un homme peut-il être assez avide de te posséder, pour ne pas mieux aimer mourir à l’instant que jouir pendant une année d’une existence avilie, déshonorée, flétrie malgré la juste réputation acquise dans le passé ? Pourquoi ne suis-je pas sorti pour m’informer de la véritable cause de mon malheur ? Ô plaisir de ce monde ! combien tes faveurs sont d’un haut prix et de courte durée ! Le repentir ne s’achète pas aussi cher. Malheureux que je suis ! quand se réparera une aussi grande perte ? Que ferai-je ? quel parti prendrai-je ? qui choisirai-je pour confident de ma honte ? Pourquoi ai-je caché ce qui m’arrive à mes autres serviteurs et à mes parents ? La justice me condamne, et on l’ignore dans ma maison. Je vais sortir. Mais si je sors pour dire que j’étais présent, il est trop tard ; pour dire que j’étais absent, il est trop tôt ; et pour prévenir mes amis, mes anciens serviteurs, mes parents et mes alliés, pour chercher des armes et faire des préparatifs de vengeance, il faut du temps. Je vais sortir. Mais si je sors pour dire que j’étais présent, il est trop tard ; pour dire que j’étais absent, il est trop tôt ; et pour prévenir mes amis, mes anciens serviteurs, mes parents et mes alliés, pour chercher des armes et faire des préparatifs de vengeance, il faut du temps.
¡O cruel juez! ¡Y qué mal pago me has dado del pan que de mi padre comiste! Yo pensaua que pudiera con tu fauor matar mill hombres sin temor de castigo, iniquo falsario, perseguidor de verdad, hombre de baxo suelo. Bien dirán de ti que te hizo alcalde mengua de hombres buenos. Miraras que tú y los que mataste, en seruir a mis passados y a mí, érades compañeros; mas, quando el vil está rico, no tiene pariente ni amigo. ? Quién pensara que tú me auías de destruyr? No ay, cierto, cosa más empecible, que el incogitado enemigo. ? Porqué quesiste que dixessen: del monte sale con que se arde y que crié cueruo que me sacasse el ojo? Tú eres público delinquente y mataste a los que son priuados. Y pues sabe que menor delito es el priuado que el público, menor su vtilidad, según las leyes de Atenas disponen. Las quales no son escritos con sangre; antes muestran que es menor yerro no condenar los malhechores que punir los innocentes. !O quán peligroso es seguir justa causa delante injusto juez! Quanto más este excesso de mis criados, que no carescía de culpa. Ô cruel juge ! que tu m’as mal payé le pain que tu as mangé chez mon père ! Je pensais que, protégé par toi, j’aurais pu tuer mille hommes sans crainte de châtiment. Inique faussaire, éternel poursuivant de la vérité, homme de basse extraction ! on peut bien dire de toi qu’on t’a fait alcade à défaut d’hommes de bien110. Tu aurais dû penser que toi et ceux que tu as tués aviez été compagnons à mon service et à celui de mes ancêtres ; mais quand le vilain est riche, il n’a ni parents ni amis. Qui eût pensé que tu dusses agir contre moi ? Il n’y a certes pas de chose plus nuisible que l’ennemi qu’on ne soupçonne pas. Hélas ! on a dit depuis longtemps : « Il apporte de la forêt le bois qui le brûlera ; j’ai élevé le corbeau qui me crèvera l’œil. » Tu es criminel aux yeux de tous, et tu as frappé de mort des gens qui ne sont coupables que d’un délit privé. Tu sais cependant que cette dernière faute est moindre que le délit public et moins blâmable, selon les lois d’Athènes. Elles ne sont pas écrites avec du sang, car elles disent qu’il y a moins de tort à ne pas condamner les malfaiteurs qu’à punir les innocents. Oh ! qu’il est dangereux de soutenir une juste cause devant un juge injuste ! et à plus forte raison une cause qui, comme celle de mes serviteurs, n’était pas sans dangers pour eux, car ils n’étaient pas exempts de réprimande.
Pues mira, si mal has hecho, que ay sindicado en el cielo y en la tierra: assí que a Dios y al rey serás reo y a mí capital enemigo. ?Qué peccó el vno por lo que hizo el otro, que por sólo ser su compañero los mataste a entrambos? ¿:Pero qué digo? ¿:Con quién hablo? ¿:Estoy en mi seso? ¿:Qué es esto, Calisto? ¿:Soñauas, duermes o velas? ¿:Estás en pie o acostado? Cata que estás en tu cámara. ?No vees que el offendedor no está presente? ¿:Con quién lo has? Torna en ti. Mira que nunca los absentes se hallaron justos. Oye entrambas partes para sentenciar. ?No vees que por executar la justicia no auía de mirar amistad ni deudo ni criança? ¿:No miras que la ley tiene de ser ygual a todos? Mira que Rómulo, el primer cimentador de Roma, mató a su propio hermano, porque la ordenada ley traspassó. Mira a Torcato romano, cómo mató a su hijo porque excedió la tribunicia constitución. Otros muchos hizieron lo mesmo. Considera que, si aquí presente él estouiese, respondería que hazientes y consintientes merecen ygual pena; avnque a entrambos matasse por lo que el vno pecó. Y que, si aceleró en su muerte, que era crimen notorio y no eran necessarias muchas prueuas y que fueron tomados en el acto del matar: que ya estaua el vno muerto de la cayda que dio. Y también se deue creer que aquella lloradera moça, que Celestina tenía en su casa, le dio rezia priessa con su triste llanto, y él, por no hazer bullicio, por no me disfamar, por no esperar a que la gente se leuantasse y oyessen el pregón, del qual gran infamia se me siguía, los mandó justiciar tan de mañana, pues era forçoso el verdugo y bozeador para la execución y su descargo. Lo qual todo, assí como creo es hecho, antes le quedo deudor y obligado para quanto biua, no como a criado de mi padre, pero como a verdadero hermano. Pense, si tu as mal agi, qu’il y a des arbitres sur la terre et dans le ciel ; Dieu et le roi te tiendront pour coupable, et moi pour ennemi mortel. Si un seul a été criminel, pourquoi as-tu tué l’autre par cela seul qu’il était son compagnon ? Mais que dis-je ? À qui parlé-je ? Suis-je dans mon bon sens ? Qu’est-ce que cela, Calixte ? Rêves-tu ? dors-tu ? es-tu éveillé ? es-tu debout ou couché ? Fais attention que tu es dans ta chambre. Ne vois-tu pas que l’offenseur n’est pas présent ? À qui en as-tu ? Reviens à toi ; pense que jamais les absents n’ont raison ; écoute les deux parties avant de prononcer. Ne sais-tu pas que, devant la justice, il ne faut considérer ni l’amitié, ni la parenté, ni la confraternité ? Ignores-tu que la loi doit être égale pour tous ? Pense que Romulus, le fondateur de Rome, tua son propre frère parce qu’il avait enfreint la loi. Souviens-toi du Romain Torquatus, qui tua son fils pour avoir désobéi à la constitution des tribuns111 ; beaucoup d’autres firent de même. Considère que si ce juge était ici présent, il répondrait que ceux qui agissent et ceux qui consentent méritent une même peine ; que c’est ainsi qu’il les a tués tous deux, bien qu’un seul eût péché ; que s’il a hâté leur mort, c’est que le crime était notoire et qu’il n’y avait pas besoin de beaucoup de preuves ; qu’ils ont été pris sur le fait ; que l’un d’eux était déjà mort de la chute qu’il fit. Je dois croire aussi qu’il fut effrayé par les lamentations de cette pleureuse que Célestine avait dans sa maison ; que, pour éviter le bruit, pour éviter de me déshonorer, pour ne pas attendre que les voisins se levassent et entendissent ses cris, qui auraient attiré sur moi une honte publique, il se hâta de les faire exécuter d’aussi grand matin : car il fallait le bourreau et le crieur pour l’exécution et pour la décharge du juge. Or, si tout cela s’est fait comme je le crois maintenant, je devrai plutôt lui en être obligé et reconnaissant tant que je vivrai, non pas comme à un serviteur de mon père, mais comme à un véritable frère.
Y puesto caso que assí no fuesse puesto caso que no echasse lo passado a la mejor parte, acuérdate, Calisto, del gran gozo passado. Acuérdate de tu señora y tu bien todo. Y pues tu vida no tienes en nada por su seruicio, no has de tener las muertes de otros, pues ningún dolor ygualará con el rescebido plazer. !O mi señora y mi vida! Que jamás pensé en absencia offenderte. Que paresce que tengo en poca estima la merced que me has hecho. No quiero pensar en enojo, no quiero tener ya con la tristeza amistad. !O bien sin comparación! ¡O insaciable contentment! ¿:Y quándo pidiera yo más a Dios por premio de mis méritos, si algunos son en esta vida, de lo que alcançado tengo? ¿:Por qué no estoy contento? Pues no es razón ser ingrato a quien tanto bien me ha dado. !Quiérolo conocer, no quiero con enojo perder mi seso, porque perdido no cayga de tan alta possessión! No quiero otra honrra ni otra gloria, no otras riquezas, no otro padre ni madre,no otros deudos ni parientes. De día estaré en mi cámara, de noche en aquel parayso dulce, en aquel alegre vergel, entre aquellas suaues plantas y fresca verdura. ! O noche de mi descanso, si fuesses ya tornada! Lorsqu’il n’en aurait pas été ainsi, dans le cas où ce qui s’est fait n’aurait pas été pour le mieux, souviens-toi, Calixte, de la grande joie que tu as éprouvée ; souviens-toi de ta dame, de ton bien suprême. Puisque tu lui abandonnerais ta vie sans hésiter, tu ne dois pas faire cas de la mort des autres. Aucune douleur, aucun sacrifice ne payeront jamais le plaisir que tu as éprouvé. Ô ma dame et ma vie ! ne pas penser à toi, c’est t’offenser ; il semblerait que je fais peu de cas de la grâce que tu m’as accordée. Je ne veux pas avoir de sombres idées, je ne veux pas faire alliance avec la tristesse. Ô bien incomparable ! ô contentement insatiable ! que puis-je demander à Dieu de plus que ce que j’ai obtenu en récompense de mes mérites, s’ils sont quelque chose en cette vie ? Pourquoi ne suis-je pas content ? Il n’est pas raisonnable d’être ingrat envers celle qui m’a donné un tel bien ; je dois lui en témoigner ma reconnaissance ; je ne veux pas perdre ma raison à force de tristesse, afin de ne pas cesser un instant d’apprécier tout mon bonheur. Je ne veux pas d’autre honneur ni d’autre gloire, pas d’autres richesses ; je ne veux pas un autre père, ni une autre mère, ni d’autres parents. Je resterai le jour dans ma chambre, la nuit dans ce doux paradis, dans cet agréable verger, au milieu de ces plantes suaves et de ces fraîches verdures. Ô nuit de mon bonheur ! que n’es-tu déjà arrivée !
¡O luziente Febo, date priessa a tu acostumbrado camino! ¡O deleytosas estrellas, apareceos ante de la continua orden! ¡O espacioso relox, avn te vea yo arder en biuo fuego de amor! Que si tú esperasses lo que yo, quando des doze, jamás estarías arrendado a la voluntad del maestro que te compuso. Pues ¡vosotros, inuernales meses, que agora estays escondidos!: ¡viniéssedes con vuestras muy complidas noches a trocarlas por estos prolixos días! Ya me paresce hauer vn año que no he visto aquel suaue descanso, aquel deleytoso refrigerio de mis trabajos. ¿: Pero qué es lo que demando? ¿:Qué pido, loco, sin sufrimiento? Lo que jamás fue ni puede ser. No aprenden los cursos naturales a rodearse sin orden, que a todos es vn ygual curso, a todos vn mesmo espacio para muerte y vida, un limitado término a los secretos mouimientos del alto firmamento celestial de los planetas, y norte de los crescimientos y mengua de la menstrua luna. Todo se rige con vn freno ygual, todo se mueue con igual espuela: cielo, tierra, mar, fuego, viento, calor, frío. ?Qué me aprouecha a mí que dé doze horas el relox de hierro, si no las ha dado el del cielo? Pues, por mucho que madrugue, no amanesce más ayna. Ô lumineux Phébus ! hâte ta course accoutumée ! Ô délicieuses étoiles ! paraissez avant votre heure ordinaire ! Horloge, qui marche si lentement, puissé-je te voir brûler d’une vive flamme d’amour ! Si tu attendais ce que j’attends quand tu sonneras minuit, tu ne serais jamais soumise à la volonté du maître qui t’a construite. Et vous, mois d’hiver, qui êtes encore cachés, viendrez-vous bientôt avec vos longues nuits, pour les mettre à la place de ces jours éternels ? Il me semble qu’il y a un an que je n’ai vu ce suave séjour, cet heureux repos de mes peines. Mais que demandé-je ? Que veux-je, fou et impatient que je suis ? Ce qui n’a jamais été, ce qui ne peut être. Les choses de ce monde ne peuvent changer la marche que leur a fixée la nature, car toutes ont un même cours, toutes un même temps pour vivre et mourir, toutes une limite fixée. Les secrets mouvements du haut firmament, des planètes et de l’étoile du Nord, les apparitions ou les disparitions mensuelles de la lune, tout est dirigé par un frein égal, tout obéit au même éperon, le ciel, la terre, la mer, le feu, lèvent, la chaleur, le froid. De quel profit sera-ce pour moi que l’horloge sonne minuit, si celle du ciel n’en sonne pas autant ? Lorsque je me lèverai de bonne heure, il n’en sera pas jour plus tôt.
Pero tú, dulce ymaginación, tú que puedes, me acorre. Trae a mi fantasía la presencia angélica de aquella ymagen luziente; buelue a mis oydos el suaue son de sus palabras, aquellos desuíos sin gana, aquel apártate allá, señor, no llegues a mí; aquel no seas descortés, que con sus rubicundos labrios vía sonar; aquel no quieras mi perdición, que de rato en rato proponía; aquellos amorosos abraços entre palabra y palabra, aquel soltarme y prenderme, aquel huyr y llegarse, aquellos açucarados besos, aquella final salutación con que se me despidió. !Con quánta pena salió por su boca! ¡Con quántos desperezos! ¡Con quántas lágrimas, que parescían granos de aljófar, que sin sentir se le cayan de aquellos claros y esplandecientes ojos! Mais toi, douce imagination, toi qui le peux, viens à mon secours, retrace-moi la forme angélique de cette brillante image ; ramène à mes oreilles le doux son de ses paroles, ces dédains involontaires, ces « éloignez-vous de moi, seigneur, n’approchez pas de moi, » ce « ne soyez pas discourtois, » que je voyais sortir de ses lèvres rosées, ce « ne veuillez pas ma perte, » qu’elle disait à chaque instant, et ces amoureux embrassements entre chaque parole. Rappelle-moi comment elle me saisissait et me repoussait, comment elle me fuyait et se rapprochait de moi ; ces baisers sucrés, ce dernier salut avec lequel elle prit congé de moi et qui sortit de sa bouche avec tant de peine ; puis cet abandon, ces larmes semblables à des perles, qui tombaient, sans qu’elle s’en aperçût, de ses yeux clairs et brillants.
SOS. __ Tristán, ¿:qué te paresce de Calisto, qué dormir ha hecho? Que son ya las quatro de la tarde y no nos ha llamado ni ha comido. SOSIE. Tristan, que te semble de Calixte ? Il a fait un bon somme ; il est déjà quatre heures du soir, et il ne nous a pas appelés, il n’a pas mangé.
TRIST. __ Calla, que el dormir no quiere priessa. Demás desto, aquéxale por vna parte la tristeza de aquellos moços, por otra le alegra el muy gran plazer de lo que con su Melibea ha alcançado. Assí, que dos tan rezios contrarios verás que tal pararán vn flaco subjecto, donde estuuieren aposentados. TRISTAN. Tais-toi, le sommeil n’est jamais pressé. Au reste, notre maître est triste, d’une part, du malheur de nos deux camarades ; joyeux, d’une autre part, du grand plaisir qu’il a goûté avec sa Mélibée. Quel autre effet veux-tu que produisent deux sentiments aussi contraires sur un cœur aussi affaibli que celui dans lequel ils sont logés ?
SOS. __ ¿:Piénsaste tú que lo penan a él mucho los muertos? Si no le penasse más a aquélla que desde esta ventana veo yo yr por la calle, no lleuaría las tocas de tal color. SOSIE. Penses-tu que les morts lui donnent bien du regret ? Si celle que je vois de cette fenêtre passer dans la rue n’en avait pas plus, elle ne porterait pas une toque de cette couleur.
TRIST. __ ¿:Quién es, hermano? TRISTAN. Qui est-ce, frère ?
SOS. __ Llégate acá y verla has antes que trasponga. Mira aquella lutosa que se limpia agora las lágrimas de los ojos. Aquélla es Elicia, criada de Celestina y amiga de Sempronio. Vna muy bonita moça; avnque queda agora perdida la pecadora, porque tenía a Celestina por madre y a Sempronio por el principal de sus amigos. Y aquella casa donde entra, allí mora vna hermosa muger, muy graciosa y fresca, enamorada, medio ramera; pero no se tiene por poco dichoso quien la alcança tener por amiga sin grande escote, y llámase Areusa. Por la cual sé yo que ouo el triste de Pármeno más de tres noches malas y avn que no le plaze a ella con su muerte SOSIE. Approche-toi et tu la verras avant qu’elle soit passée. Vois cette femme en deuil qui essuie ses larmes : c’est Élicie, la protégée de Célestine et la maîtresse de Sempronio ; une fort jolie fille, bien que maintenant la pauvrette soit perdue, car Célestine lui tenait lieu de mère, et Sempronio était le principal de ses amants. Dans la maison où elle entre demeure une jolie femme, fort gracieuse et fraîche, amoureuse, un peu galante ; on l’appelle Areusa. Je sais que le pauvre Parmeno passa pour elle plus de trois mauvaises nuits, et qu’elle, non plus, n’est pas trop contente de sa mort.








ACTO XV

ACTE QUINZIÈME

Sumario: AREUSA dize palabras injuriosas a un rufian llamado CENTURIO, el qual se despide della por la venida de ELICIA, la qual cuenta a ARE SA las muertes que sobre los amores de CALISTO Y MELIBEA se avian ordenado, y conciertan ARE SA y ELICIA que CENTURIO aya de vengar las muertes de los tres en los dos enamorados. En fin, despidese ELICIA de ARE SA, no consintiendo en lo que le ruega, por no perder el buen tiempo que se dava, estando en su asueta casa. ARGUMENT : Areusa dit des paroles injurieuses à un rufian nommé Centurion, qui la quitte en entendant venir Élicie. Celle-ci rend compte à Areusa des morts qui ont été la suite des amours de Calixte et de Mélibée. Areusa et Élicie conviennent que Centurion devra venger la mort des trois victimes sur les deux amants. Élicie prend congé d’Areusa, ne consentant pas à ce qu’elle lui demande, parce qu’elle ne veut pas perdre le bon temps dont elle jouit chez elle.
ÉLICIE, AREUSA, CENTURION.
ELIC. __ ¿:Qué bozear es este de mi prima? Si ha sabido las tristes nueuas que yo le traygo, no auré yo las albricias de dolor que por tal mensaje se ganan. Llore, llore, vierta lágrimas, pues no se hallan tales hombres a cada rincón. Plázeme que assí lo siente. Messe aquellos cabellos como yo triste he fecho, sepa que es perder buena vida más trabajo que la misma muerte. !O quánto más la quiero que hasta aquí por el gran sentimiento que muestra! ÉLICIE Qui cause ces cris chez ma cousine ? Si elle a su la triste nouvelle que je lui apporte, je n’aurai pas les étrennes de sa douleur que gagne toujours un tel message. Qu’elle pleure, qu’elle pleure, qu’elle verse des larmes, car on ne trouve pas de tels hommes à chaque coin ; il me plaît qu’elle le sente ainsi. Qu’elle s’arrache les cheveux comme j’ai fait, moi, malheureuse ! qu’elle sache qu’il est plus cruel de perdre une bonne vie que de mourir soi-même. Oh ! combien je l’aime maintenant plus que je ne l’ai aimée ; à cause du grand chagrin qu’elle témoigne !
AREUSA. __ Vete de mi casa, rufián, vellaco, mentiroso, burlador, que me traes engañada, boua, con tus offertas vanas. Con tus ronces y halagos hasme robado quanto tengo. Yo te di, vellaco, sayo y capa, espada y broquel, camisas de dos en dos a las mill marauillas labradas, yo te di armas y cauallo, púsete con señor que no le merescías discalced; agora vna cosa que te pido que por mí fagas pónesme mill achaques. AREUSA. Va-t’en de chez moi, rufian, coquin, menteur, trompeur ! Tu veux te jouer de moi ; tu me crois donc bien sotte, que tu penses me prendre à tes fausses protestations ? C’est avec tes bravades et tes cajoleries que tu m’as volé tout ce que j’avais. Je t’ai donné, coquin, cape et pourpoint, épée et bouclier, chemises deux par deux et mille choses faites de ma main ; je t’ai donné des armes et un cheval ; je t’ai placé près d’un seigneur que tu ne méritais pas de déchausser ; maintenant je te demande de faire une chose pour moi, et tu y trouves mille inconvénients !
CENTURIO. __ Hermana mia, mándame tú matar con diez hombres por tu servicio y no que ande vna legua de camino a pie. CENTURION. Ma sœur, fais-moi tuer dix hommes pour ton service, mais ne me fais pas faire une lieue de chemin à pied.
AREU. __ ¿:Porqué jugaste tú el cauallo, tahur vellaco? Que si por mí no ouiesse sido, estarías tú ya ahorcado. Tres vezes te he librado de la justicia, quatro vezes desempeñado en los tableros. ? Porqué lo hago? ¿:Porqué soy loca? ¿:Porqué tengo fe con este couarde? ¿:Porqué creo sus mentiras? ¿:Porqué le consiento entrar por mis puertas? ¿:Qué tiene bueno? Los cabellos crespos, la cara acuchillada, dos vezes açotado, manco de la mano del espada, reynta mugeres en la putería. Salte luego de ay. No te vea yo más, no me hables ni digas que me conoces; si no, por los huesos del padre que me hizo y de la madre que me parió, yo te haga dar mill palos en essas espaldas de molinero. Que ya sabes que tengo quien lo sepa hazer y, hecho, salirse con ello. AREUSA Pourquoi as-tu joué ton cheval, escroc, coquin ? Sans moi tu serais déjà pendu. Trois fois je t’ai délivré de la justice, quatre fois je t’ai sauvé des pertes du jeu. Pourquoi l’ai-je fait ? Pourquoi suis-je folle ? Pourquoi suis-je fidèle à ce lâche ? Pourquoi crois-je à ses mensonges ? Pourquoi le laissé-je entrer chez moi ? Qu’a-t-il de bon ? Les cheveux crépus, la figure balafrée ; il a été fouetté deux fois ; il est manchot de la main de l’épée ; il soutient trente femmes au bordel. Sors d’ici bien vite, que je ne te voie plus ; ne me parle pas, ne dis pas que tu me connais, sinon, par les os du père qui m’a engendrée et de la mère qui m’a mise au monde, je te fais donner deux mille coups de bâton sur tes épaules de meunier. Tu sais que j’ai quelqu’un qui saura bien s’en acquitter.
CENT. __ ¡Loquear, bouilla! Pues si yo me ensaño, alguna llorará. Mas quiero yrme y çofrirte, que no sé quien entra, no nos oyan. CENTURION. Ah ! la folle, l’extravagante ! Si je me fâche, il y aura des pleurs ; je vais partir et te laisser faire ; je ne sais qui vient, je ne veux pas qu’on nous entende. (Il sort.)
ELIC. __ Quiero entrar, que no es son de buen llanto donde ay amenazas y denuestos. ÉLICIE. J’entre ; des menaces et de la colère ne sont pas des signes de tristesse.
AREU. __ ¡Ay triste yo! ¿:Eres tú, mi Elicia? ¡Jesú, Jesú! No lo puedo creer. ¿:Qué es esto? ¿:Quién te me cubrió de dolor? ¿:Qué manto de tristeza es éste? Cata, que me espantas, hermana mia. Dime presto qué cosa es, que estoy sin tiento, ninguna gota de sangre has dexado en mi cuerpo. AREUSA Ah ! malheureuse que je suis ! c’est toi, mon Élicie ? Jésus, Jésus ! je ne le puis croire, qu’est-ce que cela ? Qui t’a ainsi plongée dans la douleur ? Qu’est-ce que ce manteau de tristesse ? Vois donc, tu m’épouvantes, ma sœur. Dis-moi bien vite ce que c’est, car je ne comprends pas ; tu ne m’as pas laissé une goutte de sang dans le corps.
ELIC. __ ¡Gran dolor, gran pérdida! Poco es lo que muestro con lo que siento y encubro; más negro traygo el coraçón que el manto, las entrañas que las tocas. !Ay hermana, hermana, que no puedo fablar! No puedo de ronca sacar la boz del pecho. ÉLICIE Grande douleur, grande perte ! Ce que je montre est peu de chose auprès de ce que je sens et de ce que je cache. J’ai le cœur plus noir que mon manteau, les entrailles plus noires que ma toque. Ah ! ma sœur, ma sœur, je ne puis parler, je n’ai pas la force d’arracher mes paroles de ma poitrine.
9. AREU. __ ¡Ay triste! ¿:Qué me tienes suspensa? Dímelo, no te messes, no te rascuñes ni maltrates. ?Es común de entrambos este mal? ¿:Tócame a mí? AREUSA Ah ! malheureuse ! tu m’effrayes ! Dis-le-moi, ne t’arrache pas les cheveux, ne t’égratigne pas, ne te maltraite pas. Ce mal nous est-il commun à toutes deux ? Me touche-t-il ?
ELIC. __ ¡Ay prima mia y mi amor! Sempronio y Pármeno ya no biuen, ya no son en el mundo. Sus ánimas ya están purgando su yerro. Ya son libres desta triste vida. ÉLICIE Ah ! ma cousine et mon amour ! Sempronio et Parmeno ne vivent plus, ils ne sont plus de ce monde ; leurs âmes sont allées payer pour leur faute ; ils sont libres de cette triste vie.
AREU. __ ¿:Qué me cuentas? No me lo digas. Calla por Dios, que me caeré muerta. AREUSA Que me contes-tu ? Ne m’en dis pas davantage, tais-toi, au nom de Dieu, car je tomberais morte.
ELIC. __ Pues más mal ay que suena. Oye a la triste, que te contará más quexas. Celestina, aquélla que tú bien conosciste, aquélla que yo tenía por madre, aquélla que me regalaua, aquélla que me encubría, aquélla con quien yo me honrraua entre mis yguales, aquélla por quien yo era conoscida en toda la ciudad y arrabales, ya está dando cuenta de sus obras. Mill cuchilladas le vi dar a mis ojos: en mi regaço me la mataron. ÉLICIE Il y a plus de mal encore que je ne te le dis ; écoute la malheureuse qui va te dire de bien plus pénibles choses. Célestine, celle que tu connaissais bien, celle qui me tenait lieu de mère, celle qui me nourrissait, qui me logeait, celle à l’aide de laquelle je m’honorais au milieu de mes semblables, celle par qui j’étais connue dans toute la ville et dans les faubourgs, est maintenant à rendre compte de ses œuvres. Je lui ai vu donner mille blessures sous mes yeux, ils l’ont tuée dans mes bras.
AREU. __ ¡O fuerte tribulación! ¡O dolorosas nueuas, dignas de mortal lloro! ¡O acelerados disasters! ¡O pérdida incurable! ¿:Cómo ha rodeado atan presto la fortuna su rueda? ¿:Quién los mató? ¿:Cómo murieron? Que estoy enuelesada, sin tiento, como quien cosa impossible oye. No ha ocho días que los vide biuos y ya podemos dezir: perdónelos Dios. Cuéntame, amiga mia, cómo es acaescido tan cruel y desastrado caso. AREUSA Ô grande douleur ! ô nouvelles déchirantes, chagrin mortel ! ô désastres inattendus ! ô perte irréparable ! comme la fortune a subitement tourné sa roue ! Qui les a tués ? Comment sont-ils morts ? Je suis ébahie, abattue comme quelqu’un qui entend une chose impossible. Il n’y a pas huit jours que je les ai vus vivants, et déjà nous pouvons dire : « Mon Dieu, pardonnez-leur ! » Conte-moi, amie, comment est arrivé un aussi affreux événement.
ELIC. __ Tú lo sabrás. Ya oyste dezir, hermana, los amores de Calisto y la loca de Melibea. Bien verías cómo Celestina auía tomado el cargo, por intercessión de Sempronio, de ser medianera, pagándole su trabajo. La qual puso tanta diligencia y solicitud, que a la segunda açadonada sacó agua. Pues, como Calisto tan presto vido buen concierto en cosa que jamás lo esperaua, a bueltas de otras cosas dio a la desdichada de mi tía vna cadena de oro. Y como sea de tal calidad aquel metal, que mientra más beuemos dello más sed nos pone, con sacrílega hambre, quando se vido tan rica, alçóse con su ganancia y no quiso dar parte a Sempronio ni a Pármeno dello, lo qual auía quedado entre ellos que partiessen lo que Calisto diesse. Pues, como ellos viniessen cansados vna mañana de acompañar a su amo toda la noche, muy ayrados de no sé qué questiones que dizen que auían auido, pidieron su parte a Celestina de la cadena para remediarse. Ella púsose en negarles la conuención y promesa y dezir que todo era suyo lo ganado, y avn descubriendo otras cosillas de secretos, que, como dizen: riñen las comadres, etc. Assí que ellos muy enojados, por vna parte los aquexaua la necessidad, que priua todo amor; por otra, el enojo grande y cansancio que trayan, que acarrea alteración; por otra, auían la fe quebrada de su mayor esperança. No sabían qué hazer. Estuuieron gran rato en palabras. Al fin, viéndola tan cobdiciosa, perseuerando en su negar, echaron mano a sus espadas y diéronle mill cuchilladas. ÉLICIE Tu vas le savoir. Tu as entendu parler, sœur, des amours de Calixte et de cette folle de Mélibée. Tu savais bien comment Célestine s’était chargée, à la demande de Sempronio, d’être médiatrice, moyennant payement de ses peines. Elle y mit tant de sollicitude et de diligence, qu’au second coup de pioche l’eau jaillit, et dès que Calixte vit sitôt un bon résultat qu’il n’avait jamais espéré, il donna à ma pauvre tante, outre plusieurs autres choses, une chaîne d’or. Comme ce métal est de telle qualité que plus nous en buvons, plus nous avons soif, elle ressentit un appétit sacrilége, et, se voyant si riche, elle se sauva avec son gain et ne voulut en rien donner ni à Sempronio ni à Parmeno, et il avait été convenu entre eux cependant qu’ils partageraient ce que donnerait Calixte. Ils vinrent un matin, fatigués d’avoir accompagné leur maître toute la nuit, fort irrités de je ne sais quelle dispute qu’ils disaient avoir eue, et demandèrent à Célestine leur part de la chaîne pour réparer des pertes qu’ils avaient faites ; mais celle-ci se mit à nier la convention et sa promesse, à dire que tout le gain était à elle ; elle s’emporta et leur dit mille choses inconvenantes, selon le proverbe : « Les commères se fâchent parce qu’on dit la vérité. » Sempronio et Parmeno, fort irrités, pressés d’un côté par le besoin, qui chasse toute amitié, de l’autre par la fatigue et la mauvaise humeur qu’ils avaient déjà, voyant en outre se perdre l’espoir qu’ils avaient conçu, se fâchèrent sérieusement. La dispute dura un grand moment. Enfin, la voyant si avare, si entêtée dans son refus, ils mirent la main à leurs épées et la frappèrent de mille coups.
AREU. __ ¡O desdichada muger! ¿:Y en esto auía su vejez de fenescer? ¿:Y dellos, qué me dizes? ¿:En qué pararon? AREUSA Ô malheureuse femme ! était-ce donc ainsi que devait finir sa vieillesse ! Et eux, qu’ont-ils fait ? Parle.
ELIC. __ Ellos, como ouieron hecho delicto, por huyr de la justicia, que acaso passaua por allí, saltaron de las ventanas y quasi muertos los prendieron y sin más dilación los degollaron. ÉLICIE Après avoir commis le crime, pour fuir la justice, qui par hasard passait par là, ils sautèrent par la fenêtre. On les prit presque morts, et sans plus de retard on les décapita.
AREU. __ ¡O mi Pármeno y mi amor! ¡Y quánto dolor me pone su muerte! Pésame del grande amor que con el tan poco tiempo auía puesto, pues no me auía más de durar. Pero pues ya este mal recabdo es hecho, pues ya esta desdicha es acaescida, pues ya no se pueden por lágrimas comprar ni restaurar sus vidas, no te fatigues tú tanto, que cegarás llorando. Que creo que poca ventaja me lleuas en sentimiento y verás con quánta paciencia lo çuffro y passo. AREUSA Ô mon Parmeno et mon amour ! combien ta mort m’afflige ! Je regrette l’amour que j’ai eu pour lui, puisqu’il devait durer si peu. Mais puisque ce malheur est arrivé, puisque cette triste affaire est passée, puisqu’on ne peut racheter leur vie ni les faire revivre avec des larmes, ne te désole pas tant, tu deviendras aveugle à force de pleurer. Je ne crois pas que tu aies plus de sensibilité que moi, et vois cependant avec quelle patience je supporte tout cela.
ELIC. __ ¡Ay que rauio! ¡Ay mezquina, que salgo de seso! ¡Ay, que no hallo quién lo sienta como yo! No hay quien pierda lo que yo pierdo. ¡O quánto mejores y más honestas fueran mis lágrimas en passión ajena, que en la propia mía! ¿:A dónde yré, que pierdo madre, manto y abrigo; pierdo amigo y tal que nunca faltaua de mi marido? ¡O Celestina sabia, honrrada y autorizada, quántas faltas me encobrías con tu buen saber! Tú trabajauas, yo holgaua; tú salías fuera, yo estaua encerrada; tú rota, yo vestida; tú entrauas contino como abeja por casa, yo destruya, que otra cosa no sabía hazer. !O bien y gozo mundano, que mientra eres posseydo eres menospreciado y jamás te consientes conocer hasta que te per demos!

¡O Calisto y Melibea, causadores de tantas muertes! ¡Mal fin ayan vuestros amores, en mal sabor se conuiertan vuestros dulces plazeres! Tórnese lloro vuestra gloria, trabajo vuestro descanso. Las yeruas deleytosas, donde tomays los hurtados solazes, se conuiertan en culebras, los cantares se os tornen lloro, los sombrosos árboles del huerto se sequen con vuestra vista, sus flores olorosas se tornen de negra color.
ÉLICIE Ah ! quelle colère ! Ah ? malheureuse ! j’en perds la tête ! Hélas ! je ne trouve personne qui sente comme moi ! Il n’y a personne qui perde ce que je perds ! Et cependant je crois que j’aurais plus de larmes et plus de douleur pour les peines d’autrui que pour les miennes. Où irai-je ? car je perds ma mère, mon manteau et mon abri ; je perds un amant qui était presque mon mari ! Ô sage Célestine, femme honorable et respectable ! combien de fautes tu m’épargnais par ton immense savoir ! Tu travaillais, je jouissais ; tu sortais, je restais enfermée ; tu étais déguenillée, j’étais vêtue ; tu entrais à la maison chargée comme une abeille, et moi je détruisais, car je ne savais faire autre chose. Ô biens et joies de ce monde ! quand on vous possède, on ne vous apprécie pas ; jamais vous ne vous faites connaître que quand nous vous avons perdus !

Ô Calixte et Mélibée ! causes de tant de morts, que vos amours aient une mauvaise fin ! Que vos doux plaisirs se changent en amertume ! Que votre gloire devienne du chagrin ; votre repos, de la peine ! Que les plantes gracieuses près desquelles vous prenez vos ébats se changent en couleuvres ! Que vos chants se tournent en gémissements ! Que les arbres touffus du verger se dessèchent à votre vue ! Que les fleurs odorantes deviennent d’une noire couleur !
AREU. __ Calla, por Dios, hermana, pon silencio a tus quexas, ataja tus lágrimas, limpia tus ojos, torna sobre tu vida. Que quando vna puerta se cierra, otra suele abrir la fortuna, y este mal, avnque duro, se soldará. Y muchas cosas se pueden vengar que es impossible remediar y ésta tiene el remedio dudoso y la vengança en la mano. AREUSA Tais-toi, pour Dieu ! ma sœur, impose silence à tes plaintes, arrête tes larmes, essuie tes yeux, reviens à la vie ; quand une porte se ferme, la fortune en ouvre une autre ; ta peine, quoique cruelle, finira par se calmer. Il est bien des maux auxquels on ne peut remédier et qu’il est impossible de venger ; celui que tu déplores est d’un remède douteux, mais d’une vengeance facile.
ELIC. __ ¿:De quién se ha de auer enmienda, que la muerta y los matadores me han acarreado esta cuyta? No menos me fatiga la punición de los delinquentes que el yerro cometido. ¿:Qué mandas que haga, que todo carga sobre mí? Pluguiera a Dios que fuera yo con ellos y no quedara para llorar a todos. Y de lo que más dolor siento es ver que por esso no dexa aquel vil de poco sentimiento de ver y visitar festejando cada noche a su estiércol de Melibea, y ella muy ufana en ver sangre vertida por su seruicio. ÉLICIE De qui doit-on avoir réparation ? la morte et ses meurtriers m’en ont laissé le soin. Je ne m’inquiète pas moins de la punition des coupables que du crime qui a été commis. Que veux-tu que je fasse, car tout retombe à ma charge ? Plût à Dieu que je fusse allée avec eux et que je ne fusse pas restée pour les pleurer tous ! Ce qui me donne le plus de douleur, c’est de voir que malgré tout cela cet homme déhonté et de peu de cœur ne cesse pas de visiter son fumier de Mélibée et de festoyer avec elle chaque nuit. Elle est toute fière, elle, de voir que du sang a été versé pour son service.
AREU. __ Si esso es verdad, ¿:de quién mejor se puede tomar vengança? De manera que quien lo comió, aquél lo escote. Déxame tú, que si yo les caygo en el rastro, quándo se veen y cómo, por dónde y a qué hora, no me ayas tú por hija de la pastellera vieja, que bien conosciste, si no hago que les amarguen los amores. Si pongo en ello a aquél con quien me viste que reññía quando entrauas, si no sea él peor verdugo para Calisto que Sempronio de Celestina. Pues, ¡qué gozo auría agora él en que le pusiesse yo en algo por mi seruicio, que se fue muy triste de verme que le traté mal! Y vería él los cielos abiertos en tornalle yo a hablar y mandar. Por ende, hermana, dime tú de quién pueda yo saber el negocio cómo passa, que yo le haré armar vn lazo con que Melibea llore quanto agora goza. AREUSA Si cela est vrai, sur qui peut-on mieux se venger ? C’est à celui qui a mangé à payer l’écot. Laisse-moi faire, que je tombe sur leurs traces, que je sache quand ils se voient, comment, à quel endroit et à quelle heure, et renie-moi pour la fille de la vieille pâtissière que tu connaissais bien, si je ne fais pas en sorte de rendre amers leurs amours. Si je fourre dans cette affaire l’homme avec lequel je me querellais quand tu es entrée, tu verras s’il ne sera pas pire bourreau pour Calixte que Sempronio ne l’a été pour Célestine. Quelle joie il éprouverait maintenant si je lui faisais faire quelque chose pour mon service ! Il s’est en allé tout triste de ce que je le maltraitais. Il verrait les cieux ouverts si je retournais lui parler et lui commander quelque chose. Vois, sœur, dis-moi de qui je puis savoir comment se passa cette affaire ; je ferai dresser un piège qui fera pleurer Mélibée autant qu’elle se réjouit maintenant.
ELIC. __ Yo conozco, amiga, otro compañero de Pármeno, moço de cauallos, que se llama Sosia, que le acompaña cada noche. Quiero trabajar de se lo sacar todo el secreto y este será buen camino para lo que dizes. ÉLICIE Je connais, amie, un autre compagnon de Parmeno, un palefrenier nommé Sosie, qui accompagne Calixte chaque nuit ; je veux faire en sorte de lui arracher tout le secret, et ce sera un bon commencement pour ce que tu dis.
AREU. __ Más hazme este plazer, que me embíes acá esse Sosia. Yo le halagaré y diré mill lisonjas y offrescimientos hasta que no le dexe en el cuerpo de lo hecho y por hazer. Después a él y a su amo haré reuessar el plazer comido. Y tú, Elicia, alma mia, no recibas pena. Passa a mi casa tu ropa y alhajas y vente a mi compañía, que estarás muy sola y la tristeza es amiga de la soledad. Con nueuo amor oluidarás los viejos. Vn hijo que nasce restaura la falta de tres finados: con nueuo sucessor se pierde la alegre memoria y plazeres perdidos del passado. De vn pan que yo tenga, ternás tú la meytad. Más lástima tengo de tu fatiga que de los que te la ponen. Verdad sea, que cierto duele más la pérdida de lo que hombre tiene que da plazer la esperança de otro tal, avnque sea cierta. Pero ya lo hecho es sin remedio y los muertos irrecuperables. Y como dizen: mueran y biuamos. A los biuos me dexa a cargo, que yo te les daré tan amargo xarope a beuer, qual ellos a ti han dado.¡Ay prima, prima, cómo sé yo, quando me ensaño, reboluer estas tramas, avnque soy moça! Y de al me vengue Dios, que de Calisto Centurio me vengará. AREUSA Fais-moi plutôt le plaisir de m’envoyer ce Sosie, je lui parlerai, je lui ferai mille cajoleries jusqu’à ce qu’il ne lui reste dans le corps rien de bon à connaître, et ensuite je ferai rendre compte à son maître et à lui du plaisir qu’ils ont pris. Et toi, Élicie, mon âme, ne t’afflige pas, apporte dans ma chambre tes robes et tes meubles, et viens avec moi ; tu es trop seule là-bas, et la tristesse est la compagne de la solitude. Avec un nouvel amour tu oublieras les anciens. Un fils qui naît en remplace trois qu’on a perdus ; un nouvel amant ramène les doux souvenirs et les plaisirs du temps passé. D’un pain que j’aurai tu auras la moitié. J’ai plus de chagrin de te voir affligée que je ne regrette ceux qui ne sont plus. En vérité, l’homme éprouve plus de peine de la perte de ce qu’il possède, que ne lui fait de plaisir l’espoir, même certain, d’un bien équivalent. Mais maintenant le mal est sans remède, les morts ne peuvent revenir, et, comme on dit, qu’ils meurent, puisqu’il le faut ; nous, vivons ! Je me charge des vivants : je te leur ferai boire un breuvage aussi amer que celui qu’ils t’ont donné. Ah ! cousine, je m’entends fort bien, quand je me fâche, à disposer semblables trames, bien que je sois jeune. Que Dieu me venge d’autre chose, aussi bien que Centurion me vengera de Calixte !
ELIC. __ Cata que creo que, avnque llame el que mandas, no aurá effecto lo que quieres, porque la pena de los que murieron por descobrir el secreto porná silencio al biuo para guardarle. Lo que me dizes de mi venida a tu casa te agradesco mucho. Y Dios te ampare y alegre en tus necessidades, que bien muestras el parentesco y hermandad no seruir de viento, antes en las aduersidades aprouechar. Pero, avnque lo quiera hazer, por gozar de tu dulce compañqía, no podrá ser por el daño que me vernía. La causa no es necessario dezir, pues hablo con quien me entiende. Que allí, hermana, soy conoscida, allí estoy aparrochada. Jamás perderá aquella casa el nombre de Celestina, que Dios aya. Siempre acuden allí moças conoscidas y allegadas, medio parientas de las que ella crió. Allí hazen sus conciertos, de donde se me seguirá algún prouecho. Y también essos pocos amigos que me quedan, no me saben otra morada. Pues ya sabes quán duro es dexar lo vsado y que mudar costumbre es a par de muerte Y piedra mouediza que nunca moho la cobija. Allí quiero estar, siquiera porque el alquile de la casa, que está pagado por ogaño, no se vaya en balde. Assí que, avnque cada cosa no abastasse por sí, juntas aprouechan y ayudan. Ya me paresce que es hora de yrme. De lo dicho me lleuo el cargo. Dios quede contigo, que me voy. ÉLICIE Je crains que, bien que je fasse venir celui dont tu me parles, il n’en résulte pas l’effet que tu attends. L’exemple de ceux qui sont morts pour avoir découvert le secret imposera silence au vivant pour le garder. Je te remercie de l’offre que tu me fais de venir chez toi. Que Dieu te favorise et te soulage dans tes besoins ! tu me prouves que la parenté et la fraternité ne sont pas du vent et qu’on peut y recourir quand vient l’adversité. Je serais disposée à l’accepter afin de jouir de ta douce compagnie, mais cela ne peut se faire à cause du tort qui en résulterait pour moi. Je n’ai pas besoin de t’en dire la cause, car je parle à qui m’entend ; mais là-bas, sœur, je suis connue. Jamais cette maison ne perdra le nom de Célestine, que Dieu garde ! Toujours arrivent là des jeunes filles connues et qui me sont alliées ; c’est là qu’elles prennent leurs ébats, et il m’en revient toujours quelque chose. Le petit nombre d’amis qui me reste ne me connaît pas d’autre demeure. Tu sais combien il est pénible de quitter ses habitudes ; changer de manière, c’est presque la mort ; d’ailleurs pierre qui roule n’amasse pas mousse. Je resterai là-bas afin du moins que le loyer de la maison, qui est payé pour l’année, ne soit pas inutilement perdu. Bien que chaque chose ne suffise pas par elle-même, ensemble elles aident à vivre. Il me semble qu’il est temps de m’en aller, je me charge de ce que je t’ai dit. Dieu te garde, je pars.






ACTO XVI

ACTE SEIZIÈME

Sumario: Pensando PLEBERIO y ALISA tener su hija MELIBEA el don de la virginidad conservada, lo qual, segun ha parescido, esta en contrario, y estan razonando sobre el casamiento de MELIBEA, y en tan gran quantidad le dan pena las palabras que de sus padres oye, que embia a LUCRECIA para que sea causa de su silencio en aquel proposito. ARGUMENT : Plebère et Alisa, pensant que leur fille Mélibée a conservé le don de la virginité, ce qui n’est pas, selon ce qu’il a paru, tiennent conseil sur son mariage. Mélibée conçoit une telle peine des paroles qu’elle entend dire à ses parents quelle envoie vers eux Lucrèce afin que sa présence interrompe leur conversation.
PLEBÈRE, ALISA, LUCRÈCE, MÉLIBÉE.
PLEB. __ Alisa, amiga, el tiempo, según me parece, se nos va, como dizen, entre los manos. Corren los días como agua de río. No hay cosa tan ligera para huyr como la vida. La muerte nos sigue y rodea, de la qual somos vezinos y hazia su vandera nos acostamos, según natura. Esto vemos muy claro, si miramos nuestros yguales, nuestros hermanos y parientes en derredor. Todos los come ya la tierra, todos están en sus perpetuas moradas. Y pues somos inciertos quándo auemos de ser llamados, viendo tan ciertas señales, deuemos echar nuestras baruas en remojo y aparejar nuestros fardeles para andar este forçoso camino; no nos tome improuisos ni de salto aquella cruel boz de la muerte. Ordenemos nuestras ánimas con tiempo, que más vale preuenir que ser preuenidos. Demos nuestra hazienda a dulce sucessor, acompañemos nuestra vnica hija con marido, qual nuestro estado requiere, porque vamos descansados y sin dolor deste mundo. Lo qual con mucha diligencia deuemos poner desde agora por obra, y lo que otras vezes auemos principiado en este caso, agora aya execución. No quede por nuestra negligencia nuestra hija en manos de tutores, pues parescerá ya mejor en su propia casa que en la nuestra. Quitarla hemos de lenguas de vulgo, porque ninguna virtut ay tan perfecta que no tenga vituperadores y maldizientes. No ay cosa con que mejor se conserue la limpia fama en las vírgines, que con temprano casamiento.¿:Quién rehuyría nuestro parentesco en toda la ciudad? ¿:Quién no se hallará gozoso de tomar tal joya en su compañía? ¿:En quién caben las quatro principales cosas que en los casamientos se demandan, conuiene a saber: lo primero, discrición, honestidad y virginidad; segundo, hermosura; lo tercero, el alto origen y parientes; lo final, riqueza? De todo esto la dotó natura. qualquiera cosa que nos pidan hallarán bien complida. PLEBERE Alisa, ma mie, il me semble que le temps, comme on dit, nous coule dans les mains ; les jours passent comme l’eau du fleuve, il n’y a chose au monde plus légère à la fuite que la vie : la mort nous suit, tourne autour de nous, ne nous quitte pas un instant : nous dormons sous sa bannière, selon les lois de la nature. Tout cela est bien évident si nous regardons auprès de nous nos frères et nos parents : la terre les mange tous, tous sont dans leurs éternelles demeures. Nous ne savons quand nous serons appelés, mais, en voyant des signes aussi positifs, nous devons nous tenir sur nos gardes et disposer nos besaces pour faire ce chemin obligé, afin que la voix cruelle de la mort ne nous prenne pas à l’improviste et en sursaut. Préparons nos âmes peu à peu, car il vaut mieux prévenir qu’être prévenus ; donnons notre bien à un doux successeur, donnons à notre fille unique la compagnie d’un mari tel que le veut notre position, afin que nous quittions ce monde avec tranquillité et sans aucun regret. Mettons-nous donc activement à l’œuvre dès à présent, mettons à exécution ce que nous avons tant de fois commencé ; que notre fille ne soit pas par notre faute abandonnée à des tuteurs ; elle se trouvera mieux dans sa maison que dans la nôtre. Nous devons l’arracher aux langues du vulgaire, car il n’y a aucune vertu, si parfaite qu’elle soit, qui n’ait des envieux et des médisants. Il n’y a rien qui conserve mieux la pureté de la réputation chez les jeunes filles qu’un mariage fait de bonne heure. Qui refusera notre parenté dans toute la ville ? Qui ne se trouvera joyeux de recevoir un tel joyau en sa compagnie ? Un joyau qui réunit les quatre principales conditions qu’on recherche dans un mariage : d’abord, savoir, honnêteté et virginité ; secondement, beauté ; en troisième lieu, haute origine et nobles parents ; enfin, richesse. La nature l’a douée de tout cela ; quelque qualité qu’on lui demande, on la trouvera accomplie chez elle.
ALI. __ Dios la conserue, mi señor Pleberio, porque nuestros desseos veamos complidos en nuestra vida. Que antes pienso que faltará ygual a nuestra hija, según tu virtut y tu noble sangre, que no sobrarán muchos que la merezcan. Pero como esto sea officio de los padres y muy ageno a las mugeres, como tú lo ordenares, seré yo alegre, y nuestra hija obedecerá, según su casto biuir y honesta vida y humildad. ALISA Dieu la conserve, mon seigneur Plebère ! que nos désirs se r&eacut